• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 25 décembre 2013

sauvons le PANDA

Posté par othoharmonie le 25 décembre 2013

 

 

En Chine, la population des pandas est aujourd’hui protégée, ce qui est tout à fait positif. Malheureusement, le problème est plus complexe. Le panda est tributaire des bambous. Si l’espèce par elle-même est aujourd’hui protégée, c’est son habitat qui est menacé. La déforestation intensive a déjà détruit en 25 ans plus de la moitié de son habitat.

Un savant sur les pandas déclare avec raison : « A quoi bon protéger et multiplier l’espèce en captivité si l’on ne protège pas son habitat naturel ? ». De plus, les méthodes d’élevage ne sont pas concluantes. Les pandas deviennent impuissants, mélancoliques et agressifs en captivité. Les mères captives refusent d’élever leurs petits qui meurent avant leur maturité. On recense encore aujourd’hui environ 100 pandas en captivité.

Il est évident que seule la protection de leur environnement évitera l’extinction de l’espèce. La bonne nouvelle c’est que notre « papa panda » comme on le surnomme projette de lâcher dans la nature, vers 2005, les pensionnaires des réserves en surnombre. Ce mélange éviterait la consanguinité qui est une autre menace pour l’espèce.

 

images (11)

Publié dans PANDA | Pas de Commentaire »

Le panda, symbole chinois et animal diplomatique

Posté par othoharmonie le 25 décembre 2013

 

images (10)Pékin louera deux de ses animaux fétiches à la France. « Signe politique » pour l’ambassade, et soulagement pour le zoo de Beauval pris pendant plusieurs années dans le casse-tête de la «  diplomatie du panda ».

14 heures par jour à manger du bambou, 8 à 10 heures à dormir, l’emploi du temps du panda ne lui laisse que peu de temps pour parler politique. Il y a même fort à parier que l’« ours-chat » n’ait pas conscience d’être l’objet de négociations entre les grands de ce monde.

Car tout bonhomme qu’il soit, le panda est au centre de tractations diplomatiques « prioritaires » et le sort d’un ou deux spécimens peux devenir « une affaire d’Etat » au long cours.

Loués soient les pandas

Samedi dernier, à l’ambassade de France à Pékin, « l’émotion est immense » et le champagne de sortie. Le président Sarkozy a reçu quelques jours plus tôt un coup de téléphone de son homologue chinois : Pékin enverra deux de ses plantigrades au ZooParc de Beauval, dans le Loir-et-Cher.

« Si tout va bien », le choix des autorités chinoises devraient se porter sur Yuanzi et HuanHuan, deux pandas nés en 2008. Ils seront les seuls représentants de leur espèce en France, depuis la mort de Yen Yen, la star du zoo de Vincennes, en 2000.

A la différence des pandas-cadeaux offerts à Georges Pompidou en 73, il s’agit cette fois d’un programme de conservation et de recherche, à l’occasion duquel les deux spécimens sont loués, pour une période de 10 ans.

Le directeur du parc de Beauval, Rodolphe Delord, venu en Chine pour signer le contrat parle d’une opportunité « énorme », sans s’étendre sur son coût. En plus de la construction des installations et du prix du transport, « digne d’un voyage d’Etat » dans un avion spécialement équipé, la location se chiffrerait à 1 million de dollars par an, d’après France2.

Le prix d’un double symbole : animal aussi populaire que menacé le panda est une des égéries de la protection de la nature, mais aussi un emblème de la Chine. Il ne reste que 1600 pandas dans les forêts du pays, et le gouvernement a beaucoup investi dans la création de parcs de reproduction dans la région de Chengdu, dans le Sichuan, qui accueillent plusieurs centaines de pensionnaires.

Quand Pékin accepte de se séparer d’un couple d’animaux, c’est donc un « honneur », comme le précise M. Delord, mais aussi un casse-tête diplomatique qui dure depuis huit ans. Si les fondateurs du ZooParc de Beauval avaient fait le déplacement, samedi, c’est bien l’ambassadeur en personne qui reçoit la presse : « Quand je me suis plongée dans les dossiers de l’ambassade, explique Sylvie Bermann, qui représente la France en Chine depuis 6 mois, celui des Pandas faisait déjà partie des plus importants. »

En contact direct avec l’ Association chinoise des jardins zoologiques depuis six ans, Beauval doit ses pandas à « la détermination de la diplomatie française et à l’influence de l’ambassadeur de Chine en France ». A la signature des contrats, peu de monde pour parler de la teneur de ces longues négociations, mais on le déclare ouvertement : « le prêt d’un panda est un signe politique ». Pour la diplomatie française, les émissaires plantigrades portent donc un message : la France et la Chine s’entendent au mieux.

LIRE LA SUITE ICI…. http://chine.aujourdhuilemonde.com/le-panda-symbole-chinois-et-animal-diplomatique

Publié dans PANDA | Pas de Commentaire »

Des pandas comme ambassadeurs entre Pékin et Taipei

Posté par othoharmonie le 25 décembre 2013

 

 

téléchargement (2)Tuan Tuan et Yuan Yuan, un couple de pandas de quatre ans, ont quitté mardi à l’aube leur réserve de Yan’an, dans le Sichuan pour être conduits au zoo de Taipei et entamer leur nouvelle vie d’ambassadeurs de bonne volonté.

Des centaines de gens, dont des enfants déguisés en pandas, s’étaient massés pour un dernier au revoir aux animaux symboles du pays, pleurés par le personnel de la réserve, a constaté une journaliste de l’AFP.

Les pandas devaient gagner Chengdu, la capitale provinciale du Sichuan, pour embarquer sur un avion à destination de Taiwan, en compagnie d’une vingtaine d’experts et de leur deux gardiens attitrés qui doivent rester deux mois avec eux à Taiwan.

« Tuan Tuan et Yuan Yuan entament enfin leur voyage historique à Taiwan. Cela marque encore un nouveau pas important pour l’avancée des échanges à travers le détroit », a commenté Yang Hsiao-tung, un porte-parole de la municipalité de Taipei.

L’envoi du couple d’animaux, prévu dès 2006, n’a finalement été possible qu’après l’arrivée au pouvoir du nouveau président taiwanais Ma Ying-jeou cette année.

Son prédécesseur pro-indépendance Chen Shui-bian refusait cette « diplomatie du panda » destinée selon lui, à attirer les bonnes grâces des Taiwanais alors que les relations étaient fort tendues. 

Le panda, animal qui n’existe en milieu naturel qu’en Chine est traditionnellement utilisé par Pékin dans ses relations diplomatiques. En 1972, l’envoi de pandas en Amérique avait symbolisé le rapprochement de la Chine avec les Etats-Unis de Richard Nixon. Avec Taiwan cependant, la question du transfert de pandas a été source de débat au cours des dernières années. La Chine considère toujours Taiwan comme une province sécessionniste qui doit revenir dans son giron et a donc envisagé l’envoi de ces pandas comme un transfert « domestique », ce qui n’a pas manqué de choquer une partie de la population taiwanaise. 

Certains journaux de Taiwan semblent partager cette position:  Ma « a réduit son rôle à celui de chef de l’exécutif et sacrifié la souveraineté de Taiwan pour faire plaisir à Pékin », a estimé le Liberty Times, selon lequel, en offrant deux pandas, la Chine a l’attitude de « l’empereur face à un Etat vassal ».

http://chine.aujourdhuilemonde.com/des-pandas-comme-ambassadeurs-entre-pekin-et-taipei

Publié dans PANDA | Pas de Commentaire »

Le Privilège du Panda

Posté par othoharmonie le 25 décembre 2013

 

pandaNo man’s land juridique

Reste que ces scènes ne sont pas prêtes de cesser tant que la Chine n’aura accepté de légiférer en la matière.

Il existe certes des privilégiés, comme les pandas. En septembre dernier, la Chine a annoncé en fanfare sa décision de rompre avec la coûteuse « diplomatie du panda ». Offerts comme cadeau aux dirigeants étrangers, ces derniers faisaient figure d’ambassadeurs de la Chine, jusqu’à ce que le pays n’ouvre les yeux sur leur menace d’extinction. La chasse illégale aux pandas est même punie de la peine de mort.

Mais inutile de se faire des illusions. Si le panda jouit d’un traitement d’exception, c’est uniquement parce qu’il est un symbole culturel lucratif.

Pour les autres, en revanche, il n’existe aucune législation. En 2004, la Chine a bien proposé une loi de protection des animaux stipulant que « personne ne doit harceler, maltraiter ni blesser les animaux » et interdisant les combats d’animaux et les combats entre humains et animaux.

Mais le projet n’a pas fait long feu, la population n’étant pas jugée prête, ce qui n’avait pas empêché nombre de débats dans les médias chinois.

Dans le camp des opposants, Qiao Xinsheng, spécialiste en droit de l’Université Zhongnan Zhengfa de Wuhan, avait exprimé ainsi son avis :« Dès qu’on parle de droits des animaux, on parle d’argent (…) La Chine a tout simplement quitté le plateau quand les gens se sont demandé d’où ils allaient tirer leur prochain repas. Ils ne peuvent pas encore penser aux animaux. »

Une chose est sûre, les mauvais traitements à l’égard des animaux ne s’arrêtent pas à la porte du zoo. Le nombre grandissant d’associations de défense des animaux sur le sol chinois constitue néanmoins une petite lueur d’espoir. Réveil des consciences ? Encore trop tôt pour juger.

http://chine.aujourdhuilemonde.com/zoos-chinois-l%E2%80%99association-one-voice-tire-la-sonnette-d%E2%80%99alarme

Publié dans PANDA | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello