• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 29 juin 2015

L’agriculture durable

Posté par othoharmonie le 29 juin 2015

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

6e Rencontres de l’agriculture Durable (IAD, 29 janvier 2014). Extrait de la présentation de Marcel Bouché sur la contribution des vers de terre au bon fonctionnement des agrosystèmes.
« Des vers de terre et des hommes » (Actes Sud, avril 2014) 

Fabienne Chauvière reçoit Marcel Bouché .

Je vous présente un expert en vers de terre…  ne souriez pas, les vers de terre sont indispensables aux écosystèmes. Ils digèrent et aèrent les sols et se révèlent en matière de labours, infiniment plus efficaces que les tracteurs.

Les vers de terre sont  par ailleurs la plus grosse masse animale du monde ! Ils représentent, en poids, 20 fois plus que les hommes. Oui, ils sont moches et gluants, mais ils méritaient bien qu’un chercheur y consacre sa vie. 

Charles Darwin avait bien écrit un livre sur les vers de terre mais… jusqu’aux années 70, on en savait bien peu sur leur activité en sous-sol.

220px-Megascolecidae_IndiaJusqu’aux recherches de Marcel Bouché.

Les vers de terre n’ont pas été au départ un choix délibéré pour ce chercheur aujourd’hui à la retraite. Marcel Bouché, titulaire  du certificat d’études, aide de laboratoire, élève studieux de cours du soir, a pris ce qui restait lorsqu’il est entré à l’INRA sur concours… et il s’est passionné pour ce sujet en friche.

Il a sillonné la France, a observé les vers de terre, les a nommés… Il sait aujourd’hui tout ou presque de l’intimité de ces animaux capables de remuer 300t de terre à l’hectare chaque année.

Je vous présente Marcel Bouché. Sa carrière est atypique. Il  a commencé sa carrière comme jardinier.

 

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

Des vers de terre et des hommes

Posté par othoharmonie le 29 juin 2015

 

9782330028893charles Darwin a décrit, sa vie durant, les phénomènes majeurs qui régissent la nature, notre cadre de vie, et, parmi ceux-ci, l’activité des vers de terre dans nos milieux. Bien qu’il n’ait pu qu’en observer les conséquences à la surface du sol, il en pressentit toute l’importance et y consacra un livre prémonitoire qui fut négligé car leur activité souterraine restait à décrire et à mesurer.

C’est en utilisant les vers de terre, à la manière de sondes explorant non pas l’espace mais le sol, que l’auteur est parvenu, pour la première fois, à évaluer l’ampleur surprenante de cette activité. Les sols, constituant la majeure partie des écosystèmes, sont en permanence ingérés, digérés et remodelés : ainsi, ce sont des centaines de tonnes de terre à l’hectare qui passent chaque année par le tube digestif de ces animaux. Ce travail assidu du sol permet de l’aérer, d’en améliorer la structure par le mélange intime des minéraux et de la matière organique, et de recycler des quantités considérables de carbone, d’azote, etc., pour féconder des sols ainsi naturellement dotés de fertilité.

L’importance des vers de terre s’explique par leur origine très ancienne et leur établissement en cohérence avec les autres constituants majeurs de nos écosystèmes, tels les sols et les plantes. L’évolution des milieux, incluant celle des vers de terre, explique leurs rôles fondamentaux et éclaire, a contrario, les effets souvent dévastateurs de nos pratiques, notamment agronomiques.

Cet ouvrage novateur propose une synthèse des connaissances relatives aux vers de terre et aux écosystèmes. Soulignant la perception très limitée que nous avons de notre environnement et les carences des technosciences actuelles, il nous montre comment ces animaux rustiques mais si sophistiqués pourraient nous aider à mieux évaluer et valoriser tout ce que la nature met à notre disposition.

Première masse animale des terres émergées, les vers de terre jouent un rôle fondamental dans les écosystèmes, mais le plus souvent ignoré. L’auteur, qui leur a consacré toute sa vie de chercheur, décrit leur étonnante diversité, leurs fonctions, ainsi que des “lombritechniques” qui permettront aux hommes de poursuivre leurs progrès tout en étant “environnementalement responsables” (restauration de la fertilité des sols ou de milieux dégradés, élimination et valorisation de déchets, par exemple).

 

On connaît bien, aujourd’hui, l’importance essentielle à la vie du rôle des insectes pollinisateurs. On sait peu que Charles Darwin a décrit, l’activité des vers de terre dans nos milieux. Les vers de terre ou lombriciens connaissent 7 000 espèces dont 400 en France. Ils rendent, eux aussi, dans l’intimité des sols, d’inestimables services à la Terre. Et cela au sens propre du terme.

Ainsi, ce sont des centaines de tonnes de terre à l’hectare qui, chaque année passent par le tube digestif de ces animaux. Ce travail assidu du sol permet de l’aérer, d’en améliorer la structure par le mélange intime des minéraux et de la matière organique, et de recycler des quantités considérables de carbone, d’azote, pour féconder des sols ainsi naturellement dotés de fertilité. Connaître et comprendre les lombriciens, ces animaux rustiques mais si sophistiqués, peut nous aider à mieux évaluer et valoriser tout ce que la nature met à notre disposition. 

Charles Darwin publie à la fin de sa vie, en 1881, une étude sur les vers de terre intitulée La Formation de la terre végétale par l’action des vers de terre. Aujourd’hui nous sommes à table dans le sillage de l’auguste naturaliste. Notre invité, Marcel Bouché est jardinier et agronome, mais il est d’abord et avant tout géodrilogogue, c’est-à-dire spécialiste des vers de terre. Nous partons avec lui sur les traces de ces petites bêtes qui constituent la première masse animale de France, qui ont régalé les amérindiens et les aborigènes et qui cultivent nos sols. 

 

Document(s)Actes Sud, 2014

Des vers de terre et des hommes

Publié dans VER DE TERRE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello