LA CHOUETTE en général

Posté par othoharmonie le 10 février 2015

            

 

220px-Athene_albifaciesLe terme « chouette » dériverait de l’ancien français choue, supposé être issu du vieux bas francique *kawa et du suffixe diminutif -ette, et partagerait la même étymologie que le terme choucas, un corvidé. La même racine semble se retrouver d’ailleurs dans de nombreuses langues nord-européennes comme dans kaie en norvégien.

Les premières attestations du terme, dont est issu « chouette » en français, datent du xie siècle sous la forme de çuetechouate ou même choe.

 

Chouette est de certains oiseaux de la famille des Strigidaes (sans pour autant désigner tous les oiseaux de cette famille), qui regroupe environ200 espèces caractérisées comme des rapaces solitaires et nocturnes. Les chevêches sont en principe plus petites que les chouettes1. Les chouettes se distinguent des hiboux par l’absence d’aigrettes sur la tête (faisceaux de plumes qui, dans le cas du hibou, donnent l’impression d’oreilles ou de cornes).

Sous cette appellation, se retrouvaient également des rapaces nocturnes appartenant à la famille des Tytonidae.

 

Les chouettes chassent principalement des petits mammifères, surtout des petits rongeurs, des insectes, des serpents ainsi que d’autres oiseaux.

Certaines espèces se sont spécialisées dans la pêche. On trouve des chouettes sur toute la surface de la terre, à l’exception de l’Antarctique, d’une grande partie du Groenland, ainsi que de certaines îles lointaines.

La chouette peut pivoter sa tête à 270°. Ses yeux, bien qu’imposants avec leurs disques faciaux arrondis qui recouvrent la moitié de la tête, ne lui permettent de bien voir que sur un faisceau de 70° sur un champ de vision total de 180°.

L’ouïe de cet oiseau est très développée, elle fait de lui un grand chasseur. Ses oreilles situées asymétriquement (l’oreille droite est plus haute que l’oreille gauche) captent les variations de temps d’arrivée des ondes sonores de ses proies, lui permettant ainsi de les localiser. Ainsi, dans le cas d’une proie qui tente de s’enfuir, la chouette la localise par la provenance des sons et n’a pas besoin de la voir pour la chasser.

Dans les paysages anthropisés et artificialisés (villes, zones périurbaines, zones d’agriculture intensive, bords de routes..) la plupart des rapaces nocturnes ont disparu d’une part importante de leur aire naturelle ou potentielle de répartition ou (sur les bords de route) les milieux sont devenus pour eux des puits écologiques ou pièges écologiques. Ainsi les chouettes sont très sur-représentées parmi les oiseaux tués par les véhicules (phénomène dit de « Roadkill »). Les oiseaux nocturnes éblouis par les phares ou les luminaires alors qu’ils chassent de nuit, semblent le moins bien éviter les véhicules.

Comme tous les rapaces, ces oiseaux sont aussi sensibles à la bioaccumulation dans le réseau trophique de certains polluants (pesticides, ou poisons (raticides, souricides…) utilisés dans la lutte contre certains micromammifères.

Laisser un commentaire