• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 11 septembre 2015

Histoire de l’Oie

Posté par othoharmonie le 11 septembre 2015

 

 

OiesGrand oiseau palmipède au long cou, appartenant à la famille des anatidés (ordre des ansériformes), élevé pour sa chair, son foie et son duvet. On nomme jars le mâle et oison le petit de l’oie. 

L’oie sauvage est originaire du nord de l’Europe, où elle passe la saison de reproduction. Elle hiverne dans le sud de l’Europe, en Afrique et en Asie.

La production de foie gras est principalement réalisée à partir d’une oie grise (type oie des Landes). La production d’oies à rôtir provient majoritairement de la sélection d’oies blanches (type oie du Rhin). Les sélectionneurs proposent des souches légères, médium ou lourdes adaptées à différents modes de production et différents marchés.

Contrairement aux autres volailles, l’oie est un animal difficile à désaisonner et à élever en claustration. La saison de reproduction commence fin janvier, lorsque les oies ont 6 à 9 mois, et se termine début juin. Les souches d’oies grises produisent 30 à 50 œufs, les souches d’oies blanches 40 à 70 œufs. La fertilité est relativement faible, environ 75 %. Des programmes lumineux peuvent modifier certaines caractéristiques du cycle usuel de ponte (désaisonnement, persistance de la ponte, nombre d’œufs). En fécondation naturelle, on prévoit 1 mâle pour 3 femelles. L’oie est gardée 4 à 5 ans car ses qualités de reproductrice se maintiennent pendant plusieurs saisons.

L’oie est herbivore, mais consomme aussi des graines et des insectes. En élevage, on lui fournit des fourrages verts ou un régime complet contenant de la farine d’herbe.

L’élevage des jeunes s’effectue sur litière de copeaux, caillebotis ou grillage. Dès 6 semaines, l’oison peut accéder à un parcours. La croissance est très rapide les 8 premières semaines et devient quasi nulle à partir de la 12e semaine. Les besoins en protéines de l’oison décroissent donc rapidement. Les apports de matières grasses dans l’aliment sont déconseillés afin de limiter l’engraissement des carcasses. Pour la production de viande, l’oison à rôtir est abattu entre 9 et 11 semaines. Pour la production de foie, le gavage des oies est entrepris vers l’âge de 14 semaines et dure 18 à 27 jours. 

La production d’oies en France est en déclin : l’effectif était en 1998 d’environ 500 000 têtes, produisant près de 500 t de foie gras, ce qui est marginal par rapport à la production de foies de canard et ne permet pas à la France d’être autosuffisante. Les importations proviennent majoritairement de Hongrie (près de 1 000 t de foie en 1998). Une organisation encore traditionnelle (les 2/3 des éleveurs réalisent eux-mêmes toutes les phases de l’élevage), un rendement en viande plus faible que celui du canard, un travail plus pénible expliquent en partie les difficultés de la filière.

 

 

Publié dans OIE ET CANARD | Pas de Commentaire »

Le canard en élevage

Posté par othoharmonie le 11 septembre 2015

 

CanardEn France, le canard de Barbarie a remplacé le canard commun dans la production de canard à rôtir. On trouve des souches lourdes (mâle de 5 kg à 84 jours, femelle de 2,7 kg à 70 jours) et des souches médium (mâle de 4,5 kg, femelle de 2,4 kg). Contrairement au poulet, il n’y a que très peu de productions label fermières (2 à 3 %) en canard.

En élevage industriel rationnel, les canards sont placés dans des bâtiments fermés, soit sur litière, soit sur caillebotis (en plastique ou en bois), soit sur grillage. Le démarrage constitue une phase délicate ; le bâtiment doit être impérativement préchauffé, et le chauffage maintenu 5 à 6 semaines, suivant les saisons. Le caneton, animal très sensible aux courants d’air et au froid, se déshydrate facilement, ce qui peut entraîner l’apparition de néphrites. La croissance des canards est particulièrement rapide, avec toutefois un développement tardif des pectoraux par rapport au reste du corps. Il convient donc de freiner la croissance dans les 5-6 premières semaines et de favoriser la croissance compensatrice en fin d’élevage. Ainsi, la femelle barbarie sera abattue à 10 semaines et principalement vendue en carcasse entière, le mâle l’étant à 11-12 semaines pour une valorisation en découpe.

Le canard régule bien son ingéré alimentaire en fonction de la concentration énergétique de l’aliment ; cependant, par rapport au poulet, il a tendance à surconsommer. Les concentrations en protéines et acides aminés, ajustées en fonction du niveau énergétique et de la consommation, sont donc relativement faibles. Contrairement au poulet, la vitesse de croissance n’est pas sensible à la concentration énergétique de l’aliment ou à l’excès de protéines. Les régimes sont constitués de céréales et de compléments azotés. La tendance à l’engraissement des carcasses limite l’utilisation de matières grasses. La distribution de la ration est le plus souvent effectuée en miettes au démarrage puis sous forme de granulés, les mélanges en farine entraînant un gaspillage important. On peut aussi distribuer une pâtée humide.

Les interventions de débecquage et de dégriffage sont quasi indispensables en élevage rationnel et peuvent être réalisées à l’âge de 16-18 jours.

La ponte des reproducteurs (180 à 200 œufs) est réalisée chez le barbarie en deux périodes d’environ 22 semaines entrecoupées d’une mue de 12 à 13 semaines. L’entrée en ponte s’effectue à l’âge de 30 semaines.

Le canard à gaver.

La production de foie gras est réalisée à partir du mâle barbarie et surtout du canard mulard. L’élevage du canard prêt à Le canard en élevage dans OIE ET CANARD Northern.pintail.arp.500pixgaver assure la croissance de l’animal, puis une préparation au gavage à partir de la 9e ou 10e semaine (rationnement puis alimentation à volonté), en vue d’un gavage qui peut débuter dès l’âge de 81 jours. 

• Le Canard à rôtir pose deux types de problèmes :
— celui de la demande dans une qualité Barbarie femelle qui est difficile et coûteuse à produire ;
— celui de l’offre dans une qualité « croisement chair », qui est facile à produire, mais dont la vente reste insuffisante et mal assurée.

• Le prix de revient de la chair peut se ventiler ainsi : Un prix de revient calculé sur 10 bandes de 400 Canards de « croisement chair » a donné la valeur moyenne de 3,85 F par kg, le poids moyen étant de 1,9 kg et l’indice de consommation de 3,35. Or, le Canard de chair de cette catégorie se vend souvent 3,20 F à 3,50 F le kg. La rentabilité de la production n’est donc pas toujours acquise.

 

Publié dans OIE ET CANARD | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello