• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 8 décembre 2013

Origine et évolution du castor

Posté par othoharmonie le 8 décembre 2013

images (18)

 Le castor eurasiatique, Castor fiber, et le castor nord-américain, Castor canadensis, sont les derniers représentants d’une des nombreuses familles de rongeurs, les castoridés.

   L’ordre des rongeurs est très bien représenté : sur les 5 400 espèces de mammifères décrites, environ 2 000 sont des rongeurs. Parmi les cousins peu éloignés des castors, on trouve les écureuils et les marmottes (famille des sciuridés), leurs deux familles faisant partie du même sous-ordre, celui des sciuromorphes  . Apparue au courant de l’ère tertiaire, la famille des castoridés est connue en Amérique du Nord dès le début de l’oligocène – il y a 38 millions d’années –, en Europe à la fin de l’oligocène (il y a 24 millions d’années) et en Asie depuis la fin du miocène (il y a 5 millions d’années).

   Différents genres se sont ainsi succédé ou côtoyés : une vingtaine a pu être identifiée, dont certains étaient d’une stature impressionnante : au pléistocène   , Trogontherium, en Europe, et Castoroides, en Amérique du Nord, avaient la taille d’un ours noir et pouvaient peser jusqu’à 200 ou 300 kg ! Ces géants ont dû d’ailleurs cohabiter un temps avec le genre Castor, puisqu’il est apparu en Europe il y a entre 3 et 5 millions d’années, avant de s’installer en Amérique du Nord. L’espèce eurasiatique serait donc plus ancienne que l’espèce nord-américaine, mais toutes deux se ressemblent tant que les chercheurs ont longtemps pensé qu’il s’agissait du même animal. Des études génétiques, notamment la comparaison de leurs chromosomes respectifs, ont toutefois confirmé leur distinction.

   Aujourd’hui, le castor est le plus gros rongeur de l’hémisphère Nord, avec un poids moyen de 30 kg. Dans l’autre hémisphère, en Amérique du Sud, ce record est battu par le capybara   , ou cabiai, un autre rongeur lui aussi semi-aquatique, de 50 kg.

   Les castors nord-américains étaient estimés à 60 millions d’individus à l’arrivée des Européens sur cette partie du continent. L’importance déterminante qu’ils ont eue, génération après génération, dans le modelage de nombreuses vallées est un exemple unique chez les rongeurs. Mais leur influence sur ce continent ne s’arrête pas là. Leur fourrure, provoquant bien des convoitises, a été, au XVIIIe siècle, une telle source de conflits entre les Européens immigrants, Anglais et Français et les Amérindiens qu’elle peut expliquer une partie de l’histoire récente du Nouveau Monde.

Publié dans CASTOR | Pas de Commentaire »

origines légendaires du castor

Posté par othoharmonie le 8 décembre 2013

 

 

images (17)Les peuples amérindiens des Territoires du Nord-Ouest, au Canada, expliquent ainsi le grand nombre de castors : « Quand le castor apparut sur Terre, il dit : “Autant il y a d’écailles sur ma queue, autant il y aura de castors sur Terre.” C’est pourquoi il y a tant de castors sur la Terre. » Pour ces tribus, Inkfwin-Wétay, le couple fondateur du monde qui crée toutes choses par ses rêves, lança sur Terre, au commencement des temps, une tête de castor. Aussitôt, le castor abonda. Pour les Indiens Ojibwé du Canada, c’est une femme mythique, la « femme du ciel de printemps », qui, transformée en castor, devint la mère de tous les castors.

En effet ces gros rongeurs ne font pas tous partie du genre Castor bien que leur aspect ou leurs habitudes aquatiques puissent le laisser penser.

Selon un mythe des Nord-Amérindiens Tcilqéuk, c’est Castor qui révéla aux hommes où était le pays des saumons, alors que, pour les Nez-Percés, on sait faire le feu en frottant deux morceaux de bois, uniquement depuis que Castor le vola aux Pins, possesseurs exclusifs, et le communiqua aux autres arbres. 

Chez les Celtes, cet animal est le Maître mythique des eaux : il faut le vaincre pour les libérer, et son nom gaulois *beber est à l’origine du nom de plusieurs rivières (Bèbre, Besbre, Bièvre, Vèbre, etc.). 

Selon une étymologie légendaire déjà connue de Pline et répandue par les bestiaires médiévaux, le castor se castre lui-même pour échapper aux chasseurs désirant ses testicules pour guérir diverses maladies. 

Dans le Mabinogi Peredur (récits mythologiques gallois), doit vaincre un monstre dénommé addanc et qui, étymologiquement, n’est autre qu’un castor colossal.

Publié dans CASTOR | Pas de Commentaire »

Histoire et statut du castor

Posté par othoharmonie le 8 décembre 2013

titre_accueil

Bien que probablement chassée depuis la préhistoire, cette espèce est restée abondante dans toute l’Europe jusqu’au début du Moyen Âge.

Les moines et les seigneurs ont déforesté les zones les plus riches par l’essartage. Ils ont aussi canalisé, rectifié, détourné et urbanisé de nombreux cours d’eau. Ils ont construit des milliers de moulins à eau, et drainé pour les mettre en culture d’immenses zones humides. À cette époque, les castors eurasiatiques ont été intensivement chassés pour leur viande, pour le castoréum (sécrétion huileuse très odorante produite par des glandes sexuelles du castor)  , et surtout pour leur fourrure qui servait notamment à confectionner des gilets ou chapeaux pour l’hiver ; ceci jusqu’au xviiie siècle et jusqu’à une quasi-extinction de l’espèce en Europe de l’Ouest. Quelques petits groupes ont survécu grâce à une pression de chasse et piégeage (« trappe ») reportée vers l’Amérique du Nord, notamment à l’initiative du Cardinal de Richelieu qui, inquiet du déclin de l’industrie de la fourrure en Europe, accélère la conquête du Canada et crée en 1627 la Compagnie des Cent Associés ayant le monopole de la traite des fourrures et la responsabilité de faire établir des colons (catholiques autant que possible). La France déclenchera la « guerre de Sept Ans » contre les Anglais de 1756 à 1763 notamment pour s’assurer la possession et le contrôle des principales zones de piégeage des castors (le castor canadien, l’espèce nord-américaine). Les Anglais gagneront cette guerre et le castor deviendra le symbole du Canada naissant.

Le castor n’est aujourd’hui plus consommé, mais au Moyen Âge, il l’était, et les chrétiens étaient même autorisés à en manger le vendredi (jour où l’on ne mangeait pas de viande), car sa chair était assimilée à celle du poisson en raison de la vie aquatique de l’animal.

Au début du xxe siècle, il n’en restait plus en Europe qu’environ 1 200 individus, mais grâce à des programmes de protection et de réintroduction, de petits noyaux de population ont pu se reconstituer sur certains cours d’eau, et on estime leur nombre à environ 430 000.

L’espèce reste néanmoins vulnérable, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) : sur un territoire de plus en plus écologiquement fragmenté par les routes et les barrages, la colonisation d’une section de cours d’eau (naturelle ou à partir d’individu relâchés) ou du réseau de cours d’eau d’un sous-bassin versant reste difficile et se fait souvent à partir d’un seul couple fondateur d’une famille pionnière, ce qui peut poser des problèmes de consanguinité et de dérive génétique au sein de population dont le bassin génétique est encore très étroit.

C’est pourquoi le statut de conservation du Castor fiber reste fragile, surtout en Asie alerte l’UICN.

Publié dans CASTOR | Pas de Commentaire »

Caractéristiques communes des castors

Posté par othoharmonie le 8 décembre 2013

téléchargement (4)

La progressive disparition des espèces du genre Castor en Europe et leur raréfaction en Amérique du Nord sont dues au commerce de la fourrure, de la viande et du castoréum*, une sécrétion huileuse très odorante ou bien à la destruction de leur habitat.

Les castors sont considérés comme faisant partie des espèces-ingénieur ou espèces facilitatrices, mais quand ils sont introduits hors de leur milieu ils peuvent avoir un comportement d’espèce invasive, comme le castor canadien en Amérique du Sud ou le castor des marais en Europe.

Ce sont tous des rongeurs dont les espèces actuelles sont de taille importante, à poil dru gris-brun, avec de petites oreilles, de petits yeux et de grandes dents. Ils sont généralement semi-aquatiques. Ceux de la famille des Castoridea vivent en forêt. Le castor des marais préfère les zones marécageuses. Le castor de « montagnes », quant à lui, préfère les montagnes humides mais c’est un animal terrestre.

*Le castoréum est une sécrétion huileuse très odorante produite par des glandes sexuelles du castor situées en dessous de la queue, près du pénis et de l’anus (où une autre glande exocrine odorante existe aussi).
Cette matière huileuse et odorante est réputé avoir deux fonctions : il permet au castor de marquer et délimiter son territoire, et d’imperméabiliser son pelage

Publié dans CASTOR | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello