Caractéristiques du Singe

Posté par othoharmonie le 18 avril 2015

 

 

170px-Lémurien_2861aLes singes, ou simiens, vivent dans les régions chaudes non insulaires. Leur tête, à gros crâne et à museau souvent réduit, porte des yeux aptes à une vision binoculaire ainsi qu’une musculature peaucière permettant une mimique très expressive. Les bras, souvent très longs, permettent le grimper et la brachiation. Le pied porte un gros orteil opposable, les ongles sont plats, les fesses souvent pourvues de callosités, les mamelles pectorales. Les espèces mangeuses de feuilles ont un estomac compartimenté. 

On distingue deux infra ordres : les platyrhiniens, singes des Amériques, à narines écartées, 36 dents, à queue souvent préhensile (ouistiti, sapajou, atèle), et les catarhiniens, singes de l’Ancien Monde, à narines resserrées, 32 dents, queue absente ou non préhensile. Parmi ces derniers, les cynomorphes (cercopithécidés et colobidés : colobe, macaque, babouin) se distinguent des anthropomorphes,ou « grands singes » (apes des anglophones), plus proches de l’homme (hylobatidés et pongidés : gibbon, orang-outan, gorille, chimpanzé et formes fossiles). 

Leurs mains sont proches de celles de l’homme. Tout comme les pieds, elles comportent cinq doigts très minces, dont l’un est opposable aux autres, élargis à leur extrémité et munis d’ongles, sauf le deuxième, qui possède une griffe leur permettant de gratter leur fourrure ou celle de leurs congénères.

Leur nom vient des Lémures, car ils sont si farouches et peu visibles qu’ils ont fait penser à des fantômes. Les lémuridés sont endémiques de l’île de Madagascar. Deux espèces ont été vraisemblablement introduites par l’être humain dans les îles Comores : le Lémur mongoz (Eulemur mongoz) et une variété de Lémur fauve (Eulemur fulvus), connue sous le nom de Maki de Mayotte. 

La mythologie romaine assimile les lémures aux âmes damnées d’hommes et de femmes ne pouvant trouver le repos car ils ont connu une mort tragique ou particulièrement violente. Ils viennent souvent hanter les demeures des vivants. Pour les mettre en fuite (car leur révocation n’est pas possible), le peuple romain célébrait la fête dite de Lémuria les 9, 11 et 13 mai. Des fèves noires étaient ainsi jetées par-dessus l’épaule gauche de chaque père de famille dans chaque foyer. Les croyances rapportent que les fèves représentent la nourriture des morts. Cette pratique vise à apaiser d’éventuelles apparitions pour épargner les vivants.

Ensuite afin de précipiter leur déroute on frappait de grands vases d’airain toute la nuit durant.

Pendant la célébration, les mariages étaient interdits et tous les temples étaient condamnés.

 Paracelse compte sept races de créatures sans âme : les génies à forme humaine mais sans âme ni esprit (inanimata) des Éléments, les géants et les nains, les nains sur la terre. Il croit aux génies des quatre Éléments. La Terre, par génération spontanée, produit des nains qui gardent les trésors sous la montagne ; l’Eau produit les ondines ; le Feu, les salamandres ; l’Air, les elfes. Ensuite viennent les géants et les nains issus de l’air, mais qui vivent sur la terre. L’ouvrage de Paracelse a pour titre Le livre des nymphes, des sylphes, des pygmées, des salamandres et de tous les autres esprits (Liber de Nymphis, sylphis, pygmaeis et salamandris et de caeteris spiritibus), trad. de l’all., Nîmes, Lacour, 1998, 308 p. Mais sa doctrine hésite.

Caractéristiques du Singe dans SINGE 220px-Greater_Bamboo_lemur« Le mot inanimatum désigne six familles d’hommes sans âme… Ces hommes sans âme sont d’abord ceux des quatre familles qui habitent les quatre Éléments : les nymphes, nymphae, filles de l’eau ; les fils de la terre, lémures, qui habitent sous les montagnes ; les esprits de l’air, gnomi ; les génies du feu, vulcani. Les deux autres familles sont composées d’hommes qui sont également nés sans âme; mais qui, comme nous, respirent en dehors des Éléments. ce sont d’une part les géants et d’autre part les nains qui vivent dans l’ombre des forêts, umbragines… Il existe des êtres qui demeurent naturellement au sein d’un même Élément. Ainsi le phénix, qui se tient dans le feu comme la taupe dans ta terre. Ne soyez pas incrédules, je le prouverai ! Quant aux géants et aux nains de la forêt, ils ont notre monde pour séjour. Tous ces êtres sans âme sont produits à partir de semences qui proviennent du ciel et des Éléments, mais sans le limon de la terre… Ils viennent au monde comme les insectes formés dans la fange [par génération spontanée]. » (Paracelse, La grande astronomie. Astronomia magna (1537), trad., Dervy, 2000, p. 159-160).

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello