• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 20 mars 2014

Paon et le rituel

Posté par othoharmonie le 20 mars 2014

 

images (5)Cousins éloignés des pintades et des dindons et parents plus proches des faisans, les paons peuplaient, à l’époque du tertiaire, une bonne partie de l’Ancien et du Nouveau Monde. Depuis, en Europe et en Amérique, où le paon bleu a été introduit par l’homme, on ne peut admirer la longueur et l’extravagance de la queue des mâles qu’en captivité.

Selon un rituel quasi immuable, au lever du jour, le paon s’envole de l’arbre où il a passé la nuit avec ses congénères pour gagner la terre ferme et chercher, seul, sa nourriture. Celle-ci se compose surtout de bourgeons, graines, fruits et pousses, que l’oiseau trouve dans les clairières, en lisière des forêts ou dans les sous-bois plus denses. De son bec puissant, il capture également les petits animaux qui passent à sa portée tels que vers, mollusques, gros insectes – notamment les coléoptères et leurs larves –, amphibiens et même des reptiles. Les serpents constituent un mets de choix, surtout dans certaines régions d’Inde. Pour limiter les risques de ce type de prise, le paon s’attaque plus volontiers à de jeunes sujets. Lorsqu’ils vivent à proximité, les paons arpentent les champs fraîchement labourés, de préférence quand la terre a été retournée, amenant ainsi à la surface larves, insectes ou même petits rongeurs. Les paons complètent ces ressources alimentaires terrestres en grimpant dans les frondaisons des arbres pour cueillir des fruits et des pousses et pour capturer des insectes et des petits animaux arboricoles.

Après avoir glané son alimentation, le paon s’octroie, en milieu de journée, une pause favorable à la digestion. Les aliments qu’il a emmagasinés dans son jabot sont triturés, dans le gésier, par des plaques cornées fonctionnant comme des meules et mues par de puissants muscles. Cette opération mécanique prépare l’action chimique de l’estomac. En fin de journée, quelques heures sont encore consacrées au fourrage, mais, dès le crépuscule, le paon regagne les grands arbres garants de sa protection.

images (6)Le soir venu, la cohésion du groupe se manifeste, tous les membres d’une bande se groupant sur les mêmes perchoirs pour plus de sécurité. En dehors de la saison de nidification (au cours de laquelle chaque mâle s’installe sur un territoire séparé des autres avec deux, ou plus, femelles), le paon vit la journée en groupes de taille variable, lâches et libres de toute hiérarchie, mais, la nuit, il privilégie les rassemblements. Chaque oiseau, mâle ou femelle, fait alors office de sentinelle : à l’approche d’un danger, le premier oiseau qui le remarque émet un puissant coup de trompe, aussitôt repris par les clameurs sonores de la dizaine d’oiseaux qui forment son clan familial.

Le signal d’alarme des paons, qui profite aux autres habitants du milieu, les incite à se réfugier sur les arbres « reposoirs », qui servent de dortoirs, non pas par la voie des airs, mais en les escaladant branche par branche.

Publié dans PAON | Pas de Commentaire »

Le paon aux couleurs

Posté par othoharmonie le 20 mars 2014

 

Le plumage du paon, du moins celui du mâle, arbore des couleurs et des reflets multiples, parmi les plus belles que l’on puisse observer dans l’ordre des galliformes. Sa parade amoureuse lui fournit l’occasion d’exhiber les multiples éléments le composant. L’instrument principal de sa cour auprès d’une conquête éventuelle est, outre la livrée bleutée aux reflets métalliques qui couvre son cou et son corps, une longue traîne de quelque 100 à 150 plumes qu’il déploie en roue. Les noirs, les bruns et toutes les teintes dérivées dans la gamme du rouge, de l’orange, de l’ocre sont dus à la présence, en concentration variable, d’un pigment foncé, la mélanine (du grec melanos, noir). Les irisations, les teintes aux reflets métalliques, notamment les verts, les bleus et les dorés, proviennent de la diffraction des rayons lumineux. Cette décomposition de la lumière est elle-même assurée par la structure particulière et complexe des éléments constitutifs de la plume, qui agissent comme autant de prismes.

 images (4)

Faire la roue est la phase essentielle de la parade nuptiale du mâle. Le succès de cette exhibition est possible grâce à la spécificité des longues plumes de la queue. Les plus longues (1,50 m en moyenne) sont celles qui sont implantées le plus en arrière sur le dos de l’oiseau. Elles sont pourvues latéralement de barbes qui, contrairement à la norme, ne sont pas liées entre elles, mais sont lâches sur la majeure partie du tuyau (ou rachis) qui, chez le paon, est particulièrement allongé. Les barbes qui se situent à l’extrémité des plumes forment une sorte de palette terminale où prend place un dessin en forme d’œil appelé ocelle, en raison de sa ressemblance avec un petit œil à pupille noire.

Lors de sa parade, le mâle, tournant sur lui-même, installe d’abord ses pennes parées des ocelles, puis relève en forme de roue les plumes situées à l’arrière de son long cou. Les modifications de nuance des dessins lumineux des grandes plumes dépendent de l’orientation de celle-ci. Leur légèreté permet au mâle de parader plusieurs minutes durant. Les bruyants « frissons » secouant les plumes participent au succès de cette entreprise de séduction.

L’ordre des galliformes, auquel appartient le paon, rassemble environ 250 espèces d’oiseaux terrestres – réparties en 70 genres – de taille variable, petite ou grande, pourvus d’une courte queue presque invisible ou d’un appendice très long selon les espèces, mais qui tous nidifient au sol. Présents sur tous les continents, excepté l’Antarctique, les galliformes regroupent, selon les auteurs, un nombre variable de familles, d’importance numérique inégale. Les 19 espèces de mégapodes d’Asie et d’Australie (famille des mégapodiidés) et les 50 espèces de cracidés en Amérique tropicale et subtropicale sont très éloignées des paons. On admet généralement, à l’heure actuelle, que les autres galliformes rassemblent 3 autres familles : les colins et tocros (famille des odontophoridés), les pintades (famille des numinidés) et les dindons, tétras, lagopèdes et gélinottes, faisans, cailles et paons (famille des phasianidés). Il existe toutefois un débat quant à la position systématique des tétras, lagopèdes et gélinottes : sur la base d’études génétiques, certains auteurs considèrent que ces espèces forment une sous-famille de la famille des phasianidés (proposition retenue ici), tandis que d’autres estiment qu’il faut leur conserver le statut de famille à part, qu’ils détiennent dans les classifications traditionnelles : celle des tétraonidés. Les deux espèces de dindons, longtemps vues comme les seules représentantes de la famille des méléagrididés, sont à l’heure actuelle plus généralement considérées comme une sous-famille des phasianidés.

Publié dans PAON | Pas de Commentaire »

Le rôle de la paonne

Posté par othoharmonie le 20 mars 2014

 

L’arrivée des pluies annonce le début de la saison des amours pour le paon. Chaque reproducteur potentiel s’isole alors et entreprend de défendre ses droits sur un territoire, vaste de 5 000 à 50 000 m2, qu’il s’est choisi dans une zone dégagée assurant une bonne visibilité. Sur cet espace, il privilégie de 1 à 4 sites, de quelques mètres de diamètre. C’est sur l’une de ces pistes d’exhibition que, dès le matin, le propriétaire des lieux attend ses partenaires potentielles ; le plus souvent, il parvient à attirer successivement de 2 à 5 paonnes.

 téléchargement (4)

Une cérémonie d’accueil est offerte par le paon à toute paonne qui s’approche ; pour l’attirer au centre de l’aire de parade, il relève sa longue traîne, la déploie en une roue géante et cherche à impressionner la femelle en lui tournant le dos pour bien lui montrer les touffes de duvet contrastées du dessous de sa queue. Puis, se retournant, il s’approche de sa congénère et ponctue sa démonstration de frissonnements des plumes, dont le son évoque le murmure des roseaux secs parcourus par le vent. Si la femelle est sensible à ce spectacle visuel et sonore offert à son intention, elle s’accroupit sur le sol, invitant ainsi le mâle à l’accouplement. La longue traîne se rabat alors sur elle.

Une fois fécondée, la femelle gagne un emplacement discret, souvent à l’orée d’un bois. À l’abri des broussailles, dans une dépression du sol sommairement aménagée, elle pond de 5 à 7 œufs de couleur crème, pesant chacun une centaine de grammes. Après 28 à 30 jours d’incubation éclosent les petits, couverts d’un duvet brunâtre mêlé de jaune qui les camoufle à leurs prédateurs potentiels. Très vite, les poussins quittent le nid pour picorer çà et là, s’abritant au besoin sous la queue de leur mère. Malgré l’attention vigilante de la femelle, les jeunes paons restent très vulnérables tant qu’ils ne sont pas capables d’atteindre des branches basses pour y dormir en toute quiétude, protégés par les ailes déployées de l’adulte. Au bout de 4 semaines, les aigrettes pointent sur le crâne, et, à 2 mois, toute la progéniture ressemble déjà à la femelle, avec une taille deux fois moindre. La taille adulte est acquise à l’âge d’un an, mais ce n’est qu’après une année supplémentaire que l’on peut nettement distinguer un mâle d’une femelle. Peu à peu, les liens familiaux se distendent et les jeunes se dispersent pour intégrer les bandes en formation.

 

Le paon bleu vit aujourd’hui à l’état sauvage en Asie : Inde, Sri Lanka, Népal, Bhoutan et Bangladesh ; on le rencontre aussi en Océanie (Australie, Nouvelle-Zélande) et aux Antilles (Bahamas), où il a été introduit. Ailleurs dans le monde, on le trouve en captivité, dans des zoos, des réserves ou des élevages.

Le paon recherche les milieux naturels où les paysages dégagés constituent l’essentiel de l’habitat. Toutefois, attentif à sa sécurité, il ne saurait se contenter de ces espaces ouverts sans que ceux-ci comportent, d’une part, des secteurs arborés – petits bois, bosquets, alignements –, d’autre part, des secteurs riches en arbustes et en broussailles. En fonction de son activité du moment, le paon bleu occupe tantôt une partie de son milieu vital, tantôt une autre.

Sa quête alimentaire quotidienne entraîne le paon dans divers endroits ; il arpente soit des sites couverts de graminées, soit des friches abandonnées à une végétation basse désordonnée, ou des clairières. Les champs cultivés sont également prospectés.

Souvent plus à l’aise en milieu ouvert, le paon est aussi tout à fait capable de se frayer avec adresse un passage au sein d’une végétation dense. Dans l’accomplissement de cet exercice, la femelle se montre plus performante que le mâle, n’étant pas gênée par sa traîne.

Les arbres, qui sont une autre composante de l’habitat typique du paon bleu, sont aussi mis à contribution lorsque l’oiseau s’octroie une sieste, au cours de la journée, ou à l’occasion du sommeil nocturne. Dans ces moments, le paon s’installe en hauteur afin de mettre la plus grande distance possible entre lui et les prédateurs potentiels.

Outre les espaces ouverts et les grands arbres, le confort du paon exige la proximité d’une source d’eau. L’oiseau doit en effet se désaltérer quotidiennement. De plus, c’est un adepte des bains, qui lui procurent de la fraîcheur, mais également apaisent les démangeaisons provoquées par des parasites de la peau ou du plumage. Cette attirance pour l’eau explique la répartition du paon bleu (de même que celle du paon spicifère, qui en est très proche biologiquement), fonction de l’organisation du réseau hydrographique. C’est, en effet, le long des cours d’eau que les paons aiment le plus s’établir et, donc, que leurs effectifs sont les plus importants. Les rives des étangs, les champs submergés par les inondations ou les mares temporaires qui succèdent aux pluies diluviennes de la mousson font aussi l’objet de visites assidues de la part des paons.

Publié dans PAON | Pas de Commentaire »

Le Paon, pourquoi bleu

Posté par othoharmonie le 20 mars 2014

téléchargement (3)Le paon bleu, comme les deux autres espèces de paons existant à l’heure actuelle, appartient à la sous-famille des phasianinés, elle-même s’insérant dans la famille des phasianidés et dans l’ordre des galliformes, comme ces autres oiseaux à longue queue que sont les faisans. Les points communs avec ces espèces forestières sont nombreux, mais le paon s’en distingue surtout par une taille bien supérieure. Il ne vole qu’en de rares occasions, notamment en cas de danger, battant vigoureusement l’air de ses courtes ailes pour prendre de l’altitude. Ces vols ne sont jamais longs. Sur la terre ferme, ses déplacements sont rapides grâce à la robustesse des doigts de ses pattes fortes et relativement longues. Le doigt postérieur n’est pas trop long, ne constituant donc pas une entrave à la marche, mais suffisamment développé pour que l’oiseau s’agrippe aux branches.

Contrairement à ce que l’on pourrait supposer, la longue traîne du mâle n’est en aucune façon une source d’embarras pour lui, puisque, en dépit de cet imposant ornement dont la nature l’a doté, le mâle parvient à se faufiler avec aisance dans la végétation.

Si l’oiseau acquiert sa taille adulte à un an, le dimorphisme sexuel n’apparaît que vers la deuxième année de vie. Il est très marqué, mais il est plus sensible dans l’aspect que dans la taille ; en effet, à peine plus petite que le mâle, la femelle s’en distingue principalement par son plumage nettement moins bigarré, où dominent les teintes brunâtres, et par sa queue beaucoup plus courte. La modestie de sa livrée est un avantage pour se dissimuler durant les quatre semaines d’incubation des œufs, qu’elle passe à même le sol.

Assez court, épais à la base, légèrement marqué, et pointu à l’extrémité, le bec remplit plusieurs fonctions : il permet aussi bien de cueillir une baie que de picorer une graine ou encore de maîtriser un insecte volumineux. À la base du bec sont situées des narines, partiellement protégées par un renflement corné qui en masque l’entrée. Rare chez la plupart des oiseaux, une telle protection ne s’observe également que parmi les rapaces, les pigeons et les tourterelles. Le long cou rend la nourriture aisément accessible.

Les sens – la vue et surtout l’ouï  – sont excellents. De ce fait, les prédateurs nocturnes n’ont pas la tâche facile : au moindre bruit suspect, le paon pousse un cri d’alarme qui déclenche dans l’instant une cacophonie de sons bruyants émis par les autres membres du groupe, clameur dont l’écho est amplifié par l’ambiance sereine de la nuit. Le cri du paon, audible à plus d’un kilomètre par vent favorable, fait songer au prénom « Léon » hurlé par une voix haut perchée. En Inde, il est transcrit par les mots minh-ao, littéralement : « la pluie va tomber ».

 

Les ailes, à l’instar de celles de la plupart des oiseaux de l’ordre des galliformes, les faisans ou les perdrix par exemple, sont plutôt courtes, larges et arrondies. Elles tranchent sur le reste du plumage par leur teinte cannelle. Leurs plumes principales, les rémiges, sont robustes et arquées vers le bas de façon à mieux supporter la résistance de l’air lors du vol battu. N’autorisant pas de performances voilières notables, elles sont suffisantes pour effectuer de brefs déplacements et de brusques décollages. À l’occasion, de vigoureux battements font d’elles un instrument de défense plus efficace que les courts ergots équipant le tarse, entre les doigts et le talon, et qui, en vérité, ne jouent pas un rôle déterminant lors d’éventuels affrontements entre mâles rivaux ou de territoires voisins.

 

2.2. Signes particuliers

Dos

Le dos du paon porte des plumes caractérisées par des dessins complexes que l’on appelle des vermiculations. Ces taches font alterner les zones claires et les plages sombres, alternance susceptible de « casser » la silhouette de l’oiseau, notamment quand celui-ci évolue dans la lumière tamisée par le feuillage des arbres. Tapi au sol, dans une position immobile, le paon mâle parvient à passer inaperçu en dépit de son envergure imposante.

images (3)Œil

Assez petit, il est cerné de deux traits blancs qui le mettent en valeur et qui, à distance, le font paraître plus grand.

Aigrette

Composée d’un groupe de plumes érectiles, dont la base du tuyau axial est nue et l’extrémité ornée d’une sorte de pompon duveteux, l’aigrette, présente chez les deux sexes, évoque de longues épingles à chapeau fixées dans une pelote.

Traîne

La traîne du paon n’est pas à proprement parler sa queue : il s’agit en fait des plumes du dessus de la queue, dites « sus-caudales ». Leur rachis est épais afin de permettre un soutien efficace. Discrètes, mais utiles, elles servent de point d’appui à la roue épanouie. Au nombre de 20 chez le mâle, elles ne sont que 18 chez la femelle, qui n’en a pas le même usage.

Plumage

Au niveau de la queue, cinq sortes de plumes sont visibles. Ce sont les grandes sus-caudales multicolores, ensuite les courtes et robustes caudales de teinte brun-orangé et enfin le vaporeux duvet sous-caudal d’un blanc grisé. Les plumes courtes de la queue disparaissent sous les grandes plumes sus-caudales lorsque le mâle ne fait pas la roue. Pour ce qui est des ailes, les scapulaires (plumes à la jonction de l’aile et du corps) sont tachetées et masquent partiellement les rémiges unicolores soutenant le vol.

Pattes

Les pattes sont fortes, longues et munies de 4 doigts. Le doigt central est plus long d’environ un tiers que le doigt extérieur, assez court. Dirigé légèrement vers l’intérieur, l’ergot est conique et implanté au tiers inférieur du tarse.

Publié dans PAON | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello