AUTRUCHE ANTIQUE

Posté par othoharmonie le 2 juillet 2013

 

 

L’autruche est connu pour l’Egypte jusqu’au milieu du dix-neuvième siècle et est encore occasionnellement attestée dans les déserts de l’Egypte au vingtième (Houlihan 1986: 1). Plusieurs représentations rupestres d’autruches, sont généralement attribuées à la période prédynastique (Houlihan 1986: 1-3). Ceci n’est pourtant pas toujours évident, vu le style dans lequel est par exemple exécuté le dessin rupestre bien connu de el-Hosh représentant un homme tirant une flèche sur une autruche (Houlihan 1986: 3, fig. 2), qui semble bien plus récent que la période prédynastique. L’autruche est pourtant identifiable avec certitude sur un nombre d’objets prédynastiques, dont les palettes décorées. Ce sont elles qui fournissent les représentations les plus détaillées.

AUTRUCHE ANTIQUE  dans AUTRUCHE - EMEU antique

Sur la Palette de la  Chasse,  l’autruche figure dans une scène de chasse, ce qui est éventuellement aussi le cas pour la palette de Manchester.  Sur la palette d’Hierakonpolis,  on retrouve l’autruche sur l’avers, en haut, entre les deux têtes de serpopards,  tandis que sur un fragment au British Museum, on peut reconnaitre deux autruches partiellement préservées, dont le contexte ne se laisse pas déterminer.  Il est fort probable qu’on puisse aussi identifier des autruches parmi les nombreuses palettes et amulettes en forme d’oiseau. Mais à cause de leur exécution très schématisée, il demeurera toujours des doutes, particulièrement pour les palettes. Pourtant, on évoquer plusieurs exemples où l’identification comme autruche de l’oiseau qui y est figuré est difficile à contester.  Par contre, des représentations de flamants semblent absentes et il est à noter que les becs très recourbés, argument important dans l’identification du flamant sur les vases Decorated (cf. infra), font défaut pour les palettes et les amulettes. Enfin, les objets en ivoire et en os décorés de reliefs paraissent ignorer les représentations d’autruches, alors qu’elles mobilisent d’abondance la faune égyptienne de l’époque, et particulièrement de nombreux types d’oiseaux, certains dotés de longues pattes et de cous allongés qu’on pourrait à première vue confondre avec ceux l’autruche.

groupe dans AUTRUCHE - EMEU

Mais le dessin égyptien de l’autruche est généralement symétrique, sa position horizontale. Au contraire, celui des oiseaux de ces objets les représentent le corps en pente et plus épais vers l’avant. On ne retrouve pas non plus l’autruche parmi les figurines d’animaux, surtout en faïence, provenant d’Elephantine (Dreyer 1986), Hiérakonpolis (Adams 1974), Abydos (Petrie 1902, 1903; Müller 1964) et Tell Ibrahim Awad (van Haarlem 1995, 1996, 1997, 1998). Vraisemblablement, l’autruche ne rentre pas dans le contexte de ces objets de caractère votif. Il est d’ailleurs remarquable que l’autruche n’apparaisse que très exceptionnellement en combinaison avec des autres oiseaux dans les représentations prédynastiques.  Remarquons finalement que les vases en forme d’oiseaux (Petrie 1920: pl. XXIV, 1-11; 1921: pl. XVIII, F 69 a – F 69 T) très difficile à identifier du point de vue zoologique, ne paraissent pas figurer des autruches et certainement pas des flamants. Pour la période pharaonique, l’autruche est régulièrement attesté comme élément de décoration sur des objets diverses (Houlihan 1986: 3-5; Behrens 1986a). Malgré le caractère réaliste de certaines représentations, l’attention, a, à juste titre, été attirée par le fait que le contexte dans lequel elles figurent ne l’est pas (Houlihan 1986: 4).

 Les motifs des vases ne forment donc pas des entités descriptives et ne figurent pas de paysage, mais associent plus certainement des éléments sur un plan symbolique et sémiotique. Quelques exemples où l’oiseau est dessiné sur un arbre ou arbuste ont aussi été utilisés pour éliminer l’idée de la présence de l’autruche sur la céramique Decorated (e.g.Brunner-Traut 1975: 53, n.40). Pourtant, le flamant n’a pas non plus l’habitude de s’installer dans les arbres. De toute évidence on ne peut pas regarder la décoration des vases comme une imitation fidèle de la nature. La combinaison [arbuste~oiseau] reçoit vraisemblablement aussi des explications plus satisfaisantes du point de vue symbolique.

 L’idée lancée par Keller (1913: 212) et reprise, avec des réserves, par Boessneck (1988:27-28) selon laquelle les triangles sur lesquels semblent de temps en temps reposer les oiseaux seraient des nids de boue de flamants, est certainement à rejeter. Non seulement ces triangles ne ressemblent pas aux nids de flamants, mais chose plus importante, ils sont représentés, en très grand nombre, dans des contextes où les flamants ne figurent pas habituellement. S’ils doivent recevoir une valeur significative, ce qui semble bien les cas, ces triangles représentent la montagne.

 Tous ces oiseaux ne sont pas dessinés de manière identique, et ne s’intègrent pas dans les mêmes compositions. La grande majorité des compositions consiste en rangées d’oiseaux formant des bandes. Bien qu’on puisse relever une certaine hétérogénéité stylistique, il s’agit d’une manière de représentation devenue conventionnelle, comme le prouve le fait que exceptionnellement on peut rencontrer des rangées dans lesquelles le nombre des corps ne correspond pas à celui des pattes.

 

Issu des Cahiers Caribéens d’Egyptologie n°1, février/mars 2000 par Stan Hendrickx

Autruches et flamants – les oiseaux représentés sur la céramique  prédynastique de la catégorie Decorated

 

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello