• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 23 octobre 2014

LA NAISSANCE du Manchot

Posté par othoharmonie le 23 octobre 2014

 

téléchargement (4)Œufs

Chaque espèce a sa forme et couleur d’œuf. 
Les oeufs ont des couleurs variant du blanc au blanc bleuté ou blanc tirant sur le vert. 
Chez les manchots Adélie et de Humboldt, l’œuf est plus ou moins rond. Pour les manchots empereurs et royaux, la forme est plus proche d’une poire. 

La taille et le poids de l’œuf varie selon les espèces.
Les programmes de reproduction de SeaWorld ont permis d’obtenir les chiffres suivants:

  • manchot empereur : taille de 11,1 à 12,7 cm ; poids de 345 à 515 g
  • manchot Adélie : taille de 5,5 à 8,6 cm ; poids de 61 à 153,5 g

Le nombre d’oeuf(s) dépend de chaque espèce:

  • manchots empereur et royal 
    Ils ne pondent qu’un unique œuf.
  • genres Pygoscelis, Spheniscus et Eudyptula (à l’exception du manchot à jugulaire) 
    Deux oeufs sont pondus. Le premier œuf est généralement plus grand que le second et il éclot le premier. Le premier a plus de chance de survivre que le second: il sera plus grand et robuste que le second à son éclosion. Ce second, généralement plus petit, peut difficilement rivaliser avec le premier pour la nourriture et il va périr.
  • genre Eudyptes (gorfous) 
    Deux oeufs sont pondus. Le second, et par conséquent, le poussin est généralement le plus gros des deux et celui qui survivra. Aucune explication scientifique n’a permis de comprendre cette différence avec les autres espèces.
  • manchot à jugulaire et manchot à oeil jaune. 
    Ils pondent généralement deux œufs. Les deux poussins sont élevés et il n’y a quasiment aucune différence de taille.

L’incubation

Pendant l’incubation, les deux parents alternent pour maintenir l’œuf au chaud. L’exception revient au manchot empereur où seul le mâle couve l’œuf. 
Comme tous les oiseaux qui couvent, les manchots protégent l’oeuf par un repli flasque de la peau abdominale. La partie intérieure de ce pli est une zone de peau sans plume fortement irriguée en veines et vaisseaux sanguins. Gorgée de sang, la chaleur du corps est transféré à l’oeuf. 
Le temps d’incubation varie d’une espèce à l’autre : cela va d’un mois (gorfou huppé) jusqu’à 62 à 67 jours (manchot empereur). 
La température d’incubation est d’environ 36°C. C’est un peu moins pour les grandes espèces. 
La raison principale d’un échec est la mauvaise synchronisation entre le mâle et la femelle lors de l’incubation. Le cas fréquent est celui où la femelle revient après le départ du mâle, laissant l’oeuf se refroidir et dépérir. Un mâle quittera spontanément le nid si la motivation de se nourrir est plus grande que celle de couver.

L’éclosion

Les poussins commencent par faire un petit trou dans l’oeuf. Ensuite, ils ébréchent la coquille jusqu’à ce qu’ils puissent détacher et faire tomber le sommet pour enfin sortir. Cela peut prendre jusqu’à trois jours. 
Pour la plupart des espèces, les poussins naissent avec un fin duvet. Dans le cas des manchots royaux, les poussins naissent nus et le duvet va pousser en quelques semaines. Les plumes du duvet ne protégent pas les poussins de l’eau; les poussins ne peuvent se rendre en mer qu’après l’apparition du plumage juvénile. Le plumage adulte n’apparait qu’au bout d’un an. 
Dans chaque espèce, les couleurs (blanc, gris, noir ou marron) et les marques des poussins sont complétement différentes de celles des adultes. Certains scientifiques avancent que les manchots adultes ne perçoivent pas les poussins comme étant des concurrents pour l’accouplement ou pour les sites de nidification. La coloration peut également faire ressortir le comportement parental chez les adultes.

Prise en charge par les parents

Pour survivre, les poussins demandent une grande attention de la part des parents. Les deux parents nourrissent le poussin en régurgitant. Les parents ne nourrissent que leurs poussins et ils les reconnaissent à leur cri ou vocalise (propre à chaque poussin). Les poussins sont maintenus au chaud par le repli flasque de la peau abdominale utilisé pour l’incubation. Dans certaines espèces, à partir d’un certain âge, les poussins peuvent être rassemblés dans des groupes appelés crèches. Les poussins sont alors mieux protégés des éléments et des prédateurs. Les espèces tempérées ou sub-tropicales (gorfous Eudyptes, Spheniscus) ne forment pas de crèche.

téléchargement (5)Développement du poussin

Un poussin dépend de ses parents pour survivre entre l’éclosion et l’âge où ses plumes (imperméables) apparaissent. Cette période va de sept semaines pour le manchot Adélie à 13 mois pour le manchot royal. Dès que le poussin a des plumes (remplaçant le duvet juvénile perméable), il peut aller en mer et il devient indépendant de ses parents.

Publié dans PINGOIN et MANCHOT | Pas de Commentaire »

L’exploitation des manchots

Posté par othoharmonie le 23 octobre 2014

 

images (3)La rencontre hommes-manchots ne fut pas favorable à ces oiseaux. Les hommes tirèrent rapidement parti de cet oiseau gras, peu craintif et relativement facile à attraper. 

Les habitants du groupe d’îles Tristan da Cunha dépendent toujours des manchots pour les oeufs, les plumes, l’huile et la peau.(2)

Viande et oeufs

Certaines espèces de manchots étaient déjà connues par les habitants primitifs. On pense que leurs oeufs étaient consommés et qu’ils étaient certainement chassés. 

La première exploitation des manchots fut ponctuelle et exceptionnelle par les explorateurs pour leur viande et pour leurs oeufs. On peut citer Magellan qui fit réserve d’une grande quantité de manchots avant de traverser l’océan Pacifique. Sir Ernest Shackleton a écrit:

« Ce laps de temps est également mis à profit pour abattre une centaine de pingouins (sic) qui [...] vont avantageusement compléter notre provision de viande fraîche pour la saison. » 
Extrait de Au cœur de l’Antarctique. Vers le pôle Sud, 1908-1909. (p. 50 – Phébus)

« Quatre-vingt dix infortunés pingouins(sic) et un phoque ont du être tués pour nous fournir une provision de viande fraîche. » 
Extrait de Le Pourquoi-pas? dans l’Antarctique de Jean-Baptiste Charcot (p.264 – Ed. Arthaud)

Par contre, les pêcheurs, les chasseurs de baleines et de phoques ont souvent considéré les manchots comme étant une source facile et principale de nourriture:

  • Parfois, jusqu’à 300.000 oeufs étaient prélevés par an sur une île africaine.(1)
  • Certains exploreurs allaient jusqu’à tuer et saler 3.000 manchots en un jour pour les provisions de voyage.(2)

Même si le ramassage des oeufs a été officiellement interdit en 1969, le ramassage illégale existe toujours (par ex., les îles Malouines ou l’Afrique du Sud).

Peau et plumes

Pendant une grande partie du XIIIème siécle et du XIXème siècle, la peau des manchots fut utilisée pour fabriquer des chapeaux, des chaussures et des sacs à main. 
Les plumes étaient dédiées à la décoration de vêtements et le rembourrage de matelas.(1)(2)(3)

Huile

A l’instar de nombreuses espèces de mammifères marins des eaux antarctiques, l’extraction d’huile de la couche de graisse des manchots est devenue une industrie dans les années 1800 et au début des années 1900.
L’huile était utilisée pour l’éclairage, pour le tannage du cuir et comme fioul.
Dans les îles Malouines, on a estimé à 2 millions et demi de manchots tués sur une période de 16 ans.
L’industrie de l’huile s’est arrêtée en 1918 face aux protestations du grand public et face à l’apparition de produits chimiques moins chers et de meilleure qualité. (1)(3)

Guano

Le guano des manchots de Humboldt a une grande valeur commerciale pour ses principes fertilisants (haute teneur en azote). Les incas utilisaient déjà le guano des manchots et autres oiseaux marins pour améliorer les taux de productivité agricole. Mais, ils l’exploitaient intelligemment en n’extrayant que des quantités inférieures à celles produites par les oiseaux. Le guano est devenu l’une des principales valeurs marchandes au XIXème siècle et fut exploité sans restriction. Au début du XXème siècle, les stocks étaient sur le point d’être épuisés. L’extraction de guano est aujourd’hui mieux controlée mais son exploitation et la présence humaine reste une menace sérieuse pour les manchots.

Sources:
(1)Sparks and Soper, 1987
(2)Simpson, 1976
(3)del Hoyo, et al., 1992
(4)Araya and Todd, 1988

Publié dans PINGOIN et MANCHOT | Pas de Commentaire »

Différences entre manchots et pingouins

Posté par othoharmonie le 23 octobre 2014

 

téléchargement (3)En Français, on utilise abusivement pingouin à la place de manchot. Il faut dire qu’en anglais et en espagnol, penguin et pingüino désignent le ‘manchot’ français et non pas le ‘pingouin’.

Même si la ressemblance physique existe, ces oiseaux sont complétement différents. 
Les pingouins vivent dans l’hémisphère nord et ils peuvent voler ! Quant aux manchots, ils ne peuvent pas voler et ils vivent dans l’hémisphère sud. Leurs ailes leur permettent de nager dans l’eau.

Le nom de pingouin s’appliquait à deux genres différents mais se rapportant au même ordre des alcidés.

Le grand pingouin ou pingouin brachyptère (plautus impennis), aujourd’hui éteint (dernier spécimen vu le 3 juin 1844 sur l’île Eldey en Islande) était présent dans les îles du Nord, Islande, Orkney, Terre-Neuve, … 

Il était de la taille d’une oie, avec les ailes réduites à de courts moignons: il ne pouvait pas voler. 
Dos noir, ventre blanc, avec la gorge brune et le contour des yeux blancs, il avait le bec et les pattes noirs. Cet oiseau ne pondait qu’un oeuf par ponte, oeuf gris verdâtre couvert de taches brunes et noires, serrées, formant des dessins irréguliers.

Le petit pingouin, type de genre alca, est l’alca torda de l’Atlantique nord. Celui-là, malgré ses ailes étroites, en lame de sabre, vole bien et longtemps. De la taille d’un canard, il a également le ventre blanc, le dos noir, avec une ligne blanche sur chaque joue. Il niche parmi les rochers, sous les pierres, et ne pond qu’un oeuf. C’est un excellent plongeur, qui vit de poissons, de crustacés et de mollusques. 
On peut également l’apercevoir en Bretagne. Mais les marées noires (Amoco Cadiz, Erika, …) et la pêche intensive ont fortement réduit sa population jusqu’à devenir espèce en voie de disparition. On compterait une trentaine de couples en Bretagne.

Les macareux et les guillemots sont assez proches des pingouins.

Source de l’illustration: Nouveau Larousse Illustré (1901)

Publié dans PINGOIN et MANCHOT | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello