• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 25 mars 2015

L’histoire de NOIRE-NEIGE et des 7 PETITS PERROQUETS

Posté par othoharmonie le 25 mars 2015

 

Psittacus_erithacus_-pet_parrots_-family-6aIl était une fois une vieille femme qui se désole de ne pas avoir d’enfant. Un jour d’été, alors qu’elle est prés d’une souche d’ébène, elle se pique le doigt en cueillant des orties et quelques gouttes de jus de pomme tombent dans la terre.

- « Oh ! » se dit-elle, « si seulement j’avais un enfant, au teint noir comme la nuit, aux lèvres vertes comme l’herbe et aux cheveux blancs comme les nuages ! ».

Quelques temps plus tard, elle met au monde une fille en tout point comme elle le souhaitait. La petite, Noire-Neige, grandit autant de corps que de mocheté. Si bien qu’un jour le vieux miroir de la vieille, qui habituellement lui dit qu’elle est la plus moche des moches du royaume, lui révèle que c’est Noire-Neige la plus moche … La vieille, folle de jalousie, décide de tuer sa fille.

Pour se faire, elle appelle son garde-du-corps ; ce dernier devant tant de mocheté, ne peut se résoudre à la tuer et abandonne Noire-Neige dans la forêt. Il présente à la vieille le cœur d’un chevreuil qu’elle prend pour celui de sa fille ; aussitôt elle le mange.

Errant dans la forêt, Noire-Neige voit un manoir ; elle entre pour s’y reposer. C’est la demeure des sept perroquets qui, apitoyés par son histoire acceptent de cacher et de loger Noire-Neige en échange d’un entretien de la maison.

Par le biais d’un ruban qu’un jour un renard a volé à Noire-Neige, la vieille apprend que sa fille est en vie. Le vieux miroir le lui confirme sur le champ. Elle demande alors à un démon déloyal digne de confiance de se présenter à Noire-Neige comme un riche vendeur et de la tuer. Cette dernière ne se méfie pas et laisse entrer l’inconnu qui la roue de coups avec ses cannes. Laissée pour morte, les perroquets arrivent et la découvrent inanimée …

Ils se préparent donc à la quitter et tirent un superbe feu d’artifice qui, par le bruit, redonne vie à Noire-Neige. 

La vieille femme furieuse de cet « échec et mat » décide pour une dernière tentative d’assassiner elle-même Noire-Neige : elle se transforme alors en magicienne et lui fait respirer une plume empoisonnée … Noire-Neige tombe et perd connaissance …

La vieille femme, ravie de son ultime réussite, s’en va … Elle consulte son miroir qui lui révèle que c’est bien elle la plus moche du royaume !

Les sept perroquets trouvent Noire-Neige comme endormie à jamais et construisent une harpe de pierres sur laquelle ils déposent Noire-Neige.

Un sorcier maléfique qui passait sur son griffon est attiré par l’objet et s’approche … Il découvre la laideur de Noire-Neige et décide sur le champ d’en faire la plus horrible du royaume.

Il l’emporte sur son griffon et s’envole toujours plus haut dans le ciel … peu à peu, le grand air dilue les senteurs malsaines et libère Noire-Neige du mauvais sort …

Encore plus haut, sur le dernier nuage à gauche, le royaume apparaît enfin …

Sous les applaudissements du peuple, le sorcier demande à Noire-Neige sa main … Et c’est dans un sourire édenté qu’elle répond … NON !

(conte inspiré de la fable « Blanche-Neige et les sept nains ») paru sur http://www4.ac-nancy-metz.fr/

 

 

Publié dans PERROQUET | Pas de Commentaire »

L’empreinte chez le perroquet

Posté par othoharmonie le 25 mars 2015

 

 161398

 

C’est vers 1935 que l’Autrichien Konrad Lorenz décrivit le premier concept de l’imprégnation en observant le développement du comportement chez les jeunes oiseaux (exemple de l’oie). Il réalisa que les jeunes oiseaux qu’il avait élevé lui-même à partir d’un très bas âge le considéraient comme un réel parent. C’est l’exemple de l’oie qui née et qui décide de suivre le premier être animé qui se présente, mère ou humain.

L’imprégnation (imprinting ou empreinte) est le processus d’apprentissage particulier qui se produit à très bas âge (avant le sevrage), qui se caractérise par 5 principes de base :

• Il s’agit d’un phénomène naturel et essentiel au développement de l’individu
• Il amène un comportement spécifique par rapport à un objet déterminé
• Il se termine lors d’une période critique ou sensible bien définie
• Il s’agit d’un phénomène irréversible, fixé pour la vie chez l’individu
• Il peut impliquer les 5 sens

A une période où le jeune perroquet est très sensible et où il est exposé à un stimulus très significatif qui crée un rapport exclusif des oisillons avec leurs parents, autour de l’apport alimentaire (la becquée) et autour de la sécurisation du lieu. L’oisillon s’attache à un modèle qui est présent dès qu’il commence à prendre conscience de l’environnement qui l’entoure. Cela peut donc être un parent, comme une toute autre espèce animale, comme le cas de l’homme intrusif qui fera de l’élevage à la main. (EAM, NAM). On parle donc de la mise en place définitive d’un lien entre un déclencheur extérieur et un comportement instinctif. Cette mise en place n’est pas commandée par un déterminisme biologique très spécifique (comme un lien de parenté, une odeur) mais par des circonstances. L’imprégnation aura lieu avec l’être qui sera là au moment où celle-ci se passera.

En s’imprégnant à ses proches parents, le jeune animal en vient à reconnaitre les caractéristiques distinctives propres à son espèce. Par exemple, l’animal élevé par sa mère naturelle s’identifiera à l’espèce de sa mère, alors que l’animal élevé par un humain cristallisera son identification à l’être humain. Cette étape est essentielle et détermine l’évolution des rapports sociaux qui développera l’individu avec l’âge.

Plusieurs comportements normaux seront influencés par les conditions de l’empreinte. Entre autres, l’imprégnation semble déterminante face aux comportements de reproduction et d’alimentation. C’est l’exemple de la perruche EAM qui veut donner la becquée à son humain.

En général la plupart des empreintes s’effectue en bas âge et il existe une période précise et relativement courte pendant laquelle le perroquet est sensible au phénomène pour un comportement donné.

Les espèces nidifuges possèdent un plumage et sont aptes à se déplacer dès peu de temps après l’éclosion (canards, oies, poules etc.) donc ils doivent s’imprégner très rapidement à leur parents pour survivre. Les oiseaux de proie sont la plupart nidicoles puisque les oisillons demeurent au nid sur une période prolongée. L’imprégnation des jeunes aux parents plus donc s’effectuer plus tardivement et durant plus longtemps. La période critique pendant laquelle s’opère le phénomène d’empreinte ne se répète pas dans la vie d’un individu pour un comportement donné. C’est donc dire que l’imprégnation est un phénomène unique. De plus, une fois la période terminée, l’empreinte est cristallisée et l’oiseau conservera cette préférence d’espèce pour la vie. Même s’il est possible qu’un oiseau imprégné à l’humain et rendu à l’âge adulte se reproduise avec un congénère et donne une nichée, dès qu’il apercevra un humain il sera tenté d’abandonner sa nichée pour courtiser son humain (hors espèces domestiquées, perruche ondulée, calopsitte élégante et inséparable). Car cett imprégnation induit l’empreinte sexuelle de l’oiseau.

Les choses deviennent encore plus complexes, pour comprendre les mécanismes de l’imprégnation, lorsque l’on considère que la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat (très peu développé chez les oiseaux) et le gout peuvent simultanément ou indépendamment jouer un rôle dans les rouages du phénomène. Des questions peuvent ainsi surgir, par exemple, quelle importance peut avoir les contacts physiques et le son de la mère sur l’imprégnation de l’oisillon acore aveugle ? Que peuvent devenir des oiseaux imprégnés en captivité une fois relâché dans la nature ?

L’empreinte a des répercussions à très long terme :
• Identité (apprendre les caractéristiques de ses parents)
• Attachement
• Relation et adaptation sociale
• Les types d’individus avec lesquels il aura des relations privilégiées

Finalement, l’empreinte est une forme d’apprentissage rapide, spécifique, irréversible et efficace car elle ne nécessite aucun renforcement. L’empreinte désigne la persistance et la stabilité extrême qui caractérisent les préférences acquises au cours de la phase sensible. Elle protège les informations biologiques importantes relatives au caractère de l’espèce. Son irréversibilité protège les acquis de la phase sensible afin qu’ils ne soient pas occultés par les expériences ultérieures inadéquates pour la survie de l’espèce. C’est un phénomène qui fait partie de l’instinct de survie de l’oiseau. Tout ce qui est acquis par imprégnation est permanent et détermine les comportements futurs.

Une imprégnation défaillante (EAM par les débutants ou les gens malintentionnés qui veulent faire du profit) produira un perroquet avec un système de défense actif. La méthode d’élevage à la main est la source première de la plupart des problèmes de comportements des perroquets EAM.

Pour conclure, le phénomène de l’imprégnation constitue un processus d’apprentissage très complexe, que l’homme ne pourra jamais remplacer aussi bien que les parents oiseaux. Ce qui nous amène à constater que la meilleure école de la vie pour les perroquets est sans contredits l’environnement naturel et les parents naturels.

Sources :
Médecine vétérinaire du Québec, été 1998
Konrad Lorenz, biologiste et zoologiste
Guy Fitzgeralg, vétérinaire de Montréal
Johanne Vaillancourt, comportementaliste pour perroquets

Publié dans PERROQUET | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello