• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 12 janvier 2014

Population de Tortues Imbriquées

Posté par othoharmonie le 12 janvier 2014

 

290px-Eretmochelys_imbricata_01En 2007, il n’existe plus au monde que cinq grands sites de rassemblement annuel de plus de mille tortues qui se situent aux Seychelles, au Mexique et deux au nord de l’Australie.

Depuis les années 1990, les prélèvements intensifs d’œufs en Indonésie ont fait fondre de 90% les effectifs.

Les sites de rassemblement d’Indonésie, des Seychelles et un des deux d’Australie sont d’ailleurs en relatif déclin. Partout, la population de tortues imbriquées a diminué de plus de 80% au cours des cent dernières années et quelquefois en moins de cinquante ans (Nicaragua, Panama, Cuba, Madagascar, Sri Lanka, Thaïlande, Malaisie, Indonésie et Philippines). L’espèce a complètement disparu de nombreux endroits, ou presque comme dans l’Atlantique Est. À ce titre, elle est inscrite sur la Liste rouge de l’UICN de l’UICN depuis 1968 et comme étant en danger critique d’extinction depuis 1996.

Les efforts de protection des années 1980 n’ont porté leurs fruits que dans de rares endroits où l’on constate une stagnation. Cependant, point positif, une légère augmentation des effectifs a été observée au Yucatán, à Isla Mona et sur l’île Cousin.

Il est très difficile de connaître très précisément les stocks en raison de deux comportements. D’une part le comportement migrateur des tortues ne nous permet pas de déduire leur nombre des observations localisées, leur densité, pouvant varier en fonction des lieux, des périodes, etc. D’autre part, on ne peut déduire le nombre de femelles en surveillant les pontes, car leur fréquence de ponte varie fortement en fonction des lieux et de l’âge des tortues. Le grand nombre de plages où elles vont pondre, leur grande longévité, ainsi que le temps important avant d’atteindre la maturité sexuelle, ont permis à l’espèce de résister aux prélèvements massifs opérés par les humains. Cependant, lorsque ces prélèvements atteignent une taille critique, la population de tortues chute et peut mettre plusieurs dizaines d’années avant de croître à nouveau.

La tortue imbriquée est représentée sur le dos des billets de 20 Bolívar vénézuélien de 2008 et de 2 réal brésilien de 2001.

Publié dans TORTUE | Pas de Commentaire »

Écailles de Tortues

Posté par othoharmonie le 12 janvier 2014

 

Le plastron est formé de l’inter-clavicule, de la clavicule, et trois à cinq paires additionnelles d’os cutanés suturés ensemble[1].

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Ces écailles servent à divers usage, à la marqueterie en particulier.
L’écaille servait aussi à la fabrication de plaquette à coupe ou de peigne de coiffure.
On en produisit notamment sur le comptoir est-africain de la ville de Rhapta au 1er siècle. La culture swahilie se développa grâce à son commerce.

Écailles de Tortues dans TORTUE 170px-Egypte_louvre_PeigneLes plus belles écailles de tortue, les plus rares aussi proviennent de la tortue imbriquée. La tortue verte également a été pourchassée pour cette raison.
Ce qu’aujourd’hui les magazines de mode présentent comme de l’ « écaille de tortue » est en fait du plastique teinté. Le commerce de l’écaille de tortue véritable, toujours convoitée par quelques initiés, est restreint ou interdit par les conventions internationales de protection des espèces menacées.
À l’époque médiévale, on pouvait s’en servir pour fabriquer la broigne, une défense corporelle protégeant le thorax.

À la naissance la carapace est souvent molle. Elle grandit bien sûr avec l’âge. En général, jusqu’à ce que la tortue devienne adulte. Elle est alimentée par des petits vaisseaux sanguins.

La croissance des tortues s’effectue en cycles. Lorsqu’un cycle est terminé, un anneau se forme sur la carapace. On peut alors compter approximativement l’âge de la tortue. En outre, les anneaux peuvent s’effacer, par conséquent il est difficile de connaître précisément l’âge d’une tortue par cette technique.

Publié dans TORTUE | Pas de Commentaire »

Carapace de Tortue et Mythologie

Posté par othoharmonie le 12 janvier 2014

 

Carapace de Tortue et Mythologie dans TORTUE 220px-Muse_lyre_Louvre_CA482Selon l’ancienne mythologie grecque, la lyre du dieu Hermès est fabriquée à partir d’une carapace de tortue (khelus).

L’écriture chinoise semble avoir une origine dans l’utilisation de plastrons de tortues (écailles inférieures, donnant le terme plastromancie). De ces écailles (et os) dérive le terme chinois moderne pour désigner ces premières écritures chinoises : jiǎgǔwén (littéralement « écailles-os-script », ou écriture ossécaille). De nombreuses inscriptions furent découvertes par le savant chinois Wang Yirong à la fin du XIXe siècle, gravées sur des os d’animaux gǔ, le plus souvent des omoplates de bovins, et sur des écailles de tortue du plastron de la carapace (plastromancie), d’où son appellation par les Chinois d’écriture jiǎgǔwén, littéralement « écriture ossécaille ».

La plupart des inscriptions retrouvées sont divinatoires, c’est pourquoi on les appelle souvent inscriptions divinatoires ou oraculaires. Par la suite, on s’est aperçu que certaines n’avaient en fait rien à voir avec la divination, et on a donc commencé à distinguer les inscriptions divinatoires des inscriptions non divinatoires.

Autre terme synonyme : chéloniomancie (parfois écrit chélonomancie).

 

Dans le récit originel iroquois, la terre ferme a été créée sur la carapace d’une tortue au milieu d’un océan sans fin.

A’Tuin est une tortue stellaire qui porte le Disque-monde sur sa carapace dans le monde imaginaire créé par l’écrivain anglais Terry Pratchett. Comme son nom l’indique, le Disque-monde est un monde plat et circulaire (complété par l’immense cataracte qui s’écoule de ses bords). Il est soutenu dans l’immensité de l’univers par quatre éléphants (Bérilia, Tubul, Ti-Phon l’Immense et Jérakine), eux-mêmes juchés sur la carapace de la Grande A’Tuin, tortue naviguant lentement dans le cosmos vers un objectif qu’elle seule semble connaître. La Grande A’Tuin mesure 15 000 km de long. Elle appartient à l’espèce Chelys Galactica.

 

Rôle de la carapace des Tortues

Les carapaces fournissent une bonne protection aux tortues. Peu d’animaux sont capables de briser cette protection. Les jeunes, venant d’éclore, sont quant à eux, des proies faciles pour les prédateurs (mammifères, oiseaux, poissons, autres reptiles…), leur carapace étant presque toujours molle et leurs os insuffisamment solides.

La carapace sert aussi de camouflage à la tortue. Les carapaces de beaucoup d’espèces des tortues sont colorés et modelés et permettent de reconnaître des individus d’une même espèce. En outre, la Carapace des tortues terrestres leur sert à contrôler leur température, en effet les tortues sont des animaux à sang froids. La carapace accumule de l’énergie pendant les périodes chaudes, mais en contrepartie rend l’hibernation (et l’enterrement) plus difficile dans les périodes hivernales des zones à climat tempéré pour les espèces qui y vivent. Les Testudo horsfieldii ont des carapaces plus plates pour cette raison.

250px-Lightmatter_tortoiseSur la carapace, des salmonelles….

Méfiez-vous de votre tortue domestique. Si adorable soit-il, ce reptile constitue en effet un dangereux réservoir de salmonelles. Aux Etats-Unis, un enfant de 4 semaines est ainsi décédé d’une infection à Salmonella pomona.

Un dramatique accident qui a incité la Food and Drug Administration (FDA) à mettre en garde les propriétaires de tortues. « Elles peuvent poser un sérieux problème de santé aux enfants mais aussi aux adultes immunodéprimés » souligne l’agence, dans une alerte de santé publique.

Les tortues peuvent en effet héberger des salmonelles à la surface de leur carapace ou de leur peau. Il suffit ainsi d’un simple baiser sur la tête de l’animal ou d’une manipulation -avant de porter un doigt à la bouche- pour être contaminé. Voilà pourquoi la FDA insiste particulièrement sur le lavage des mains à l’eau et avec un savon antibactérien lorsqu’on a touché une tortue ou nettoyé son terrarium. Le conseil est d’ailleurs valable pour tous les animaux domestiques. Et particulièrement pour les fameux nouveaux animaux de compagnies, les NAC.

 

Source : Food and Drug Administration, avril 2007

Publié dans TORTUE | Pas de Commentaire »

Tortue feuille d’Annam

Posté par othoharmonie le 12 janvier 2014

 

290px-Mauremys_leprosa_02_by-dpcLa Tortue feuille d’Annam, Mauremys annamensis, est une espèce de tortues de la famille des Geoemydidae.

Cette espèce est endémique du Viêt Nam.

C’est une petite espèce de tortue (17 cm à l’âge adulte), qui fréquente les eaux douces et saumâtres comme les marais.

Son nom d’espèce, composé de annam et du suffixe latin -ensis, « qui vit dans, qui habite », lui a été donné en référence au lieu de sa découverte, l’Annam, un protectorat français, de 1883 à 1945, dans le centre de l’Indochine. La tortue feuille asiatique est largement répandue en Asie. C’est une espèce moyenne de 25 cm adulte. Carnivore, elle ne pose pas de difficultés d’élevage.

Description de la « Tortue de feuille » 

La Tortue de feuille aussi appelée « Tortue de feuille d’Asie » est un reptile d’ordre des Chéloniens et de la famille des Bataguridés. C’est une tortue qui naît sous une forme ronde, mais qui devient plus ovale en grandissant.  Adulte, elle aura l’aspect d’une feuille morte. La carapace de la Tortue de feuille est généralement brune, son plastron est jaunâtre avec de légers rayons foncés. Sa carapace a des rebords dentés ce qui lui vaut également l’appellation de « Tortue dentée ».  La Tortue feuille vit dans des petits cours d’eau à végétation aquatique luxuriante comme les mares, les marécages et des forêts inondées en Inde au Vietnam, aux Philippines et dans les Alpes australiennes.

Caractéristiques de la « Tortue de feuille » 

Répartition géographique : Inde, Vietnam, aux Philippines et dans les Alpes australiennes

Nom scientifique: Cyclemys dentata

Autre(s) nom(s) : Tortue feuille d’Asie, Asian leaf turtle, tortue dentée

Classification : Reptilia d’ordre des Chéloniens et de la famille des Bataguridés

Sous-espèces : aucune

Teinte : brune

Poids : environ 1 kg

Taille : 20 à 25 cm  

Alimentation : omnivore : des feuilles de salade, des algues et des poissons,

Reproduction : âge de maturité sexuelle 7 à 10 ans, 75 à 90 jours d’incubation, 2 à 3 œufs tous les 3 à 6 mois 

Publié dans TORTUE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello