• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 23 août 2014

Le chien et ses bonnes habitudes

Posté par othoharmonie le 23 août 2014

 

 

images (5)Les vacances sont terminées et peut être avez-vous (légèrement…) abusés du farniente et des bons petits repas en famille ou entre amis. Victime collatérale – et inattendue – de cette oisiveté… votre chien a lui aussi adopté votre mode de vie estival ! La rentrée est l’occasion de reprendre les bonnes habitudes et de le mettre à la pesée ! 

Les risques associés au surpoids chez un chien ne sont pas si éloignés des nôtres : insuffisance cardiaque, articulations douloureuses, diabète… Heureusement tout cela n’est pas irrémédiable. 

Côtes en vue !

Pour un maître, il n’est pas toujours facile de se rendre compte de la surcharge pondérale de son animal. Elle évolue de façon sournoise à tel point que vous vous habituez à ses nouvelles rondeurs. Dans Le guide du chien heureux, la journaliste Sophie de Villenoisy explique qu’un chien est considéré comme trop gros « si on ne lui palpe plus facilement les côtes. Si on les voit trop bien, l’animal est trop maigre, si on les voit plus, il est trop gros ». Et pour en être certain, demander l’avis de votre vétérinaire. 

On arrête les sucreries et on se remet au sport

Si au cours de vos vacances, vous aviez pris l’habitude de faire plaisir à votre animal en lui offrant – plus qu’à l’accoutumée – des friandises, montrez-vous désormais raisonnable. En effet, en lui proposant une petite douceur ou les restes de vos repas, vous rompez son équilibre alimentaire. Evitez aussi certains aliments comme le chocolat ou les carcasses de volailles. Par ailleurs, les croquettes industrielles n’offrent pas toutes les mêmes qualités nutritionnelles. Pour être certain de ne pas choisir un produit trop salé ou trop sucré, demandez là encore conseil à votre vétérinaire. 

Bien sur, le manque d’activité tend à noircir le tableau. Différentes études avaient déjà mis en lumière le fait que votre sédentarité pouvait entraîner un surpoids chez votre animal. Eh oui ! Alors, donnez l’exemple. Au lieu de le priver, sortez le chaque jour. Une bonne promenade, d’une vingtaine de minutes sera plus efficace qu’une diète. 

Enfin, vous pourrez petit à petit lui faire découvrir le jogging et les parcours d’agilité. Ces efforts contribueront à le muscler. Mais avant d’entamer toute activité physique avec votre chien, vous devez tenir compte de son âge, de sa race et de sa condition physique. Là encore, seul le vétérinaire vous donnera les bons conseils. 

Source : Le guide du chien heureux de Sophie de Villenoisy – Leduc.s Editions, consulté le 31 août 2012

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

La punition du chien… avec discernement

Posté par othoharmonie le 23 août 2014

 

images (4)Pipi dans la maison, trous dans les rosiers du jardin… Votre chien, quel que soit son âge, fait parfois – voire souvent – des bêtises. Pour éviter la récidive, il faut sévir. Mais coups et cris ne seront pas très utiles et risqueront surtout de rendre votre animal craintif. La punition est-elle une solution ? Comment s’y prendre ? Pour que votre compagnon à quatre pattes ne recommence pas, il doit comprendre le sens de la sanction. Voici quelques pistes pour que votre toutou soit sage comme une image. 

 Le soulever par la peau du cou. Cette punition concerne spécifiquement les très jeunes chiens. Elle reproduit en effet la sanction appliquée au chiot par sa mère. Rappelons qu’au cours des deux ou trois premiers mois, celle-ci est la première à faire l’éducation d’un jeune chien. Elle lui enseigne notamment la propreté et le contrôle de la morsure. Pour intervenir lors d’écarts de comportement, elle ne possède que sa gueule. En guise de sanction donc, elle le soulève par la peau du cou. S’il n’a pas été sevré trop précocement, un chiot comprendra très bien ce geste. 

 « Dans ton panier ! » Cette punition en revanche, s’appliquera à un chien qui possède déjà de bonnes bases d’éducation. En cas de bêtise, l’envoyer dans son panier ou dans sa niche est « la » solution. Vous le privez ainsi momentanément de sa liberté de mouvement et de votre compagnie. N’oubliez pas toutefois de le « libérer ». Sinon, il en sortira sans votre autorisation. Un mauvais point pour votre autorité…

 

 Privation. Votre chien aime sa balle ou son jouet, les biscuits et… votre compagnie. S’il n’est pas sage, privez-le de ce qu’il désire. Ainsi il fera le lien entre son comportement et l’obtention de sa récompense. 

 « On s’arrête ! » Vous jouez avec votre chien et soudain, il s’énerve trop. Au point de vous attraper la main ou même de vous mordre. Arrêtez tout et… ignorez-le ! Il comprendra ainsi très vite qu’il doit se contrôler pour que la séance de jeu se prolonge. 

Enfin, gardez bien à l’esprit que votre mécontentement ne doit jamais être perçu par votre compagnon à quatre pattes comme une agression. De plus, toutes les punitions s’appliquent uniquement si vous surprenez Médor la patte dans le sac, sur le fait. Dans le cas contraire, il ne comprendrait pas la raison de votre colère. Et bien sûr, lorsque Médor est sage, n’hésitez pas à le récompenser. Pour lui comme pour vous, c’est le moment le plus agréable de l’éducation. Ne vous en privez pas !

 

Source : Association 30 millions d’amis, consulté le 20 janvier 2011 ; Un chien pour les nuls de Gina Spadafori et Catherine Collignon, First Editions, 300 pages 11,90 euros

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

Des hommes et des chiens, une relation de confiance

Posté par othoharmonie le 23 août 2014

 

images xLe chien apporte une véritable dimension affective dans sa relation avec l’homme, de l’enfance au grand âge. Les bénéfices de la présence d’un chien sur l’être humain ne sont plus à démontrer. Chez l’enfant, on note une influence sur son développement mental et psychologique, et chez l’adulte et la personne âgée, sur le plan psychologique et physiologique.

Pour les enfants

Pour l’enfant, le chien, ou le chiot, est non seulement un compagnon de jeu, mais également un ami et un confident. Il apporte un sentiment de sécurité et de réconfort. Avec un chien à ses côtés, votre enfant comprendra mieux ce que signifient l’obéissance, l’autonomie et, de manière générale, tout ce qui concourt à son épanouissement social. Il appréhendera également la douleur.

Un modèle d’éducation pour votre enfant

Pour les adultes

Chez l’adulte, les bienfaits de la compagnie d’un chien sont multiples, notamment pour sa santé au quotidien: exercice physique, baisse de la tension et du rythme cardiaque. Il a été démontré que les problèmes de santé mineurs chez les propriétaires de chiens sont réduits de moitié. Un simple exemple: promener son chien chaque jour réduirait le nombre de fractures du col du fémur chez la personne âgée.

Pour les personnes âgées

Les établissements médicalisés pour personnes âgées sont de plus en plus nombreux à laisser entrer les animaux de compagnie dans leurs murs. Et pas seulement pour les bienfaits de leur compagnie. Certains chiens sont formés pour faciliter l’accompagnement des personnes en fauteuil roulant et participent à des programmes thérapeutiques comme, par exemple, dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. Il s’avère en effet que la présence d’un chien participe à l’éveil du patient et déclenche ainsi des réactions positives.

 

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello