Isabelle, papillon de nuit

Posté par othoharmonie le 21 septembre 2015

 Isabelle

Appartenant à la famille des saturnidés, l’isabelle, appelée aussi isabelle de France ou papillon vitrail, vit dans les forêts de conifères de moyenne montagne et fait partie des trop rares papillons européens officiellement protégés. Sa beauté et la forme de ses ailes sont exceptionnelles pour un papillon nocturne non tropical.

La femelle dépose ses œufs sur les rameaux du pin sylvestre , du pin laricio et du pin à crochets , dont la chenille dévore les aiguilles en commençant par leur extrémité.

D’abord d’un brun-vert foncé avec des tubercules épineux noirs, la chenille devient, en grandissant, d’un beau vert vif s’ornant de protubérances rouges et blanches couvertes de longues soies. Les segments de son thorax sont alors soulignés de jaune.

Pour se transformer, elle s’enfouit dans la végétation du sol forestier, recouvert de mousses sèches, ou s’enterre. La chrysalide est protégée par un cocon de soie lâche mais résistant, tissé en un peu plus de 24 heures. Les nymphes de l’isabelle hivernent, parfois deux fois, avant de se métamorphoser. La tête, le thorax et l’abdomen de l’adulte sont protégés par une cuticule composée de segments articulés les uns aux autres au niveau de zones flexibles. Tout le corps est recouvert d’écailles colorées et de poils.

Les deux yeux comprennent des centaines d’unités visuelles, ou ommatidies, constituées d’un cône cristallin et de cellules visuelles. Les yeux des papillons de nuit sont adaptés à la vision nocturne : chez les papillons diurnes, chaque ommatidie donne une image distincte, comme un œil indépendant ; chez les nocturnes, l’image est formée des informations visuelles se chevauchant, transmises par plusieurs ommatidies simultanément. Si elle perd ainsi en netteté, l’image bénéficie d’un apport considérable de lumière (mille fois plus, environ, que chez le papillon diurne). Certaines espèces de papillons possèdent des yeux simples plus petits, les ocelles, cachés sous les poils de la tête.

Chez la majorité des papillons, la mâchoire, modifiée, forme un tube creux constitué d’anneaux cornés, la trompe, qui permet au papillon d’aspirer les aliments liquides. Chez l’isabelle, la trompe est atrophiée, les adultes ne se nourrissant pas.

La première des trois paires de pattes, pourvue des organes gustatifs et olfactifs, est atrophiée chez l’isabelle qui, de plus, ne possède aucun organe auditif ni même de tympans.

L’opalescence et l’ornementation de ses ailes (deux paires), à dominante bleu-vert pâle, avec des nervures et des marges brun-rose, ont donné au papillon isabelle l’autre nom de « papillon vitrail ». La base des ailes est couverte de poils jaunes et bruns, et chaque aile porte, à peu près en son centre, un ocelle transparent, cerclé de bleu, de rose, de jaune et de noir. Les ocelles des saturnidés auraient pour but d’effrayer un éventuel agresseur en évoquant un animal : carnivore, mammifère ou rapace dont le regard fixe la proie.

Chez les papillons de jour, le simple chevauchement des ailes assure leur cohésion lors du vol, tandis que chez les papillons de nuit un lobe de l’aile antérieure, le joug, ou, sur l’aile postérieure, le frein, renforcent leur solidarité.

La circulation de l’hémolymphe est assurée par le cœur, allongé en tube et situé sous le dos.

L’abdomen, assez mou, est composé de dix segments. Les organes génitaux s’y trouvent : chez le mâle, les deux testicules débouchent par deux spermiductes dans le canal éjaculateur, lui-même prolongé par l’organe copulateur. Ce dernier est entouré de deux valves génitales, dont le rôle est de maintenir la femelle au cours de l’accouplement. Les ovaires de celle-ci contiennent des ovules à différents stades de maturation. Les ovules mûrs sont fécondés dans le vestibule, puis recouverts d’une substance produite par les glandes accessoires.

Les papillons possèdent neuf paires d’orifices respiratoires, répartis sur le thorax et l’abdomen, s’ouvrant sur des trachées (tubes respiratoires) très ramifiées, qui assurent la pénétration directe de l’oxygène jusqu’aux cellules. Le système nerveux comprend le cerveau et se prolonge jusqu’à l’extrémité du corps par une chaîne nerveuse ventrale, formée de ganglions disposés par paires.

Une Réponse à “Isabelle, papillon de nuit”

  1. PICHS dit :

    Quelle beauté un véritable joyau que je m’empresse de peindre!!!.

    Merci, Francesca, j’ai le bonheur de te retrouver au moment où j’en avais besoin en découvrant cette merveille qui s’appelle Isabelle comme ma fille bien aimée.

    Mille bises.

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello