HISTOIRE DE L’HOMME LEOPARD

Posté par othoharmonie le 28 août 2015

 

 

 

Étymologie du nom Léopard :
n. m. du latin léo, (lion) et pardus, (panthère).
Nom donné à la panthère tachetée d’Afrique (long. 1,20m).

leo
Introduction 

Les aniotasanioto ou anyoto, dit également « hommes-léopards », sont membres d’une société secrète africaine criminelle ayant une base de religiosité animiste. 
Cette société est réputée pour recruter ses cadres parmi les sorciers, sans pour autant revêtir la structure hiérarchisée d’une secte moderne. 
Ils étaient actifs autrefois au Congo belge, dans la région des Babali du Haut Aruwimi et pratiquaient l’assassinat rituel en simulant une attaque de léopard. 
Anyoto viendrait d’un verbe nyoto qui signifie griffer, mais la tradition populaire parle aussi d’une Aniota qui aurait été une instigatrice de la secte.

Initiation 

Ce n’était pas de manière délibérée que les jeunes hommes entraient dans la secte, ils étaient désignés par les anciens et ne pouvaient se soustraire à cette volonté. 
Leur initiation commençait juste après la circoncision, ils devaient alors abandonner leur famille et se rendre dans un endroit isolé, forêt ou îlot. 
Là, pendant de longs mois, le néophyte était soumis à des épreuves très pénibles comme porter un tronc d’arbre d’un poids égal à celui d’un homme adulte et à courir avec ce fardeau. 
Il s’agissait en fait d’acquérir la souplesse et la vigueur d’un léopard quand il transporte une grosse proie. L’exercice était non seulement harassant mais aussi très dangereux, car, pendant que le jeune garçon se livrait à cette épreuve, les autres postulants lançaient des javelots comme ils l’auraient fait sur un fauve en fuite. 
Si le candidat était blessé ou tué, nul ne s’en souciait, cela prouvait simplement qu’il n’était pas digne de devenir un « homme-léopard ». 
En cas de réussite, on apprenait alors à l’initié à imiter parfaitement le cri des félins et à se servir de ses armes d’assassin.

Armes 

Les armes de «l’homme-léopard » étaient une cagoule en écorce battue, peinte en imitant le pelage du félin, un bâton à empreinte de léopard et une petite fourche métallique imitant les griffes acérées d’une patte de fauve. On peut voir un costume d’aniota au Musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren près de Bruxelles.

Histoire 

La croyance générale était que les « hommes-léopards », n’avaient pour cible que les noirs hostiles à la tradition et à l’indépendance, ou trop enclins à coopérer avec les colons. Parmi les victimes, on n’a jamais recensé un blanc. 
Les Aniotas furent aussi réputés anthropophages et, à un niveau supérieur, d’être capables de projeter leur conscience dans le corps d’un léopard, qu’ils pouvaient ainsi téléguider pour aller tuer quelqu’un, sur le principe du loup-garou mais sans transformation corporelle. 
Les Anyotos étaient connus et craints de la population, mais celle-ci faisait cependant souvent appel à leurs services pour agir en tant que justiciers. 
L’administration coloniale belge lutta contre cette confrérie qui risquait de déstabiliser le système mis en place. Dès 1921, des suspects furent arrêtés et pendus en place publique. 

De 1933 à 1934, plusieurs centaines de corps lacérés et atrocement mutilés furent retrouvés. Les blessures donnaient à penser que le meurtre était l’œuvre d’un fauve. Les empreintes repérées au sol, autour des victimes, tendaient à corroborer cette hypothèse. Mais, un examen plus approfondi révéla bientôt que tous ces crimes avaient été perpétrés par de faux félins: les « hommes-léopards ». Les populations locales refusèrent en majorité de collaborer avec les autorités coloniales par crainte de représailles. Ces massacres auraient été liés à la rivalité entre deux populations : les Bapakombe et les Wanande, les premiers reprochant aux seconds d’envahir leur territoire.

Leopard-001
Au XXIe siècle 

Le mouvement n’aurait plus fait parler de lui depuis ou serait à l’état latent. Mais, quelques groupes « d’hommes-léopards » et « d’hommes-panthères » subsistent dans certains districts du Cameroun et des états limitrophes comme le Nigeria et le Congo.

Confréries semblables 

Les animaux de totem sont différents : hommes-lions au Tanganyika, hommes-hyènes en Côte d’Ivoire ainsi que des hommes-chimpanzés, hommes-crocodiles, hommes-panthères, hommes-gorilles, hommes-babouins, dans d’autres régions d’Afrique. 
La structure criminelle de la fraternité serait par contre identique.

Dans la culture populaire 

La bande-dessinée Tintin au Congo fit connaître au grand public et pérénisa le thème de la confrérie en 1931. 
La confrérie est évoquée dans la série Tarzan : Tarzan et les hommes-léopards (Tarzan and the Leopard Men), publié en 1933. 
Bob Morane affronte des « hommes-léopards » dans le roman La Vallée des Brontosaures, publié en 1955. 
Enfin, le personnage de Jacques Martin Alix affronte aussi des « hommes-léopards » africains dans l’album La griffe noire (1959).

Conclusion 

Peu à peu, ces sociétés secrètes se sont transformées en organisations destinées à faire régner la terreur politique. Ce n’est pas un hasard si certains révolutionnaires américains, en lutte contre la ségrégation raciale et l’hégémonie « blanche » qui règne aux Etats-Unis, ont choisi pour emblème la « black panther » (panthère noire).

  

SOURCE : http://moserm.free.fr/moulinsart/sommaire.html

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello