• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 25 juillet 2013

Les Deux Corbeaux

Posté par othoharmonie le 25 juillet 2013

À la différence du chant précédent, « Les Deux Corbeaux » (The Twa Corbies) se termine de la manière opposée. Ici les corbeaux réussissent à faire leur repas parce que personne ne s’occupe du chevalier. Le chien et le faucon ont abandonné leur maître pour partir à la chasse, et la bien-aimée du chevalier (qui est ici décrite explicitement comme tel) a déjà pris un autre amant, ce qui semble de suggérer qu’elle est coupable de l’assassinat.

Les Deux Corbeaux dans CORBEAU corbeau2

Une version courante du texte, en anglais d’Écosse

As I was walking all alane,
I heard twa corbies making a mane
The tane unto the t’other say,
« Where sall we gang and dine to-day? »

« In behint yon auld fail dyke,
I wot there lies a new slain knight;
And naebody kens that he lies there,
But his hawk, his hound, and lady fair.

« His hound is to the hunting gane,
His hawk to fetch the wild-fowl hame,
His lady’s ta’en another mate,
So we may mak our dinner sweet.

« Ye’ll sit on his white hause-bane,
And I’ll pike out his bonny blue een;
Wi ae lock o his gowden hair
We’ll, theek our nest when it grows bare.

« Mony a one for him makes mane,
But nane sall ken where he is gane;
Oer his white banes, when they we bare,
The wind sall blaw for evermair. »

Traduction du texte

Alors que je me baladais tout seul,
J’ai ouï deux corbeaux poussant des râles.
L’un envers l’autre dit,
“Où irons nous dîner aujourd’hui?”

“En arrière de ce vieux mur de torchis.
Je sais qu’il y a là, nouvellement occis, un chevalier par terre.
Et personne ne sait qu’il est allongé là par terre,
Sauf son faucon, son chien et sa dulcinée belle.

Son chien est parti à la chasse,
Son faucon quérir des gibiers à plumes.
Sa dame a pris un autre amant,
Et donc on peut prendre un repas succulent.

Tu te percheras sur les os blancs de son cou,
Et je piquerai ses beaux yeux bleus.
D’une boucle de ses cheveux de chaume doré,
On recouvrira nos nids quand ils seront dénudés.”

Plein de monde pour lui geignent,
Mais personne saura où il est allé.
Sur ses os blanc dénudés
Le vent soufflera à jamais.

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

CORBEAU général

Posté par othoharmonie le 25 juillet 2013

Le corbeau est l’un des plus grands passereaux. il peut mesurer 60 centimètres de long et atteindre 1 mètre 20 d’envergure. Son plumage est noir mordoré, son bec droit et fort. On le rencontre partout dans le monde, sauf en Amérique du Sud. Il se nourrit de GRAINES, d’INSECTES et de la chair d’autres ANIMAUX. On dit d’une chevelure très noire qu’elle est « aile de corbeau ». Les individus qui s’abattent sur leurs semblables pour les dépouiller sont appelés des « corbeaux ».

Le corbeau s’apprivoise facilement et l’auteur latin Pline l’Ancien raconte qu’un centurion romain du nom de Valerius avait un corbeau dressé qui lui témoignait une grande affection. A la veille d’une bataille, un Gaulois gigantesque défia les soldats romains qui lui faisaient face. Valerius était de petite taille mais il releva le défi. Les 2 adversaires s’affrontèrent… Déjà le Gaulois s’apprêtait à étouffer Valerius de ses larges mains lorsque le corbeau attaqua l’ennemi de son maître et, s’étant accroché à lui, l’aveugla à coups de bec. Vainqueur grâce à son OISEAU, Valerius reçut le surnom de « Corvinius » (du latin corvus qui signifie « corbeau ») et le transmit à ses descendants.

 CORBEAU général dans CORBEAU 250px-corvus_frugilegus1

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

La Corneille noire à tire d’aile

Posté par othoharmonie le 25 juillet 2013

 

La Corneille noire à tire d'aile dans CORBEAU corvus_2007-11-1Oiseau entièrement noir, y compris les pattes et le bec. Son bec est plus effilé que celui du corbeau et les plumes de son cou ne sont pas ébouriffées. L’extrémité de sa queue est carrée. Elle se distingue du corbeau freux par son bec plus large, qui n’est pas blanchâtre. Les sexes sont identiques. Jeunes, ils sont semblables aux parents. Ils restent avec eux plusieurs semaines après avoir quitté le nid. 

Mythologie – Symboles : Les romains disaient de la corneille Brevior est hominum vita quam cornicum , c’est-à-dire « la vie des hommes est plus courte que celle des corneilles ». Rien cependant n’a jamais permis de vérifier ces rumeurs. L’âge maximum de la corneille noire semble être d’environ 20 ans. 

Chant :
Enregistrement Jean Roché, voir notre page spéciale.La Corneille noire babille, corbine, craille, criaille, graille. La voix de la corneille noire est désagréable dans sa sonorité et à cause des répétitions. Il existe des variations considérables, en fonction de la situation ou du moment. 
En vol, les corneilles s’interpellent en lançant un croassement bas. Parfois, elle lance un son métallique, d’autres fois, un matraquage de croassements devant un oiseau de proie posé. 

Habitat : La corneille noire aime la campagne découverte avec des bosquets d’arbres dispersés, pas trop denses. Elle affectionne les landes, les zones arides, les bords de chemins et de routes, les bordures rocheuses, les falaises côtières, les plages, les zones d’estuaires, les embouchures de fleuves et les lagunes

Comportements : C’est une espèce sédentaire et très territoriale. Au début de l’été, les corneilles noires ont l’habitude de se réunir au crépuscule en bandes qui occupent le même dortoir, pour aller se nourrir en petits groupes. En général, la corneille noire possède un territoire très grand, et les couples vivent dispersés et séparés, bien qu’occasionnellement, une charogne, un dépôt d’ordures ou un vol d’insectes les concentrent en groupes plus ou moins nombreux. La présence de prédateurs terrestres ou de rapaces voit tous les couples d’une zone se réunir à la cime des arbres en poussant des cris perçants inlassablement. 
La parade du mâle consiste en une série de « saluts ». En vol, la parade se fait en vols rapides, descentes en piqué, croassements intenses. Ces manifestations ont lieu toute l’année. 

Vol : La corneille noire a un vol assez lent, avec des battements d’ailes normaux. Elle ne plane presque jamais, ni ne s’élève, se contentant de rester à basse altitude. 

Nidification : Le nid de la corneille noire est construit par les deux parents. C’est un nid volumineux, fait de branches, dans un arbre ou sur une falaise. Le mâle apporte les matériaux mais reste à l’extérieur, alors que la femelle arrange l’intérieur. On peut y trouver de tout : herbes, feuilles sèches, laine de mouton, poils, crins, papiers, chiffons, plastique, racines, plumes
La ponte a lieu d’avril à mai. La femelle dépose 3 à 5 oeufs bleu clair ou verts, tachés de gris châtain foncé. L’incubation dure environ 19 jours, assurée par la femelle seule. Les petits, nourris par les deux parents, volent au bout de 35 jours. A la naissance, les poussins sont couverts d’un duvet gris-fumée abondant qui deviendra foncé rapidement. Les couples sont unis pour la vie. 

Régime : Les corneilles noires ont un régime très varié incluant charognes, invertébrés, graines et fruits. Elle peut piller les nids d’autres oiseaux. 

Protection / Menaces : La corneille noire cause des dégâts : consommation de graines et de jeunes plants dans les cultures, prédation dans les élevages en plein air (volailles, gibier), ce qui au niveau départemental français, l’inscrit sur la liste des espèces nuisibles. Mais la perception de ces dégâts est supérieure à la réalité. En fait, le principal défaut de la corneille noire a été de s’adapter remarquablement aux diverses activités humaines, et d’en tirer le meilleur parti possible ! 

Sources :

Publié dans CORBEAU | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello