• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 12 septembre 2015

La population des Canards

Posté par othoharmonie le 12 septembre 2015

 

 

canardLa formation des couples a lieu généralement au début du printemps et fait l’objet de nombreuses parades. L’emplacement du nid, choisi le plus souvent par les deux partenaires, varie avec les espèces : au sol (parfois loin de l’eau), sur la végétation aquatique, dans un trou d’arbre… La construction du nid revient généralement à la femelle, qui pond 3 à 12 œufs au rythme moyen d’un par jour. À la fin de la ponte, elle arrache son duvet ventral, qu’elle dispose dans le nid. Après environ 20 jours d’incubation, les canetons nidifuges sont rapidement « imprégnés » par la nature du milieu environnant, y compris par la cane qui les élève. La mortalité est assez forte et, au bout de 40 à 60 jours, seulement 3 à 6 jeunes s’envolent. Les mâles, dès l’incubation, abandonnent généralement la femelle et se regroupent pour effectuer leur mue avant de gagner les quartiers d’hiver, que les femelles et les jeunes atteignent quelques semaines plus tard. Le grégarisme est alors classique, et la recherche de nourriture s’effectue généralement de nuit sur des emplacements différents. On évalue ainsi à un peu moins d’un demi-million le nombre de Canards hivernant en France, sans tenir compte des migrateurs qui la traversent. La migration de printemps commence dès le début janvier.

Équilibre de population

Les facteurs limitants des populations de Canards sont assez mal connus. Ils peuvent agir sur les lieux de reproduction (niveau d’eau, prédation sur les canetons, emplacements des nids) ou dans les quartiers d’hiver (pression de chasse, zones humides nécessaires aux concentrations hivernales, nourriture disponible). La chasse n’est pas incompatible avec le maintien des populations, car elle peut remplacer l’action de facteurs naturels de mortalité, mais elle doit être scientifiquement contrôlée (dates d’ouverture et de fermeture, modes de chasse, fréquence…) pour éviter que ne soient entamés les effectifs de ces populations, déjà affaiblis par les conséquences des diverses activités humaines.

L’élevage du Canard

L’élevage du Canard est le plus souvent pratiqué d’une façon artisanale et empirique. Les techniques de production et d’alimentation du Canard n’ont pas été étudiées avec la même précision que celles des poulets, mais on commence à bien connaître un certain nombre de points importants.

 

 

Publié dans OIE ET CANARD | Pas de Commentaire »

Sur la route du Canard

Posté par othoharmonie le 12 septembre 2015

 

Oiseau aquatique aux pattes palmées et au bec spatulé, de l’ordre des Ansériformes.

AnasmaleLes Canards (Ansériformes), représentés par 186 espèces et sous-espèces réparties sur les cinq continents, sont des Oiseaux adaptés à la vie aquatique : pattes palmées, plumage imperméable grâce à la structure des plumes, enduites de surcroît d’un corps gras sécrété par la glande uropygienne. À part les Eiders et les Macreuses, inféodés aux eaux marines, la majorité des autres Canards exploite les eaux continentales. Certaines espèces (Tadornes, Canards de surface, « Oies » et Canards percheurs, Érismatures) nagent seulement à la surface de l’eau par un mouvement alterné des pattes ; les autres (Eiders, Fuligules, Macreuses, Garrots et Harles) sont adaptées à la plongée, au cours de laquelle les pattes sont en général mues ensemble, avec accompagnement de battements d’ailes chez les Macreuses. La profondeur maximale est de 50 m (Hareldes), mais elle se situe communément entre 1 et 10 m. La durée de plongée est de l’ordre de 1 à 2 mn, mais peut atteindre 10 mn.

Les Canards volent avec des battements d’ailes très rapides (160 à 300 à la minute) et atteignent des vitesses de 50 à 130 km/h. La plupart sont migrateurs.

L’alimentation de la grande majorité des Canards se fait également sous l’eau, en particulier grâce à l’adaptation du bec, large du bout (sauf chez le Harle, où il est relativement plat), muni de fines lamelles très sensibles permettant une sélection de la nourriture, tandis que le rebord de la langue porte parfois des denticules cornés. L’acte alimentaire se fait, selon les espèces, soit à la surface de l’eau et sur le fond des marais (atteint par immersion de la tête ou basculement du corps), soit par plongée. Certaines espèces (Siffleurs) broutent aussi comme les Oies sur les prairies exondées. La nourriture prélevée est surtout animale pendant la période de reproduction. En dehors de cette époque, les Canards se nourrissant en surface ont une alimentation essentiellement végétale (graines et parties végétatives), alors que les plongeurs ont un régime à base de Mollusques et de Crustacés (Canards marins et Garrots), de Poissons (Harles), ou encore un régime mixte, animal et végétal (Fuligules). De plus, les Canards prélèvent des particules dures (cailloux, sable) pour faciliter la désintégration mécanique de leur nourriture. Occasionnellement, ils ingèrent ainsi des plombs de chasse, qui provoquent une intoxication mortelle (saturnisme).

Publié dans OIE ET CANARD | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello