• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 1 novembre 2013

Danger pour la cigogne

Posté par othoharmonie le 1 novembre 2013


Danger pour la cigogne dans CIGOGNE 320px-ap_simbil_3La diminution des populations de cigognes est souvent due aux activités humaines. En effet, ces oiseaux sont décimés sciemment par la chasse ou indirectement par l’augmentation récente des lignes électrifiées, un peu partout en Europe. Les chasseurs attendent le passage des migrateurs, le doigt sur la gâchette.

Au Soudan, où il y aurait environ 3 000 cigognes tuées par hivernage, on pratique une chasse très spectaculaire, qui a lieu aux heures les plus chaudes, quand les oiseaux sont assommés par la chaleur. Les chasseurs peuvent alors s’en approcher, courir après eux et les attraper à la main, car ils sont lents à s’envoler.

Enfin, dans les pays industrialisés, de nombreuses cigognes trouvent la mort en étant électrocutées ou en se blessant sur les fils électriques. Différentes mesures – épouvantails, ultrasons, enterrement des câbles – sont à l’étude pour limiter le nombre de ces accidents, mais, pour le moment, elles se sont montrées impraticables ou insuffisantes. Des silhouettes de rapaces ont même été fixées en haut des pylônes pour éloigner les cigognes des câbles meurtriers, et des spirales de plastique rouge et blanc ont été posées sur les câbles électriques pour les signaler.

La disparition des cigognes sauvages dans des pays comme la Suisse et la France – où il ne restait que neuf couples en 1974 – a incité les autorités à mettre sur pied un programme de réimplantation de cet animal, qui a d’abord été lancé en Suisse près de la ville d’Altreu par M. M. Bloesh, en collaboration avec deux scientifiques français, A. Schierer et W. Bœtcherstein. Des cigognes ont été importées, d’abord d’Alsace, où la population était encore florissante (le premier enclos réalisé dans cette région date de 1956 : on y accueillait les animaux blessés), ensuite d’Algérie. On élevait des couples captifs en enclos pour tenter de reconstituer plus tard une population sauvage. En Suisse, à partir de 1990, 153 couples se reproduisaient librement ou en captivité. En France, la population de cigognes a ainsi pu être sauvée de justesse.

 « Jamais, dit-on, une cigogne ne nichera sur une maison où il y a eu un divorce. » Célèbre est la fidélité que l’on attribue à la cigogne vis-à-vis de son conjoint. Malheur à celle qui n’est pas fidèle ! Elle sera condamnée : les fables sur des tribunaux champêtres rassemblant les cigognes et laissant après leur départ, des oiseaux exécutés sont nombreuses. Dans ces récits, les condamnés sont toujours des femelles.

Chez les Grecs anciens, la cigogne a aussi la réputation d’être un symbole de fidélité aux vieux parents, et une loi obligeant les enfants à s’occuper de leurs parents a été appelée « Pelargonia », de pelargos, cigogne.

Mais la cigogne évoque aussi une notion de longévité. En Chine, pour souhaiter une longue vie à un ami ou à un parent, on lui offre l’image d’une cigogne.

Cet oiseau atteindrait un âge fabuleux : « À 600 ans, dit-on, elle ne mange plus ni ne boit ; à 2 000 ans, elle devient toute noire. » Et, dans le nord de la France, une cigogne élevant sa nichée sur une maison assurait longue vie au propriétaire.

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaire »

cigognes… et les ennuis

Posté par othoharmonie le 1 novembre 2013

cigognes... et les ennuis dans CIGOGNE images-7Un échassier s’attaque depuis plusieurs jours aux voitures des habitants d’un village allemand, causant plusieurs milliers d’euros de dégâts.

Les cigognes peuvent apporter des bébés mais aussi bien des ennuis. Demandez-le donc aux habitants de Bergholz, un village de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale situé au nord-est de l’Allemagne. Depuis plusieurs jours, un de ses échassiers migrateurs s’attaque aux voitures qui passent son chemin. Les coups secs de son long bec rouge ont causé sur quatre automobiles des dommages compris entre 300 et 1 000 euros en fonction du modèle « picoré ». L’oiseau s’est aussi acharné sur plusieurs portes et fenêtres de résidents malchanceux.

« Comment pouvons-nous nous protéger contre de telles attaques », s’interroge une résidente « sinistrée » dans les colonnes du quotidien régional Nord Kurier. Certaines familles ont déposé des couvertures sur leurs vitres et leurs véhicules afin de se protéger contre les « assauts » souvent nocturnes de ce ciconiiforme, qui aurait dans son nid trois petits encore incapables de voler. L’échassier semble en effet charger uniquement les objets qui reflètent son image. Parois lisses, vitrages, miroirs… L’oiseau, surnommé « Meister Adebar » en hommage à un conte allemand pour enfants, ne semble visiblement pas apprécier son reflet. Cette attitude ne serait pas exceptionnelle, selon les spécialistes.

« Elle croit voir un ennemi en face d’elle »

« Lorsque la cigogne ne trouve rien à manger dans la nature, elle va dans les villages, explique Jens Krüger, un expert en ornithologie. Et quand elle aperçoit son reflet sur les voitures ou les fenêtres, elle croit voir un ennemi en face d’elle. » Ces coups de bec peuvent toutefois parfois blesser l’animal. Mais la construction d’un nombre croissant de logements dans cette région réduit l’habitat naturel des 850 couples de cigognes qui y nidifient une partie de l’année.

La seule solution qui ne passe pas par « l’incarcération » ou « la mise à mort de l’assaillant » revient donc à couvrir toutes les surfaces réfléchissantes. L’arrivée des mauvais jours poussera également dans quelques semaines le volatile à quitter le nord de l’Europe pour retrouver les chaleurs du sud de la Méditerranée. Les Marocains sont prévenus…

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaire »

LE MIROIR DE CIGOGNE

Posté par othoharmonie le 1 novembre 2013


Il était une fois

LE MIROIR DE CIGOGNE dans CIGOGNE images-5

Une grenouille  qui craignait plus que tout, les immenses cigognes …

Toute sa vie était centrée sur cette terreur, toute aussi immense ! Si bien que si le moindre oiseau ressemblant fort ou peu a une cigogne s’approchait des alentours elle fuyait très vite très loin dans l’espoir immédiat d’échapper a une éventuelle attaque de l’animal , qu’il fut ou non une cigogne ! …

Par un beau jour de printemps, tandis que notre grenouille avait trouvé son tout nouveau refuge dans un étang a peut près a son goût , un héron maladroit vint atterrir a sa manière sur le plan d’eau où notre grenouille se prélassait au soleil…

L’animal ailé , bien que ressemblant en divers points a sa cousine la cigogne , ne représentait pourtant absolument aucune menace pour notre grenouille craintive, facile a terroriser et pour la simple & bonne raison que les hérons ne se nourrissent exclusivement que de poissons & jamais , au grand jamais du moindre batracien !

Bien du contraire, les batraciens, pour le héron, sont d’une aide précieuse pour leur pêche au poissons (mais ceci est une autre histoire ! )…

Cependant notre grenouille, qui demeurait craintive pour la raison que l’on sait, en voyant atterrir le héron a la façon de la cigogne et avec cette silhouette si ressemblante sous divers points, crû dur comme fer avoir affaire a cet animal qui la terrorise par dessus tout et prit aussitôt les jambes a son cou pour fuir a nouveau, comme elle sait si bien le faire en telles circonstances ! …

C’est ainsi que l’on voit, a travers marais et contrées, une grenouille craintive changer de logis comme de chemise et fuir encore et toujours tout ce qui ressemble de près ou de loin a une cigogne …

On dit même que les cigognes auraient changé de régime depuis peu (dans la nature tout évolue donc tout est possible) et pourtant, qu’elle sache ou ignore ce fait, la grenouille n’en demeure pas moins craintive a ce sujet, ayant au final plus de confiance en se terreur que de confiance aux aptitudes de changement des prédateurs !

On dit aussi que depuis sa 1ère fuite justifiée (lorsqu’elle fut véritablement face a une cigogne affamée de grenouilles) elle n’a en réalité jamais recroisé de cigogne mais seulement des pseudos cigognes c’est-à-dire des cousins et des cousines, souvent ressemblantes en allures et en mœurs et pourtant jamais mangeurs de grenouilles !

On dit, pour finir, qu’elle vécu même un amour très fort et très profond (quasi fusionnel ) avec un être qui , certains jours , avait des airs de cigogne a cause du miroir qui se tenait en permanence derrière lui où qu’il aille , quoi qu’il fasse avec elle …

La grenouille toujours voyait, en le regardant, son image a elle & quand elle entrait dans sa peur face a des circonstances aux apparences menaçantes (apparentes seulement ! ) au lieu de se voir,  elle voyait sa peur personnifiée dans le miroir qui la changeait en cigogne ! … Ainsi la pauvre créature se fuyait elle-même en croyant fuir une cigogne ! et fuyait par là même l’être au miroir qui tentait de l’aimer malgré tout !

Et on dit, enfin, que leur amour en fut brisé car ces fuites, devenues incessantes, finirent par briser le miroir où la pauvre grenouille effarée s’était laissé piéger par sa propre peur !

Voila la sinistre histoire de ceux et celles qui projettent hors d’eux l’image de leurs pires craintes,  jusqu’à la projeter même sur l’amour de leur vie, a en perdre la sève !

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaire »

Une cigogne française bien particulière

Posté par othoharmonie le 1 novembre 2013

Un oiseau migrateur en provenance de l’Hexagone a été arrêté pour espionnage en Haute-Égypte parce qu’il portait un mystérieux boîtier sur son dos.

Une cigogne française bien particulière dans CIGOGNE sipa-ap-egypte-cigogne-espion-francaise-france-arm-1878611-jpg_1689807

Le climat de paranoïa en vigueur en Égypte vient d’atteindre un degré inégalé. Après la sanglante répression des Frères musulmans, accusés de « terrorisme » au lendemain de la destitution du président Mohamed Morsi, suivi des arrestations de journalistes occidentaux, soupçonnés d’être à la solde des islamistes, le nouveau pouvoir égyptien, piloté par les militaires, s’attaque désormais aux animaux. Les autorités du pays détiennent depuis la semaine dernière une cigogne, suspectée d’être un agent secret à la solde des Français, a révélé dimanche l’agence Associated Press.

Cet espion d’un nouveau genre a été intercepté en Haute-Égypte, dans le gouvernorat de Qena, à 450 kilomètres au sud du Caire, alors qu’il évoluait parmi quatre de ses congénères. C’est un pêcheur, interpellé par un étrange boîtier électronique fixé sur le dos de l’oiseau, qui a donné l’alerte. Obéissant à la lettre aux strictes consignes sécuritaires demandant à tout Égyptien de dénoncer les tentatives de complot contre l’État, le héros s’est emparé de l’animal qui s’approchait dangereusement de son domicile.

Une balise française

Arrivé au poste de police muni de sa prise, le pêcheur ne provoque pas le moindre fou rire. Bien au contraire, l’homme est reçu par des officiers tout aussi interloqués que lui par le curieux dispositif présenté par la « bête ». Et pour cause, en début d’année, un agent de sécurité a capturé un pigeon détenant, selon lui, un mystérieux microfilm. Une pure coïncidence ? Les policiers n’y croient pas, et placent l’oiseau en détention afin de mener l’enquête. 

La photo de l’échassier en cage fait la une des journaux du pays, qui se passionnent pour ce mystérieux espion à plumes qui en voulait à la révolution égyptienne. Un expert vétérinaire est même dépêché sur place pour tenter de percer ses secrets. Le suspense ne durera pas longtemps. Dès samedi, Ayman Abdallah, chef des services vétérinaires de la région de Qena, révèle que le boîtier n’est en rien un dispositif d’écoute ultraperfectionné mis au point par la DGSE, mais une simple balise fixée par des scientifiques français pour suivre les déplacements de l’oiseau migrateur. Preuve de l’innocence de la cigogne, le vétérinaire souligne que le boîtier a cessé de fonctionner dès l’instant où l’oiseau a franchi la frontière française. 

Mais l’affaire a pris une telle ampleur que des sources militaires égyptiennes se voient obligées de confirmer, sous le couvert de l’anonymat, la vraie identité de l’oiseau. Or, ce dernier n’est toujours pas libre. Telle une véritable menace pour la sécurité intérieure de l’Égypte, l’oiseau doit encore attendre la permission du procureur général pour quitter le pays. Quant au pêcheur de Qena, son patriotisme a été loué par le quotidien gouvernemental Al-Ahram, malgré son énorme bévue.

L’incident aurait pu prêter à rire s’il n’était pas le dernier exemple de la logique répressive qui s’abat contre toute opinion discordante en Égypte. Quiconque conteste le discours officiel de l’armée – et partagé par la majorité de la population – d’une révolution populaire qui a mis fin au terrorisme islamiste soutenu par l’étranger est voué aux gémonies. Comme le rappelle Vanessa Descouraux, correspondante de Radio France au Caire, il règne dans le pays un climat d »‘espionnite aiguë » depuis le 3 juillet dernier, date de l’éviction de Mohamed Morsi. 

Plus d’un millier de personnes ont été tuées, dont une majorité de partisans du président déchu, et plus de 2 000 Frères musulmans ont été arrêtés, dont la quasi-totalité des dirigeants de la confrérie. Sans oublier les 60 journalistes occidentaux qui ont été détenus sous l’accusation d’espionnage. Reste que l’affaire de l’espion qui craquetait n’est pas encore totalement élucidée. Étrangement, les autorités égyptiennes ont, depuis le début, évoqué l’arrestation d’un cygne. Les images sont pourtant formelles. L’espion présumé n’était autre qu’une cigogne.

Article publié par Le Point.fr – le 02/09/2013  

Publié dans CIGOGNE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello