Le Grand Corbeau et l’homme

Posté par othoharmonie le 28 juillet 2013

Le Grand Corbeau et l’homme dans CORBEAU brown-necked_ravenLe Grand Corbeau a évolué dans l’ancien Monde pour traverser le pont terrestre de la Béringie jusqu’en Amérique du Nord. Des analyses génétiques récentes ont examiné l’ADN de grands corbeaux provenant de différentes régions du monde et ont déterminé que les oiseaux pouvaient être classifiés en au moins deux clades : un clade californien, présent uniquement au sud-ouest des États-Unis, et un clade holarctique, présent dans le reste de l’hémisphère nord. Les individus des deux clades se ressemblent physiquement mais les groupes sont génétiquement distincts et ont commencé à diverger il y a environ deux millions d’années.

Ces résultats indiquent que, en se fondant sur l’ADN mitochondrial, les Grands Corbeaux du reste des États-Unis sont plus apparentés aux individus de l’Europe et de l’Asie qu’à ceux du clade californien. De plus, les individus du clade californien sont plus apparentés au Corbeau à cou blanc (C. cryptoleucus) qu’aux Grands Corbeaux du clade holarctique. Par contre, les corbeaux du clade holarctique sont plus proches parents du Corbeau pie (C. albus) que des individus du clade californien. Ainsi, l’espèce Grand Corbeau telle que traditionnellement définie est considérée comme paraphylétique.

Une hypothèse avancée pour expliquer ces résultats surprenants est que les Grands Corbeaux se seraient établis en Californie il y a au moins deux millions d’années et auraient divergé des individus d’Europe et d’Asie pendant une ère glaciaire. Il y a un million d’années, un groupe du clade californien aurait évolué en une autre espèce, le Corbeau à cou blanc. D’autres individus du clade holarctique auraient recolonisé plus tard l’Amérique du Nord à partir de l’Asie, peut-être en même temps que les humains. Une solution taxonomique serait de considérer au moins C. c. sinuatus comme une espèce distincte. En fait, cette sous-espèce est intermédiaire en de nombreux points entre le Grand Corbeau et le Corbeau à cou blanc. De plus, elle a déjà été considérée assez distincte pour avoir un nom vernaculaire à elle au début du xxe siècle. La question de savoir si sinuatus devrait être incluse avec le Corbeau à cou blanc pourrait être résolue par des études sur le transfert génétique et sur le déplacement écologique.

Une étude récente de l’ADN du Grand Corbeau montre que les individus de la sous-espèce C. c. tingitanus diffèrent significativement au niveau génétique du reste du clade holarctique. Cette sous-espèce est présente uniquement en Afrique du Nordet aux îles Canaries. Cette étude montre également que les individus C. c. tingitanus ne se reproduisent pas avec les autres sous-espèces.

Il est notable que le Corbeau brun et le Corbeau d’Édith en Afrique semblent être les descendants du groupe Grand Corbeau – Corbeau pie. Ce groupe semble avoir évolué de façon parallèle en plusieurs aspects (surtout écologiques) avec les Corbeaux à cou blanc et les individus de la sous-espèce C. c. sinuatus. Ainsi, indépendamment de l’éventuel statut taxonomique utilisé, il semble que le groupe ancestral du Grand Corbeau (et, dans une plus faible mesure, du Corbeau pie) ait tendance à s’étendre vers des climats plus arides et subtropicaux à partir des régions humides et tempérées, cette situation résultant en des lignées distinctes. Si on considère la spécificité de C. c. tingitanus, une telle évolution parallèle des corbeaux adaptés à un climat méditerranéen se serait produite quatre fois à partir du moment où le Grand Corbeau et le Corbeau pie n’étaient pas encore distincts jusqu’à aujourd’hui.

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello