• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 7 décembre 2014

Premiers pas d’un bébé rhinocéros

Posté par othoharmonie le 7 décembre 2014

 

220px-Diceros_bicornis_(Etosha)Un rhinocéros blanc est né le 14 mai dernier au zoo de Dubbo, dans le sud-ouest de l’Australie. Le bébé est un mâle de 50 kilos qui n’a pas encore été baptisé. Il est le premier auquel sa mère, Mopani, a donné naissance a expliqué Pascale Benoit, soignante au Taronga Western Plains Zoo situé à 400 kilomètres à l’ouest de Sydney. « Il semble que la première pluie que nous ayons à Dubbo depuis des mois ait aidé à la naissance de ce bébé rhino », a-t-elle expliqué. 

Pour le directeur du parc, Cameron Kerr, la naissance d’un rhinocéros blanc (Ceratotherium simum) est toujours « un signe d’espoir ». D’autant plus que le massacre de ces animaux chassés pour leur corne s’intensifie en Afrique. En effet, pas moins de 2 000 individus ont été tués par des braconniers depuis 2006 et leur population est à ce jour la plus basse jamais enregistrée, selon lui.

 Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=U9ujewGxZmE

NEUF NAISSANCES. En 2012, le zoo avait perdu quatre rhinocéros présentant des « anomalies neurologiques ». Les autopsies avaient permis d’écarter l’empoisonnement par toxines ou morsures de serpent, l’infection bactérienne, et la défaillance d’organes sans permettre cependant de déterminer précisément l’origine de leurs maux. Mopani, la mère du bébé, avait contracté la maladie pendant sa gestation mais a survécu.

En 2003, cinq rhinocéros avaient été livré par le Kruger National Park (Afrique du Sud) afin d’améliorer la diversité génétique de la population du zoo australien. En effet l’espèce originaire d’Afrique ne se trouve pas à l’état sauvage en Australie. Depuis lors, neuf rhinocéros blancs sont nés dans ce zoo.

Ces rhinocéros appartiennent à l’espèce des rhinocéros blancs du Sud, la moins menacée des deux familles de rhinocéros blancs, dont il ne resterait plus que 20 000 individus vivant en liberté en Afrique, selon le Fonds mondial pour la nature (WWF).

À LIRE AUSSI : Deux rhinocéros braconnés par jour en Afrique du Sud

 

Publié dans RHINOCEROS, VIDEOS A PARTAGER | Pas de Commentaire »

Le Rhinocéros, un animal qui cherche à éviter les conflits

Posté par othoharmonie le 7 décembre 2014

 

Le rhinocéros noir est un habitué des zones de transition entre la forêt et la savane, là où abondent les buissons épineux. Dans ces larges espaces, il n’a pas souvent l’occasion de rencontrer un congénère ; ‘c’est de toute façon un animal solitaire. Le domaine vital occupé par un individu varie entre 3 et 90 km2, selon la densité en points d’eau et en buissons épineux.

220px-Spitzmaulnashorn_fcmDes clans bien défendus

Le rhinocéros noir est un animal au mode de vie plutôt solitaire, surtout les mâles adultes. Les femelles et les jeunes sont plus sociables. Dans certaines régions toutefois, les rhinocéros noirs sont organisés en clans. Ceux-ci regroupent quelques dizaines d’individus, mâles et femelles, qui exploitent le même point d’eau. Les résidents se connaissent et se respectent tant que les conditions restent stables. Cependant, l’agressivité peut surgir en cas de surpopulation, de diminution des ressources en eau et en nourriture ou pour toute autre cause impliquant une redistribution des domaines. Ce domaine commun à tout le clan couvre une surface moyenne de 80 km2, ce qui représente un cercle d’un rayon de 5 km environ, centré sur un point d’eau, et que tous les rhinocéros du clan marquent. Ils déposent leurs urines et leurs excréments dans des lieux de défécation collectifs et éparpillent leur crottin de leurs pattes postérieures, puis, les pattes imprégnées, ils continuent leur promenade, transportant ainsi les odeurs de tous les individus d’un bout à l’autre du domaine commun, et marquant au passage le sol et la végétation.

Pacifiques entre eux, les animaux du clan deviennent agressifs dès qu’un mâle inconnu traverse le domaine commun. Les femelles étrangères sont un peu mieux tolérées. Les animaux les plus agressifs semblent être les femelles suivies de leur petit, qui chassent tous les autres rhinocéros qui approchent.

Une cour peu romantique

Même en période de rut, la femelle rhinocéros ne se laisse pas facilement aborder. En général, les premières tentatives du mâle sont repoussées violemment. Une fois formé, non sans difficulté, le couple se maintient quelques jours, voire quelques semaines, mais jamais plus longtemps. Les deux animaux se déplacent et se nourrissent alors ensemble. Parfois même, ils se reposent l’un contre l’autre.

La cour du rhinocéros noir ne paraît pas très « romantique » : grognements, charges, coups de tête et de corne, grattages du sol, défécations et éparpillement des crottins, jets d’urine constituent l’essentiel des jeux amoureux. Ceux-ci peuvent durer des heures avant d’aboutir à l’accouplement.

On observe peu de conflits entre mâles pendant les 2 à 8 semaines que durent les chaleurs de la femelle. Chacun semble connaître son rang, les plus jeunes et les plus faibles laissant spontanément la place aux plus expérimentés. Et les rares regroupements de mâles autour d’une femelle en rut ne durent jamais très longtemps.

Après la courte période de reproduction, les rhinocéros retournent à leur vie solitaire.

Des combats rituels… parfois préludes à l’accouplement

Cette corne, que l’on imagine redoutable, capable d’infliger les pires blessures lors des affrontements, est avant tout un moyen de faire connaître son rang.

Lorsque deux rhinocéros se rencontrent, ils se contentent de croiser leurs cornes à la manière d’escrimeurs croisant le fer, cherchant surtout à tester la force et les réflexes de l’adversaire. Avant l’échange proprement dit, les animaux émettent parfois des grognements d’intimidation. Puis, ils se portent mutuellement des coups de cornes latéraux. L’affrontement s’accompagne également de cris divers. Le plus souvent, l’un des rhinocéros finit par s’imposer et le combat s’arrête de lui-même.

220px-Black_rhinoLes rhinocéros noirs se querellent très rarement entre voisins d’un même clan. Comme chez de nombreux animaux, ce n’est que lors de l’établissement des territoires que les conflits peuvent apparaître. Ensuite, les résidents se connaissent et respectent les limites des autres domaines. Des combats entre mâles ont aussi lieu pour la possession des femelles.

De façon générale, l’ensemble de ces combats est sans conséquence. Il arrive cependant que certains dégénèrent en assauts violents, pouvant aboutir à la mort d’un des deux protagonistes, les cornes devenant de redoutables armes capables de transpercer la peau, pourtant très épaisse, de ces animaux.

Modérément agressif envers ses congénères, le rhinocéros noir peut l’être beaucoup plus à l’égard d’un autre animal ou de l’homme. Il lui arrive de charger, corne en avant, de façon totalement imprévisible, attaquant même des véhicules.

Publié dans RHINOCEROS | 1 Commentaire »

Le rhinocéros Noir

Posté par othoharmonie le 7 décembre 2014

Ngorongoro_SpitzmaulnashornComme tous les rhinocéros, le rhinocéros noir est un solitaire. Il est actif principalement au crépuscule et pendant la nuit ; durant la journée, il dort à l’ombre ou prend des bains de boue.

Sa nourriture est constituée de branchages, surtout des acacias qu’il saisit grâce à sa lèvre supérieure en forme de doigt, dirige entre ses mâchoires et broie avec ses molaires. Le rhinocéros noir ne broute jamais l’herbe : si d’aventures on croit le voir en train de paître, c’est qu’en réalité il arrache du sol des plantes ligneuses. Il est d’ailleurs capable d’absorber même des branches très épineuses.

Mâles et femelles ne se rapprochent que quelques jours pendant le rut. Si l’on voit ensemble plusieurs rhinocéros, il s’agit le plus souvent d’une femelle avec ses petits. Les jeunes femelles sont encore acceptées à proximité même si le nouveau petit est déjà né.

Le rhinocéros noir marque son domaine grâce à son urine et à ses déjections. Ce territoire peut cependant en chevaucher d’autres : le rhinocéros noir ne se montre généralement pas agressif envers ses congénères qui habitent les domaines voisins, il arrive même de temps en temps que deux mâles soient aperçus en train de se nourrir côte à côte. Évidemment, le comportement change si deux mâles font la cour à une même femelle : ils peuvent alors en venir à des batailles dont l’issue est parfois mortelle.

L’accouplement des rhinocéros noirs peut durer plus d’une heure.

L’unique petit vient au monde après une gestation de 450 jours et a, à sa naissance, un poids d’environ 25 kg, exceptionnellement 40 kg. Le nouveau-né présente à l’emplacement où poussera la corne principale un épaississement d’environ un centimètre de haut, et une tache ronde un peu plus claire à l’emplacement de la seconde. La mère allaite son petit pendant environ deux ans et le défend contre tout danger. Pendant presque tout ce temps, elle n’est pas en mesure de concevoir un nouveau petit.

Les jeunes atteignent leur maturité sexuelle à cinq ans pour les femelles, huit ans pour les mâles, et quittent alors, au plus tard, leur mère. Leur longévité peut aller jusqu’à quarante-cinq ans.

Le rhinocéros noir n’a pas d’ennemis naturels. Seuls des lions essaient de temps en temps de s’emparer d’un petit, si la femelle n’y prend pas garde. Des cas ont aussi été observés où les rhinocéros en train de boire étaient attaqués par des hippopotames ou des crocodiles ; mais ce n’est pas la règle.

Fréquemment, le rhinocéros noir attrape des parasites : tiques, mouches du cheval et filaires font partie des plus fréquents. En particulier, les blessures reçues lors des batailles en période de rut constituent pour les mouches un lieu de ponte idéal. Pour se débarrasser de quelques-uns de ces gêneurs, le rhinocéros noir se vautre dans la boue ou prend des bains de poussière ; il tolère aussi la société des pique-bœufs et des hérons garde-bœufs, qui se posent sur son dos et y picorent les parasites.

Le danger présenté par les rhinocéros a été fort exagéré. Un homme qui s’approche est repéré par l’odorat. Dans un tel cas, le rhinocéros prend le plus souvent la fuite. C’est seulement si le vent est défavorable et que le rhinocéros est surpris qu’il attaque. On considère généralement son comportement comme imprévisible, si bien que des animaux apparemment paisibles peuvent en venir à des attaques soudaines. Si la personne s’enfuit, le rhinocéros peut ne pas insister. Mais si l’envie lui vient de riposter, il est capable de projeter un homme en l’air avec sa corne, ce qui cause des blessures très graves.

Le rhinocéros noir qui vit en Afrique, est la seule espèce du genre Diceros, l’un des quatre genres de rhinocéros. Le rhinocéros noir d’Afrique de l’Ouest, sous-espèce Diceros bicornis longipes, est déclarée éteinte le 11 novembre 2011 par l’UICN

La chasse moderne a fait du rhinocéros noir, au cours des trois dernières décennies du xxe siècle, une espèce très rare. Le braconnage est devenu une activité à hauts risques en Afrique du fait des lourdes peines encourues, mais perdure, parce qu’il continue à alimenter un commerce profitable. La corne du rhinocéros, en effet, est extrêmement convoitée par des acheteurs alt=Description de cette image, également commentée ci-aprèsd’Extrême-Orient ou yéménites, disposés à la payer des sommes considérables pour deux raisons principales :

  • La médecine chinoise traditionnelle (TCM) lui prête, une fois réduite en poudre, des vertus médicinales, notamment pour accroître la puissance sexuelle ou faire baisser la fièvre.
  • Au Yémen, un poignard à manche en corne de rhinocéros noir est un symbole traditionnel de virilité que tout membre de l’élite sociale se doit de posséder, même s’il doit l’importer en toute illégalité.

Pour dissuader le braconnage, des garde-chasses en sont même venus dans certaines régions à endormir les rhinocéros pour leur couper les cornes, pratique indolore puisque les cornes, comme les ongles, ne se composent pas de cellules vivantes. Mais cette méthode n’a pas eu le succès escompté : les braconniers n’hésitaient pas à abattre un animal privé de cornes pour ne pas perdre de temps à suivre à nouveau sa trace. C’est ainsi qu’on a été amené à faire garder certains rhinocéros noirs vingt-quatre heures sur vingt-quatre par des garde-chasses armés.

Publié dans RHINOCEROS | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello