• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 12 avril 2014

hippopotame végétarien (?)

Posté par othoharmonie le 12 avril 2014

 

images (18)L’hippopotame est végétarien : ses lèvres musclées et mesurant jusqu’à 50 cm de large lui permettent de brouter rapidement de grandes quantités d’herbes basses. Il consomme également du feuillage, des fruits tombés à terre et plus rarement des charognes (notamment en saison sèche lorsque la qualité des végétaux est moins bonne et qu’il doit complémenter son régime alimentaire).

L’espèce passe sa journée dans l’eau et n’en sort qu’au crépuscule pour aller se nourrir d’herbe. Elle effectue alors des déplacements de 3 à 5 km (maximum 10 km) chaque nuit et consomme environ 40 kg de nourriture. Cette quantité représente seulement 1 à 1,5 % de son poids. Mais elle n’a pas besoin de plus puisqu’elle réduit ses dépenses énergétiques en se reposant toute la journée dans l’eau.

Sans l’hippopotame, pas de vie !
Cette espèce est d’une importance capitale pour la survie des êtres vivant dans les points d’eau qu’elle fréquente.
Son crottin très nutritif permet en effet de maintenir une grande biodiversité dans l’écosystème. Il procure des supports aux plantes et algues, des caches aux insectes prédateurs, de la nourriture aux escargots et aux poissons…
Les algues attirent les petits poissons qui s’en nourrissent et les plantes leur fournissent des cachettes. Ces poissons font venir des poissons plus grands, qui sont à leur tour mangés par d’autres poissons, oiseaux ou mammifères.
De même, après sa mort, l’hippopotame est une source de nourriture pour les charognards (tortues, poissons, oiseaux…).
Au moins 18 espèces d’oiseaux utilisent le dos large des hippopotames pour se reposer ou comme base pour pêcher les poissons et les invertébrés.
Certains poissons se nourrissent des algues, parasites et peaux mortes qui recouvrent ce mammifère. Certaines espèces sont d’ailleurs spécialisées dans le nettoyage d’une zone particulière du corps !

Le labéo, membre de la famille des carpes, nettoie la peau, les dents et la gueule de l’hippopotame. Le barbeau se nourrit de son crottin et nettoie ses pattes, notamment les espaces entre les doigts, très difficiles à atteindre. D’autres espèces se chargent également des plaies.
L’hippopotame, en se dirigeant vers un rassemblement de poissons, se rend ainsi à une véritable «station de toilettage». Il lance le signal de nettoyage aux poissons en ouvrant grand la gueule !

Les hippopotames n’ont pas de véritable période de reproduction mais la plupart des accouplements ont lieu à la saison sèche. Les naissances sont ainsi plus nombreuses à la saison des pluies, lorsque la nourriture est plus abondante et de meilleure qualité.

- Durée de gestation : 227 à 240 jours.
– Taille de la portée : 1 petit.
– Poids à la naissance : 25 à 55 kg.
– Maturité sexuelle : 6 à 15 ans. 

L’espèce est polygyne, c’est à dire qu’un même mâle se reproduit avec plusieurs femelles.

Un mâle cherchant à s’accoupler se rend auprès des femelles et teste leur réceptivité. Si ces dernières se montrent agressives, il adopte une posture de soumission en se couchant. Ce comportement est très rare chez les mâles dominants dans le monde animal. L’accouplement a lieu dans l’eau, ce qui permet à la femelle de ne pas avoir à supporter tout le poids du mâle.

images (19)Après une gestation de près de 8 mois, la femelle quitte son groupe et s’isole en eaux peu profondes ou sur la berge (plus rarement) pour donner naissance à son petit. Elle peut ainsi le tenir à l’écart des mâles adultes qui pourraient l’attaquer. Le jeune peut marcher et nager rapidement après la naissance. Les premiers jours, sa mère reste près de lui dans l’eau et arrache et mange les plantes aquatiques qui sont à proximité. Elle est très protectrice et attaque tout intrus qui risquerait de s’en prendre à son petit. Elle doit vraiment prendre soin de lui car il est une cible de choix pour les prédateurs : crocodiles, lions, mâles hippopotames… En effet, près de 45 % des jeunes meurent durant leur première année. Elle l’allaite dans l’eau, l’aide également à nager et le porte sur son dos quand il est fatigué.

Tous deux rejoignent le groupe après quelques semaines. Les jeunes sont parfois rassemblés en crèche et placés sous la surveillance d’une ou plusieurs femelles pendant que les mères se nourrissent.

L’hippopotame se nourrit d’herbe assez tôt (dès 6 semaines), mais c’est entre 8 et 18 mois, qu’il est véritablement sevré. Il reste avec sa mère plusieurs années et il n’est pas rare de voir une mère avec 3 ou 4 jeunes d’âges différents (la femelle a généralement un petit tous les 2 à 3 ans).

Les femelles atteignent leur maturité sexuelle entre 7 et 15 ans, et les mâles parfois dès 6 ans.

La longévité de l’hippopotame est de 35 à 50 ans dans le milieu naturel et de plus de 50 ans en captivité.

Publié dans HIPPOPOTAME | Pas de Commentaire »

structure sociale de l’hippopotame

Posté par othoharmonie le 12 avril 2014

 

images (17)Très grégaire, l’hippopotame accepte le contact des autres seulement dans l’eau, lorsqu’il se repose. Quand il se nourrit, il devient une unité indépendante qui repousse tout individu (excepté pour les femelles accompagnées de leur jeune).

Ayant très peu de prédateurs, il n’a pas besoin de se regrouper à terre avec ses congénères pour se protéger.

Des rassemblements de plus de 200 individus peuvent être observés dans la nature, notamment en saison sèche. Cependant la taille moyenne d’un groupe est de 10 à 20 individus. Il est constitué généralement d’un mâle dominant (âgé de plus de 20 ans), de quelques mâles subordonnés, des femelles et de leurs petits.

Le mâle dominant contrôle une portion de rivière ou de lac et leurs berges. Il est le seul à se reproduire avec les femelles du groupe. Il défend donc son territoire pour conserver ce droit sur les femelles. Il tolère des mâles célibataires sur son territoire à condition que ces derniers fassent preuve de soumission et s’abstiennent de toute activité reproductrice.

Il arrive donc parfois de rencontrer des groupes de mâles ou des mâles solitaires repoussés par les mâles territoriaux dans des zones moins favorables.

La taille du territoire varie selon qu’il est situé le long d’une rivière (50 à 100 m de long) ou au bord d’un lac (250 à 500m de long).

Les combats pour la possession d’un territoire peuvent être sévères et les hippopotames peuvent s’infliger des blessures considérables avec leurs grandes canines. Mais la plupart du temps, les conflits sont mineurs et se règlent en utilisant des postures et des mimiques de menace ou d’intimidation. Les animaux effectuent ainsi un «bâillement» qui permet de révéler à l’adversaire ses dents impressionnantes.

De manière générale, un mâle peut maintenir sa dominance sur un territoire près de 8 ans au bord d’un lac et jusqu’à 4 ans le long d’une rivière.

Le marquage du territoire se fait par l’urine et le crottin que le mâle éparpille à plusieurs mètres de distance en remuant sa queue. Les mâles dominants sortent également de l’eau pour déposer leur crottin aux places les plus visibles : rocher, arbres, buissons.

Lorsqu’ils quittent l’eau pour aller se nourrir, les hippopotames empruntent des chemins balisés par ces amas de crottes qui leur fournissent de nombreux renseignements sur les individus présents dans la zone.

Le crottin, tout comme l’urine, renferme en effet plusieurs informations sur celui qui l’a déposé : identité, âge, statut reproducteur, statut hiérarchique…

Par ailleurs, les hippopotames communiquent entre eux par divers cris et grognements et utilisent même les infrasons. Ces cris peuvent être poussés soit à terre soit dans l’eau et peuvent être transmis simultanément à travers l’air et l’eau!

 

Publié dans HIPPOPOTAME | Pas de Commentaire »

L’hippopotame ou le cheval du ciel

Posté par othoharmonie le 12 avril 2014

L’hippopotame symbolise la force brutale, la puissance terrifiante.

Hippopotame signifie : cheval du fleuve
L’hippopotame est un animal très particulier qui  ne ressemble à aucun autre.

Il est très gros, semble paisible, vit la plus grande partie de son temps dans l’eau, mais respire dans l’air ; il peut devenir très dangereux et court avec une rapidité étonnante.

images (16)

Il est énorme : peut peser plus de 3 tonnes, mesure plus de 4 m de longueur, ses canines peuvent atteindre plus de 60 cm.

Il a toutes les apparences d’un animal balourd, paisible avec son corps tout rond porté par quatre pattes courtes. En réalité il peut devenir agressif et très dangereux pour l’homme, capable de courir à 45Km/h pour foncer avec sa masse énorme. Un vrai «  bulldozer ! »

Il respire dans l’air et cependant il passe la majorité de sa vie dans l’eau des mares ou des fleuves, ne sortant que la nuit pour paître. Complètement immergé dans l’eau, il ne laisse dépasser que sa tête pour respirer. Généralement appuyé au fond de l’eau, il sait nager sur de grandes distances même dans la mer. 
Mammifère terrestre, il s’apparente aux cétacés qui vivent en mer. Tout en lui étonne. Alors qu’il est herbivore, il est capable d’ouvrir sa gueule à 150° comme s’il voulait engloutir une proie énorme. Un animal rempli de contrastes  L’hippopotame est un mammifère ongulé suidé artiodactyle (ayant un nombre pair de doigts)

On distingue l’hippopotame amphibie, très gros, qui vit près des rivières et des prairies (Afrique tropicale et subtropicale et l’hippopotame nain beaucoup plus petit qui vit dans les forêts d’Afrique de l’Ouest.

Origine : On trouve des fossiles datant du Miocène (vers 10 à 5 millions d’années) mais l’origine exacte de l’hippopotame n’est pas connue. On s’accorde maintenant pour dire qu’il se rapproche plus des cétacés (baleines) que des autres ongulés.

Forme : le qualificatif qui vient immédiatement à l’esprit est « rond ». Tout est rond en lui : son corps énorme comme un gros cylindre, sa tête énorme aussi qui se serait agrandie vers le haut au cours des millénaires pour permettre aux narines, aux yeux et aux oreilles d’émerger de l’eau lorsque l’hippopotame est en immersion, ses quatre pattes grosses et courtes.

Nourriture :  Chaque nuit, il sort de l’eau et broute l’herbe des prairies, jusqu’à 40 Kg ce qui n’est pas énorme pour un animal de cette taille mais il dépense peu d’énergie dans la journée qu’il passe dans l’eau. Ce n’est pas un ruminant.

Dentition : La gueule de l’hippopotame est énorme et elle peut s’ouvrir à 150°. Ses dents sont impressionnantes en particulier les canines qui peuvent atteindre plus de 60 cm. On se demande parfois si ces qualités ne seraient pas l’héritage d’un lointain ancêtre carnivore. Mais rien à ce jour ne vient confirmer une telle hypothèse.

La peau : elle est épaisse mais particulièrement sensible. L’hippopotame a peu de poils sauf près des lèvres, des oreilles et de la queue. Pas de glandes sudoripares qui permettraient la sueur et protègeraient la peau, seules quelques glandes cutanées qui sécrètent un liquide qui durcit à l’air.
C’est à cause de sa peau trop sensible à la chaleur et au soleil que l’hippopotame s’immerge dans l’eau pendant la journée et une partie de la nuit.

L’hippopotame est un animal social : il vit en groupe. Le groupe est formé d’un mâle (parfois plusieurs s’ils obéissent au mâle dominant), d’une vingtaine de femelles et de leurs petits. Ceux-ci pèsent environ 50 kg à la naissance. La mère protège son petit mais il est souvent victime de prédateurs comme le lion.
Les combats de mâles sont fréquents entre rivaux : gueule ouverte pour intimider, combat violent et souvent meurtrier à cause des dents énormes.
En période de sècheresse, les hippopotames se serrent sur les points d’eau et les combats sont fréquents.

L’hippopotame et l’homme

L’hippopotame nain vit dans les forêts et il est encore mal connu.

L’hippopotame amphibie n’hésite pas à charger l’homme et les accidents de ce genre sont nombreux.

L’hippopotame est en diminution principalement par suite de la réduction de son territoire occupé par l’homme, forêts défrichées …..

 

Publié dans HIPPOPOTAME | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello