• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 14 juin 2013

Les émeus rappellent l’Autruche

Posté par othoharmonie le 14 juin 2013

rejoindre le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Les émeus rappellent l’Autruche dans AUTRUCHE - EMEU emeu-auL’émeu rappelle grossièrement l’autruche, mais possède un cou au plumage fourni et des « cuisses » emplumées. Il a, en outre, trois doigts à chaque pied. Le plumage du corps est brunâtre. La tête, noirâtre, porte sur les côtés des zones de peau bleue.

   Le mâle prend en charge l’incubation des 15 à 25 œufs pondus par plusieurs femelles.

   L’émeu est très mal vu des éleveurs et des agriculteurs australiens, qui lui reprochent de se nourrir au détriment du bétail et de commettre des dégâts dans les champs de céréales. Ces animosités conjuguées se sont traduites par des opérations de destruction à grande échelle, qui ont entraîné la disparition de dizaines de milliers d’émeus.

   Il n’existe aujourd’hui qu’une espèce d’émeu, mais il n’y pas si longtemps, deux autres, exterminées aux XIXeet XXesiècles, se rencontraient sur des îles australiennes.

Taille : 1,80 m (1 m au niveau du dos).

Poids : 55 kg.

Répartition : Australie.

Habitat : steppes buissonnantes.

Alimentation : omnivore ; essentiellement des végétaux.

ÉMEU DE BAUDIN (DROMAIUS BAUDINIANUS)

Découvert, comme l’émeu noir, en 1802, l’émeu de Baudin (du nom d’un des naturalistes de l’expédition) était endémique de l’île Kangaroo, au sud de l’Australie. Mais il disparaît peu après sa découverte, probablement dans le courant des années 1820… En effet, un document daté de 1837 indique qu’il n’avait pas été observé depuis dix ans. On pense que l’émeu de Baudin a succombé à la chasse systématique que lui livrait un colon, combinée à la destruction de son habitat par le feu.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

ÉMEU NOIR

Posté par othoharmonie le 14 juin 2013


rejoindre le FORUM http://devantsoi.forumgratuit.org/

Cette espèce, découverte en 1802, était endémique de l’île King, située dans le détroit de Bass, entre le sud-est de l’Australie et le nord-ouest de la Tasmanie. Elle a été exterminée avant le milieu du XIXe siècle, probablement par les marins qui faisaient des stocks de vivre. Elle mesurait 80 cm au niveau du dos.

 

ÉMEU NOIR  dans AUTRUCHE - EMEU emeu3

L’Émeu noir (Dromaius ater) vivait sur King Island, située dans le détroit de Bass (entre l’Australie continentale et la Tasmanie). On ne dispose que d’une seule peau de cette espèce, récoltée par l’expédition française de 1802 conduite par Nicolas Baudin (1754-1803) ; elle a été utilisée pour faire un animal naturalisé qui est aujourd’hui conservé au Muséum national d’histoire naturelle de Paris. Des os ont également été découverts. On attribue sa disparition à sa chasse pour sa chair.

Il était, avec une hauteur de un mètre, le plus petit des émeus connus. Il avait un plumage très foncé.

Dès l’arrivée des hommes, il était condamné.

L’émeu noir, une curiosité du monde avien, est aussi appelé, à juste titre, émeu noir de l’île des Kangourou. Car en effet, cet oiseau vivait exclusivement sur cette île.

L’île des kangourous, découverte en 1802 par l’anglais Flinders, se trouve au sud-ouest d’Adélaïde qui mesure 140km de long et 4300km carrés. Lorsque l’expédition française du capitaine Nicolas Baudin arriva sur les lieux, quelques jours après son découvreur, les émeus et les kangourous, pullulaient dans cette île. Baudin collecta plusieurs émeus et en embarqua quelques exemplaires vivants, ils parvinrent sains et saufs à Paris en 1804.

Ce qui est à méditer, c’est que, hormis ces quelques spécimens, on n’a jamais plus revu l’émeu noir, l’espèce s’est éteinte 30 ans après sa découverte. Lorsque l’île fut colonisée par la South Australian Company, les émeus avaient déjà disparu à jamais.

Il se fait donc, que nous ne connaissions quasiment rien de cet oiseau, seules subsistent quelques dépouilles naturalisées et 2 squelettes. L’île des kangourous a un climat rude et froid ; elle était couverte de savanes et de buissons rabougris. On attribue aux chasseurs de phoques l’extermination des émeus. Ces gens possédaient des chiens spécialement dressés à chasser les kangourous, gibier facile procurant une viande savoureuse ; il en a été de même avec les émeus.

Le naturaliste français Péron, zoologue de l’expédition Baudin, a vanté la chair de l’émeu qu’il trouvait « véritablement exquise ». Les œufs étaient, paraît-il, « délectables. » L’Homme, a donc littéralement « dévorés », en quelques années, l’ensemble de l’intéressante faune de l’île. Il semblerait que la taille d’un adulte était de 1 mètre 20. Là, s’achève tout ce que l’on sait sur cet oiseau.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

Vrai ou faux ? sur les Autruches

Posté par othoharmonie le 14 juin 2013

rejoindre le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Vrai ou faux ? sur les Autruches dans AUTRUCHE - EMEU autruchesXénophon rapporte que les autruches de l’Euphrate prennent des pierres entre leurs ongles fendus et qu’elles les jettent avec violence sur leurs poursuivants.

Les autruches, avec leurs grandes pattes et leur aptitude à la course, seraient à l’origine du mythe de Pégase, le cheval ailé.

Les femelles oublieraient l’endroit où elles ont pondu et abandonneraient ainsi leur progéniture. Cette croyance a fait de l’autruche le symbole de la cruauté et de l’oubli.

En Ethiopie, où, il y a des troupeaux énormes, la population a fait des oeufs la base de sa nourriture. Des voyageurs ont vu des indigènes coiffés d’une demi-coquille en guise de bonnet.

Les autruches finissent toujours par réussir à digérer le fer. Cette croyance, en partie fondée, en a fait le symbole de la patience devant les injures.

Toutes les plumes des autruches sont de tailles égales. Ce fut suffisant pour que les égyptiens en fassent le symbole de la justice.

De nos jours encore il est courant d’entendre parler de la politique de l’autruche qui consisterait à ne pas vouloir faire face aux problèmes en mettant la tête dans le sable. Les hommes politiques n’ont pas eu besoin de l’exemple des autruches pour prendre habitude à la chose… Les autruches, elles sont de courageux adversaires qui savent faire face pour protéger famille et territoire. Lorsqu’une autruche a la tête dans le sable c’est peut-être pour ne pas entendre les inepties que l’on raconte à son égard … mais plus sûrement pour y trouver quelque nourriture.

Les autruches et leurs cousins ont été et sont toujours une aubaine pour les humains

Comme la manne de la Bible, c’est une nourriture qui est offerte dans le désert. La viande fraîche ou séchée est facilement disponible. En Afrique du Sud, elle est commune (comme celle d’antilope ou de buffle) sous forme de biltong, une viande séchée, l’équivalant du pemmican des indiens d’Amérique du Nord. Elle est très appréciée des populations zoulous comme de celles d’origines européennes.

Les oeufs sont également appréciés. Un oeuf qui est 18 fois plus volumineux qu’un oeuf de poule suffit à nourrir une famille entière. Les bushmen du Kalahari le cuisent en le cassant directement à même les braises. Il est étonnant de constater que, comme la tagéla, ce pain que les touaregs cuisent eux aussi dans le sable, rien pas le moindre grain de sable ou de cendre ne vient souiller la nourriture.

Le cuir est épais et résistant. Les santiags faites en cuir d’autruche sont parmi les plus appréciées.
Les plumes ont toujours été largement utilisées par l’industrie plumassière. Elles ont souvent ornées les chapeaux des élégantes et ceux des militaires. C’est encore elles qui deviennent ces « trucs en plumes » qui habillent la nudité des danseuses de revues.

De nos jours l’exploitation des autruches sauvages est largement réglementée, sinon interdite. Des fermes spécialisées ont pris le relais un peu partout dans le monde et fournissent une viande très appréciée pour ses vertus basse-calorie. En élevage, une autruche peut atteindre 160 kg. Depuis 1993, date de l’autorisation de la mise en vente de la viande sur le marché français, l’ « austriculture » se développe avec plus ou moins de bonheur un peu partout sur le territoire français.

Article réalisé par Jean-Pierre Fleury.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello