• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 16 juin 2013

la vie de l’autruche

Posté par othoharmonie le 16 juin 2013

rejoindre le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

la vie de l’autruche dans AUTRUCHE - EMEU vie-dautruche

L’autruche est le plus grand et le plus gros des oiseaux actuels. Ses ailes, aux immenses plumes, ne lui servent qu’à parader, à s’éventer ou à protéger ses petits : elle est incapable de voler. Mais elle court très vite, avec ses longues pattes aux cuisses rebondies. Victime de la désertification, elle a disparu d’une grande partie de l’Afrique et s’est réfugiée surtout au sud de l’équateur.

En dehors de la période de reproduction, l’autruche consacre la plus grande partie de la journée à la recherche de sa nourriture. Ce n’est guère étonnant vu sa taille et son poids (2 m et plus, pour 65 à 150 kg). D’autant qu’elle se nourrit principalement de végétaux, dont l’apport énergétique est médiocre. Pour compenser, elle en consomme d’énormes quantités, et, afin de tirer le meilleur parti possible des plantes herbacées, des arbustes et des arbres qu’elle rencontre, elle en picore aussi bien les graines, les feuilles, que les racines, les bourgeons, les pousses, les fleurs ou les fruits. Elle peut ainsi manger des figues, des pousses de mimosa, des graminées du désert telles que Stipagrostis uniplumus ou Crotalaria saharae, ou les feuilles juteuses d’une plante parasite de l’acacia, Oxystelma bornouense, qu’elle est un des rares animaux à atteindre grâce à sa taille.

   À l’instar d’autres oiseaux qui consomment des végétaux – par exemple, les pigeons –, l’autruche ingurgite aussi régulièrement des éléments minéraux pour faciliter la trituration des végétaux et la décomposition de leur cellulose. Elle absorbe ainsi quotidiennement la valeur de plusieurs poignées de graviers et de cailloux.

   Bien que son régime soit à dominante phytophage (à base de végétaux), l’autruche est néanmoins omnivore. Elle ne dédaigne pas les insectes, qu’il s’agisse d’adultes ou de larves. Criquets et termites figurent souvent à son menu, car ils sont abondants, notamment lors des pullulations cycliques de criquets migrateurs. Dès que l’occasion s’en présente, l’autruche capture aussi de petits mammifères (des rongeurs, surtout), des reptiles (principalement des lézards), des oisillons et des tortues.

L’autruche a un grand besoin d’eau. Quand elle n’en trouve pas, elle se rabat sur des plantes grasses salées et juteuses (halophytes) et sur des fruits. Mais, dès qu’elle aperçoit un point d’eau, elle le rejoint rapidement et boit abondamment. Pour les jeunes oiseaux, c’est même une nécessité impérieuse. Quand cela est possible, l’autruche boit chaque jour en grande quantité.

   Mais elle ne se baigne jamais, préférant les bains de poussière, qui lui servent à compenser son absence de glande uropygienne. Cette glande, située à la base du croupion de la plupart des oiseaux, sécrète une substance huileuse, le sébum, qui, étalée sur le plumage à l’aide du bec, imperméabilise les plumes. Dans le cas de l’autruche, la poussière agit comme un substitut partiel du sébum.

   Levée 40 minutes avant l’aurore, couchée 40 minutes après le coucher du soleil, l’autruche peut parcourir de 10 à 40 km par jour à la recherche de nourriture et d’eau, dans un milieu où l’une et l’autre sont chichement dispensées. Elle mène ainsi une vie de nomade, sauf en période de nidification ; elle ne s’installe alors que dans des régions où elle est sûre d’assurer facilement son alimentation.En passant ses nuits auprès des autruches, le chercheur K. Immelman a pu observer comment elles dormaient : accroupies au sol, le cou dressé, elles somnolent ; de 1 à 4 fois par nuit et, chaque fois, pendant 1 à 16 minutes, elles tombent dans un profond sommeil, allongeant le cou par terre devant elles, ou le repliant pour le poser le long de leur corps.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

Les mâles Autruches paradent

Posté par othoharmonie le 16 juin 2013

 

rejoindre le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Les mâles Autruches paradent dans AUTRUCHE - EMEU autruche3

Animal grégaire, l’autruche vit en famille ou en bande, tout au long de l’année. Mais, quand arrive, en septembre, le début de la saison des amours, familles et bandes se disloquent et toutes les autruches en âge de se reproduire se regroupent par sexe. Ces « groupes temporaires » de mâles, d’une cinquantaine d’individus environ dans les régions où l’espèce abonde, et ceux de femelles, moins nombreuses, subsistent jusqu’à la fin des appariements.

   Au bout de quelques jours, les groupes se mêlent par intervalles, tandis que commencent les parades de séduction des mâles. Ceux-ci, le pénis sorti, gonflé et vivement coloré, dressent la queue, déploient leurs ailes, les tendent vers le ciel, puis les laissent pendantes, ou bien ils les font battre ensemble ou alternativement. Le plus souvent, les femelles prennent l’initiative. Chacune s’approche de celui des prétendants qu’elle a choisi. Il peut s’agir du même partenaire que l’année précédente, mais sans que cela soit la règle. Pour séduire son élu et lui marquer ses intentions, la femelle parade à son tour. Elle se redresse, ouvre les ailes, puis urine et défèque devant lui. La première tentative n’est pas toujours concluante et chacun retourne alors dans son camp. Si le mâle est réceptif, certaines parties de son corps changent de couleur. Parfois, un autre mâle s’interpose et les deux rivaux se livrent à des simulacres de lutte.

   Pour finir, un couple s’éloigne, puis un autre et, l’ardeur sexuelle gagnant de proche en proche, la plupart des mâles parviennent à s’isoler avec une femelle.

LA PREMIÈRE ÉLUE CHOISIT LES CONCUBINES

Les deux oiseaux picorent alors rituellement de la nourriture de manière synchronisée. Puis, le mâle s’accroupit et bat des ailes en soulevant la poussière, tout en décrivant des cercles avec le cou et en poussant des cris sonores sur quatre notes, « bou bou bouh hou ». La femelle laisse pendre les ailes et la queue et tient la tête basse. Lorsqu’elle est prête, elle se plaque au sol et le mâle l’enjambe pour l’accouplement.

   Quand le nombre des partenaires le permet, les mâles sont polygames et peuvent avoir jusqu’à trois ou quatre concubines de second rang. Mais c’est la première élue qui, ainsi dominante, choisit celles-ci, en s’interposant quand « son » mâle courtise des femelles dont elle ne veut pas.

Les mâles ont les plumes du corps noires, celles de la queue et des ailes d’un blanc pur. Quand ils sont prêts à se reproduire, leurs parties dénudées changent de couleur : celles de la sous-espèce type, Struthio Camelus camelus, deviennent plus vives et le cou passe du rose chair au rouge ; chez la sous-espèce méridionale, Struthio camelus australis, la tête, l’avant du tarse (partie inférieure de la patte) et le dessus des orteils virent du gris-bleu au rouge. Les femelles se contentent d’un plumage uni gris brunâtre et ne changent pas de couleur.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

Autruches : Les plus gros œufs du monde

Posté par othoharmonie le 16 juin 2013

 

rejoindre le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Autruches : Les plus gros œufs du monde dans AUTRUCHE - EMEU oeuf_dautruchePendant la période de nidification, chaque « famille » d’autruches se définit un territoire, assez restreint, où elle fait son nid et qu’elle protège jusqu’à ce que ses petits aient 3 ou 4 jours. Ce territoire a un rayon qui peut varier de 50 m (en terrain abrité) à 800 m (en zone dégagée). Le mâle et la femelle le défendent vigoureusement (par des cris, des postures, des battements d’ailes) jusqu’au début de l’incubation des œufs. Ensuite, ils laissent les autres autruches y circuler, mais non s’y établir. Autour de ce territoire, s’étend un secteur tampon de quelques kilomètres, qui n’est pas réellement défendu. L’espacement correspond à la zone d’influence (portée maximale de la voix) de chaque autruche mâle. L’ensemble forme le supra-territoire du groupe d’autruches.

C’est le mâle qui choisit l’emplacement du nid, si possible dans une dépression, comme le lit d’un oued à sec. Le même nid peut d’ailleurs servir plusieurs années. Une fois le site retenu, l’oiseau gratte le sol de ses pattes, puis, s’accroupissant, parfait l’excavation par des mouvements du corps. Il forme ainsi une vaste cuvette, bordée par un bourrelet de terre circulaire, d’environ 3 m de diamètre. Son nid achevé, le mâle s’y installe et la femelle commence à déposer sa ponte devant son compagnon qui, à l’aide de son bec, fait rouler les œufs sous lui. Tous les deux jours, le plus souvent en fin de journée, elle vient pondre à nouveau. Si le mâle a un harem, les femelles pondent volontiers ensemble. La femelle principale donne jusqu’à 8 œufs, les autres seulement 3 ou 4, soit, au total une vingtaine d’œufs par nid. Un nid de 60 œufs a même été observé : en ce cas, le pourcentage de perte est très élevé.

MÂLE ET FEMELLE COUVENT À TOUR DE RÔLE

La période de ponte se situe en octobre et novembre, mais peut s’étendre jusqu’en février, ce qui, dans les cas les plus favorables, permet deux nidifications successives. L’œuf de l’autruche a une coquille épaisse et très résistante, d’un blanc crémeux satiné. C’est le plus gros œuf d’oiseau existant. Il mesure, en moyenne, 16 cm sur 13, pèse de 750 à 1 600 g et peut représenter jusqu’à la valeur d’une trentaine d’œufs de poule.

   Après avoir apporté leur contribution, les femelles annexes sont chassées du territoire. Mais il arrive aussi que certaines d’entre elles participent, brièvement et de façon très irrégulière, à l’incubation, ou même que l’une d’elles évince la femelle principale et s’enfuie avec le mâle pour aller nidifier ailleurs. La femelle éconduite cherche alors un mâle isolé qui vienne l’aider à couver.

   L’incubation ne commence que lorsque la ponte est complète, de sorte que tous les poussins éclosent en même temps et quittent le nid ensemble pour bénéficier d’une sécurité maximale. La couvaison demande de 39 à 42 jours. En général, le mâle couve la nuit et la femelle le jour, son plumage plus camouflé lui permettant d’être moins repérable par les prédateurs.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

Les autruches vivent en groupe

Posté par othoharmonie le 16 juin 2013

rejoindre le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Les autruches vivent en groupe dans AUTRUCHE - EMEU groupeIl faut plusieurs jours aux poussins pour sortir de l’œuf et leurs efforts s’accompagnent de petits cris. Dès qu’ils sont à l’air libre, ils sont aussitôt secs et absorbent spontanément des petits cailloux et des aliments végétaux ou animaux. Leurs explorations, d’abord limitées aux environs du nid, les conduisent de plus en plus loin au bout de quelques jours, sous la garde des adultes. Vite indépendants, ils n’atteignent pourtant leur taille définitive qu’à 18 mois, et leur maturité sexuelle n’intervient pas avant 3 ou 4 ans.

Le plus souvent, les jeunes demeurent en compagnie de leurs parents pendant environ 1 an, mais, en matière de structure sociale, on rencontre toutes sortes de variantes, selon l’importance du peuplement et les conditions alimentaires locales. Dans le nord de l’Afrique, là où les autruches ont vu leurs effectifs décroître progressivement, parents et jeunes restent ensemble, isolés. Dans le Sud, où les densités demeurent convenables, les familles ont tendance à se réunir jusqu’à la nidification suivante. Mais, lorsque la nourriture abonde, les groupes familiaux durent parfois peu de temps. Dès 2 ou 3 semaines, les poussins peuvent être chassés par les adultes, en proie à un second pic d’excitation sexuelle. Abandonnés, ils se rassemblent, par dizaines ou par centaines, et sont adoptés, souvent par deux mâles célibataires (ceux qui n’ont pas trouvé de partenaires lors de la saison d’accouplement) ou par plusieurs adultes accompagnés de subadultes. Les adultes adoptifs sont, ou non, eux-mêmes pourvus de leurs propres petits. Ces regroupements portent le nom de « superfamilles ».

   Après quelques semaines, les jeunes sont définitivement livrés à eux-mêmes et forment des groupes errants d’immatures appelés à se maintenir jusqu’à leur maturité sexuelle. Toutefois, si la troupe est trop nombreuse, elle a tendance à se fractionner en unités moins importantes. Au bout d’1 an, plus souvent de 2, des liens peuvent s’établir au sein de ces bandes de jeunes immatures entre certains mâles et une ou plusieurs femelles, mais ils devront attendre encore avant de concrétiser ces ébauches d’unions.

   Qu’il s’agisse de familles, de troupes rassemblant plusieurs familles, de superfamilles, de groupes d’immatures ou de groupes prénuptiaux, la vie de l’autruche est donc très largement placée sous le signe du grégarisme. Les formes d’association comprenant des adultes sont socialement organisées, les mâles et les femelles dominants – du fait de leur âge et de leur audace – occupent un rang privilégié et dirigent les activités : déplacements, bains de poussière, parades… De même, au fur et à mesure que les groupes de jeunes approchent de l’âge adulte, apparaît une hiérarchie, certains oiseaux plus vigoureux et plus entreprenants parvenant à s’imposer aux autres en exécutant une parade de diversion.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello