• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 8 août 2014

SEXUALITE DU LEZARD

Posté par othoharmonie le 8 août 2014

 

VIDÉO. Il n’y a jamais eu de mâle chez le lézard à queue en fouet, les femelles se reproduisant par clonage.

 

Image de prévisualisation YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=_4wrZ7vNsCg

 

L’espèce du lézard à queue en fouet (Cnemidophorus uniparens) d’Arizona se débrouille parfaitement sans aucun mâle. C’est une société d’Amazones qui tombent enceintes sans avoir besoin d’un macho pour les féconder. C’est tellement plus cool de vivre entre filles. Néanmoins, si les mâles sont absents physiquement, ils restent présents dans les esprits. Ces lézards continuent à vivre en couple, avec une des deux femelles jouant à la garçonne.

Cette dernière mime parfaitement le comportement masculin en période de reproduction. Elle couvre sa partenaire d’attentions enamourées, lui fouettant sensuellement la tête avec sa langue effilée, tandis que cette dernière appréciant ses mamours reste immobile. Alors le « dragueur » s’enhardit jusqu’à lui saisir le cou avec sa bouche. Puis il la chevauche en l’étreignant avec sa queue passée sous la sienne. Et de lui plaquer son cloaque contre le sien en prenant, visiblement, son pied. Les deux amoureuses restent ainsi enlacées pendant quelques minutes avant de se séparer. Cela ressemble tout à fait à la parade amoureuse des espèces de lézards hétérosexuels. Sauf qu’il n’y a pas transfert de sperme. Et pourtant, la femelle s’isole pour pondre des oeufs qui vont éclore en donnant le jour à des bébés lézards. Toutes des Saintes Vierges…

Question d’ovaire

téléchargement (5)Que s’est-il passé ? Tout simplement, l’oeuf qui a hérité de la totalité de l’ADN de sa mère (et pas de la moitié comme normalement) a pu se développer pour donner un individu absolument semblable à sa mère. Les biologistes parlent de parthénogenèse. Quelques jours après la ponte, les rôles s’inversent entre les deux partenaires. En fait, ce lézard est placé sous la dépendance de ses ovaires. S’ils contiennent des ovules matures, il se comporte comme une fille, sinon, il adopte une attitude masculine. Les naturalistes supposent qu’à l’origine de cette espèce il y a eu une hybridation entre deux espèces voisines de lézards qui a donné naissance à des individus triploïdes. Au lieu de posséder un patrimoine génétique en double, ils l’ont en triple. Avec pour conséquence d’avoir ce curieux comportement sexuel.

Normalement, une espèce composée uniquement de clones ne survit pas bien longtemps (quelques dizaines ou centaines de millénaires, tout de même), car elle reste génétiquement figée, sans pouvoir vraiment s’adapter au changement de son environnement. Pour autant, les lézards à queue en fouet possèdent un atout de taille : tous leurs membres sont capables de pondre, alors que chez les espèces voisines, seul un individu sur deux (la femelle) donne la vie. Du coup, la démographie de ce lézard est très élevée, ce qui lui donne un net avantage. 

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Vie sexuelle du petit Gris

Posté par othoharmonie le 8 août 2014

 

VIDÉO. Avant d’éjaculer, le petit-gris transperce sa partenaire avec une épine calcaire, ce qui augmente la survie de ses spermatozoïdes.

http://www.dailymotion.com/video/x22cy88

http://www.dailymotion.com/video/x22cy88_l-escargot_animals#from=embediframe

 

Posséder simultanément un vagin et un pénis. Être yin et yang, actif et passif, mâle et femelle. Pratiquer la double pénétration mutuelle. L’hermaphrodisme est largement pratiqué dans le monde animal, surtout parmi les mollusques. Ainsi, tous les escargots terrestres naviguent à voile et vapeur. 

En sortant d’hibernation vers le mois de mai, le petit-gris (helix aspersa) a les hormones qui le démangent. À l’idée d’une petite galipette, il bave d’envie. Mais pas question de se satisfaire lui-même. Pour éviter toute autopénétration, la nature prend soin de réveiller d’abord son côté masculin. Ses spermatozoïdes piaffent déjà d’impatience quand ses ovules sont encore en léthargie. L’escargot part donc à la recherche d’un partenaire, sorti plus tôt que lui d’hibernation et qui a déjà endossé ses atours féminins. Il hume furieusement l’air. Le fumet d’une colimaçonne en chaleur le fait accourir ventre à terre. Les deux petits-gris prennent le temps de faire connaissance. Pas question de faire l’amour sans préliminaires. Le couple commence par se flairer abondamment, les tentacules se mêlent et s’entremêlent. On bave abondamment, on se lèche avec une langue râpeuse. Puis les deux partenaires échangent un tendre baiser. L’excitation les gagnant, ils se mordillent l’extrémité des tentacules. Une course-poursuite s’engage durant des heures pour probablement harmoniser leurs cycles sexuels.

images (7)Embrochés, mais heureux

Soudain, le batifolage tourne au drame. Le mâle dégaine une longue dague calcaire cachée jusque-là dans sa tête pour poignarder sa partenaire. Celle-ci semble apprécier le geste puisqu’elle ne se rebelle pas. Parfois, elle répond même du tac au tac. Voilà donc nos deux amoureux embrochés, mais heureux. Des sadomasos ! Le « mâle » déploie alors un pénis qu’il conservait jusque-là bien au chaud dans un conduit génital. Après quelques tâtonnements, il l’introduit dans la vulve de la femelle. Parfois, quand la saison est avancée, les deux partenaires peuvent assumer leur double sexualité en se pénétrant mutuellement. Baiser et être baisé ! Double extase.

Pour autant, l’affaire ne s’arrête pas là, car, une fois dans la place adverse, les spermatozoïdes doivent affronter des sucs gastriques qui les déciment. Parfois, seulement quelques centaines de rescapés rejoignent leur objectif, la spermathèque, sur plusieurs millions déposés. Pire que la retraite de Russie. Les « escargologues » avancent une explication à ce génocide. L’escargot, faisant de multiples rencontres avant de pondre, serait submergé de sperme s’il n’en éliminait pas la plus grande partie, ne conservant dans sa spermathèque qu’un petit échantillon de chacun de ses partenaires. Maintenant, celui qui injecte ses spermatozoïdes voit d’un sale oeil leur hécatombe. Aussi, a-t-il mis au point une stratégie pour assurer la survie. En poignardant son partenaire, il lui injecte une allohormone censée inhiber ses sucs digestifs. Pas con, le petit-gris !

À lire : Passions animales de Frédéric Lewino, éditions Grasset.

 

Publié dans ESCARGOT | Pas de Commentaire »

SEXUALITE DE LA LIBELLULE

Posté par othoharmonie le 8 août 2014

 

Incertain de la fidélité de sa compagne, le mâle demoiselle utilise son pénis pour ôter la semence de son éventuel prédécesseur.

Avant un accouplement, le mâle demoiselle vide le réservoir à sperme de sa partenaire des semences de ses prédécesseurs.

http://www.dailymotion.com/video/x66p2j

http://www.dailymotion.com/video/x66p2j_la-vie-sexuelle-des-libellules_animals

 

Dans la famille des demoiselles (à ne pas confondre avec leurs cousines, les libellules), les mâles sont plutôt du genre brutal, abordant leur promise en plein vol pour une étreinte forcée. L’espèce Calopteryx haemorrhoidalis est la plus policée de la famille, car le mâle préfère enfiler son costume de gentleman pour se livrer à une cour dans les règles. Tout d’abord, il commence par rechercher un excellent site de ponte sur les rives d’une mare ou d’une rivière, qu’il défend contre ses rivaux. Quand une femelle à l’humeur badine pénètre dans son espace aérien, « le » demoiselle se lance dans des acrobaties aériennes pour l’impressionner. Puis, s’immobilisant devant elle, il lui montre les points blancs situés au bout de ses ailes, signe de bonne santé. La femelle, qui est difficile en matière d’amants, peut passer son chemin. Sinon, elle laisse le mâle lui saisir la tête avec ses pinces caudales avant d’appliquer ses organes génitaux sur le pénis du mâle, formant ainsi un joli coeur volant.

 

Cette opération « transfert de sperme » rivalise d’agilité avec le ravitaillement en vol d’un Mirage 2000. Tout commence par une bonne séance de masturbation. En effet, le réservoir à sperme du mâle demoiselle est situé à l’arrière de son corps, alors que son pénis – l’aedeagus – se trouve à l’avant, juste derrière ses pattes. Donc, juste après avoir agrippé la femelle avec sa pince caudale, le mâle commence-t-il par replier son corps pour transférer son sperme dans son pénis. Une fois le plein effectué, la femelle colle alors l’arrière de son corps sur le pénis. Le couple conserve cette position plusieurs dizaines de minutes, car avant d’injecter ses spermatozoïdes, l’amant ailé commence par nettoyer l’appareil génital de la femelle.

Garantir sa paternité

En effet, le bougre ne se fait pas d’illusions. Il n’est certainement pas tombé sur une sainte nitouche. Le matin même, ou la veille, elle a probablement déjà copulé avec un ou plusieurs autres mâles. Sa spermathèque (l’organe où les insectes femelles stockent le sperme de leurs donneurs avant de l’utiliser) est donc plus ou moins remplie. En éliminant ces dépôts précédents, le mâle garantit donc sa paternité. À cette fin, il possède, à l’extrémité de son aedeagus, une paire de cornes flexibles capables de s’introduire dans la spermathèque et de la vider. Une fois l’opération achevée, le pénis s’enroule comme une cigarette russe pour transférer la semence. images (6)

Mais la femelle, qui tient à accumuler les spermes pour faire son choix du meilleur père au moment de son ovulation, a trouvé une parade à cette intrusion. En Espagne, par exemple, elle a rétréci le diamètre du conduit menant à sa spermathèque pour faire obstacle au passage des cornes du pénis de son amant. Mais ce dernier a déjà trouvé à son tour la parade en utilisant ses cornes de façon à faire croire à la femelle qu’elle ovule. Du coup, la spermathèque se vide d’elle-même. Seulement, il n’y a pas d’ovules et les spermatozoïdes se perdent. Le mâle peut alors transférer son sperme. À la femelle, désormais, d’inventer une parade…

À lire : Passions animales de Frédéric Lewino, éditions Grasset.

 

Publié dans LIBELLULE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello