• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 29 juin 2013

La savane d’Autruche.

Posté par othoharmonie le 29 juin 2013


rejoindre le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

 La savane d'Autruche. dans AUTRUCHE - EMEU autru4L’autruche sauvage est en voie de disparition. La vraie « savane à autruche » a disparue il y a longtemps, c’est à dire ces espaces où dominaient les graminées dont cet oiseau est gourmand. Nous savons aujourd’hui que les modalités d’expansion des écosystèmes ne se répètent jamais telles quelles. La recherche française sur le climat(1) a montré que les plantes en C3 sont plus fragiles devant le stress hydrique que les plantes en C4, ces herbes qui, dans la savane à autruche, ont été justement majoritaires.

Struthio camelus est la désignation scientifique de l’autruche ; comme les camelidés elle peut bien supporter l’aridité.

Il y a 150.000 ou 200.000 ans des primates bipèdes qu’on appelle néandertaliens sont apparus. Ils ont peuplé l’Afrique et l’Euroasie. Il est possible que l’évolution de nos ancêtres ait eu lieu de manière tout à fait indépendante de celle des néandertaliens ; mais il est possible aussi que la pression démographique des néandertaliens ait influencé l’apparition de nos ancêtres.

Pendant un million d’années, des primates bipèdes de toute sorte ont utilisé la pierre comme projectile. L’extrême lenteur des progrès des formes des outils lithiques qu’on trouve de ces époques s’explique par cette manière sommaire d’utiliser la liberté des mains.

On peut imaginer une pullulation de singes bipèdes se bagarrant à coups de pierre. En effet, l’anatomie d’un érectus est celle d’un lanceur de projectiles performant. Le pied plus large des néandertaliens correspond à celui d’un lanceur de poids lourds. Néandertal fut le premier à garder les pierres entre ses mains pour inventer le biface. Certains situent l’apogée néandertalienne il y a 90.000 ans. Sachant que stimulé par l’adrénaline, n’importe qui d’entre nous parmi les primates bipèdes est champion de vitesse et d’endurance pour courir en terrain plat et meuble, il nous faut comprendre comment dans la savane à autruche un primate coureur est devenu primate penseur.

LE PIED HUMAIN ACTUEL EST LE PIED DE PRIMATE LE PLUS ALLONGE VERS L’AVANT.
L’autruche est le seul oiseau qui a un pied avec seulement deux doigts qui s’allongent vers l’avant. Nous avons aussi les plus grosses et nombreuses glandes sudoripares de tous les primates. Notre pilosité réduite facilite la réfrigération de notre organisme par évaporation de la transpiration. Il est certain que nos ancêtres ont beaucoup transpiré pour que nous soyons là (pour échapper aux coups de pierre, peut-être).

Les résidus lithiques des néandertaliens sont le résultat surtout de biceps forts et habiles. Les humains ont plutôt utilisé leurs doigts et encore plus leurs ongles pour produire d’emblée la minutie caractéristique qui les distingue du biface néandertalien. On peut considérer les parures néandertaliennes comme produits d’impulsions semblables à celles que poussent certains oiseaux australiens à décorer leurs « berceaux nuptiales ».

Les néandertaliens ne possédaient assurément pas de langages articulés comme les nôtres parce que dans un tel cas ils seraient ici à notre place. Des primates bipèdes communiquant par vocalisations ont probablement existé et des prè-langages ont précédé certainement les nôtres ; mais tout cela reste du côté du singe hurleur.

Les humains ont inventé des consonnes qui exigent un degré de synchronisation psychique préalable au contexte immédiat. De ce fait découle que nos langages constituent un espace spécifique, une savane abstraite où on accède par apprentissage. Apprendre à parler donc, c’est comme apprendre à tituber, marcher et courir dans des savanes qui n’existent que dans les têtes de ceux qui parlent une langue. Nos mots et nos phrases bienveillantes sont les graines nourrissantes de cette savane. En inventant leurs langages, les humains arrêtèrent de courir dans les savanes réelles et développèrent les puissances de l’imagination. Ils inventèrent les riches pâtés de céréales pour sevrer leurs petits et nourrir leurs anciens sans dents. Ils utilisèrent l’herbe à paillotes (Imperata) pour les protéger. Ainsi les nouveaux critères d’adaptation de l’espèce furent une lenteur métabolique et une accélération de la réflexion pure, qui, par la conscience de soi, confirment le besoin de l’autre pour exister.

(1) http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim/biblio/pigb16/10_apparition.htm 
(2) Site du même auteur : http://pagesperso-orange.fr/terwa.koyo/misejour 

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

l’Autruche et le principe de Maât

Posté par othoharmonie le 29 juin 2013

 

rejoindre le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Maât est représentée très souvent en (jeune) femme portant sur la tète une plume d’autruche, symbole hiéroglyphique de son nom. Mais on la retrouve très souvent également dans le livre es morts, au passage de la pesée du cœur, où elle est représentée simplement par une plume. Sur la balance, elle sert de contrepoids au cœur du défunt (le siège de l’âme), et sert à assurer que le cœur n’est pas « lourd », qu’il est juste, et que le défunt à respecter toute sa vie la Maât.

Maât est une divinité bien particulière dans le panthéon égyptien, puisqu’elle représente plus qu’une qualité, plus qu’un dieu. Maât est un principe : Maât est l’ordre universel, l’équilibre du monde, la loi qui harmonise le monde. Selon les textes antiques, on peut « faire dire et produire » de la Maât. En Egypte ce principe reste la base de la civilisation et s’applique à chaque acte du quotidien et régit la société.

l'Autruche et le principe de Maât dans AUTRUCHE - EMEU maat

 

 

Pour l’ancien Egyptien, Maât assure l’ordre face aux forces du mal (isefet) et du bien (maât). Sur terre, c’est l’incarnation des dieux, le Pharaon, qui se doit de maintenir « l’ordre cosmique établit », faire respecter et respecter lui-même le principe. Le désordre serait du la faiblesse des hommes et à l’imperfection de la vie sur terre.

Maât est la fille d’Atoum, le dieu créateur, qui l’aurait engendré au moment du « temps de la première fois », de la création de l’univers. On la considère comme la vie et la source de toutes les énergies. Représentante de la gente féminine, on la considère parfois comme l’épouse de Rê. Les déesses peuvent parfois s’approprier ses propriétés ; elle est alors incarnée dans l’uraeus, le cobra sacré. A l’issue de la XVIIIème dynastie, le couple royale est comparé à Rê et Maât, pour renforcer l’idée d’une union garantissant le bon fonctionnement du monde.

Maât assure la cohésion de l’univers, elle fait se suivre indéfiniment les jours et les nuits, conduit la barque du Soleil, règle les saisons, guide, conduit, pilote l’univers sur le droit chemin. Maât est la justice, l’ordre, la rectitude, l’infaillible juge dispensant ses qualités pour la bonne marche de l’univers.

L’administration, le Vizir, le juge suprême et les tribunaux sont sous sa garde. A partir de la XVIIIème dynastie, elle s’inscrit dans le livre des morts comme juge de l’admission des défunts dans l’au-delà devant Osiris.

Dans la tradition des textes funéraires remontant à l’Ancien Empire où la magie joue un rôle dominat, on a procédé à la mise en forme des actions ayant trait à Maât. On les a systématiquement codifiées, donna t ainsi le fameux Chapitre 125 du Livre des morts, celui qui contient la non moins célèbre « déclaration d’innocence ». Cette ‘Déclaration d’innocence » résume sous forme de liste négative, toutes les actions considérées comme non conformes à la Maât, relevant de l’isfet (le Mal) le contraire de la Maât.

Il s’agit entre autre de ne pas avoir tué, volé n maltraité, blasphémé, transgressé les tabous, etc… Ainsi le défunt peut « se séparer de ses pêchés », se purifier. Il s’agit, entre autre, de ne pas avoir tué, volé maltraité, blasphémé, transgressé les tabous, etc… Ainsi le défunt peut « se séparer de ses pêchés », se purifier. Si son cœur est en équilibre sur la balance avec la plume de Maât, il devient alors apte a être introduit dans le monde des dieux ; il devient un « maa-khérou », ce qui signifie un Juste de vois, mais aussi un Pourvu, quelqu’un pour qui’ sur terre on agit encore.

Remarquons que le cœur ne doit pas non plus être plus léger que la plume, sinon cela signifierait qu’il y a eu une absence d’action pendant la vie terrestre, « pêché » aussi grave que l’accumulation de mauvaises actions.

Osiris et le tribunal divin ne font que ratifier le jugement que la société a porté sur le défunt en le laissant se munir d’une tombe, d’un Livre des morts et de tout le matériel complémentaire. Comme la Mapat intégrait l’homme dans la société humaine, elle l’intègre dans la société divine ; il devient membre de la communauté des dieux et a accès au pain-bière de la table d’Osiris.

Maât devient ainsi une condition, non seulement pour réussir sa vie terrestre, ou pour laisser une trace dans la mémoire collective, mais également pour passer l’examen de la balance du jugement dernier. La grande idée qui ressort, et vraiment nouvelle, est qu’il faudra justifier ses actions dans l’au-delà. C’est là un fondement moral qui sera repris sur la tradition judéo-chrétienne, même si elle ne l’entendra pas exactement de la même façon.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

L’autruche ne plonge jamais sa tête dans le sable

Posté par othoharmonie le 29 juin 2013

L’autruche est le plus grand oiseau dans le monde. Mesurant jusqu’à deux mètres de hauteur et pesant jusqu’à 120kg, c’est aussi le oiseau terrestre le plus rapide. Elle peut atteindre 70 km/h en courant. Pourquoi dit-on alors que les autruches mettent la tête dans le sable quand elles ont peur ?! L’auteur romain Pline l’Ancien est probablement à l’origine de cette légende. Dans son encyclopédie intitulée l’Histoire naturelle, il décrit l’autruche ainsi : « les autruches sont les animaux les plus stupides du monde. Elles croient se rendre invisibles en plongeant la tête dans le sable ». Ce mythe a donné l’expression populaire « adopter la politique de l’autruche ». Naturellement, l’autruche baisse vraiment sa tête quand elle est menacée par des prédateurs. Elle aplatit le cou au sol pour donner l’aspect d’une colline vue de loin.

L’autruche ne plonge jamais sa tête dans le sable dans AUTRUCHE - EMEU rien

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

COURSE D’AUTRUCHES

Posté par othoharmonie le 29 juin 2013


rejoindre le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Aux Etats-Unis, les parieurs ne se concentrent pas uniquement sur des chevaux, comme partout ailleurs, mais peuvent également miser leur argent sur des… autruches ! Une course de ce genre a en effet eu lieu dans le Minnesota et vous allez le voir, le but n’est pas seulement d’arriver le premier mais également de rester sur sa monture jusqu’au bout !

Les courses d’autruches sont donc en quelque sorte un mélange entre la course de chevaux et le rodéo ! A noter, à partir de la 4ème minute sur la vidéo, la caméra embarquée très originale qui permet de se faire une idée de la vue qu’a le « jockey ».

Image de prévisualisation YouTube

Comment se déroule la course ?

Les « handlers» amènent l’animal en veillant à lui mettre un sac en toile sur la tête, cela afin de ne pas l’effrayer. Ils l’amènent ensuite dans la zone de montage où vous pourrez lui monter dessus. Lorsque vous êtes prêt, l’un des « handlers» enlève le sac de leur tête et commence alors la course effrénée. Je tiens à noter que contrairement aux courses de chevaux, il n’y a pas de selle et l’on s’assoie sur un petit coussin. Pour ne pas tomber, vous devrez tenir l’autruche par ses ailes et vous asseoir le plus en arrière possible. Et comme je suis un vrai débutant en la matière, j’ai eu la chance de me faire assister par d’autres jockeys qui avaient pour mission de guider l’autruche.

Où pratiquer la course d’autruche ?

En Afrique du Sud bien sûr, dans la ferme d’Oudtshorn, mais également dans l’Ostrich Safari en Corée, en Australie et en Colombie.

attelages d’autruches

L’autruche ( Struthio camelus ), avec ses variétés à cou bleu ou rouge, est l’oiseau de tous les records : sa taille : 2m20, son poids : 120 kg, sa rapidité de course : 70km à l’heure , le fait qu’il ne vole pas, en font un animal remarquable que l’homme ne tarda pas à capturer, à élever et à domestiquer en dépit du danger que font courir aux téméraires, ses redoutables coups de patte…

Elle fut élevée en Afrique du sud, aux Etats Unis, enfin en Europe, pour son cuir précieux, sa chair délicieuse, ses plumes, ses oeufs énormes et décoratifs…

Des dresseurs habiles lui donnèrent des enfants -jockeys et des courses furent organisées, parfois contre des chevaux.

Les harnais utilisés, très simples comportent un simple tour de cou avec porte brancards ou une sellette sanglée et une mince bricole. De fines guides sont bouclées à la base du bec. Les selles sont de simples bardettes sanglées.

Enfin, elles firent la joie des enfants dans les jardins publics, parcs d’attractions ou fermes d’élevage ; chaque visite s’accompagnant de la promenade en main sur l’attelage maison.

On retrouve aussi mis en scène ces attelages dans Jules Verne : La croix du sud, La comtesse de Ségur : Contes de fées…

Les représentations photographiques en sont très nombreuses. En voici quelques unes.

COURSE D’AUTRUCHES dans AUTRUCHE - EMEU course

Publié dans AUTRUCHE - EMEU, VIDEOS A PARTAGER | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello