• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 17 juillet 2013

Reproduction du Cobaye

Posté par othoharmonie le 17 juillet 2013

Les cochons d’Inde sont capables de se reproduire toute l’année avec un pic de fécondité au printemps. Le cycle de la femelle est tous les 15/17 jours pendant 2 ou 3 jours. Elle peut avoir jusqu’à 5 portées par an mais il est déconseillé de les faire reproduire plus de deux fois par an.

Reproduction du Cobaye dans HAMSTER - COBAYE arjunaLes besoins alimentaires de la future mère sont doublés, voire triplés pendant sa gestation.

La durée de gestation dépend du nombre de petits dans la portée, plus ils sont nombreux plus la gestation est courte. Elle varie entre 60 et 70 jours, ce qui est assez rare pour un animal aussi petit. Cette durée de gestation est équivalente à celle des chats, mais contrairement à eux, les petits cochons d’Inde sont déjà bien développés quand ils naissent (espèce nidifuge). Les petits pèsent environ 75 g (ou plus du double en cas de portée ne comprenant qu’un petit), ont de la fourrure, des dents, des griffes et les yeux ouverts. Dès la naissance, les petits sont déjà autonomes, grignotent du foin quelques heures plus tard, et au bout de deux jours sont déjà capables de manger comme leur mère qui continue cependant à les allaiter jusqu’à trois semaines, bien qu’ils soient capables de survivre après cinq jours d’allaitement au minimum.

Les portées peuvent compter de un à trois jeunes pour les premières portées, et de deux à six pour les suivantes, pouvant aller jusqu’à douze, quatre étant la moyenne.

La femelle est fécondable immédiatement après la mise-bas, pendant une demi-journée environ. Dans les groupes importants le mâle dominant dispute alors le droit de la féconder et de la protéger ensuite des assauts des autres mâles. Pour limiter les naissances il convient donc de séparer les couples un peu avant la date prévue pour la naissance.

Dans les petites portées, des difficultés peuvent se produire pendant la mise bas, dues aux petits surdimensionnés. Jusqu’à la moitié des jeunes peut être perdue dans de plus grandes portées, car la mère ne peut pas s’occuper des nouveau-nés assez rapidement. Si un grand nombre survit, il est probable que les plus faibles soient insuffisamment nourris, avec comme conséquence la mort d’un ou deux petits. Néanmoins, les petits peuvent être allaités par une autre femelle du groupe (Pseudocyesis), ce qui permet de sauver les petits qui auraient été autrement perdus.

Les femelles atteignent leur maturité sexuelle vers quatre à cinq semaines mais les mâles ne sont capables de se reproduire vraiment qu’à neuf semaines, même si leur activité sexuelle commence plus tôt. Si on les laisse ensemble plus de deux mois après la naissance, un petit mâle peut féconder sa mère. Les tares de consanguinité sont assez rares chez le cobaye, le principal risque étant une chute de la fécondité et une augmentation du nombre de doigts (polydactylie).

Une femelle qui a plus de sept mois et qui n’a jamais eu de portée a les os pelviens complètement soudés et ne peut donc mettre bas sans risquer une dystocie et nécessiter une césarienne. L’accouplement est possible si elle a eu une portée avant sept mois, car les os pelviens ne se souderont jamais.

La stérilisation d’animaux de cette taille comporte des risques, surtout pour les femelles. En cas de nécessité, elle doit être pratiquée par un vétérinaire très expérimenté. Un mâle castré n’est totalement stérile que six semaines après l’opération, il faut donc le tenir encore éloigné de la femelle durant cette période si on veut éviter une grossesse indésirée.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Le cobaye est un herbivore strict.

Posté par othoharmonie le 17 juillet 2013

Alimentation du Cobaye

Le cobaye est un herbivore strict. dans HAMSTER - COBAYE hamster2En captivité la base nutritionnelle du cochon d’inde est le foin de bonne qualité (exclure les foins uniquement constitués de luzerne qui sont trop riches en protéines), essentiel pour les dents et aussi sa santé et des extrudés. Ne donnez surtout pas de mélange de graines car il aura tendance à les trier et il n’est pas granivore.

Il doit avoir toujours à disposition de l’eau propre en abondance et le foin à volonté.

Il n’a que deux repas principaux : le petit déjeuner et le dîner mais il grignote quand même pendant la journée. Il aime manger à la même heure tous les jours.

Il mange aussi des aliments frais : plantes, légumes (endive, concombre, carotte en petite quantité, poivron, fenouil …) et fruits, dont on se sera assuré au préalable qu’ils ne sont pas toxiques ou susceptibles de provoquer des diarrhées et autres désordres alimentaires dans des publications spécialisées.

Les produits frais sont en effet indispensables afin d’assurer un apport quotidien en vitamine C. Le poivron doux rouge ou vert, le kiwi, le cassis, et le persil (pas plus d’une demi-botte par semaine car il contient aussi beaucoup de calcium) en contiennent beaucoup. Le cochon d’Inde est un des rares rongeurs à ne pas stocker cette vitamine. Sans apport constant de vitamine C, il souffrirait de problèmes de peau, du scorbut et pourrait s’affaiblir rapidement, être paralysé des pattes postérieures ou antérieures, avoir des problèmes digestifs graves et même mourir. À défaut d’une alimentation fraîche et équilibrée, il est nécessaire d’assurer un apport de vitamine C sous forme de complément alimentaire ou de gouttes. Ne donner pas de persil à une femelle gestante, cela coupe la lactation. Il faut donner minimum 1/10 eme du poids de votre cochon d’inde en légumes ou fruit.

Ils doivent aussi compléter leur alimentation par coprophagie. Cependant, ils ne consomment que leurs excréments mous, appelé caecotropes, qui recyclent des vitamines B, des fibres, et les bactéries nécessaires à une bonne digestion. Les caecotropes sont consommés directement à partir de l’anus, à moins que le cochon d’Inde soit enceinte ou obèse.

On recommande de choisir des granulés tous semblables et enrichis en vitamine C pour équilibrer la ration alimentaire quotidienne, mais sans excès car l’animal a tendance à l’obésité.

On doit aussi leur donner du bois à ronger. Preférez les branches de pommiers et faites attention car certaines sont toxiques.

 

 

Hygiène pour le Cobaye

Des mesures préventives évitent la plupart des décès prématurés. Les erreurs les plus répandues sont : une nourriture inadaptée ou en trop grosse quantité, un changement brusque de régime, le manque d’eau, des courants d’air, une litière trempée, l’élevage en solitaire et pas assez d’espace pour se dépenser.

yoyocochondinde1 dans HAMSTER - COBAYELa température idéale pour un cobaye se situe entre 18 et 24 °C. Les particuliers peuvent donc le garder en intérieur. Toutefois, il est possible d’élever un cobaye en extérieur toute l’année dans un clapier, un jardin ou sur un balcon si celui-ci ne vit pas seul, s’il est correctement protégé des prédateurs et des intempéries (paille au sol et petite cabane pour s’abriter) et s’il est acclimaté progressivement à son nouvel environnement.

On conseille de retirer quotidiennement les fruits et légumes qu’il n’a pas mangé, de changer l’eau chaque jour et de nettoyer toutes les semaines la cage à l’eau et au vinaigre blanc. La litière idéale se compose de litière de chanvre ou de lin, les autres matériaux pouvant occasionner des problèmes d’allergie, respiratoires ou de toxicité.

La toilette consistera à laver le cochon d’inde à l’eau tiède s’il a des excréments collés ou tout simplement au moins une fois par an. Il faut lui couper les ongles lorsqu’ils sont trop longs avec un coupe-ongle spécial pour les rongeurs afin d’éviter de le blesser, en effet, il a des petites veines au bout de ses pattes qui descendent jusqu’aux ongles.Il faut donc y faire attention, sous risque d’une hémorragie.

Le cochon d’Inde doit disposer d’assez d’espace pour courir et de distractions. À défaut on doit le sortir de sa cage sous étroite surveillance. Le cochon d’Inde a besoin de compagnie au moins deux heures par jour s’il vit seul et une heure par jour s’ils vivent à plusieurs.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

La bonne Santé du cobaye

Posté par othoharmonie le 17 juillet 2013

La bonne Santé du cobaye dans HAMSTER - COBAYE cobLe cobaye transmet peu de maladies à l’homme, il peut toutefois être vecteur d’acariens et de la gale.

Les affections les plus courantes sont d’ordre respiratoire, digestif ou parasitaire, manque de vitamine C et méningite.

Le rhume (bronchite ou coryza) est dû au stress, à des courants d’air, des variations de température, un virus ou une bactérie. Les symptômes en sont un écoulement nasal d’abord clair puis purulent, de la fièvre, une grande fatigue, une respiration difficile, des éternuements et un larmoiement. Comme la diarrhée, cette maladie peut dégénérer rapidement et entraîner le décès du cochon d’Inde. Un traitement antibiotique est nécessaire.

L’otite : elle est due à un coup de froid ou tout simplement à une petite mycose mal soignée sur l’oreille. Les symptômes sont la tête penchée sur un côté et une difficulté à marcher. Le traitement vétérinaire consiste en pommades, lotions ou antibiotiques, faute de quoi l’animal peut en mourir.

Les ballonnements (Tympanite) : changement de nourriture brusque, trop de fourrage vert, qui se soignent bien par un régime à base de foin.

La diarrhée doit être traitée rapidement sous peine d’entraîner le décès du cochon d’Inde en 24-72 heures. Les symptômes en sont des crottes molles, des cris (assez forts) quand il fait ses crottes, un manque d’appétit, une faiblesse (apathie), de la fièvre, des douleurs au ventre importantes. Sur avis vétérinaire la diarrhée se soigne par un régime à base de foin et en donnant si possible à manger les crottes de cobayes sains.

L’empoisonnement de cause alimentaire ou autre. Les symptômes sont la perte d’appétit, l’animal ne boit plus, reste toute la journée, allongé sur le côté et lorsqu’on le saisit sa tête penche sur le côté. Il faut aller très vite chez le vétérinaire car en moins de 24 heures le cochon d’Inde meurt.

Les problèmes dentaires : si une dent se casse, elle repoussera car les dents des rongeurs poussent en continu tout au long de leur vie, mais il peut y avoir un risque de malnutrition temporaire. L’espèce est aussi sujette à la malocclusion dentaire due à un mauvais positionnement des dents qui ne peuvent plus s’user et poussent de façon excessive.

La croissance excessive des griffes : due à un manque d’espace pour bouger ou un sol très mou. Elles s’allongent et se déforment, handicapant l’animal. Un vétérinaire peut les couper.

Le scorbut : comme les humains mais à la différence de la plupart des autres mammifères, les cobayes ne peuvent pas synthétiser leur propre vitamine C mais doivent obtenir cet aliment essentiel de la nourriture qu’ils mangent. Comme les humains, si les cobayes ne peuvent pas obtenir assez de vitamine C ils souffriront du scorbut pour finalement mourir.

Les problèmes urinaires : calculs et cystites à répétition.

Les parasitoses : Teigne, poux et acariens de la gale peuvent provoquer de fortes démangeaisons, inflammations, croûtes et chutes de poils.

La méningite : grave infection à méningocoques ou virale.

La toxémie de gestation: dégénérescence du foie ayant lieu en fin de gestation et début de lactation. Maladie mortelle en 12 heures. Il faut veiller à ce que la femelle ne s’empâte pas.

Les cochons d’Inde peuvent également développer des tumeurs. Si elles sont traitées à temps et accessibles elles peuvent être opérées avec un bon pronostic.

Il existe des vétérinaires spécialisés pour les NAC.

 

L’espèce et l’homme

Le cobaye a été domestiqué à l’époque précolombienne, en élevant un cochon d’Inde sauvageCavia aperea. Le cobaye est toujours élevé traditionnellement dans les Andes pour sa chair, en particulier en Équateur, au Pérou et en Bolivie.

wildmeerschweinchen-06 dans HAMSTER - COBAYE

Les commerçants hollandais découvrent en Guyane cet animal exotique élevé par les indiens locaux. Ils le rapportent en Europe, comme animal de compagnie pour leurs enfants, en 1670. En 1880, très prolifiques, des individus sont vendus jusqu’en Angleterre et en France. D’abord réservés à une élite, les cobayes, faciles à élever, sont rapidement devenus populaires en tant qu’animaux exotiques de compagnie mais aussi de laboratoire.

En 2007, des fouilles dans un sous-sol du centre-ville de Mons en Belgique mettent au jour des restes d’un cochon d’Inde datant du xvie siècle, c’est-à-dire de l’époque où l’animal vient à peine d’être découvert en Amérique. Une découverte antérieure en Grande-Bretagne laissait croire que détenir un cobaye à la Renaissance était un signe de grande richesse, il s’avère que cet animal de compagnie, qui se reproduit très facilement, était déjà à la portée d’un plus large échantillon de la population.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

Hamster d’europe

Posté par othoharmonie le 17 juillet 2013

 

Le hamster d’Europe a été surabondant à certaines époques, en Russie on en capturait 16 millions en 1953 et 12 millions entre 1952 et 1956 en ex-RDA pour leur fourrure.

Hamster d’europe dans HAMSTER - COBAYE hamster-1En Europe de l’Ouest cette espèce pullulait encore dans les années 1960. Des campagnes d’éradication, dans le but de protéger les cultures, ont été lancées. À l’aide de pièges, de produits chimiques ou en les noyant. Ces opérations, avec parfois l’octroi de primes, ont été si efficaces que ce hamster a pratiquement disparu de ces pays. Les pouvoirs publics essaient au contraire maintenant de préserver les populations restantes.

En France, il semble que les principales causes de régression de l’espèce soient l’artificialisation, la dégradation et la fragmentation écologique des paysages, par le drainage, l’eutrophisation, les routes, et surtout la culture intensive du maïs qui a envahi près de 80 % de la plaine d’Alsace en quelques décennies. La périurbanisation est un autre facteur, de même peut être que les pesticides, la dégradation croissante de l’environnement nocturne par la pollution lumineuse, certains microbes ou parasites véhiculés par des populations de tiques, elles-mêmes favorisées par une surabondance de sangliers et chevreuils et certains déséquilibres écopaysagers.

Après avoir été considéré comme « nuisible » et à éliminer par de nombreux agriculteurs alsaciens, le Hamster d’Europe est protégé depuis 1993, mais il compte en 2009 parmi des « mammifères les plus menacés d’Europe » selon la Commission européenne ; en effet le nombre de terriers a encore chuté (de 1.167 en 2001 à 161 en 2007 et cette tendance s’est poursuivie jusqu’en 2009. À ce jour, le nombre d’individus semble légèrement augmenter avec une population estimée passée de moins de 200 individus en 2007 à 800 individus en 2011. Une nette baisse du nombre de terriers a été relevée en 2012, la situation reste extrêmement critique

Le Hamster d’Europe  est une petite espèce de rongeur de silhouette massive et d’aspect robuste, qui se rencontre en Europe et en Asie. C’est la seule espèce contemporaine du genre Cricetus. C’est aussi le seul hamster qui vit à l’état sauvage en Europe même si, malgré des mesures de protection et de réintroduction, cette espèce compte en 2009 parmi les « mammifères les plus menacés d’Europe ». On l’y rencontre encore notamment dans l’est de la France, en Alsace, ainsi qu’en Belgique, où il est au bord de l’extinction en raison de la destruction de son habitat par l’agriculture intensive et l’urbanisation. L’espèce est en revanche toujours bien représentée en Europe de l’Est et en Asie.

Il est appelé aussi Grand hamsterHamster communCochon de seigle ou encore Cochon des blés ou plus simplement hamster tout court.

Publié dans HAMSTER - COBAYE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello