L’Aigle a Un territoire pour la vie

Posté par othoharmonie le 20 novembre 2014

 

220px-Golden_Eagle_Nest_(Aquila_chrysaetos)Le choix et l’occupation d’un territoire sont pour l’aigle essentiels. De sa possession dépendent ses ressources alimentaires et la possibilité de se reproduire, l’aigle ne choisissant une compagne, généralement, qu’après avoir trouvé ce territoire.

Des études menées en Europe et aux États-Unis ont montré que l’étendue du territoire varie en fonction de la richesse locale en proies et, dans les zones montagneuses, des sites de nidification disponibles. Elle est ainsi de 43 à 94 km2 en Écosse, de 49 à 153 km2 en Californie, mais de 73 km2 dans l’Idaho, de 172 km2 dans le Montana et de 300 km2 dans les Alpes suisses ; dans les Alpes françaises, elle varie de 225 à 625 km2(soit 14 fois plus qu’en Écosse).

Un territoire n’est jamais exploité ou défendu en totalité et plusieurs d’entre eux peuvent avoir, à leur périphérie, des zones communes. À l’intérieur du territoire, les aigles ne prospectent de façon systématique qu’un secteur central, appelé territoire de chasse. Celui-ci couvre de 20 à 40 km2, parfois seulement de 10 à 12 km2, ce qui représente environ de un tiers à un cinquième du territoire total. La surface des territoires et le nombre limité d’aigles rendent exceptionnels les rencontres et les affrontements.

La distance entre les aires, ou nids, occupées par deux couples d’aigles royaux est en moyenne de 5 km. Elle dépend de la taille des territoires. Dans les Alpes françaises, elle varie de 3,8 à 25 km. Dans l’Idaho (États-Unis), J.J. Beecham et M.N. Kochert ont noté, pour 56 aires occupées, des distances comprises entre 800 m (exceptionnel) et 16 km.

Les aigles royaux s’unissant souvent pour la vie, sauf accident, un couple d’aigles garde son territoire plusieurs années consécutives. À la mort de l’un des partenaires, le survivant, surtout s’il s’agit du mâle, conserve ses droits de propriété sur le territoire du couple.

Un choix de plusieurs nids sur le territoire

Le couple, une fois établi, construit une ou plusieurs aires, distantes entre elles de quelques mètres à 5 ou 6 km.

Année après année, le couple privilégie une aire ou il alterne celle-ci avec une autre, à moins qu’il n’en réapprovisionne deux ou trois avant le choix définitif de la femelle. C’est elle aussi qui en dirige, tout en y participant, la construction et l’entretien. Les branchages sont ramassés au sol ou brisés sur les arbres. L’aigle fond sur l’arbre et agrippe une branche de ses serres. Sous la charge, la branche cède. Mais elle résiste parfois à ce premier assaut… Le travail de finition consiste à disposer des feuillages frais au sommet du nid. Cette tâche dure 3 ou 4 mois.

À l’origine, l’édifice mesure une quarantaine de centimètres d’épaisseur pour un mètre de diamètre, mais, au fil des années et si le support s’y prête, il atteint deux ou trois mètres de diamètre et de deux à quatre mètres de haut. Les aires sur une corniche rocheuse ne prennent jamais les proportions de celles qui, bâties sur un arbre, s’élèvent, à loisir, dans l’espace. Le record : 5,2 m de hauteur sur 1,3 m de diamètre… Les gros nids pèsent des centaines de kilos.

Les aires qui ne sont pas retenues pour la nidification sont utilisées à d’autres fonctions. Les aigles peuvent y passer la nuit, s’y reposer pendant la journée ou en faire des charniers où la nourriture excédentaire est stockée. La distance la plus importante relevée entre le point de capture d’une proie et l’aire est de 16 km.

 

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello