• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 26 janvier 2014

LE FAUCON ET LA TORTUE

Posté par othoharmonie le 26 janvier 2014

 

 LEGENDES INDIENNES

 

290px-Astrochelis_radiata1Un jour, le faucon défia la tortue à la course et la tortue répondit qu’elle n’accepterait qu’à condition que l’épreuve dure au moins quelques jours.

 Après avoir réfléchi, l’oiseau se soumit à son exigence et ils prirent le départ, l’une trottinant, l’autre virevoltant à loisir, persuadé qu’il n’aurait aucune peine à arriver le premier.

 Insensible au mépris qu’affichait la rapace, la tortue s’enterra lentement et, invisible à l’œil exercé de son concurrent, se fraya le chemin suivant une ligne droite en direction du but, sans jamais arrêter un seul instant. 

Le faucon, sûr de lui et insouciant vola à sa guise, s’arrêtant ici et là, au gré de sa fantaisie, en visitant parents et amis qu’il savait établis dans les parages, faisant sa cour à quelque aimable oiselle rencontrée au hasard de ses haltes. 

Il fit tant de détours et se reposa si souvent que, lorsqu’il parvint en vue du but, ce fut pour voir la tortue, sortant enfin de la galerie souterraine qu’elle avait inlassablement creusé, gagner la course qu’il avait cru remporter sans conteste… et sans effort.

Publié dans TORTUE | Pas de Commentaire »

La Tortue d’Esope

Posté par othoharmonie le 26 janvier 2014

220px-Chersina_angulata_Angulate_Tortoise_Cape_Town_4

Analyse De Jupiter et de la Tortue. 

  Un jour Jupiter manda les Animaux. Il voulait pour se récréer, les voir tous ensemble, et en considérer la diversité. Ceux-ci obéirent, et accoururent à grande hâte. La Tortue seule se fit attendre, et si longtemps, qu’on crut qu’elle ne viendrait pas. Elle arriva pourtant, mais la dernière ; et sur ce qu’on s’en plaignait, elle voulut représenter qu’avant que de partir, il lui avait fallu transporter sa maison en lieu de sûreté ; ce qui lui avait fait, disait-elle, perdre beaucoup de temps. Mais l’excuse fut si peu goûtée, qu’on ne lui donna pas le temps de la faire valoir. À peine eut-elle commencé à parler de sa maison, que Jupiter, qui voulait être obéi, et sans délai, la lui mit sur le dos. De là vient qu’en punition de sa faute, elle la porte encore aujourd’hui.

analyse des Fables d’Esope

ZEUS ET LA TORTUE

 Zeus, célébrant ses noces, régalait tous les animaux.

Seule, la tortue fit défaut.

Intrigué de son absence, il la questionna le lendemain : « Pourquoi, seule des animaux, n’es-tu pas venue à mon festin ?

— Logis familial, logis idéal ! » répondit la tortue.

Zeus indigné contre elle la condamna à porter partout sa maison sur son dos.

C’est ainsi que beaucoup préfèrent vivre simplement chez eux que de manger richement à la table d’autrui.

———————-

Le Lièvre considérant la Tortue qui marchait d’un pas tardif, et qui ne se traînait qu’avec peine, se mit à se moquer d’elle et de sa lenteur. La Tortue n’entendit point raillerie, et lui dit d’un ton aigre, qu’elle le défiait, et qu’elle le vaincrait à la course, quoiqu’il se vantât fièrement de sa légèreté. Le Lièvre accepta le défi. Ils convinrent ensemble du lieu où ils devaient courir, et du terme de leur course. Le Renard fut choisi par les deux parties pour juger ce différend. La Tortue se mit en chemin, et le Lièvre à dormir, croyant avoir toujours du temps de reste pour atteindre la Tortue, et pour arriver au but avant elle. Mais enfin elle se rendit au but avant que le Lièvre fut éveillé. Sa nonchalance l’exposa aux railleries des autres Animaux. Le Renard, en Juge équitable, donna le prix de la course à la Tortue.

Publié dans TORTUE | Pas de Commentaire »

Tortue noire du nord

Posté par othoharmonie le 26 janvier 2014

 

220px-Wadang-xuanwuLa Tortue noire du nord ou Guerrier noir (chinois : Xuanwu, pinyin : xuán wǔ, japonais : Genbu) est l’un des quatre animaux totem des orients et du zodiaque chinois. C’est aussi l’un des cinq animaux fantastiques de la théorie des cinq éléments.

Associée au Nord et à l’eau, sa forme daterait de la dynastie Zhou. Son nom chinois est composé de xuán, « obscur », et de , « guerrier », sa carapace évoquant une armure. Également appelée « tortue-serpent », elle est en général représentée comme une tortue autour de laquelle s’enroule un serpent. Cette figure pourrait être à l’origine du mythe prétendant que le mâle de la tortue étant souvent impuissant, la femelle s’unit avec un serpent. Cette croyance est à l’origine du symbolisme contradictoire de l’animal : sacré depuis l’antiquité parce que portant sur son dos la représentation de l’univers, il représente parfois l’immoralité. Pour réintroduire une certaine logique, on attribue parfois le défaut à une variété particulière, le bīe, ingrédient de la fameuse « soupe de tortue ».

La tortue noire est le plus important des animaux totems de l’astrologie car elle gouverne le quartier nord du zodiaque où se situe l’étoile polaire, axe du ciel, et les astérismes présidant à la naissance, à la mort et à la longévité.

Sous la forme de Zhenwudadi, xuanwu est également un dieu taoïste. La tortue noire le nom d’un dieu astral.

Publié dans TORTUE | Pas de Commentaire »

Légende de Zhenwuldali, Dieu Astral la Tortue Noire

Posté par othoharmonie le 26 janvier 2014

 

ZhenwuZhenwudadi  « Empereur Zhenwu » ou Xuanwushangdi « Empereur Xuanwu » est un dieu taoïste stellaire qui gouverne le ciel septentrional. Il a également une fonction militaire et est assimilé à l’Empereur du Nord Bei Di.

Son nom d’origine, Xuanwu, est celui de l’ensemble des sept maisons astrales du nord dans le zodiaque chinois. C’est une combinaison de deux caractères : xuan (sombre) évoque le ciel ; wu, « militaire », vient du fait qu’on distingue dans les astérismes xuanwu la forme d’une tortue fantastique (Tortue Noire) dont la carapace évoque une armure. Cette connotation n’est pas étrangère à la faveur que lui a accordée l’empereur Yongle des Ming qui l’appréciait comme dieu guerrier. Le caractère xuan fut par la suite changé pour ne pas enfreindre le tabou portant sur le nom de l’alchimiste divinisé Zhao Xuanlang. On choisit pour le remplacer le caractère zhen, « véritable ».

La coutume voulait que les empereurs donnent un titre à leurs divinités de prédilection. Zhenwu reçut son titre d’empereur (dadi, « grand empereur ») en 1303 sous les dynasties Yuan.

L’empereur Yongle des Ming accorda sa faveur à Zhenwudadi. La divinité stellaire Wenchangdijun, dont le premier caractère peut se lire « littérature », avait été promu patron des lettrés et des examens impériaux par les empereurs Tang et Song. L’administration impériale étant composée de deux catégories de fonctionnaires, civils et militaires, il était naturel qu’une autre divinité taoïste dont le nom comportait le caractère wu, « militaire », soit introduite au palais. Yongle ordonna que des oratoires consacrés à Zhenwudadi soient installés dans les administrations. En 1412, il décida la construction de temples sur le mont Wudang, siège de l’école taoïste Quanzhen du Sud depuis la dynastie Yuan. Plus de 200 000 soldats furent affectés à ce chantier sous la direction de Zhang Xin, marquis de Longping.

Comme beaucoup de divinités, sa naissance fut miraculeuse. Présenté comme le 82e avatar de Laozi, il serait né dans la famille royale du pays Sans désir ; sa mère le conçut dans un rêve où elle avalait le soleil, et le mit au monde à l’issue d’une grossesse exceptionnellement longue. Il abandonna son droit au trône pour se consacrer à l’ascèse sur le mont Wudang et devint immortel. L’Empereur de jade lui donna sa charge divine de gouverneur du ciel septentrional.

le Culte à Zhenwu : Les sept maisons astrales de Xuanwu comprennent le chariot de la Grande Ourse, appelé beidou et l’astérisme nandou. Les astérismes dou ont une place particulière dans l’astrologie chinoise ancienne. On en distingue quatre, correspondant aux quatre orients, mais les deux réellement importants sont celui du sud, nandou, situé dans le sagittaire, qui gouverne les naissances, et celui du nord, beidou, qui gouverne les décès. On prie Zhenwudadi, gouverneur du ciel septentrional et du chariot de la Grande Ourse, pour demander la longévité.

Le Nord est associé à l’eau ; le dieu est donc sollicité en cas d’inondation, mais aussi d’incendie. Sous les Ming, un temple de Zhenwudadi existait dans le palais impérial afin d’y solliciter la protection contre ces calamités.

Son anniversaire est le 3 du 3e mois lunaire.

Publié dans TORTUE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello