structure sociale de l’hippopotame

Posté par othoharmonie le 12 avril 2014

 

images (17)Très grégaire, l’hippopotame accepte le contact des autres seulement dans l’eau, lorsqu’il se repose. Quand il se nourrit, il devient une unité indépendante qui repousse tout individu (excepté pour les femelles accompagnées de leur jeune).

Ayant très peu de prédateurs, il n’a pas besoin de se regrouper à terre avec ses congénères pour se protéger.

Des rassemblements de plus de 200 individus peuvent être observés dans la nature, notamment en saison sèche. Cependant la taille moyenne d’un groupe est de 10 à 20 individus. Il est constitué généralement d’un mâle dominant (âgé de plus de 20 ans), de quelques mâles subordonnés, des femelles et de leurs petits.

Le mâle dominant contrôle une portion de rivière ou de lac et leurs berges. Il est le seul à se reproduire avec les femelles du groupe. Il défend donc son territoire pour conserver ce droit sur les femelles. Il tolère des mâles célibataires sur son territoire à condition que ces derniers fassent preuve de soumission et s’abstiennent de toute activité reproductrice.

Il arrive donc parfois de rencontrer des groupes de mâles ou des mâles solitaires repoussés par les mâles territoriaux dans des zones moins favorables.

La taille du territoire varie selon qu’il est situé le long d’une rivière (50 à 100 m de long) ou au bord d’un lac (250 à 500m de long).

Les combats pour la possession d’un territoire peuvent être sévères et les hippopotames peuvent s’infliger des blessures considérables avec leurs grandes canines. Mais la plupart du temps, les conflits sont mineurs et se règlent en utilisant des postures et des mimiques de menace ou d’intimidation. Les animaux effectuent ainsi un «bâillement» qui permet de révéler à l’adversaire ses dents impressionnantes.

De manière générale, un mâle peut maintenir sa dominance sur un territoire près de 8 ans au bord d’un lac et jusqu’à 4 ans le long d’une rivière.

Le marquage du territoire se fait par l’urine et le crottin que le mâle éparpille à plusieurs mètres de distance en remuant sa queue. Les mâles dominants sortent également de l’eau pour déposer leur crottin aux places les plus visibles : rocher, arbres, buissons.

Lorsqu’ils quittent l’eau pour aller se nourrir, les hippopotames empruntent des chemins balisés par ces amas de crottes qui leur fournissent de nombreux renseignements sur les individus présents dans la zone.

Le crottin, tout comme l’urine, renferme en effet plusieurs informations sur celui qui l’a déposé : identité, âge, statut reproducteur, statut hiérarchique…

Par ailleurs, les hippopotames communiquent entre eux par divers cris et grognements et utilisent même les infrasons. Ces cris peuvent être poussés soit à terre soit dans l’eau et peuvent être transmis simultanément à travers l’air et l’eau!

 

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello