• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 28 juillet 2014

Le moustique et sa famille

Posté par othoharmonie le 28 juillet 2014

 

 

Le moustique est-il l’animal le plus dangereux du monde ?

cousin-1998984901-1665783Le moustique est le plus beau produit de la mondialisation. Il arrive en cargo, s’adapte à son nouvel environnement et devient très difficile à déloger.

Ils ont la particularité de se nourrir de sang, et un certain nombre d’entre eux s’abattent sur nous. Ils nous reconnaissent par nos odeurs, notre chaleur. La saison estivale nous expose de nouveau à leurs piqûres. Les moustiques constituent une très grande famille, près de 3 500 espèces, presque autant que de mammifères. Certains piquent toute la journée, d’autres seulement la nuit, de ceux-là on peut se protéger par les moustiquaires. Si la piqûre est indolore, l’insecte injecte beaucoup de substances auxquelles nous pouvons devenir allergiques d’une manière plus ou moins importante, ce dont témoigne le bouton qui se forme après une piqûre. La taille, l’importance et la rapidité à laquelle les boutons apparaissent dépendent de nous. 

En prenant du sang chez un malade présentant une infection puis en allant piquer une autre personne, ils propagent plusieurs maladies qui comptent parmi celles qui font le plus grand nombre de victimes humaines. En effet le paludisme, qui est l’un des plus grands tueurs de l’humanité, est transmis par une femelle moustique (Anophèle), et le chikungunya, la dengue ou encore le virus du Nil oriental sont autant de maladies émergentes récentes qui sont dues aux piqûres de moustiques. À ce titre, les moustiques n’usurpent pas leur réputation d’être les animaux les plus dangereux du monde. 

Le moustique résiste aux insecticides !

La lutte contre les moustiques est très difficile, car ils se sont adaptés, eux aussi, à la mondialisation, et voyagent de continent en continent, souvent sur les bateaux, en particulier les porte-conteneurs. Ils sont capables de s’habituer à la vie en ville ; ainsi Aedes, le vecteur du chikungunya et de la dengue, est désormais un moustique urbain implanté dans le sud de la France. Et pour contrer la parade des moustiquaires qui les empêchent de piquer la nuit, ils ont changé l’horaire de leur repas, c’est le cas d’Anophèle en Afrique. Ils deviennent en outre résistants aux insecticides utilisés contre eux (DDT autrefois, Perméthrine aujourd’hui). La guerre contre les moustiques n’est pas près de se terminer. Le moyen de lutte le plus efficace, car à la fois le plus sûr et le plus écologique afin d’éviter leur reproduction, reste l’élimination des eaux stagnantes, en clair la chasse aux flaques d’eau ! Le moustique tigre y est, c’est Aedes ! Il vient du Sud-Est asiatique et a rencontré le virus chikungunya qui venait d’Afrique dans l’océan Indien. C’est la mondialisation !

 

Le Point.fr – Par LE PROFESSEUR DIDIER RAOULT

Publié dans MOUSTIQUE | Pas de Commentaire »

Moustique fossilisé

Posté par othoharmonie le 28 juillet 2014

 

Des paléontologues ont retrouvé dans l’abdomen d’un moustique fossilisé dans le Montana l’hémoglobine d’une proie vivant à l’Éocène.

Dans le film Jurassic Park, les scientifiques refont vivre des dinosaures à partir d’ADN conservé dans du sang ingéré par des moustiques conservés dans de l’ambre. Un scénario farfelu car, à ce jour, aucun insecte gorgé de sang de dinosaure n’a jamais été retrouvé (sans compter que l’ADN se dégrade en quelques centaines d’années).

 téléchargement (4)

Des paléontologues viennent de faire un pas en avant en identifiant un moustique femelle contenant du sang fossilisé depuis 46 millions d’années, soit 20 millions d’années après la disparition des dinosaures. Ils ont en fait découvert 36 spécimens de moustiques préservés dans les roches du Montana, dont une dizaine n’appartenant à aucune espèce connue, expliquent-ils dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS). Mais l’individu le plus intéressant est sans aucun doute celui d’une femelle, reconnaissable à ses antennes lisses et son abdomen sombre et distendu, comme s’il était gorgé de sang. Des analyses par spectroscopie aux rayons X ont montré que le corps de l’insecte avait une concentration élevée en fer et en carbone, bien plus que le schiste dans lequel il est emprisonné. Avec une sonde ionique, ils se sont aperçus que le fer était associé à des molécules d’hème, l’un des composants de l’hémoglobine. Il s’agit donc de sang pris sur une proie.

 

L’animal parasité reste inconnu, mais les moustiques ressemblent à des insectes qui piquent des oiseaux. Les chercheurs assurent que leur technique pourrait permettre d’identifier d’autres molécules biologiques dans des fossiles encore plus vieux, comme des dinosaures. Leur découverte renforce également le crédit d’autres chercheurs qui affirmaient avoir trouvé en 1997 puis en 2009 des composés sanguins dans des os de Tyrannosaurus rex et de Brachylophosaurus canadensis, un dinosaure «à tête de canard».

http://www.lefigaro.fr/

Cette découverte des plus surprenantes a été publiée dans la dernière livraison des PNAS, les comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences. Ce moustique femelle contient dans son abdomen des traces de fer et de porphyrines, des constituants très stables de l’hémoglobine, grosse protéine qui transporte l’oxygène dans le sang. Ces porphyrines étaient quasiment ou totalement absentes de moustiques mâles (qui ne piquent pas), eux aussi fossilisés et retrouvés au même endroit.

Découvert dans des schistes bitumineux

«L’abdomen du moustique gorgé de sang ressemble à un ballon prêt à exploser. Il est très fragile. Les chances qu’il ne se désintègre pas avant la fossilisation étaient extrêmement minces », s’est enthousiasmé Dale Greenwalt, premier auteur de la publication.

PAS DE L’AMBRE. Le moustique en question n’a pas été découvert dans de l’ambre, mais dans des schistes bitumineux du Montana.

« C’est la preuve qu’un moustique suceur de sang peut être préservé dans un milieu autre que l’ambre et que des composés porphyriques présents dans le corps d’un vertébré pourraient survivre dans des conditions adéquates pendant des millions d’années », a déclaré George Poinar, qui étudie les fossiles d’insectes à l’Université de l’Orégon (Corvallis).

Une analyse non destructive

Cette découverte semble donner rétrospectivement un certain crédit à une publication controversée datant de 1997, elle aussi publiée dans les PNAS par une paléontologue de Caroline du Nord, qui faisait état de la présence de traces d’hémoglobine dans des ossements de dinosaure.

« IONS SECONDAIRES ». La découverte de porphyrines issues de l’hémoglobine préservées dans la formation géologique Kishenehn dans le nord-ouest de l’Etat du Montana, qui date du milieu de l’Eocène, a été possible grâce à l’utilisation de la spectrométrie de masse à ionisation secondaire temps de vol (TOF-SIMS). Cette technique permet d’analyser les « ions secondaires » issus d’un processus de pulvérisation d’une surface d’un échantillon à analyser sans pour autant le détruire. L’analyse de ces ions donne des informations sur l’espèce moléculaire présente à la surface de l’objet étudié.

téléchargement (5)

Une gangue d’algues protectrices

L’échantillon de schiste provient d’un don au Muséum National d’Histoire Naturelle de Washington. Conservé au département du paléobiologie du musée, il a été bombardé au bismuth, un métal lourd, qui a vaporisé les constituants chimiques présents à l’intérieur du fossile de l’insecte. Reste à expliquer le très bon état de conservation de ce moustique.

CERCEUIL. L’hypothèse la plus probable tient à ce que l’insecte hématophage, qui s’était posé à la surface d’un étang, ait pu être recouvert par des algues en suspension dans l’eau qui auraient fini par former une sorte de gangue épaisse qui aurait entrainé l’insecte vers le fond et ainsi contribué à préserver intact son abdomen distendu par son dernier repas sanguin. Ce processus faisant intervenir des algues a déjà été décrit pour expliquer la fossilisation d’autres insectes.

Une question demeure cependant toujours sans réponse. De quel animal proviennent ces traces moléculaires de sang ingéré par ce moustique vieux de 46 millions d’années ? Pas un dinosaure, ces derniers ayant disparu à la fin du Crétacé il y a 65 millions d’années. En revanche, cet insecte a pu piquer l’un premiers mammifères modernes.

Publié dans MOUSTIQUE | Pas de Commentaire »

Le moustique littéraire

Posté par othoharmonie le 28 juillet 2014

 

 

images (5)Je n’imaginais pas un jour parler moustiques. Jusqu’au jour où je décidai de louer une petite maison en bord de mer auprès des marais pour des vacances d’été tranquilles. 

Saviez-vous qu’il existe plusieurs personnalités de moustiques ? 

D’abord, Il y a celui qu’on appelle le moustique pépère. Celui-là vient vous visiter la nuit incognito, on s’en aperçoit à peine, juste une petite piqûre au réveil sur l’orteil ou sur la main, et le voilà reparti, très content de lui. 

Il y a le moustique détective. Celui-là est plus rusé, plus têtu. Il exerce en solo à plein temps. Vous entrez dans une librairie très tôt le matin, dès l’ouverture et il vous a déjà repéré du coin de la rue. Bien sûr, vous n’avez rien vu venir. Il attend que vous ayez fini vos achats, vous piste à nouveau, connaît votre code de carte bleue par coeur, vos couleurs préférées. Son léger ronflement se perd dans les klaxons des voitures, les hauts-parleurs de la ville et le bruissement des conversations chez les commerçants.

Vous vous apprêtez à ouvrir la porte de la maison, il est déjà entré, vole plus vite que son ombre, inspectant les lieux, il se moque de savoir si vous êtes seul ou non. La politesse, le moustique détective ne connaît pas. Rien n’est secret pour lui. Rien ne le perturbe non plus. Que vous écoutiez de la musique, que vous froissiez du papier, cuisiniez, il continue son investigation de façon assidue. Parfois, vous pensez qu’il s’est envolé par la fenêtre ouverte, vous ne l’entendez plus vibrillonner de ses ailes et toc, il vient vous effleurer une oreille, mais pour le moment, il ne vous pique pas. Il attend l’heure propice. Il mange comme vous, regarde le même programme télé, écoute toutes les conversations téléphoniques, se rend sur la plage avec vous, parle avec les mêmes personnes, sauf que le soir, après avoir réuni toutes les informations, il se décide à intervenir et à piquer fort. Si vous résistez, il vous pique encore plus fort. Il va jusqu’à vous proposer un marché, enfin, un marché qui ressemble étrangement à une menace :

- Laisse-moi te piquer et je t’offre un tatouage, puis je partirai.

Il sait aussi travailler en bande. L’union fait la force, moustique détective sait être philosophe et là, c’est le cauchemar.

 Il y a donc les moskito tous têtus, qui ont reçu une formation de piqueur, de fileur professionnel chez le moustique détective. Très souvent, ils arrivent en bande de dix. Si vous tentez d’en semer un en l’écrasant, dix autres apparaissent. C’est là où les ennuis commencent et les vacances se terminent. 

Oui, finies les belles vacances au soleil, les envies de conciliabules sous la lune, le tout feu, tout flamme, parce que les moskitotoustêtus savent piquer là où ça fait mal, laissant leur signature de Lupinois ailés sur les parties les plus apparentes de votre corps. Le plus curieux chez eux tient dans l’invisible. On les voit arriver mais jamais faire. Pour se défendre, il est recommandé d’avoir avec soi du lourd, catalogues, encyclopédies, livres, objets en tout genre, vaisselle cassée et des boules quiès pour le voisinage.

Prévert, René Char au début m’ont bien aidé, Pessoa aussi, mais je ne suis pas sûr qu’ils seraient fiers de moi.

Ainsi, une grande partie de mes vacances se résuma à chasser les moustiques, tout en m’octroyant des balades maritimes, usant de stratégies rocambolesques pour profiter du paysage. 

La dernière nuit des vacances arriva, j’étais si épuisé de ma lutte anti-moustiques, énervé de tant de tapage diurne et nocturne que j’avais de la peine à trouver le sommeil, je sortis avec Le promeneur solitaire dans ma poche.

Je ne restai pas longtemps seul, un moustique mousquetaire rescapé et qui agit selon la devise un pour tous, tous pour un, m’accompagna et me dit ceci :

- « La prochaine fois, achetez de la citronnelle ! »

Ce furent ses derniers mots.

… 

Et j’entendis une mouche voler.

 

Extrait du livre de Agnès Chêne paru sur http://www.atramenta.net/lire/moustiques/41344/1#oeuvre_page

Publié dans MOUSTIQUE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello