La bipédie chez les animaux

Posté par othoharmonie le 2 juin 2013

La bipédie caractérise également les oiseaux ainsi que certains dinosaures. Elle est également envisagée pour certains marsupiaux tels que les kangourous et les rats-kangourous, même si ces animaux utilisent deux pattes ainsi que leur queue comme points d’appui.

Une forme de bipédie tout à fait singulière a également été observée chez deux espèces de poulpe, Octopus marginatus et Octopus aculeatus. Ces animaux semblent marcher au fond de l’eau sur deux de leurs tentacules, les autres étant repliés pour tromper les prédateurs en simulant l’apparence d’algues ou de noix de coco.

Dans certaines circonstances, des animaux quadrupèdes peuvent aussi adopter une station bipède. Le suricate et certains chiens de prairie américains peuvent se tenir debout de manière prolongée. Le lézard Jésus-Christ ou basilic est susceptible de courir sur l’eau sur de courtes distances.

La bipédie chez les animaux dans AUTRUCHE - EMEU autruche

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

Anti-corps de l’autruche

Posté par othoharmonie le 2 juin 2013

Production par l’autruche d’anticorps contre le virus de la grippe aviaire H5N1

 

Anti-corps de l'autruche dans AUTRUCHE - EMEU autruche_02Le professeur Yasuhiro TSUKAMOTO et son équipe de l’Université d’Osaka ont développé une nouvelle technique plus efficace de production d’anticorps contre le virus de la grippe aviaire H5N1 en utilisant une seule autruche. Les chercheurs japonais ont l’intention de commercialiser avec le concours d’entreprises japonaises, un masque traité avec cet anticorps afin de diminuer le risque de contamination et de propagation de la grippe aviaire.

Cette nouvelle méthode de production d’anticorps a été mise au point par l’équipe japonaise dans un centre de recherche en Indonésie en utilisant la souche de virus de la grippe aviaire (type H5N1) présente dans ce même pays. La méthode consiste à immuniser une autruche en lui injectant la partie antigénique du virus et ensuite à récolter l’anticorps présent en grande quantité dans le jaune des oeufs de l’autruche immunisée. Ainsi d’après les chercheurs, ils ont pu récolter 200 à 400 grammes d’anticorps fabriqués par une seule autruche en six mois, soit une quantité de 400 à 800 supérieure à celle que l’on peut obtenir en utilisant un lapin pour produire les anticorps. Lors d’une expérience consistant à exposer des oeufs de poulet ou des cellules en culture à des virus H5N1 mélangés à l’anticorps ainsi préparé, ils ont constaté que 5 microgrammes de cet anticorps suffisaient à neutraliser les virus et empêcher la contamination.

Le coût de production pourrait être fortement diminué avec cette nouvelle méthode de production, rendant possible la fabrication de masques protecteurs imprégnés de cet anticorps pour prévenir la contamination du porteur du masque par les virus de la grippe aviaire en cas d’épidémie. L’autre avantage de cette méthode de fabrication est d’obtenir une grande quantité d’anticorps plus homogènes puisqu’ils proviennent d’une seule autruche, évitant ainsi les variations de lot à lot lorsque les anticorps sont fabriqués en utilisant d’autres animaux tels que les lapins.

Cette recherche a été réalisée avec une aide de la JST (Japan Science and Technology Agency) et le procédé de fabrication d’anticorps par l’autruche a été breveté par la JST, l’université d’Osaka et le professeur Tsukamoto.

Les résultats seront rendus publics lors de la prochaine réunion de la société de virologie japonaise qui aura lieu le 21 octobre 2007 à Sapporo.                                                   

                                              

Source : Nikkei shimbun, 24/09/2007 - Brevet WO/2007/026689: Antibody produced using ostrich and method for production thereof http://www.wipo.int/pctdb/en/wo.jsp?wo=2007026689                                                                                                                          

            

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

l’Emeu d’Autrefois

Posté par othoharmonie le 2 juin 2013

 le FORUM de Francesca : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Ce n’est que depuis l’arrivée des premiers Européens en Australie que les émeus ont commencé à souffrir d’une intense chasse qui amena la rapide extinction des différentes formes insulaires.

l'Emeu d'Autrefois dans AUTRUCHE - EMEU emeuLes émeus étaient chassés par les Aborigènes qui utilisaient différentes techniques pour les attraper : leur tirant des flèches quand ils étaient en train de boire, empoisonnant leur eau de boisson, attirant les émeus en imitant leurs cris, faisant balancer une boule de plumes et de tissus sous les branches d’un arbre pour attirer leur curiosité. Les émeus constituaient une importante source de viande dans les régions où ils étaient endémiques mais ils étaient aussi utilisés en médecine traditionnelle comme onguent. Leur huile servait de lubrifiant. Elle était aussi mélangée à de l’ocre pour faire les peintures traditionnelles des cérémonies aussi bien que pour imprégner le bois des outils et des ustensiles comme les « coolamons », des récipients allongés en forme de canoë.

La viande d’émeu était appréciée des premiers colons, leurs œufs étaient avidement recherchés en raison de leur grande taille et l’huile d’émeu était utilisée pour les lampes. Toutefois, la vraie chasse ne commença que quand les oiseaux entrèrent en conflit avec les intérêts économiques. Quand des cultures extensives de céréales commencèrent à se développer, les émeus adaptèrent leurs habitudes et se mirent à migrer vers les terres agricoles où ils trouvaient de l’eau et une nourriture abondante. Ils pénétraient dans les champs, détruisaient les récoltes et endommageaient les propriétés, ce qui amena les fermiers à les considérer comme des nuisibles, avec, pour conséquence, des primes offertes pour les tuer.

Une situation extrême fut atteinte avec la « Emu War », la « guerre des Emeus », qui eut lieu en Australie-Occidentale en 1932 quand des émeus, pendant une importante période de sécheresse, convergèrent vers le village de Campion pour y trouver de l’eau, effrayant les habitants qui essayèrent en vain de les repousser, causant la destruction de plusieurs récoltes, à l’époque où le Krach Boursier de 1929 faisait sentir ses effets en Australie.

Devant l’échec des campagnes de destruction, le gouvernement se contenta finalement d’un système de récompense, déjà en place depuis 1923. 20 ans plus tard, les fermiers optèrent pour la construction de clôtures infranchissables, pour lesquelles le gouvernement australien débloqua des milliers de dollars en 1953.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

5 comportements de Chats

Posté par othoharmonie le 1 juin 2013

 5 comportements de Chats  dans CHAT chat

Avouons-le, il est extrêmement difficile de décrypter les attitudes d’un chat. Pourquoi court-il comme un dératé à l’autre bout de l’appartement ? Que signifie ce mouvement de queue si brusque ? La Fondation 30 millions d’Amis propose de nous éclairer sur ces comportements.

 Il ne cesse de remuer sa queue !« Contrairement au chien, quand un chat remue la queue rapidement, c’est généralement mauvais signe », explique la Fondation 30 millions d’Amis. « Cela signifie qu’il est passablement agacé, voire profondément contrarié. Mieux vaut dans ce cas le laisser tranquille ». Sa queue bouge lentement de la gauche vers la droite ? Il veut tout simplement vous faire comprendre qu’il a faim !

C’est quoi cette toux ? Vous avez sûrement déjà observé votre chat en train de tousser. « En faisant sa toilette, il ingurgite de nombreux poils. Une partie sera expulsée naturellement, tandis que l’autre s’agglomère à l’arrière de la gorge, dans l’estomac ou à l’entrée du petit intestin », indique la Fondation. Ces petites boules de poils appelées trichobézoards vont provoquer des toux. Sans conséquence, ces dernières devront toutefois vous amener à consulter un vétérinaire si elles deviennent trop fréquentes.

 Ses miaulements sont rauques. Le chat dispose en effet de toute une palette de sons pour communiquer. Le miaulement en est l’un des principaux. En fonction de la sonorité, le chat adresse une multitude de messages. Lorsque ces petits cris deviennent rauques, cela signifie de l’inquiétude voire de la peur. C’est notamment le cas lorsqu’un intrus pénètre sur son territoire.

Il court comme un fou ! Il s’élance à vitesse grand V, s’arrête brusquement pour repartir encore plus rapidement. On se demande même parfois s’il n’est pas devenu fou ou encore s’il n’est pas hyperactif. Erreur. Ce comportement observé notamment auprès des chats d’appartement, est tout simplement sa manière de se dépenser. Rien de grave donc !

 Il passe sa patte derrière l’oreille. « La croyance populaire dit que lorsqu’un chat passe sa patte derrière l’oreille, il pleuvra demain », signale la Fondation. « En réalité, ce geste que les félins effectuent avec beaucoup de soin, est tout simplement l’un des moments composant le rituel de sa toilette ».

 Source : Fondation 30 Millions d’Amis, consulté le 24 juillet 2012

 

—-> Venez rejoindre le forum de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans CHAT | 1 Commentaire »

Parlez à votre chat

Posté par othoharmonie le 1 juin 2013

 Parlez à votre chat dans CHAT parler-au-chat

Êtes-vous bien sûr de savoir interpréter les ronronnements de votre chat ? Est-ce que vous vous y retrouvez également, dans ses miaulements et ses feulements ? Car toutes ces manifestations recèlent parfois, des sens inattendus. Le Dr Benjamin Capron vétérinaire près de Nantes, décrypte la langue de nos minets.

 Le miaulement est une manière d’attirer l’attention. « Il reproduit un son qu’il émettait, chaton, pour appeler sa mère », nous explique-t-il. A l’âge adulte bien sûr, c’est différent. Ses miaulements vont des petits « gazouillis » que sa mère émettait pour l’appeler, aux longs miaulements typiques du chat qui a bien faim… et entend le faire savoir.

 Le feulement, quant à lui, est un cri d’agressivité. C’est le bruit que le chat émet lorsqu’il ‘crache’ sur un congénère. Il correspond à une posture de défense ou au contraire, d’attaque. Soit le chat défend son territoire, soit il se bat contre un autre félin. Il est souvent entendu pendant la période des amours félines, au printemps.

 Le ronronnement est très étroitement lié à la domestication du chat. En effet « le chat sauvage ronronne très rarement », précise le Dr Benjamin Capron. Cette vibration sonore est généralement la manifestation du plaisir, du bien-être et du réconfort. C’est le cas lorsque vous le caressez. Par ce moyen de communication, la chatte calme et apaise ses petits, qui à leur tour lui expriment leur confort en ronronnant lors de la tétée.

 Mais le ronronnement peut être trompeur. Par ses propres vibrations, le chat peut aussi tenter de se rassurer. « Les chats ronronnent volontiers lorsqu’ils sont stressés, angoissés », explique le Dr Capron. « Lorsqu’on les amène voir le vétérinaire par exemple, certains ronronnent. Les maîtres pensent qu’ils sont contents de le voir… en réalité ils sont souvent anxieux », concède-t-il.

 Comment faire la différence entre les ronronnements de plaisir et ceux qui traduisent la peur ? « C’est simple, lorsqu’il est calme et heureux, le chat ne bouge pas beaucoup. Dans le cas contraire, sa queue fouette l’air », indique Benjamin Capron. De plus, ses pupilles peuvent être très dilatées, même en pleine lumière.

 Source : interview du Dr Benjamin Capron, vétérinaire près de Nantes, 5 janvier 2012

venez rejoindre le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans CHAT | Pas de Commentaire »

1234
 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello