Le pou des plantes

Posté par othoharmonie le 1 septembre 2014

 

220px-Cochenille_z02Les cochenilles forment une superfamille d’insectes hémiptères sternorrhynches.

On en compte près de 8 500 espècesréunies en 21 à 24 familles. Elles vivent dans une grande variété d’Habitats ; des toundras (environ 2 000 espèces connues en zone paléarctique) jusqu’à l’équateur. Ces insectes étaient autrefois nommés « poux des plantes » en raison de leurs pièces buccales transformées en rostre piqueur leur permettant d’aspirer la sève, soit de la sève élaborée pour certains groupes, aspirée dans le phloème, soit de la sève brute prélevée dans le xylème, alors que quelques espèces aspirent les liquides des parenchymes cellulaires. Celles qui vivent en zones tropicales chaudes sont plus grandes que celles des zones tempérées. Les femelles produisent généralement une grande quantité de sécrétions tégumentaires (cires ou laques) qui les protègent et parfois les recouvrent complètement.

Les Coccoidea se nourrissent d’une large variété de plantes, si bien que la plupart d’entre eux sont considérés comme nuisibles.

Les cochenilles sont des insectes communs, ou devenus communs, voire localement invasifs, mais dont l’écologie reste mal connue.

Dans l’histoire de l’évolution, les cochenilles semblent apparaître vers le milieu du Mésozoïque (il y a 140 millions d’années). Elles faisaient probablement partie de la faune de la litière et on suppose qu’elles mangeaient des mycéliums. Certains groupes de Margarodidés (insectes de 10 à 15 mm) étaient déjà diversifiés au Crétacé inférieur (-100 millions d’années). Les cochenilles seraient devenues parasites des plantes à fleur en co-évoluant avec certaines d’entre elles. Souvent, les cochenilles ont développé des relations de mutualisme avec des fourmis, ainsi qu’avec des microorganismes devenus leurs symbiontes et produisant pour elles des substances azotées indispensables. Les inclusions d’ambre du Tertiaire (Eocène, Oligocène et Miocène) (-55 millions d’années) ont conservé des représentants de presque tous les groupes existant aujourd’hui.

2 Réponses à “Le pou des plantes”

  1. othoharmonie dit :

    Bonjour Carine
    Ces parasites que sont les poux symbolisent les pensées qui prennent vraiment la tête. Ce sont souvent des idées obsédantes semées par d’autres. Les discussions assommantes de certains parasites, ceux qui voudraient accaparer votre temps et votre énergie en sont la cause. L’expression « chercher des poux dans la tête » illustre bien ce sentiment de temps employé à des fins gratuites et méchantes. C’est beaucoup d’énergie employée inutilement.

    Pensées parasites obsédantes, perte de temps et d’énergie.
    Cordialement !

    Dernière publication sur FRANCESCA : SPIRITUALITE D'AUJOURD'HUI : Blog de Francesca complet

  2. Carine Grangier dit :

    Merci vraiment pour toutes ces brillantes informations.. Quel est le message du pou,je n’ai pas trouvé?Merci d avance

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello