• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 1 décembre 2013

Sensibilisation mondiale au castor

Posté par othoharmonie le 1 décembre 2013

 

images (10)Les associations qui étudient le castor européen ont presque toutes engagé des actions de sensibilisation du grand public en organisant des animations et des sorties de découverte de l’espèce sur les territoires occupés. Le travail de sensibilisation est en effet indispensable à l’acceptation de l’animal, qui bien que possédant un important capital de sympathie, peut occasionner ponctuellement des dégradations aux biens privés et provoquer des réactions parfois radicales des propriétaires génés. La sensibilisation a pour but de désamorcer les conflits et de mieux faire connaître l’action et le rôle de l’animal pour la restauration des zones humides.

À l’initiative des naturalistes du nord de la France et de Belgique travaillant sur le castor européen, une manifestation internationale : Beaver Spring, le Printemps des Castors, a vu le jour en 2011. Printemps des Castors. Ainsi chaque printemps (du 20 mars au 20 juin) des animations, conférences et sorties-nature sont organisées de l’Ecosse à la Suisse (dont la France, le Benelux et l’Allemagne) afin de faire découvrir l’animal. En France, la Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM) porte nationalement l’événement (affiches, plaquettes, site internet).

Après son retour spontané ou sa réintroduction, ses barrages (il n’en fait pas toujours en zone rocheuse) peuvent à nouveau inonder des surfaces significatives, ce qui diminue le risque d’incendies de forêts et favorise le rechargement des nappes (Cf. loi de Darcy). Mais ces barrages peuvent aussi perturber les usages de ces zones si l’on y a entre temps construit des routes ou mis d’anciennes zones humides en culture. Ainsi, certaines zones où le castor est revenu, après que des routes ou des voies ferrées y ont été construites, sont surveillées au Canada (dont par avion, avec éventuel « contrôle stratégique des populations ») de manière à prévenir d’éventuelles inondations ou problèmes hydrauliques gênant pour les infrastructures. Au Canada, le déraillement le 7 avril 1997 d’un train du Canadien Pacifique (CFCP) a été causé par l’affaissement d’une voie ferroviaire a été supposé lié à une pression hydrostatique trop importante, induite par l’élévation de la nappe à la suite de la construction d’un nouveau barrage par des castors, mais les experts ont aussi conclu que la voie était construite sur un « remblai de sable meuble » qui a « contribué à l’affaissement de la plate-forme ». « Des centaines de milles de chemins de fer canadiens sont sujets aux affaissements de plate-forme », mais l’implication des castors n’a été mise en cause que dans quelques cas et toujours pour des voies anciennes (un siècle environ ou 80 ans), et mal construites.

Dans un autre cas, l’eau accumulée par des castors menaçait des routes et ponceaux d’un terrain militaire (CE SCFT Meaford, dans la région des Grands Lacs). L’armée, après une étude d’incidence sur l’environnement, a été autorisée à piéger les castors et les déplacer, puis détruire le barrage, avec précaution « de manière à ne pas altérer, perturber ou détruire de façon dommageable l’habitat du poisson ». Il arrive au Canada que l’on démantèle des digues de castors pour des raisons de drainage agricole. Si ceci se fait à proximité d’une réserve naturelle de faune, une étude d’incidence est obligatoire, pour évaluer les risques potentiels sur la santé humaine et sur l’environnement.

Inversement, la disparition brutale d’une famille de castors (maladie, chasse, empoisonnement, piégeage) peut aussi avoir des conséquences néfastes ; un cas d’affaissement d’une plate-forme ferroviaire a été attribué à une baisse de niveau d’eau d’une zone humide proche à la suite de la rupture d’un barrage de castors (néanmoins, les experts ont noté que cette voie ferrée avait été construite au xixe siècle, avant les normes modernes de sécurité, et sur une base fragile de tourbe et de limon glacio-lacustre qui a été déstabilisée par la baisse de l’eau).

On peut facilement contrôler le niveau d’eau au moyen de siphons auto-amorcés silencieux (car c’est le bruit de l’eau qui coule, qui est le stimulus déclenchant l’acte instinctif de construire ou colmater un barrage).

Le castor peut faire quelques dégâts sur les populicultures ou sylvicultures situées sur les premiers 15 mètres de berges (sauf si les arbres sont protégés), ou très localement dans certaines cultures (ex : maïs). On se prémunit facilement par la pose d’un grillage bas ou d’un simple fil électrique (étant toujours mouillé, il y est particulièrement sensible et apprend très vite à s’en éloigner).

Les expériences européennes de réintroduction montrent que des efforts de communication et de pédagogie auprès des riverains des cours d’eau où il vit, et quelques mesures simples permettent d’éviter qu’il ne soit pas confondu avec le rat musqué ou le ragondin et d’éviter qu’il entre en conflit avec la sylviculture ou l’agriculture (auxquelles il pourrait par ailleurs rendre certains services en tant qu’utile à la conservation de l’eau qui risque de manquer en été dans un contexte de bouleversement climatique attendu).

Le castor est souvent menacé par les pièges et appâts empoisonnés destinés à éliminer les rats musqués et ragondins (des pièges et appâts uniquement accessibles à ces deux espèces sont testés pour protéger les castors). En aval de zones urbanisées et cultivées, le castor risque aussi d’être en contact avec d’autres rodenticides mal utilisés (non fixés) près des berges et emportés par les crues vers les cours d’eau (et les barrages de castors quand ils existent).

Publié dans CASTOR | Pas de Commentaire »

Qui est le castor

Posté par othoharmonie le 1 décembre 2013

 

Travailleur acharné, organisé, le castor est en perpétuelle activité. Il n’a de cesse d’aménager au mieux son territoire pour y vivre en famille. La qualité de sa fourrure a été la source de ses malheurs. Pourchassé par l’homme, il a été la cause de bien des conflits dans le Nouveau Monde.

 téléchargement

Les castors vivent en couple et semblent très fidèles l’un à l’autre. Quatre à huit animaux cohabitent en une colonie : le couple reproducteur et les jeunes des 2 ou 3 dernières portées. Hormis le mâle et la femelle adultes, les aînés ont rarement plus de deux ans. On peut compter jusqu’à trois colonies au kilomètre carré. Mais la moyenne est plutôt de l’ordre de 0,4 à 0,8 colonie au kilomètre carré. Animal semi-aquatique, le castor aménage son espace autour d’un plan d’eau, lac ou rivière assez lente. Son territoire comporte des sites particuliers, comme la plate-forme de repos ou… le réfectoire ! Souvent, au bord des grandes rivières et si la configuration de la berge le permet, le castor ne construit pas de hutte, mais creuse un terrier dont l’entrée est sous l’eau et dont les réseaux souterrains peuvent atteindre 10 m de long ! Se nourrissant essentiellement d’arbres, le castor, lorsqu’il construit sa hutte, choisit de préférence un cours d’eau aux rives boisées, là où l’eau est profonde et tranquille. La hutte, qui repose sur une accumulation de boue et de grosses pierres, est recouverte de branches. Des branchages et de la boue colmatent l’ensemble, qui peut mesurer 2 m de haut, 12 m de diamètre à la base, au fond de l’eau. Le castor y creuse, au-dessus de la surface de l’eau, une chambre intérieure unique, d’environ 2 m de large sur 0,6 m de haut, dont il tapisse le sol de copeaux de bois secs.

   Pour transporter facilement les branches et morceaux de bois qu’il débite sur la berge, il utilise les plus petits affluents de son plan d’eau ; et c’est pour les aménager que ce grand bâtisseur construit des canaux, la plus simple de ses réalisations.

   Huttes et barrages sont des constructions très élaborées. Le principe est d’assurer une profondeur d’eau suffisante pour stocker la nourriture au fond sans que la glace n’en condamne l’accès et pour maintenir l’entrée de la hutte sous le niveau de l’eau. Ainsi, les provisions, retenues par des pierres, ne gèlent pas et sont facilement accessibles aux castors qui pourront, au cœur de l’hiver, plonger sous la glace depuis leur hutte et y rapporter les branches dont ils se nourrissent. Le barrage s’appuie généralement sur un obstacle naturel : rétrécissement de la rivière, grosse pierre, tronc tombé. À partir de là, les castors apportent les matériaux de construction : grandes branches orientées face au courant, branchages et boue pour colmater les passages de l’eau. Un barrage mesure en moyenne 22,75 m de long, mais certains peuvent atteindre 600 m !

Publié dans CASTOR | Pas de Commentaire »

TERRITOIRE MARQUÉ du castor

Posté par othoharmonie le 1 décembre 2013

 
 

320px-Castor_canadensis1Chaque famille défend son plan d’eau et ses ressources de nourriture, mâles et femelles marquant le territoire par une sécrétion huileuse produite par des glandes spéciales situées près de l’anus : le castoréum. Reconnu par tous les membres du groupe, il est déposé sur des monticules édifiés à partir de brindilles et de boue. Tout castor étranger qui rencontre une telle balise rebrousse aussitôt chemin. Le castor adapte son type d’habitation à son environnement. Il peut « faire un nid » dans une grotte, creuser un terrier ou construire une hutte. L’ouverture externe est toujours immergée. À l’intérieur, le plancher d’habitation est au niveau de l’eau. Le castor s’y sèche. Un deuxième niveau est aménagé avec une litière de copeaux de bois et de brindilles sèches qui sert de couche aux animaux. Le castor garde toujours propre et net son intérieur et renouvelle régulièrement le sol du nid avec des copeaux neufs, débités dans la hutte. Une sorte de cheminée, dans les branchages de la voûte, permet l’aération. 

Le castor est une espèce qui aménage son habitat. Son milieu de vie est principalement aquatique. Bien qu’il puisse rester sous l’eau 15 minutes en apnée, un castor ne s’éloigne jamais de plus de 30 mètres du rivage.

Afin de construire son habitat, le castor abat principalement les arbres à bois tendre tels le bouleau, le saule, le peuplier, et le tremble, mais apprécie également des bois plus durs comme le chêne ou le frêne. Il ne ronge que rarement les résineux, et quasiment jamais les aulnes.

Le castor vit dans une hutte, qui est généralement appuyée à la berge. Elle est construite avec des branches de bois et de la terre. Cette hutte est en général composée d’une entrée et de deux chambres. L’accès s’y fait essentiellement sous l’eau, mais la chambre principale est sous terre. Afin de renouveler l’air et de sécher la litière qu’il y amène, le castor intègre à sa hutte des conduites d’aération.

Sur un même site, on trouve plusieurs huttes de tailles différentes, et dont la fonction varie selon les périodes de l’année. En hiver, c’est la hutte la plus proche d’une zone d’abattage qui sera le plus souvent utilisée, tandis qu’au printemps, certaines huttes seront plus occupées lors de la reproduction. Les castors vivent en famille sur un territoire bien déterminé. Lorsqu’un territoire est épuisé, la famille se déplace pour chercher une nouvelle zone riche en nourriture. Les berges délaissées se reboiseront progressivement pour redonner après quelques années un nouveau territoire nourrissant. Lorsque les petits sont chassés de la cellule familiale, ils partent à la recherche de nouvelles zones à coloniser, et d’un(e) partenaire pour fonder une nouvelle famille.

Le castor fabrique des barrages, qui peuvent atteindre plus de 75 mètres de long et plus de 1 mètre de haut. Le plus grand barrage découvert mesure 850 mètres de long, il se situe dans le Parc national Wood Buffalo, dans le nord de l’Alberta au Canada. Il construit ces barrages afin de retenir l’eau, et créer ainsi des zones dans lesquelles il peut se déplacer en toute sécurité. Le castor n’apprécie pas de circuler sur terre mais il doit malgré tout s’y rendre afin d’y chercher sa nourriture. Ces retenues d’eau lui permettent donc de se rendre à la nage sur les divers sites de son territoire. Cela lui permet également de ramener vers sa hutte le bois qu’il mangera, ou qui lui servira dans différents travaux de réparation, ou de construction, d’une de ses huttes ou barrages. Le castor se crée des réserves de nourriture, sous l’eau, à l’entrée de sa hutte en prévision des grands froids (gel). Il a besoin d’un minimum de 30 cm d’eau pour se déplacer aisément. Les barrages et les huttes sont construits avec du bois de différents diamètres, et le tout est colmaté avec de la terre qu’il tasse avec ses mains (et non pas avec la queue comme on l’a longtemps cru).

Publié dans CASTOR | Pas de Commentaire »

Castor, Le meilleur nageur

Posté par othoharmonie le 1 décembre 2013

 

250px-Castor_canadensisAvec ses pattes postérieures palmées, sa large queue aplatie et son épaisse fourrure étanche, le castor peut nager sous la glace en hiver, dans une eau proche de 0 °C. Capable de rester aisément 4 à 5 minutes en apnée, le record pouvant aller jusqu’à 15 minutes, il lui arrive de parcourir 750 m sous l’eau sans réapparaître. Son nez et ses yeux affleurent la surface pour respirer et voir sans être vu.

   En surface, le castor nage essentiellement avec des mouvements alternés des pattes postérieures. Sa queue lui sert de propulseur en cas de démarrage brusque et de nage rapide. S’il est poursuivi, le castor à la recherche d’un abri peut avancer à la vitesse moyenne de 5 km/h, mais ses vitesses de pointe sont de l’ordre de 2 m/s, soit 7 km/h. En plongée, il utilise sa queue comme un gouvernail de profondeur.

   Le castor est certainement le rongeur le mieux adapté physiquement et physiologiquement à la vie aquatique. Pour que l’eau ne pénètre pas lorsqu’il est en plongée, les narines et les oreilles sont obturées par des valvules et ses lèvres peuvent se fermer derrière ses incisives. De plus, une troisième paupière, la membrane nictitante, lui assure une vision claire sous l’eau, tout en protégeant ses yeux. Enfin, grâce à la disposition particulière de la partie postérieure de la langue et de l’épiglotte, il peut fermer son orifice commun bucco-pharyngé et respirer ainsi normalement par les narines en restant la bouche ouverte. Cet atout lui est indispensable lorsqu’il construit un barrage, édifie sa hutte, ou stocke ses réserves.

Dans l’eau, cependant, il est un nageur gracieux et un plongeur excellent.
Le castor est bien adapté à son habitat aquatique. Durant la nage, une fine pellicule transparente recouvre ses petits yeux ronds et lui permet de voir aussi bien dans l’eau qu’en dehors. Les narines et les oreilles, petites elles aussi, se ferment pour permettre à l’animal de nager sous l’eau.

La queue, dans l’eau, lui sert de gouvernail. Sur la terre elle lui sert d’appui quand il s’assoit. Elle le tient en équilibre et le supporte lorsqu’il marche sur ses pattes de derrière pour transporter, avec celles de devant, ce dont il a besoin.

Ses pattes de derrière portent cinq longs orteils griffus, elles sont palmées pour la nage. Le castor utilise griffes pour entretenir son pelage.

Son épaisse fourrure brune consiste en une couche de duvet et en une toison extérieure de gros poils protecteurs.
En peignant et en huilant continuellement son pelage dense, le castor lui conserve son imperméabilité; il peut ainsi rester dans l’eau pendant six ou sept minutes.

Publié dans CASTOR | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello