L’esprit Père Castor

Posté par othoharmonie le 4 décembre 2013

imagesAprès la disparition de Paul Faucher en 1967, c’est son fils François qui lui succède jusqu’à sa retraite en 1996. Il a été remplacé par Hélène Wadowski, venue des éditions Nathan.

Une association des Amis du Père Castor a été fondée par François Faucher et travaille à l’aménagement de La Maison du Père Castor, installée dans le moulin de Forgeneuve, à Meuzac près de Limoges. Cette maison est destinée à recueillir les archives, présenter des expositions et organiser colloques et ateliers pédagogiques. L’association réédite également les textes fondateurs de Paul Faucher, ainsi que les albums, devenus introuvables, de Frantisek Bakulé.

L’école du père Castor ferme en 1961, mais une de ses enseignantes, Nina Rist, prolongera l’expérience à Antony.

Près de 2000 ouvrages de cette collection sont actuellement distribués en librairie. Les plus vendus ces derniers temps sont :

  • les albums classiques, mais toujours réédités, Roule galette de Natha Caputo et Pierre Belvès, et, de Gerda Muller et Paul François, les Trois petits cochons et les Bons Amis ;
  • des romans junior plus récents, souvent des romans historiques d’ailleurs : Louison et Monsieur Molière de Marie-Christine Helgerson (2001), Double meurtre à l’abbaye de Jacqueline Mirande (1998), le Coupeur de mots d’Hans Joachim Schädlichet Jeanne Etoré (1990), l’Œil d’Horus d’Alain Surget (1999), le Col des mille larmes de Xavier-Laurent Petit (2004) ;
  • des imagiers, notamment Mon imagier du Père Castor à la maison de Magdalena Guirao-Jullien (2004) et l’Imagier du Père Castor d’Anna Bozellec, Christian Broutin et Kersti Chaplet.

En 1948, il lance la collection les Enfants de la Terre, destinée aux enfants de 7 à 12 ans, avec comme premier titre Apoutsiak le petit flocon de neige, par Paul-Émile Victor. Viennent ensuite la découverte du mode de vie d’un enfant pygmée (Mangazou), d’après les récits d’un chercheur du Musée de l’Homme, Raoul Hartweg, puis d’un jeune Indien (Amo) en 1951. Suivront Jan de Hollande, Grégoire, petit paysan du Moyen Âge, en 1959, le petit Italien Antonio en 1961, l’Antillais Féfé en 1962, Louis du Limousin, écrit par Andrée-Paule Fournier et traduit en langue d’Oc par Maurice Robert, en 1972.

Pour les plus jeunes, le Père Castor s’est fait depuis 1952 une spécialité de l’imagier pour inciter l’enfant à la découverte du monde qui l’entoure.

Certains albums sont devenus des classiques du livre jeunesse (Roule galette, MichkaLa vache orangeMarlaguetteMélanie sourisLes Bons amis,…) et font l’objet de rééditions régulières, depuis 1989 accompagnées de cassettes audio, puis de CD audio. Ils ont même fait l’objet d’adaptations en dessin animé sous le titre les Belles Histoires du Père Castor. L’objectif de la collection divisée en « premières lectures » et « secondes lectures » est d’accompagner les enfants vers la lecture autonome.

Le succès intemporel de la collection a incité, dans les années 1980, l’éditeur à développer en parallèle trois collections de romans en poche :

  • Castor Benjamin, à partir de 3 ans, des livres de 32 à 48 pages avec des illustrations colorées
  • Castor Cadet, à partir de 7 ans, abordant des sujets d’actualité et des sujets proches de la vie quotidienne (l’amitié, la tolérance, la compétition…)
  • Castor Poche, pour les pré-adolescents.

Certains titres de la collection Castor Poche apparaissant dans la bibliographie de référence du ministère de l’Éducation nationale.

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello