LES SINGES BONOBO

Posté par othoharmonie le 16 avril 2015

 

 

220px-Bonobo_sexual_behavior_1La deuxième espèce est le chimpanzé pygmée, ou nain, dit bonobo (Pan paniscus). Les deux premiers noms lui conviennent mal, car il n’est pas plus petit que son cousin, seulement plus légèrement bâti. Son visage est plus longiligne, ses membres plus allongés. Son pelage et sa face sont complètement noirs. Le bonobo ressemble beaucoup au chimpanzé commun, à la fois par sa morphologie et par ses mœurs. Il n’a été érigé au rang d’espèce qu’au début du xxe siècle : en 1929, le zoologiste allemand Ernst Schwartz, examinant un crâne de chimpanzé au musée du Congo belge, lui trouva une forme inhabituelle et, un peu hâtivement peut-être, en conclut qu’il avait affaire à une nouvelle espèce. Cependant, ce n’est pas non plus une erreur, puisque son observation fut confirmée par la suite, après examen de spécimens qui appartenaient à des musées de nombreux pays. C’est une espèce rare. On ne la trouve qu’à l’ouest de la République démocratique du Congo, dans la grande boucle que forme le fleuve Congo. Les deux espèces de chimpanzés ne se mélangent donc pas. Le chimpanzé commun vit dans des habitats variés, humides et boisés dans le meilleur des cas, mais pas forcément. Le bonobo, lui, a un habitat plus spécialisé, puisqu’il n’occupe que la forêt dense humide de plaine. Ce qui, de fait, change sa façon de se nourrir : comme le bonobo vit dans un milieu plus riche, il ne passe que 30 % de son temps à manger, là où son cousin passe déjà 40 % du sien dans les régions les plus favorisées comme le parc de Gombe, en Tanzanie. Et le bonobo n’utilise pas d’outils, tant la nourriture est abondante.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Les effectifs actuels sont estimés entre 29 500 (1997) et 50 000 (2001) individus, répartis sur environ 350 000 km2. On estime cependant que d’ici 2045 sa population aura diminué de plus de 50 % par rapport aux années 1970. Les bonobos – comme les autres chimpanzés – vivent en communautés qui se scindent en petits groupes ; cependant, comme ils vivent dans un milieu moins changeant, là aussi, les sous-groupes sont de taille et de composition moins variables. Les groupes unisexués (composés soit uniquement de mâles, soit uniquement de femelles) sont très rares.

Une vie sexuelle débridée

Les chercheurs expliquent ces différences en partie par le comportement sexuel : chez le bonobo, les femelles sont en œstrus, c’est-à-dire prêtes à s’accoupler, presque toute l’année, ce qui encourage les mâles à rester tout le temps près d’elles. Par rapport à son proche cousin, le bonobo a une activité sexuelle débridée : chez le chimpanzé commun, la période d’accouplement ne dure que quelques jours, au milieu de chaque cycle de la femelle, alors que les bonobos s’accouplent même quand la femelle n’est pas réceptive. Cette espèce s’accouple souvent face à face, ce qui – à part chez les baleines… et l’homme – est rare chez les mammifères. Le chimpanzé commun, lui, adopte la position dorso-ventrale.

D’une façon générale, les liens entre individus sont plus forts chez le bonobo.

Le bonobo se rencontre très rarement dans les zoos, où il se reproduit difficilement.

 

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello