Menaces pour la Tortue

Posté par othoharmonie le 10 janvier 2014

 

290px-TortueLuth_LeatherbackLa prédation animale est importante lors de l’éclosion des œufs car le jeune animal de quelques centimètres à la naissance est menacé par les crabes, caïmans, oiseaux et mammifères s’aventurant sur les plages (par exemple, les coatis). Mais, les œufs sont aussi directement menacés par les insectes et, en Guyane française notamment, par la courtilière. Une fois arrivées à l’eau, les jeunes tortues luth ne sont pas encore en sécurité, elles deviennent les proies des pieuvres et gros poissons.

Mais, si la tortue Luth est une espèce en voie de disparition, c’est majoritairement à cause de l’homme. La première raison est la pollution des eaux. À titre d’exemple, la tortue Luth confond les sacs en polyéthylène rejetés dans la mer avec des méduses, les mange et ne peut les régurgiter, ce qui leur provoque une occlusion gastrique ou intestinale. C’est la plus grande cause de mortalité de l’animal. Un autre facteur est la multiplication des filets de pêche qui piègent sous l’eau les tortues et provoquent leur mort par noyade. En effet, la tortue Luth, étant incapable de nager à reculons, ne peut s’en libérer. On peut ajouter la réduction de son espace disponible, notamment la perturbation des lieux de ponte par les constructions littorales, par exemple.

Enfin, la prédation humaine, en elle-même, est traditionnellement faible car la chair de l’animal n’est pas considérée comme comestible. Même si cela prête à controverse, il semblerait que la tortue Luth soit l’une des deux tortues dont la chair est toxique. Elle contiendrait de la chelonitoxine et les symptômes liés à sa consommation vont de la nausée ou du vomissement jusqu’au coma voire à la mort. Pourtant, la prédation a tout de même augmenté puisque les œufs de l’animal, déjà utilisés traditionnellement dans l’alimentation des Kali’nas ou des Indonésiens, sont devenus la cible de nombreux braconniers. En effet, les œufs de tortue Luth sont considérés comme aphrodisiaques au Mexique. La chasse de l’animal en lui-même est parfois même constatée. Au Togo, notamment, des féticheurs réduisent la carapace de l’animal en poudre, la mêlent à du miel et s’en servent comme remède contre les syncopes infantiles. La graisse est utilisée contre les rhumatismes. Les carapaces, par ailleurs, sont aussi parfois utilisées dans l’art traditionnel local (une centaine d’entre elles est exposée au Musée de Géologie de l’Université de Togo). Dans certains pays, les femelles sont tuées et leur peau est transformée en bijoux et autres souvenirs touristiques.

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello