• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 24 novembre 2013

le Castor européen

Posté par othoharmonie le 24 novembre 2013

 

imagesPendant longtemps, les spécialistes de la classification n’ont pas fait la distinction entre le castor européen, et son proche cousin le castor américain ,mais des études chromosomiques et craniologiques ont permis de mettre en évidence quelques différences. La biologie de ces deux espèces reste très proche. 

   On a cru pendant longtemps que le castor européen, notamment le castor du Rhône, ne bâtissait pas de hutte. Il s’agit en fait d’une adaptation particulière à son environnement et à la nécessité vitale pour lui de rester très discret : activement pourchassé par l’homme, il préfère les terriers, moins repérables que les huttes. Cependant, diverses études montrent bien que le comportement du castor du Rhône est très semblable à celui de son cousin américain : même goût pour les cours d’eau tranquilles, aux rives dotées d’une riche végétation, même structure familiale, stable et solidement implantée sur un territoire de plusieurs kilomètres, régulièrement balisé de castoréum. Sur les rives du Rhône, outre les saules, bouleaux ou peupliers, le castor profite d’une cinquantaine d’espèces végétales ; il lui arrive même de brouter l’herbe tendre… comme une vache ! Il a pu se maintenir près de ce fleuve très aménagé en profitant des bras morts, laissés à l’abandon, mais bénéficiant d’une végétation sauvage très fournie. L’espèce a, de cette façon, remonté les affluents des deux rives, tant que la pente des rivières ne dépassait pas 1 %, s’installant même dans les gorges calcaires de l’Ardèche et du Verdon, où la construction de huttes ou de terriers est souvent impossible, ou dans des grottes ! 

   L’espèce européenne est cependant moins féconde que l’espèce canadienne. Cinq bébés castors au maximum naissent à chaque portée, alors qu’ils peuvent être 8 ou 9 au Canada. D’une façon générale, le cousin américain semble plus costaud, plus agressif et plus dynamique. 

   Le castor européen possède un pelage plus clair et la différence de ton entre la tête et le corps est nettement plus marquée que chez le castor d’Amérique. De plus, le castor européen a un poil moins soyeux. L’étude au microscope révèle que les poils de jarre de l’espèce américaine sont très réguliers et cylindriques, alors que ceux de l’espèce européenne ont une forme en fer de lance. 

   Jadis présent dans toute l’Europe et l’Asie jusqu’en Chine, au début du quaternaire, le castor a été chassé très tôt par l’homme. Dès l’Antiquité, on utilise sa fourrure et on consomme sa viande. Il est aussi capturé pour le castoréum, utilisé dans la pharmacopée et en cosmétique. La chasse intensive débute au Moyen Âge et, dès le XIIe siècle, il commence à être moins abondant. Mais c’est surtout aux XVIIIe et XIXe siècles qu’il se raréfie de plus en plus, victime de l’industrie chapelière (on fabrique des toques et des chapeaux avec sa fourrure), et disparaît peu à peu de nombreuses régions d’Eurasie. 

   En 1900, le castor européen, très menacé, ne subsiste qu’en Allemagne, en France (en Camargue), le long d’une partie du cours de l’Elbe en Europe centrale, en Scandinavie et en Russie centrale. Dans certains pays, en Angleterre, en Suisse et en Hollande, il a totalement disparu. 

   Au cours du XXe siècle, il bénéficie de nombreux programmes de protection et de réintroduction. En Europe occidentale, l’espèce s’est bien rétablie, notamment dans la vallée du Rhône, sur les rives de l’Elbe et du Danube, ainsi qu’en Scandinavie et en Russie occidentale ; le castor a aussi été réimplanté en Belgique, en Suisse, en Autriche… Mais, même si les destructions directes n’existent plus, les menaces que font peser l’aménagement du milieu (canalisations, constructions de barrages et de digues, aménagements divers des berges) et la pollution restent importantes, et altèrent son habitat. Certaines expériences d’introduction sur le territoire européen du Castor canadensis (Finlande, France, Pologne, Russie), se sont par ailleurs révélées assez catastrophiques : mises en présence, les deux espèces ne se croisent pas. Castor canadensis, à la fécondité plus élevée, colonise plus rapidement les milieux, créant ainsi une compétition écologique défavorable au castor européen, qu’il a tendance à repousser, pour finalement, dans les cas les plus défavorables, prendre sa place. 

   En Asie centrale et septentrionale, il survit sous la forme de populations isolées, dont la limite orientale de répartition est la Mongolie. La sous-espèce mongole, Castor fiber birulai, et la sous-espèce sibérienne, Castor fiber pohlei, sont très menacées ; Castor fiber tuvinicus, présent en Russie asiatique, est proche de l’extinction.

Publié dans CASTOR | Pas de Commentaire »

sauvegarde du Castor en Franche-Comté

Posté par othoharmonie le 24 novembre 2013

 

téléchargement (3)Depuis peu, le castor a fait sa réapparition en Franche-Comté. Sachez identifier et préserver cette espèce protégée. 

Le castor qui avait disparu de  nombreuses régions de France du fait de la destruction directe par l’homme est de retour sur les berges des  rivières franc-comtoises. Depuis quelques  années, il a entrepris la reconquête  des  cours d’eau haut-saônois, sur deux zones distinctes :  Le Coney et le Canal de l’Est 

La  présence du castor y est certaine sur les communes  d’AMBIÉVILLERS, de PONT-DU-BOIS et  de SELLES. Des indices de colonisation ont été relevés jusqu’à la limite de CORRE et DEMANGEVELLE, ce qui laisse à supposer qu’il a réinvesti l’ensemble des berges de la rivière. La présence d’un terrier-hutte  et  de  deux  jeunes issus d’une portée de 2009 en est la démonstration. 

 

La Semouse et la Lanterne, ainsi que  sur certains  de  leurs affluents comme la Combeauté et le Breuchin.  En fait, on peut considérer une  colonisation  sur  le secteur  qui s’étend de BREUCHES-LESLUXEUIL à CONFLANS-SUR-LANTERNE. Si le castor construit des barrages c’est en partie pour garantir un niveau d’eau assurant cette immersion, le meilleur moyen de se prémunir des prédateurs. Le domaine terrestre lui procure l’essentiel de sa nourriture jusqu’à une distance de 20 m de l’eau.

Recommandations Souhaitant s’associer à la campagne de sensibilisation entreprise par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage,  l’association départementale des piégeurs agréés  de  la Haute-Saône préconise à l’ensemble des acteurs participant à la régulation des ragondins et des rats musqués les recommandations suivantes :

•  Proscrire les tirs et  les  « destructions »  systématiques  sur les deux zones précitées ou n’y procéder qu’après une  identification certaine de l’animal. 

•  Concentrer les opérations de  « destruction » sur  la saison hivernale, période pendant laquelle les ragondins sont particulièrement prédisposés à étendre leurs zones de gagnage sur la terre ferme. Dans  ces  conditions,  la confusion avec le castor est impossible.

•  Dans  les  zones  où des opérations de lutte collective par toxiques sont menées  contre les ragondins ou les rats musqués et, où le castor est présent, il est conseillé d’éloigner les appâts à plus de 20 m de l’eau, ou d’éviter l’emploi de ces toxiques en préconisant des  méthodes  de capture sélectives de ces rongeurs  nuisibles comme l’utilisation de cages-pièges.

 Ce jeune castor à la nage peut être confondu avec un  ragondin. (crédit photo : ONCFS) Si vous avez observé un castor en Haute-Saône, signalez-le aux correspondants de l’ONCFS :

• Olivier Roch – Tel. : 03 84 76 17 00 -

• Rodolphe Cassard et Thierry Hue

Tel. :  03.84.54.68.15 – brigade d’ETUEFFONT, pour la Semouse  

Publié dans CASTOR | Pas de Commentaire »

CASTOR astrologique

Posté par othoharmonie le 24 novembre 2013

castor003Du 15 octobre au 11 novembre

 

Votre motivation dans la vie ? Le travail, l’effort, le résultat concret. Mais, même lorsque vous engrangez des succès, vous n’êtes pas du genre à vous mettre en avant ! 

Pour vous, le labeur doit servir un objectif commun (celui de votre entreprise, de votre famille) et élever l’individu, lui permettre de progresser intérieurement. Car vous êtes plutôt attirée par la spiritualité. Vous n’avez pas beaucoup d’intimes, la plupart des gens qui vous entourent vous connaissent finalement assez mal. Logique : vous vous livrez peu, pas par défiance mais parce que votre univers intérieur est si complexe que vous ne prenez pas forcément la peine de l’expliquer aux autres. Et la solitude, dans le fond, vous ne détestez pas. 
Pourtant, lorsque vous êtes entourée de ceux que vous aimez vraiment, vous montrez votre excellent fond : généreuse, affectueuse, vous pouvez sans problème vous sacrifier pour les autres, sans attendre de retour de leur part. 

Votre point faible : un pessimisme qui vous rend parfois un peu rancunière. Votre foi en la nature humaine est assez limitée ! Quand les choses ne tournent pas comme vous l’auriez voulu, vous pouvez vous braquer, et vous fâcher avec ceux que vous jugez responsable des événements. 

Les métiers de la médecine, du social, vous conviendront parfaitement, vous saurez y apporter toute l’efficacité qui sied, et le petit supplément d’âme qui fait du bien…

Sur le plan affectif, vous pouvez avoir du mal à trouver quelqu’un qui soit aussi épris d’absolu que vous. Mais votre patience finira par être récompensée, et lorsque vous aurez trouvé le bon partenaire, vous saurez le garder.

Publié dans CASTOR | Pas de Commentaire »

LE CASTOR : animal totem

Posté par othoharmonie le 24 novembre 2013

290px-Beaver

Le castor renvoie au vertus de travail et de sens communautaire. C’est l’architecte idéal. La force du castor aide à concrétiser ses idées et ses rêves et à les réaliser avec d’autres personnes, car le castor à un sens de la famille particulièrement prononcé. C’est un animal très valide qui est notamment en mesure de couper des troncs d’arbre avec ses dents aiguisées. Cela renvoie à la nécessité de défendre l’œuvre accomplie et de rester toujours vigilant.

La force du castor peut être invoquée pour trouver des solutions à des problèmes car le castor suggère de laisser ouvertes plusieurs options. Il obéit à la maxime : « si une porte se ferme, une autre s’ouvre ».
Personne ne devrait s’auto-limiter par rapport aux possibilités qui demeurent ouvertes.

Si jamais vous êtes confronté à un castor dans vos rêves, cela peut être une indication qu’il devient nécessaire de passer enfin aux actes par rapport à un vieux projet tout le temps remis ou de finaliser un projet inachevé.

S’il est votre animal guérisseur, vous êtes travailleur et industrieux, peut-être entrepreneur, architecte ou ingénieur. Pour la plupart, vous êtes modeste et sans prétention. Votre première priorité est une maison sûre et confortable. Le travail, le soin de votre famille, la fidélité conjugale, vous caractérisent. Vous excellez à l’organisation et à la planification, vous pensez que la structure et la discipline sont essentielles pour tout processus créatif. Vous êtes capable de travailler avec une équipe et d’achever les projets à temps. Pour les autres, vous êtes un drogué de travail, bien qu’en fait vous soyez équilibré. Après le travail, vous savez comment vous relaxer et vous amuser avec la famille et les amis.

DEMANDEZ LUI DE VOUS AIDER A :
– rendre votre environnement confortable et exempt de danger.
– être plus discipliné et stable dans votre travail.
– planifier et à organiser un nouveau projet.

ACCEDEZ A SON POUVOIR EN :
– adhérant à une équipe sportive.
– redisposant les meubles dans la maison pour la rendre plus confortable.

EN TANT QUE GUERISSEUR :
– guérit grâce à une meilleure respiration.
– guérit les problèmes dentaires.

EN TANT QUE GARDIEN OU PROTECTEUR :
– protège contre l’envahissement de la maison par les humains ou les animaux.
– garde la richesse et les économies.

 

 

Publié dans CASTOR | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello