• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 24 août 2013

Milieu naturel et écologie du Hérisson

Posté par othoharmonie le 24 août 2013


Milieu naturel et écologie du Hérisson dans HERISSON atelerix_albiventris1Habitant de préférence les forêts de feuillus, les zones agricoles et même les jardins en bordure des villes, les hérissons peuvent aussi s’installer à proximité des plages et dans les dunes de sable, à condition qu’il existe un couvert végétal de buissons. Mais ils sont absents des forêts de conifères et des zones marécageuses trop humides. Ils ont besoin en effet de la présence d’arbres à feuilles caduques, qui leur fournissent le matériel de construction pour leur nid de mise-bas et d’hibernation. Seuls les hérissons du désert creusent des trous à même la terre. En Europe, les hérissons vivent surtout jusqu’à 1 000 m, où ils se reproduisent normalement ; entre 1 000 et 1 200 m, ils évitent les pentes boisées de conifères et se reproduisent très irrégulièrement. À la belle saison, ils peuvent monter jusqu’à 1 600 m, mais redescendent rapidement dans des zones plus accueillantes dès que la température chute.

Lorsque les nuits d’été sont clémentes, ils s’aventurent parfois jusqu’à 2 000 m !

La répartition des hérissons varie beaucoup selon les conditions climatiques locales. Ainsi, ils montent plus facilement en altitude dans des zones à climat méditerranéen (Alpes du Sud, Pyrénées) et recherchent des terrains secs de basse altitude dans des régions à climat plus continental comme celui d’Europe centrale. En fait, le climat idéal pour le hérisson semble être celui des côtes bretonnes et anglaises, où il est très répandu.

La répartition actuelle des hérissons ne se limite pas aux continents mais s’étend aussi à de nombreuses îles : Nouvelle-Zélande, Corse, Sardaigne, Sicile, îles écossaises. Incapable de traverser les océans à la nage, ils y ont été introduits, volontairement ou non, par l’homme.

La lutte contre le froid… et la sécheresse

Le hérisson ne supporte pas longtemps des températures inférieures à 12 °C, car ses piquants ne lui sont d’aucun secours pour lutter contre le froid. L’hiver est également cause de la disparition des insectes et autres proies des hérissons, qui ne trouvent plus assez à manger. Seule l’hibernation leur permet d’économiser des calories.

Grâce à leur féroce appétit, les hérissons emmagasinent, dès le mois de juillet, une grande quantité de calories, transformées en graisse blanche sous-cutanée (calories nécessaires au maintien en vie de l’animal pendant son sommeil) et en graisse brune au niveau des épaules. Cette graisse, « brûlée » par son métabolisme, lui donnera, sous forme de chaleur, l’énergie indispensable pour ses périodes de réveil. Dès que la température chute, le hérisson prépare son nid, parfois même plusieurs nids, pour le cas, rare, où il aurait besoin d’en changer au cours de l’hiver.

Il accumule les feuilles sèches, qui en constituent le principal matériau de construction, car elles sont étanches. Il peut aussi y ajouter brindilles et branches de fougères. Lorsque le tas est assez gros, il en creuse l’intérieur, repoussant les feuilles vers l’extérieur. Les parois extérieures du nid sont faites de rondins ou de branchages qui empêchent les feuilles de s’éparpiller. D’un diamètre de 50 cm environ, le nid terminé se compose d’une galerie d’entrée et d’une cavité centrale, tapissées d’une couche de feuilles de 10 cm d’épaisseur ! Très étanches et solides, ces nids sont de parfaits isolants du froid : en cas de température extérieure entre – 8 °C et + 8 °C, celle de l’intérieur oscille entre + 1 °C et + 5 °C.

La durée de l’hibernation dépend du climat local : de 8 mois en Scandinavie, elle est de 6 mois en France et en Angleterre, et de quelques semaines seulement en Nouvelle-Zélande.

À l’opposé, dans les zones méditerranéennes, le hérisson doit s’adapter à un autre problème : celui de la sécheresse, qui réduit, tout autant que le froid, les sources de nourriture. Le hérisson creuse alors un terrier dans un sous-bois et estive. La durée de cette léthargie estivale dépend des conditions extérieures, mais il se réveille souvent lorsqu’arrivent les pluies. Cette remarquable adaptation aux conditions climatiques défavorables a permis aux hérissons de coloniser aussi bien les régions froides comme la Scandinavie que le littoral méditerranéen, chaud et sec.

Son introduction en Nouvelle-Zélande est due à son appétit. En dévorant plus de 80 coléoptères en une seule nuit, le hérisson est en effet un prédateur très efficace pour réguler les populations d’invertébrés terrestres qui endommagent cultures et jardins.

Le hérisson a très peu de prédateurs naturels, sa carapace de piquants et sa faculté de se rouler en boule lui assurant une remarquable sécurité, plusieurs heures durant si nécessaire. De plus, le hérisson est une véritable « force de la nature » : il résiste étonnamment bien aux piqûres de vipères et de guêpes, et peut absorber, sans réel danger, une dose d’arsenic qui tuerait 25 personnes ! Il doit pourtant se méfier du putois. Les restes de peaux de hérisson trouvés dans les terriers de putois laissent penser que ce petit carnivore constitue un ennemi très efficace. Furtif, il arrive à surprendre le hérisson lorsque celui-ci s’approche de son terrier et l’égorge avant qu’il ait pu se mettre en boule.

Les rapaces, les sangliers et sans doute les renards font également partie des ennemis du hérisson, mais les activités humaines représentent le plus grand danger pour l’espèce.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Hérisson piquant

Posté par othoharmonie le 24 août 2013

 

Hérisson piquant dans HERISSON hedgehog1Toutes espèces de hérissons confondues, ce petit mammifère bardé de piquants est très présent dans la culture, en particulier en Europe où le Hérisson commun et le Hérisson oriental sont majoritaires. Animal peu farouche, il est bien connu car il n’hésite pas à s’introduire dans les jardins ou les communs, jusque dans les villes. Il n’est pas rare non plus de le surprendre la nuit, traversant les routes où il paie un lourd tribu à sa témérité, jusqu’à mettre en danger certaines populations de hérissons. Attendrissant quand il est apprivoisé mais redoutable quand il hérisse ses piquants et se met en boule, parfois convoité pour sa chair, le hérisson est ainsi à l’origine de multiples croyances, rituels ou influences artistiques.

Les hérissons sont une bonne illustration de l’hypothèse selon laquelle l’évolution des espèces se fait en fonction de leurs besoins et non pas par mimétisme. Si les espèces comme le Hérisson d’Algérie  et Neotetracus sinensis sont assez proches l’une de l’autre, de même que le Grand hérisson l’est de Microgale longicaudata, ce sont pourtant le Hérisson d’Algérie et le Grand hérisson qui ont un aspect très proches l’un de l’autre, ayant développé chacun de leur côté des piquants, sans même se rencontrer. Les poils piquants et durs se sont probablement révélés, de façon parallèle, une arme efficace contre les prédateurs de ces deux espèces plus grosses, contrairement à leur homologue respectif, plus proches des musaraignes.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Hérisson commun

Posté par othoharmonie le 24 août 2013

 

 Hérisson commun dans HERISSON 320px-keqs_young_european_hedgehog1

Le Hérisson commun est une petite espèce de mammifère omnivore de la famille des Erinaceidae, classé pourtant traditionnellement dans l’ordre des insectivores. Ce hérisson est répandu en Europe, y compris la Russie d’Europe, sauf le grand Nord, ainsi qu’en Turquie et dans le Caucase. Espèce invasive en Nouvelle-Zélande où il a également été introduit, cet animal est au contraire une espèce protégée par la Convention de Berne en Europe.

Il est appelé aussi Hérisson européen, Hérisson d’Europe, Hérisson d’Europe occidentale, Hérisson d’Europe de l’Ouest , ou plus simplement Hérisson ordinaire ou « hérisson » tout court.

Au niveau du pelage Erinaceus europaeus possède un masque sombre autour des yeux et du nez, plus défini que chez le Hérisson oriental . Ce dernier a en outre une couleur généralement gris brun foncé avec l’extrémité des poils claire. Le hérisson commun n’a pas non plus cette zone distincte de poils blancs présente sur le pelage ventral et remontant parfois sur les flancs de son homologue oriental.

Au niveau du squelette, le maxillaire est proportionnellement moins long que chez Erinaceus concolor, faisant au Hérisson commun un museau plus court. Dans le sud de l’Europe, où ils ont un pelage plus clair que dans le nord, on différencie le Hérisson commun du Hérisson d’Algérie (Atelerix algirus) par l’absence d’espace nu marqué et de solution de continuité sur le front, entre poils et piquants.

Mais il est parfois très difficile de différencier les espèces uniquement d’après les caractères morphologiques des individus rencontrés, par exemple parmi les populations poitevines. Comparer leur communication acoustique et olfactive pourrait alors s’avérer d’une aide utile.

Cette espèce est commune dans toute l’Europe, jusqu’à 65° de latitude Nord. Le hérisson européen est répandu en Eurasie, y compris la Russie d’Europe, sauf le grand Nord, ainsi qu’en Turquie et dans le Caucase. Il a également été introduit en Nouvelle-Zélande. Cet animal est protégé dans certaines régions. D’autres espèces vivent en Afrique et en Asie. On n’en trouve ni en Amérique, ni en Australie.

Cet animal, aux mœurs nocturnes, se déplace beaucoup mais, en cas de danger, s’immobilise et se roule en boule en hérissant ses piquants. À la moindre alerte ou bruit suspect, il dresse ses épines très rapidement. Si la menace se précise, il penche sa tête en avant et protège sa tête et ses pattes. À ce stade il n’est pas encore complètement en boule, car il doit continuer de surveiller ce qui se passe. Il ne se met en boule que quand on le touche et peut rester dans cette position pendant des heures sans la moindre fatigue. À ce stade, la tête dépasse encore de la boule d’épines, mais se trouve contre le sol, donc inaccessible. Si on le retourne, alors il rentre sa tête très rapidement. Les renards ou les chiens (principaux prédateurs) profitent de ce laps de temps très court pour essayer de le mordre à la tête ou au cou avant que la bête ait le temps de refermer son armure. À ce jour, un seul animal a déjà été observé en train d’ouvrir un hérisson entièrement en boule : il s’agit du blaireau…

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

Un mangeur d’insectes gourmand : le Hérisson

Posté par othoharmonie le 24 août 2013

Un mangeur d'insectes gourmand : le Hérisson dans HERISSON hedgehog-en1Présent dans de nombreux jardins et dans les haies bordant les champs cultivés, le hérisson est pourtant un petit animal difficile à surprendre. Car ce n’est qu’à la tombée du jour qu’il se hasarde à sortir de son abri de feuilles pour partir à la recherche de nourriture.

Lentement, sans cesser de renifler l’air ambiant, il se déplace en fouillant dans les feuilles mortes, les mottes de terre et les touffes d’herbe avec son museau pointu.

Prospectant de préférence les zones légèrement humides qu’il choisit comme territoires de chasse, il détecte ses proie grâce à son ouïe et à son odorat, attendant patiemment qu’un lombric (ver de terre) émerge de son terrier ou qu’un scarabée imprudent passe à proximité de son museau. Pour les avaler, les techniques sont variées : le lombric sera  découpé en tronçons d’une dizaine de millimètres, alors que le scarabée et les  autres coléoptères seront croqués.

Le menu du hérisson comporte une grande variété d’invertébrés terrestres : chenilles, lombrics, coléoptères, larves d’insectes divers, mille-pattes, perce-oreilles et même araignées. Le repas peut être complété par des œufs ou de jeunes oisillons, des crapauds ou grenouilles, des petits mammifères comme les souris. Le hérisson, de toute façon, ne se fatigue pas à courir après ses victimes, il se contente de celles qui passent à sa portée ! C’est un opportuniste. Il peut même manger des cadavres de rongeurs ou de serpents et fréquenter les décharges publiques à la recherche de restes de poissons, dont il est friand. Doté d’un appétit féroce, il peut ingérer plus de 80 coléoptères ou vers de terre en quelques heures ! Quand le choix est permis, il délaisse les scarabées, durs à croquer, pour des chenilles ou lombrics et ne s’attaque qu’aux petits mollusques, dont il ne fait qu’une bouchée.

S’il vit dans un champ, le hérisson peut manger beaucoup plus de vers de terre (jusqu’à 80 %) que s’il chasse dans un sous-bois, où les coléoptères sont plus nombreux. Lorsque la nourriture est abondante, il peut en avaler près de 70 g par nuit. 50 g lui suffiraient amplement, mais il prévoit et se constitue des réserves : ce supplément transformé en graisse lui fournira les calories indispensables à sa survie pendant son long sommeil hivernal.

Publié dans HERISSON | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello