LES RHINOCEROS AU CINEMA

Posté par othoharmonie le 17 décembre 2014

 

Au cinéma, les rhinocéros interprètent, entre autres, les gardes bourrus dans le dessin animé

 images (1)

Robin des Bois de Walt Disney de 1973, tandis que le film Et vogue le navire de 1983 de Federico Fellini (1920-1993), écrit avec Tonino Guerra, est dédié au rhinocéros. Il raconte que, en 1914, une croisière vers Erimo est organisée pour disperser dans la mer les cendres d’une grande cancantatrice, Edmea Tetua. De la cale du paquebot  » Gloria N.  » monte la puanteur insupportable d’un rhinocéros qui est ensuite hissé sur le pont et lavé. Des naufragés serbes s’étant enfuis après l’attentat de Sarajevo sont recueillis, la vie à bord s’anime, jusqu’au moment où, arrivés au large d’Erimo, les cendres d’Edmea sont dispersées en mer. Enfin, un serbe lance une bombe contre un cuirassé austro-hongrois qui tire des obus contre le Gloria N. qui coule. Les rescapés sont un journaliste qui vogue amusé sur une chaloupe de sauvetage à bord de laquelle rumine placidement le rhinocéros1.

 

Dans les bandes dessinées et les cartoons de Marvel, Rhino2 est l’ennemi juré de Spiderman, alors que Guido Crepax (1933-2003) dans Storia di U dessine un monde d’animaux qui se comportent un peu comme les humains avec U, le seul humain de l’histoire, qui a comme patron un rhinocéros… et Hugo Pratt (1927-1995) en présente un dans Ann de la Jungle3.

 

Le périssodactyle colossal est aussi le figurant menaçant de nombreux films ayant pour thème l’Afrique, dont King Solomon’s Mines4 de 1950, inspiré du roman de 1885 de H. Rider Haggard (1856-1925), avec Stewart Granger, Deborah Kerr et Richard Carlson, réalisation de Compton Bennett et Andrew Marton, Hatari! (danger) de 1962 de Howard Hawks, avec John Wayne et Elsa Martinelli, et Mogambo de 1953 de John Ford, avec Clark Gable, Ava Gardner, Grace Kelly. Il fait même une apparition dans Indiana Jones et la dernière croisade de 1989 et il est le protagoniste d’innombrables documentaires dont ceux extraordinaires de Martin et Osa Johnson des

années 30, jusqu’au rhinocéros aux très longues cornes du documentaire en couleurs d’Armand et Michaela Denis de 1958, ou encore le documentaire sur le rhinocéros noir en Namibie de Blythe et Rudi Loutit, sur le rhinocéros blanc dans Natal de Rudolf Lammers et The Rhino War du National Geographic de 1987 sur le braconnage au Kenya.

 

Extrait de : Le Rhinocéros – Histoires fantastiques et légendes authentiques en Français

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello