• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 25 septembre 2014

Nos Parasites à nous

Posté par othoharmonie le 25 septembre 2014

 

images (8)La parasitologie étudie les végétaux et les animaux parasites (du grec para, « auprès » et sitos, « nourriture », c’est-à-dire « celui qui se nourrit aux dépens d’un autre »).

Le domaine de cette science est extrêmement vaste car le parasitisme, un mode de vie très répandu intéresse non seulement la médecine, humaine et animale, la zoologie et la botanique, mais aussi l’agriculture et l’élevage. Il possède donc un double aspect, théorique et pratique..

Le parasitisme est une association permanente ou temporaire entre deux êtres radicalement différents, dont l’un, le parasite, ne peut survivre qu’aux dépens de l’autre, son hôte. Alors que le prédateur doit tuer sa proie pour s’en repaître, le parasite ne prélève sur son hôte que ce qui est nécessaire à sa vie. L’association n’est nécessaire qu’au parasite ; lui seul en tire bénéfice mais, en revanche, s’il ne parvient pas à trouver son hôte et à se nourrir de sa substance, il meurt.

En règle générale, la présence du parasite ne met pas en danger la vie de l’hôte, mais peut y causer de sérieuses atteintes, les maladies parasitaires. Pour des raisons liées au caractère flou de la notion de parasitisme et aussi à la manière dont leur agent pathogène, parasite virus ou bactérie et leur vecteur ont été identifiés, en général entre 1875 et 1925, on tend à regrouper, dans l’enseignement et la pratique, des maladies parasitaires stricto sensu comme le paludisme avec des maladies virales ou bactériennes transmises par des insectes (maladies à vecteurs, parasitaires ou non, comme les risckettioses ou la fièvre jaune), voire certaines zoonoses. On se conformera ici à cette tradition.

Très tôt dans l’histoire de la pensée, moustiques et puces, poux et tiques, sangsues et autres buveurs de sang furent reconnus comme des parasites. Les textes de l’Égypte antique font allusion aux grands ténias et à la filaire de Médine, vers parasites de taille impressionnante.

images (9)Les animaux domestiques infestés sèment des œufs de puces (parfois appelés puces de parquet). Ces œufs attendent des conditions favorables pour éclore, généralement tous en même temps. Nombre de produits utilisent des huiles essentielles toxiques pour l’homme et son environnement et surtout dont l’efficacité est plus que limitée. Parmi celles-ci l’on retrouve le plus souvent:

  • Le Citriodiol ou huile d’essence d’eucalyptus.
  • Le vinaigre de lavande.
  • Le Géraniol.
  • Le DDT.

Publié dans PUCE - POU | Pas de Commentaire »

LES PUCES Européennes

Posté par othoharmonie le 25 septembre 2014

 

téléchargement (14)Les puces forment l’ordre des siphonaptères (du latin sipho « tube »), anciennement dénommés aphaniptères. Ce sont des insectes ptérygotes holométabole, caractérisés entre autres par leurs pièces buccales conformées en un appareil piqueur-suceur. Elles sont ectoparasites : les puces actuelles infectent les mammifères (dont l’Homme) et quelques oiseaux, et vivent du sang de leurs porteurs. Il s’agit d’un groupe très ancien : des puces primitives (Strashila incredibilis, Pseudopulex jurassicus , Pedopenna daohugouensis ) découvertes en Mongolie intérieure remontent à 165 millions d’années (Jurassique) ; de très grande taille, elles parasitaient peut-être certains dinosaures.

Près de 2 500 espèces ont été décrites à ce jour, réparties en 239 genres et 15 à 16 familles selon les auteurs, et 5 super familles.

En Europe, les animaux domestiques et de compagnie (chiens, chats et plus rarement rat, souris blanche, furet, nouveaux animaux de compagnie, etc..) peuvent être porteurs de plusieurs espèces de puces : Ctenocephalides felis, Ctenocephalides canis, Pulex irritans, Archeopsylla erinace, etc.. La plupart du temps, sur les carnivores domestiques, c’est de la « puce du chat » (Ctenocephalides felis, et en France la sous-espèce Ctenocephalides felis felis) qu’il s’agit (plus de 90 % des cas). Cette espèce vulgairement appelée « puce du chat » est en réalité très ubiquiste et peut se nourrir sur le chat où elle a d’abord été trouvée, comme sur tous les mammifères européens (carnivores, lapin, lièvre, ruminants ou humains). On peut aussi trouver dans les logements et lieux publics des puces de rongeurs, de petits carnivores ou insectivores sauvages, ou d’oiseaux.

Anti-moustiques maison(également pour les Fourmis et PUCES)
(Et exempt de produits chimiques qui empoisonnent le corps)

INGRÉDIENTS:

* 1/2 litre d’alcool—> de l’alcool à friction qu’on peut demander en pharmacie
* 100 grammes de clous de girofle entiers
* 100 ml d’huile pour bébé ou similaire (amandes, de sésame, de camomille, lavande, fenouil, etc)

PRÉPARATION:

* Laissez mariner clou de girofle + alcool pendant quatre jours. Mélangez matin et soir.

* Après 4 jours ajoutez l’huile.

* Il est maintenant prêt à utiliser.

COMMENT L’UTILISER:

* Frottez doucement quelques gouttes sur la peau des bras et des jambes.

* Repousse les puces sur les animaux de compagnie aussi.

Publié dans PUCE - POU | Pas de Commentaire »

Légende des poux et puces

Posté par othoharmonie le 25 septembre 2014

téléchargement (13)

Suivant une légende dont les variantes recueillies dans le Velay, la Beauce et les C.-d’A., ne diffèrent que par les détails, le bon Dieu qui se promenait avec saint Pierre sur les bords d’un fleuve vit une femme couchée sur le sable et dont les traits reflétaient l’ennui le plus profond.

 

Il eut pitié d’elle et tira de sa poche une poignée de puces qu’il lui jeta, en disant :
« Femme, l’oisiveté est la mère de tous les vices; voilà de quoi t’occuper ! »

C’est aussi pour travailler la peau des fainéants que les poux furent créés, bien des années après le commencement du monde.

En Picardie, une femme pauvre, qui avait souhaité d’être riche pour ne plus travailler, fit un héritage, elle s’ennuya tellement d’être inoccupée qu’elle pria le bon Dieu de lui donner des piotes bêtes pour la distraire; il exauça sa prière et lui envoya des poux, des puces et des punaises.

A Marseille, on prétendait que ces insectes naissaient dans les églises.

Au 16ème siècle, certains, croyant à une sorte de génération spontanée, disaient que la laine de la brebis arrachée de la gueule du loup engendrait force poux.

Une gracieuse légende du Morbihan prétend que les abeilles sont nées des larmes que Jésus versa sur la croix; pas une ne tomba sur terre, mais toutes s’envolèrent, pour porter, de la part du Sauveur, quelque douceur aux hommes.

Publié dans PUCE - POU | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello