le Castor européen

Posté par othoharmonie le 24 novembre 2013

 

imagesPendant longtemps, les spécialistes de la classification n’ont pas fait la distinction entre le castor européen, et son proche cousin le castor américain ,mais des études chromosomiques et craniologiques ont permis de mettre en évidence quelques différences. La biologie de ces deux espèces reste très proche. 

   On a cru pendant longtemps que le castor européen, notamment le castor du Rhône, ne bâtissait pas de hutte. Il s’agit en fait d’une adaptation particulière à son environnement et à la nécessité vitale pour lui de rester très discret : activement pourchassé par l’homme, il préfère les terriers, moins repérables que les huttes. Cependant, diverses études montrent bien que le comportement du castor du Rhône est très semblable à celui de son cousin américain : même goût pour les cours d’eau tranquilles, aux rives dotées d’une riche végétation, même structure familiale, stable et solidement implantée sur un territoire de plusieurs kilomètres, régulièrement balisé de castoréum. Sur les rives du Rhône, outre les saules, bouleaux ou peupliers, le castor profite d’une cinquantaine d’espèces végétales ; il lui arrive même de brouter l’herbe tendre… comme une vache ! Il a pu se maintenir près de ce fleuve très aménagé en profitant des bras morts, laissés à l’abandon, mais bénéficiant d’une végétation sauvage très fournie. L’espèce a, de cette façon, remonté les affluents des deux rives, tant que la pente des rivières ne dépassait pas 1 %, s’installant même dans les gorges calcaires de l’Ardèche et du Verdon, où la construction de huttes ou de terriers est souvent impossible, ou dans des grottes ! 

   L’espèce européenne est cependant moins féconde que l’espèce canadienne. Cinq bébés castors au maximum naissent à chaque portée, alors qu’ils peuvent être 8 ou 9 au Canada. D’une façon générale, le cousin américain semble plus costaud, plus agressif et plus dynamique. 

   Le castor européen possède un pelage plus clair et la différence de ton entre la tête et le corps est nettement plus marquée que chez le castor d’Amérique. De plus, le castor européen a un poil moins soyeux. L’étude au microscope révèle que les poils de jarre de l’espèce américaine sont très réguliers et cylindriques, alors que ceux de l’espèce européenne ont une forme en fer de lance. 

   Jadis présent dans toute l’Europe et l’Asie jusqu’en Chine, au début du quaternaire, le castor a été chassé très tôt par l’homme. Dès l’Antiquité, on utilise sa fourrure et on consomme sa viande. Il est aussi capturé pour le castoréum, utilisé dans la pharmacopée et en cosmétique. La chasse intensive débute au Moyen Âge et, dès le XIIe siècle, il commence à être moins abondant. Mais c’est surtout aux XVIIIe et XIXe siècles qu’il se raréfie de plus en plus, victime de l’industrie chapelière (on fabrique des toques et des chapeaux avec sa fourrure), et disparaît peu à peu de nombreuses régions d’Eurasie. 

   En 1900, le castor européen, très menacé, ne subsiste qu’en Allemagne, en France (en Camargue), le long d’une partie du cours de l’Elbe en Europe centrale, en Scandinavie et en Russie centrale. Dans certains pays, en Angleterre, en Suisse et en Hollande, il a totalement disparu. 

   Au cours du XXe siècle, il bénéficie de nombreux programmes de protection et de réintroduction. En Europe occidentale, l’espèce s’est bien rétablie, notamment dans la vallée du Rhône, sur les rives de l’Elbe et du Danube, ainsi qu’en Scandinavie et en Russie occidentale ; le castor a aussi été réimplanté en Belgique, en Suisse, en Autriche… Mais, même si les destructions directes n’existent plus, les menaces que font peser l’aménagement du milieu (canalisations, constructions de barrages et de digues, aménagements divers des berges) et la pollution restent importantes, et altèrent son habitat. Certaines expériences d’introduction sur le territoire européen du Castor canadensis (Finlande, France, Pologne, Russie), se sont par ailleurs révélées assez catastrophiques : mises en présence, les deux espèces ne se croisent pas. Castor canadensis, à la fécondité plus élevée, colonise plus rapidement les milieux, créant ainsi une compétition écologique défavorable au castor européen, qu’il a tendance à repousser, pour finalement, dans les cas les plus défavorables, prendre sa place. 

   En Asie centrale et septentrionale, il survit sous la forme de populations isolées, dont la limite orientale de répartition est la Mongolie. La sous-espèce mongole, Castor fiber birulai, et la sous-espèce sibérienne, Castor fiber pohlei, sont très menacées ; Castor fiber tuvinicus, présent en Russie asiatique, est proche de l’extinction.

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello