Un Barrage de castor

Posté par othoharmonie le 18 novembre 2013

220px-American_Beavers_at_the_National_ZooLe castor est connu pour construire des barrages naturels sur les cours d’eau au moyen de branches et de troncs de peupliers, de saules, d’érables et de trembles qu’il coupe avec ses incisives, mais aussi de buissons divers. Il peut fermer ses lèvres derrière les incisives et ainsi ronger des ramilles sous l’eau. Le castor canadien est capable d’abattre de très gros arbres et fait des barrages plus importants et plus hauts que le castor européen (qui est pourtant légèrement plus gros que lui).

La queue du castor sert à accomplir d’importantes tâches, tant dans l’eau que sur la terre ferme. Bien qu’elle soit épaisse, la queue est flexible et musclée. Dans l’eau, elle sert de gouvernail à quatre sens. Sur la terre ferme, le castor s’en sert comme appui lorsqu’il s’assoit ou se dresse sur ses pattes postérieures. Elle lui sert aussi à garder l’équilibre et à le supporter lorsqu’il marche sur ses pattes postérieures en transportant dans celles de devant des matériaux de construction, comme de la boue, des pierres ou des branches. Elle sert également à signaler la présence d’un intrus et donner l’alarme en faisant un grand ‘splash’ dans l’eau, qui peut être entendu à des centaines de mètres.

De nombreux castors vivent dans des tanières creusées dans les berges ; d’autres fabriquent des tanières en forme de cône, constituées de petites branches et de boue au milieu de l’eau. Dans les deux cas, la partie habitable est émergée et les sorties immergées. Le barrage sert à éviter que l’habitation du castor soit inondée en cas de crue, ou les sorties exposées à l’air libre et donc aux prédateurs en cas de décrue. Pendant tout l’hiver, il sert également à assurer l’accès sous la glace à la réserve de nourriture. Cette réserve consiste en un amas de branches de peuplier faux-tremble ou autre espèce à l’écorce tendre, plantées dans la boue au fond de l’eau, tout près de la sortie sous-marine de l’abri. L’extrémité de ces branches portant encore des feuilles dépasse à la surface de l’eau et indique, en fin d’été, si la cabane de castor est habitée ou non.

Toutes les essences européennes et nord-américaines d’arbres ont coévoluées avec le castor. Presque tous les arbres coupés recèpent et produiront des taillis et des racines qui continueront à stabiliser les berges, tout en laissant plus de lumière éclairer la zone du barrage. Alors que les arbres coupés par les castors introduits en Amérique du Sud pour leur fourrure ne recèpent pas. Dans ce dernier cas, loin de son habitat naturel, le castor devient un déprédateur, et a des effets négatifs pour la biodiversité. Il pourrait même devenir invasif. C’est néanmoins une espèce qui sur les petits cours d’eau est très facile à piéger.

Un Barrage de castor dans CASTORIntérêt hydrauliques et écologique des barrages 

Les barrages de castors modifient fortement l’environnement physique et écologique. Ils sont réputés globalement très favorables à la biodiversité grâce aux vastes zones humides qu’ils créent et entretiennent en amont de leurs barrages (par exemple le coléoptère Brychius hungerfordi, devenu rare en Amérique du Nord, est presque toujours associé à la zone aval des barrages de castors, et la disparition des barrages situés en amont des populations de ces coléoptères est considérée comme une menace importante pour eux..

Mais inversement, localement, sur les cours d’eau où les castors font des barrages (ils n’en font pas au travers des grandes rivières ou des grands fleuves), les accumulations de sédiments et feuilles mortes en amont du barrage peuvent défavoriser ou faire disparaître certaines populations de moules d’eau douce Margaritifera hembeli (« Louisiane pearlshell » pour les anglophones) (US Fish and Wildlife Service, 1993). Il a été suggéré que les grands barrages du castor canadien sont aussi des obstacles partiels à la migration d’espèces de poissons qui sont hôtes de ces moules. Sur la zone amont d’un barrage (et plusieurs barrages se succèdent parfois sur de courtes distances) certaines populations de moules peuvent donc régresser ou disparaître. Néanmoins durant 10 000 ans ces mulettes et les castors ont coexisté en Amérique du nord.

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello