• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 2 février 2016

Les EXPLOITS DU COLIBRI en VIDEOS

Posté par othoharmonie le 2 février 2016

COLIBRI

 

Que d’adaptations tout de même! Parmi elles, une de mes préférées est leur capacité à rentrer en torpeur, un état d’hibernation quotidien et qui permet au colibri de faire chuter drastiquement sa température interne (de 40 à 18°C), les battements de son cœur et sa consommation d’oxygène. La torpeur est tellement intense que des colibris peuvent s’endormir à l’envers sans soucis: 

Image de prévisualisation YouTube

Ils sont aussi capables de produire des sons pendant leur torpeur, qui ressemblent au ronflement le plus adorable du règne animal (même s’il est probable qu’il s’agisse en l’occurrence d’un cri d’alerte, pour que ses congénères lui viennent en aide alors qu’il est incapable de bouger un muscle) : 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Mais ce qui va nous intéresser plus particulièrement aujourd’hui, ce n’est pas comment les colibris pioncent, mais comment ils se nourrissent. En effet, il y a deux mystères autour de la nutrition des colibris : comment ils aspirent le nectar, et quel goût le nectar a pour les colibris. Vu l’importance de l’alimentation des colibris pour leur diversification, vous pouvez comprendre à quel point il s’agit de questions cruciales pour appréhender l’histoire évolutive de ces petits piafs. 

Mais pour aller voir comment se nourrit un colibri, va falloir s’approcher vachement près! Et pour les observer de près, faut quand même s’accrocher!

 

 

Publié dans COLIBRI, VIDEOS A PARTAGER | Pas de Commentaire »

Migration du Colibri

Posté par othoharmonie le 2 février 2016

 COLIBRI

La plupart des oiseaux-mouches ne migrent pas. Un certain nombre d’espèces effectue des migrations altitudinales saisonnières. C’est le cas notamment de certains colibris des régions montagneuses du Costa Rica qui doivent se replier pendant la saison des pluies vers des zones de plus basse altitude, pour pallier la raréfaction des fleurs et donc du nectar. Seules demeurent sur place les espèces les plus opportunistes capables de s’adapter à d’autres sources de nourriture.

Une minorité d’espèces effectue des migrations sur de longues distances. Les vols migratoires s’effectuent presque toujours au-dessus de la terre ferme. Ils sont entrecoupés de haltes plus ou moins longues qui dépendent notamment de l’abondance des sources de nourriture. Ainsi, sept espèces de colibris nichant dans la moitié occidentale des États-Unis migrent vers le Mexique en passant en août au-dessus des prairies montagnardes où il semble qu’elles suivent la floraison des plantes herbacées. Le colibri roux est celui qui effectue la plus longue route migratoire. Il migre de l’Alaska aux régions du nord et du centre du Mexique. Le colibri à gorge rubis est un autre migrateur pouvant traverser d’une seule traite le golfe du Mexique et parcourant ainsi environ 1 000 km sans aucune halte possible.

En général, les mâles arrivent en premier pour établir leur propre territoire. Peu après leur arrivée, les femelles surviennent et déterminent le leur selon le lieu de nidification qui leur semble le plus propice pour élever leur petite famille. Les mâles démontrent beaucoup d’agressivité envers tout autre oiseau-mouche qui voudrait pénétrer dans son territoire, même une femelle. Cette dernière démontre également de l’agressivité mais à un moindre niveau. Elle est trop affairée à la construction du nid et à l’éducation des jeunes. Ces espèces effectuent de courtes haltes où les individus se réservent des territoires dans des endroits qui coïncident avec les territoires de reproduction d’autres espèces. C’est ainsi que l’on peut apercevoir en même temps, sur la côte ouest des États-Unis, le colibri d’Anna, le colibri d’Allen, et le colibri de Costa, en période de reproduction pendant que l’on y retrouve le colibri à queue large et le colibri calliope, durant leur migration.

Certains colibris roux montrent une tendance à migrer d’ouest en est durant l’hiver plutôt que de migrer vers l’Amérique Centrale. Ce phénomène a toujours eu lieu, mais en raison des perspectives alimentaires fournies par les humains, ceux-ci survivent mieux qu’auparavant et transmettent leur route de migration à leur progéniture. Cette espèce se montre assez résistante et si la nourriture et les abris sont suffisants, cette population est capable de tolérer des températures de -20 °C.

 

Les ailes des oiseaux-mouches sont creuses et fragiles, rendant la fossilisation difficile, l’histoire de cette famille n’est donc connue que grâce aux analyses phylogénétiques. Il semble que les oiseaux-mouches aient un ancêtre commun avec les martinets, il y a environ 35 Ma. Deux fossiles d’espèces très voisines, datés de 29 Ma, ont été mis au jour dans le Bade-Wurtemberg et nommés Eurotrochilus inexpectatus. Ils vivaient dans un climat comparable à celui de l’Amérique du Sud actuellement. Un spécimen de Eurotrochilus bien conservé et trouvé en France révèle que ceux-ci sont morphologiquement très modernes et plus proches des Trochilinae que des Phaethornithinae. Le plus vieux fossile comparable avait été mis au jour en Amérique du Sud et datait de 1 Ma seulement.

L’hybridation de l’ADN suggère que l’explosion radiative initiale ait eu lieu, au moins en partie, au cours du Serravallien, entre 12 et 13 Ma, pendant l’émergence des Andes. Ces oiseaux sont passés d’une altitude de 1 500 mètres à 2 000 mètres. On les suppose originaires de l’Amérique du Sud car leur diversité y est la plus importante.

Publié dans COLIBRI | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello