• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 24 mai 2014

Le Wombat, Marsupial

Posté par othoharmonie le 24 mai 2014

 

290px-Vombatus_ursinus_(Wombat_in_snow)Le wombat est un marsupial car tout comme le kangourou il a une poche ventrale où son petit se développera.

Cette poche est ouverte par l’arrière afin que la terre ne tombe pas dedans quand la mère creuse.

Cet animal est trapu et recouvert d’une fourrure épaisse qui le fait ressembler à un ourson. Il peut atteindre 40km h à la course.

Ses pattes sont munies de griffes puissantes qui lui servent à creuser des terriers et des galeries qui peuvent atteindre 10 mètres de longueur.

Le wombat est solitaire sauf pour le temps des amours. Il est un animal qui mène une vie nocturne et vit en Australie. Il creuse un très long tunnel au bout duquel il y a une chambre tapissée d’herbe et où il dort toute la journée.

Il est herbivore, l’herbe, les écorces et les racines sont son menu de tous les jours.

Ils peuvent être grossièrement apprivoisés en captivité et, s’ils sont bien cajolés et caressés, devenir plus conviviaux. On en trouve dans de nombreux parcs, zoos et autres sites touristiques de toute l’Australie. Ce sont des animaux très populaires. Toutefois, l’absence de peur peut conduire chez eux à des actes d’agression s’ils se sentent provoqués, ou même simplement s’ils sont de mauvaise humeur. Leur poids leur permet de faire tomber un homme de corpulence moyenne et leur mâchoire puissante peut entraîner de graves blessures. Le naturaliste Harry Frauca a été mordu à une profondeur de 2 cm à la jambe — à travers une botte en caoutchouc, une jambe de pantalon et une chaussette de laine épaisse.

Pendant les mois de mai, juin et juillet, la femelle donne naissance à un seul petit qui grimpe dans la poche ventrale et qui n’en sort que lorsqu’il est assez grand. Il passera toute une année avec sa mère.

 

Le dingo est un prédateur du wombat. L’homme aussi le chasse parce que, disent-ils, les terriers qu’il creuse et l’herbe qu’il mange nuisent à leurs terres. Il est menacé et protégé.

Un wombat a une durée de vie de 19 à 27 ans.

Publié dans KANGOUROU | Pas de Commentaire »

le Rat Kangourou

Posté par othoharmonie le 24 mai 2014

 

290px-Musky-ratle Rat Kangourou est un rongeur qui vit au sud-ouest de l’Amérique du Nord, aussi appelé Rat kangourou de Merriam, de la famille des Heteromyidae.

Avec ses 22 à 26 cm de longueur, il s’agit du plus petit rat kangourou des États-Unis. Il est globalement de couleur fauve léger sur le dessus et blanc dessous. Sa longue queue présente sur chaque côté une bande blanche plus large que les bandes sombres du dessus et du dessous ; l’extrémité de la queue est garnie d’une touffe de poils sombres. Il présente de chaque côté du museau une ligne sombre. Autre particularité, ce rongeur ne possède que 4 doigts.

Ce rat kangourou se nourrit essentiellement de graines, particulièrement de graines de mesquite (buisson appartenant au genre Prosopis), de Larrea tridentata, de Claytonia perfoliata, de Bouteloua et d’Ocotillo.

Il vit dans les zones désertiques désertiques broussailleuses à Atriplex confertifolia, Larrea tridentata ou Artemisia tridentata.

Son aire de répartition, aux Etats-Unis, couvre une partie des États du Nevada, de la Californie, de l’Utah, de l’Arizona, du Nouveau-Mexique et du Texas.

Publié dans KANGOUROU | Pas de Commentaire »

Espèces de kangourous

Posté par othoharmonie le 24 mai 2014

 

290px-Kangaroo_ST_03La famille des kangourous, ou macropodidés, est constituée d’une soixantaine d’espèces réparties en 11 genres, et ne se rencontre qu’en Océanie (Australie, Nouvelle-Zélande et Nouvelle-Guinée).

   Les principales caractéristiques morphologiques des macropodidés sont leur adaptation particulière au saut et leur queue musclée bien développée, ainsi que leurs membres postérieurs nettement plus longs que leurs membres antérieurs.

   Tous les membres de cette famille possèdent, chez les femelles, une poche marsupiale qui ouvre vers le haut. La denture est très proche pour tous : deux incisives et pas de canines à la mâchoire inférieure ; 6 incisives et 4 molaires par demi-mâchoire à la mâchoire inférieure et à la mâchoire supérieure.

Le genre Macropus

Le genre Macropus, auquel appartient le kangourou roux, comprend 14 espèces, dont les grands kangourous et les wallaroos, qui sont les plus grands marsupiaux terrestres actuels, et quelques espèces de petits kangourous, ou wallabies.

   Ils sont tous essentiellement crépusculaires ou nocturnes et herbivores : la plupart d’entre eux pratiquent le pâturage. Ils recherchent généralement leur nourriture de la fin de l’après-midi au matin et se reposent dans la journée. On peut toutefois les voir de jour, occupés à se nettoyer ou à se gratter.

   En plus du kangourou roux (Macropus rufus), le genre Macropus comprend :

KANGOUROU GÉANT (MACROPUS GIGANTEUS)

Malgré son nom, il n’est pas plus grand que le kangourou roux. Taille et poids : mâle, 1,80 m (plus queue, 1 m) pour environ 66 kg ; femelle, 1,20 m (plus queue, 75 cm) pour environ 32 kg. Gris argenté.

Habitat : forêts et savanes boisées de l’Est australien.

   Classée par l’U.I.C.N. (Union internationale pour la conservation de la nature), comme la plupart des kangourous, dans la catégorie « préoccupation mineure », l’espèce est toutefois protégée par les États et le gouvernement fédéral qui fixent des quotas de chasse.

KANGOUROU GRIS DE L’OUEST (MACROPUS FULIGINOSUS)

Ses dimensions et son poids sont comparables à ceux du kangourou géant. Mâle, de 94,6 cm à 2,2 m, 53 kg environ ; femelle, 27,5 kg environ. Pelage gris-brun clair à chocolat.

Habitat : forêts et savanes du sud de l’Australie.

   Sa chasse est autorisée et réglementée chaque année par des quotas.

WALLAROO NOIR (MACROPUS BERNARDUS)

Le plus petit wallaroo. De 59,5 à 72,5 cm ; queue de 54,5 à 64 cm. Poids : de 13 à 22 kg. Mâles, sombres, presque noirs ; femelles plus claires.

Habitat : forêts ouvertes d’eucalyptus et sous-bois herbeux du nord de l’Australie (territoire d’Arnhem).

   Bien que ses effectifs et sa localisation soient restreints, il ne semble pas en voie d’extinction dans son aire de répartition ; mais, après révision de son statut, il a été classé par l’U.I.C.N. dans la catégorie « quasi menacé » en 2008.

WALLAROO OU EURO (MACROPUS ROBUSTUS)

Mâle, de 1 m à 1,40 m (queue de 80 à 90 cm) ; femelle, de 75 cm à 1 m (queue de 60 à 70 cm). Brun roux à gris-bleu très sombre ; les mâles sont plus sombres que les femelles.

Habitat : zones arides et rocheuses dispersées dans l’ensemble de l’Australie, excepté les côtes nord et sud.

   Protégé et encore relativement abondant. Sa chasse est autorisée et réglementée chaque année par des quotas. L’euro Macropus robustus isabellinus est classé par le gouvernement australien parmi les espèces vulnérables.

KANGOUROU ANTILOPE (MACROPUS ANTILOPINUS)

De 77,2 cm à 1,20 m. Poids : 37 kg (mâle) ; 17,5 kg (femelle). Pelage du mâle, roux sur le dos et presque blanc devant ; femelle, gris pâle.

Habitat : forêts d’eucalyptus pourvues d’herbes en permanence du nord de l’Australie (territoire d’Arnhem).

   Encore relativement abondant.

WALLABY DE PARMA (MACROPUS PARMA)

De 44,5 à 53 cm (queue de 40 à 55 cm). Poids : de 3,2 à 5,9 kg. Brun foncé avec la gorge et le ventre blancs.

Habitat : forêts pluvieuses et plaines broussailleuses, côte est australienne et extrême nord de la Nouvelle-Zélande.

   L’espèce, déjà rare dans la nature en 1974,  a été classée en 1994 comme « quasi menacée ». Elle est commune en captivité.

WALLABY AGILE (MACROPUS AGILIS)

De 59 à 85 cm. Poids : 19 kg (mâle) ; 11 kg (femelle). Brun-jaune avec une bande blanche sur les joues et une autre sur le bassin.

Habitat : forêts ouvertes ; sud-est de la Nouvelle-Guinée et côte nord de l’Australie.

   Relativement commun.

WALLABY DE BENETT (MACROPUS RUFOGRISEUS)

De 70 à 90 cm (queue de 65 à 75 cm). Poids : de 6 à 18 kg (mâle) ; de 8 à 13 kg (femelle). Mâle, gris à roux avec le poitrail pâle ; femelle plus pâle.

Habitat : côte est du continent australien, Tasmanie, îles King et Flinders.

   Protégé dans tous les États, il peut être abattu s’il cause des dégâts aux cultures, mais ne semble pas menacé.

WALLABY À RAIE NOIRE (MACROPUS DORSALIS)

De 1,1 à 1,4 m. Poids : 16 kg (mâle) ; 5-6 kg (femelle). Pelage uni, sauf une bande dorsale sombre et une bande blanche à hauteur du bassin.

Habitat : forêts humides de l’est de l’Australie.

   Protégé par la loi. Des permis de chasse sont délivrés s’il cause des dégâts aux cultures.

WALLABY DE PARRY (MACROPUS PARRYI)

Environ 60 cm pour un poids de 3 à 4 kg. Pelage gris pâle avec une bande blanche sur la tête.

Habitat : pentes et collines à végétation éparse d’une grande partie de la côte est de l’Australie.

   En régression du fait de la déforestation, il reste encore relativement commun et profite de l’agriculture.

WALLABY D’IRMA (MACROPUS IRMA)

Espèce diurne mais peu étudiée dans l’ensemble. Il mesure environ 1,20 m. Poids : 8 kg. Bande blanche et oreilles noir et blanc.

Habitat : il cohabite avec les grands kangourous dans les forêts ouvertes du sud-ouest de l’Australie.

WALLABY DE GREY (MACROPUS GREYI)

De 81 à 84 cm. Oreilles noir et blanc, queue pâle.

Habitat : zones ouvertes et herbacées.

290px-Macropus_eugenii

   L’espèce était commune dans le sud-est de l’Australie au début du XXe siècle ; elle a complètement décliné du fait de la chasse. Avec le wallaby de Tammar (sous espèce Macropus eugenii eugenii) elle est une des deux espèces considérées comme éteintes aujourd’hui.

WALLABY DE L’ÎLE D’EUGÈNE (MACROPUS EUGENII)

De 52 à 68 cm (queue de 33 à 45 cm). Poids : de 3 à 4 kg. Gris avec des épaules et une bande dorsale rouges.

Habitat : territoires arides du sud-ouest et du sud de l’Australie.

   Quelques sous-espèces éteintes, dont celles des îles Flinders. Encore abondant sur l’île aux Kangourous, à l’est de la Grande Baie australienne.

Publié dans KANGOUROU | Pas de Commentaire »

Marsupiaux géants disparus en Australie

Posté par othoharmonie le 24 mai 2014

 

 

Dans une région isolée du Queensland, à l’est de l’Australie, des chercheurs ont mis au jour un site abritant les squelettes d’une vingtaine de marsupiaux géants. Ces très grands wombats, dont le poids pouvaient atteindre près de trois tonnes, ont vécu dans le pays pendant plusieurs milliers d’années, avant que l’Homme n’apparaisse.

250px-Red-KangarooUne vingtaine de squelettes de marsupiaux géants a été découverte en Australie, dans une région isolée de l’Etat du Queensland, à l’est du pays. Ces restes appartiennent à des wombats extrêmement imposants, également appelés diprotodons, pouvant peser jusqu’à trois tonnes, et qui après avoir vécu dans le pays pendant des milliers d’années en Australie, ont disparu lorsque l’Homme est apparu.

Dans ce cimetière, un spécimen a particulièrement attiré l’attention des chercheurs. Très grand, et parmi les mieux préservés du cimetière, il possédait une mâchoire de quelque soixante-dix centimètres de long. Les scientifiques qui l’ont découvert et étudié l’ont baptisé Kenny, a indiqué à l’APF Scott Hocknull, un chercheur du musée du Queensland, à Brisbane, qui dirige l’équipe à l’origine de cette découverte.

Le site mis au jour est selon lui le plus riche en fossiles de wombats géants jamais mis au jour en Australie. Ce cimetière, espère-t-il, devrait offrir aux chercheurs des données précieuses quant à ces animaux et à la façon dont ils ont vécu, et les raisons de leur extinction. « Quand nous avons commencé à fouiller, j’ai été complètement renversé par la concentration des fragments » abrité par le site, raconte Scott Hocknull à l’AFP avant de préciser que ce cimetière est vieux de 100.000 à 200.000 ans.

Les plus grands marsupiaux ayant jamais existé

« C’est une mine d’or pour les paléontologues, on peut vraiment voir ce que ces animaux de la mégafaune faisaient, comment ils vivaient » s’enthousiasme le chercheur. « Avec autant de fossiles, on a une occasion unique de voir ces animaux dans leur environnement. On peut en quelque sorte le reconstruire » affirme-t-il. Les diprotodons sont des marsupiaux très impressionnants, décrits comme un « croisement entre le wombat d’aujourd’hui et un ours, le tout de la taille d’un rhinocéros« . Leur poche ventrale était si grande qu’elle pourrait aujourd’hui abriter un homme, souligne M. Hocknull.

Ces animaux ayant vécu voilà deux millions d’années, jusqu’à il y a la fin de l’ère du Pléistocène, il y a 50.000 ans, sont les plus grands marsupiaux ayant jamais existé. C’est lorsque les toutes premières tribus indigènes se sont installées en Australie que l’espèce a disparu. Mais aujourd’hui les raisons de cette extinction sont encore floues et débattues au sein de la communauté scientifique, même si l’apparition des humains est considérée comme l’origine la plus probable de la fin de l’espèce.

Les diprotodons ont toutefois laissé derrière eux une importante descendance, représentée notamment par les koalas et les wombats d’aujourd’hui. Ceux-ci ont vu leur taille considérablement réduite. Les petits animaux vivant actuellement dans le sud-est de l’Australie, en Tasmanie ainsi que dans une réserve protégée du Queensland, ne mesurent en effet plus qu’un mètre de long, et leur poids varie entre 20 et 35 kilos seulement.

Publié dans KANGOUROU | Pas de Commentaire »

Bibliographie du Kangourou

Posté par othoharmonie le 24 mai 2014

Les kangourous de Pierre Darmangeat Les kangourous
Auteur : Pierre Darmangeat 

La découverte par l’image et par le récit d’un animal fascinant : description, habitat, alimentation, comportement, reproduction. De superbes photographies pour voir les animaux au cœur de leurs activités. Un portfolio en début d’ouvrage pour suivre le fil de leur comportement.

Commander ce livre    
 
Bibliographie du Kangourou dans KANGOUROU cbg   cbd dans KANGOUROU
 
chg   chd
 
Le kangourou de Stéphanie Ledu Le kangourou
Auteur : Stéphanie Ledu 

Bonk ! Bonk ! Un drôle d’animal bondit dans le désert rouge, comme un homme avec les pieds attachés. C’est le kangourou roux, le plus grand des marsupiaux. Dans la poche de maman, le petit est bien à l’abri. Ce géant paisible est la mascotte de l’Australie mais, accusé de brouter l’herbe des moutons, il est aussi chassé sans pitié…

Commander ce livre
cbg cbd

L'ivresse du kangourou et autres histoires du bush par Cook

Kenneth Cook

ISBN : 2290042447 
Éditeur : J’ai Lu (2013) 

Note moyenne : 3.57/5 (sur 61 notes)Ajouter à mes livres

Résumé :

« Il y eut une longue pause, durant laquelle Benny émit de petits bruits de bouche compatissants, et enfin le kangourou ouvrit ses deux yeux injectés de sang. Je vous jure qu’à cet instant, il a grimacé… Puis il bondit soudain par-dessus la palissade et partit comme un bolide vers la brasserie. »
 
Que faire face à un kangourou qui a pris goût à la bière ? Peut-être pas le poursuivre à travers toute la ville pour le mettre en état d’arrestation… sauf chez Kenneth Cook dont les mésaventures trouvent toujours une issue aussi hilarante qu’absurde. Une simple partie de voile dans la baie de Sydney, un séjour forcé dans une cabane en compagnie d’un rat, la présence 
d’inoffensifs lézards à bord d’un avion, tout devient homérique! 

 

Sur les autres projets Wikimedia :

Publié dans KANGOUROU | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello