• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 13 juin 2013

Alimentation de l’autruche

Posté par othoharmonie le 13 juin 2013

 rejoindre le forum : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

 

Alimentation de l'autruche  dans AUTRUCHE - EMEU autruche2

 

 La vie d’une autruche commence par un coup de bec… donné par le mâle sur la robuste coquille. Une vie qui durera en moyenne 70 ans, avec, à partir de 4 ans, entre 50 et 80 oeufs pondus par saison. Mais comment alimenter un autruchon et plus tard l’autruche adulte ?

 Les études le montrent, d’un point de vue digestif, l’autruche n’a rien d’un poulet avec pas mal de kilos en trop, elle ressemblerait plutôt… à un cheval de 130 kg !

 Dans la nature, une autruche mange en majorité des plantes grasses ou succulentes, des fruits, des légumes et quelques oeufs, insectes ou petits mammifères. Il est rare que l’autruche mange des graines ou des céréales. Elle consomme par contre un peu de sel chaque jour et des petites pierres pour faciliter sa digestion.

 Elle passe 70 à 80 % de sa journée à choisir ce qu’elle mange et à le manger, tout en marchant. C’est cette ingestion continue et le mouvement permanent qui rendent l’autruche si bonne utilisatrice de ce qu’elle consomme.

 En effet, le mouvement aide son système digestif à brasser et à déchiqueter les morceaux avalés (l’autruche « gobe » contrairement à la poule qui picore) tandis que l’ingestion permanente offre une digestion plus minutieuse des différents aliments.

 Revenons à notre coup de bec et au début de l’histoire…

 Quand l’autruchon nait, il dispose d’une poche vitelline qui va le nourrir pendant les 10 à 14 jours premiers jours. Durée pendant laquelle il va apprendre par imitation auprès de ses parents à gober sa nourriture.

 Au bout de ce laps de temps, il devra être capable de se nourrir suffisamment pour vivre.

 Il faut alors surveiller très attentivement le taux de calcium dans l’alimentation de l’autruchon qui doit rester important pour ne pas engendrer des déformations osseuses au niveau des pattes.

 Il est normal que l’autruchon mange les fèces de ses parents le 1er mois mais il faut surveiller que ce comportement ne devienne pas trop important. Si c’est le cas, cela signifie que l’alimentation fournie à l’autruchon est soit trop pauvre, soit déficiente en minéraux et en vitamines. Le calcium est un exemple courant de carence à cet âge.

 Si on souhaite nourrir notre autruche avec des granulés, on prendra soin de vérifier qu’ils sont de couleur verte et de les humidifier (assez pour les rendre friables) afin d’en améliorer l’appétence et la prise.

 Sachez cependant que le manque d’occupation lié aux granulés peut entraîner l’apparition de comportements agressifs ou liés à l’ennui. Comme par exemple, des autruches qui « boxent » les poteaux de clôture, qui foncent dans les grillages ou qui s’arrachent les plumes…C’est pourquoi de nombreux professionnels choisissent d’utiliser des pellets plus gros mais très friables ou de la farine qui sont plus long à manger et donc occupent plus l’autruche.

 Mais quel que soit votre choix, n’achetez jamais un aliment contenant des graines de coton ou un dérivé de cette plante. En effet, le coton contient du gossypol, une molécule toxique pour les autruches.

 On considère qu’il n’est pas souhaitable de sortir en pâture un autruchon de moins de 3 mois (en France) car il ne possède pas encore des plumes et un métabolisme capable de résister au froid ou à la forte chaleur.

 Si la capacité d’utilisation des aliments est exceptionnelle quand l’autruche est jeune, cette capacité diminue à partir de 210 jours de vie pour atteindre un niveau équivalent aux autres espèces à 330 jours. Ce qui signifie qu’une autruche doit atteindre 90-100 kg avant ses 210 jours pour avoir toutes ses chances de survie.

 Une fois adulte, il faut 5 hectares par autruche en moyenne pour espérer les nourrir « au naturel ». Ce terrain devra être propre et ne pas contenir de déchets (morceaux de clôture, de fil électrique, de morceaux de papier ou de plastique) car les autruches ont la fâcheuse tendance à gober ou dégrader tout ce qui se trouve à portée de bec…

 Une autruche ou un autruchon qui présente une urine blanche et peu importante est en déshydratation. L’absence totale d’urine est la preuve d’une déshydratation importante qu’il faut rapidement corriger.

 L’eau mise à la disposition des autruches se devra d’être toujours fraîche, sinon elles risquent de se mettre en diète hydrique. L’eau peut être donnée ad libtitum dans la journée et restreinte la nuit.

 Les pierres à sel sont déconseillées pour les autruches car elles ont tendance à gober des morceaux trop gros, ce qui peut les mener à l’intoxication.

 Le persil et l’avocat (feuilles et fruits) sont toxiques pour les autruches.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

L’huile de l’émeu

Posté par othoharmonie le 13 juin 2013

REJOINDRE LE FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

L’huile de l’émeu dans AUTRUCHE - EMEU emeu2Voici pourquoi notamment utiliser l’huile d’émeu dans mon baume magic Manuka.

Si de prime à bord le fait que cet huile ne soit pas issue d’un végétal refroidit certaines, je pense qu’après cette lecture, vous devriez changer d’avis. L’essayer, c’est l’adopter.

  • L’émeu, cousin de l’autruche, est le deuxième plus gros oiseau au monde. Il existe depuis des millions d’années. Vénéré depuis longtemps par les aborigènes, ces derniers ont utilisé son huile pour soulager divers maux, hydrater et protéger la peau, traiter les brûlures, les douleurs musculaires, arthritiques et articulaires. On sait aujourd’hui que c’est grâce à sa couche de gras sous-cutanée que l’émeu a pu résister à des climats inhospitaliers, et ce, à travers les âges.
  • L’huile d’émeu est optimal: c’est un bourrelet de graisse situé sur le dos de ce large oiseau Australien, le émeu. Le nom Scientific pur émeu; comprend le terme « Dromaiuus », ou Dromadaire. L’émeu se nourrit durant trois saisons qui sont l’été, l’automne et le printemps. Il accumule une réserve de graisse environ 5 à 10 Kg (bourrelet). Ce bourrelet de graisse lui donne ça substance pour l’hiver.

Durant l’hiver la femelle peut pondre de 20 à 50 oeufs vert foncés, d’un poids entre 500-600 gr chacun. Elle se nourrit très peu en cette saison. Le mâle couvera continuellement pour 50 jours une couvée entre 8 et 12 oeufs, durant cette période le mâle ne se nourrit pas, boit ou défèque. Par conséquence, les émeus nécessites ce bourrelet de graisse pur leur survie. Le kiwi Néo-Zélandais est le seul autre oiseau qui pond des oeufs en hiver.

L’ému est une très ancienne espèce d’oiseau, remontant 70 à 80 millions d’année aux temps des dinosaures. Les dinosaures, souvent pondait des oeufs vert, de petit membre supérieur, des jambes fortes et larges, des plumes et avaient le sang chaud. Les qualités spécial de l graisse et de l’huile d’ému sont probablement la raison principale pour la survie de l’espèce. Les émeu sont fermés dans tout les continents sauf l’Antarctique.

La plus ancienne civilisation au monde (les Aborigènes Australien) datant 50 milles années ou plus, se servent de la graisse d’ému comme un traitement naturel depuis un temps immémoriales, pour traitement de la peau; douleur musculaire.

  • L’Australie est le premier pays a documenter les recherches et bénéfices de l’huile d’émeu. En Australie l’huile d’émeu est considéré comme un traitement naturel contre les douleurs anti-inflammatoires, la régénération de la peau et les douleurs musculaire.

Drs. Whitehouse et Snowden, 2 Australiens ont publié un article scientific, en 1997, dans le magazine « inflamo-pharmacologi » démontrant que l’ibuprofene oral et l’huile d’émeu avais des similaires bénéfice pour les problèmes anti-inflammatoires.

  • En 1996, Dr. A. Zemstov un dermatologiste a publié le premier éditorial en littérature médical concernant l’huile d’émeu.
  • Il démontré que l’huile d’émeu est non-comédogénique; ce qui signifie qu’elle ne bouche pas les pores de la peau ou cause des boutons. En addition tout les membres de recherche ont préférés l’huile d’émeu, à huile minéral.

Une autre recherche par Dr. Holic (de Boston) publié en 1997, dans « Drug and Cosmetic Industry, » démontre que l’huile d’émeu grandit l’épaisseur de la peau par 30% comparé a le contrôle. Les signes que la peau vieillie comme les rides et les plissures, peuvent-être ralenties et même renversés grâce a l’huile d’émeu.

  • Un autre article en décembre 1998, par Dr. M. Politis, sur la guérison des plaies comparant l’huile d’émeu aux polysporine, hydrocortisone et furasine.
  • L’huile d’émeu été trouvé de fonctionné mieux ou aussi bien que le polysporin mais beaucoup mieux que l’hydrocortizone ou le furasine. L’éditorial apparait dans « Journal of Plastic and Reconstructive Surgery. »

Les quatre éditorials peuvent être trouvés dans « Peer-Reviewed Literature ». Ils aident a confirmer un grand nombre d’histoire et d’attestation sur l’huile d’émeu. En addition sept nouveaux brevets ont été acceptés aux État-Unis concernant l’huile d’émeu dans les dernier cinq ans.

  • Les vertus de l’huile d’émeu

En usage externe (application sur la peau) L’huile d’émeu est un lipide dont la constitution en acides gras essentiels est très compatible avec celle du corps humain, ce qui lui confère sa force ultra-pénétrante, et en fait un protecteur naturel de la peau. Les acides gras essentiels re-balancent le métabolisme de la peau, tout en favorisant sa régénération cellulaire ainsi que son humidification. Ses vertus sont multiples

  1. Anti-déshydratant
  2. Ultra-pénétrant
  3. Favorise la régénération des cellules saines
  4. Protecteur naturel
  5. Apaisant
  6. Agit comme transporteur transdermique
  7. L’huile d’émeu en application sur la peau se lie intimement au tissu cutané en libérant des acides gras essentiels, indispensables à sa nutrition.
  8. Restaure le film hydrolipidique (eau, huile, énergie) de l’épiderme. Ainsi une peau bien hydratée résiste plus facilement aux agressions extérieures
  9. Soulage les démangeaisons
  10. On dit souvent qu’elle est aussi puissante que l’ibuprofène et les corticoides !!!
  • C’est donc un actif hors du commun 
  • Il convient de spécifier que l’huile d’émeu est une huile sèche. En application sur la peau, elle ne laisse aucun résidu huileux.
  • Elle convient a tous les types de peau, hommes, femmes, et enfants.
  • Elle réduit visiblement l’apparence des rides.
  1. Applications recommandées
  2. Peau
  3. Cheveux et ongles
  4. Mains et pieds

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

Les kiwis rappellent l’Emeu

Posté par othoharmonie le 13 juin 2013

Les kiwis rappellent l’Emeu dans AUTRUCHE - EMEU kiwiLes kiwis, ou aptéryx, sont les ratites qui ressemblent le moins aux autres oiseaux du groupe. Ils sont nettement plus petits, mesurant entre 35 et 55 cm de haut. Leur cou est à la fois plus court et plus épais. Leur corps est arrondi, sans queue saillante. Leur bec est allongé et entouré, à la base, de longues plumes ayant l’aspect de poils et appelées « vibrisses ». Chaque pied porte quatre doigts. Le plumage est brun, marbré ou non de brun plus clair, selon les espèces.

   Les kiwis, qui tirent leur nom commun de l’un de leurs cris, ont des habitudes nocturnes, ce qui contribue à les distinguer encore davantage des autres ratites. Ces mœurs nocturnes vont de pair avec un repérage olfactif des vers et des larves dont ils se nourrissent. Les narines, situées à l’extrémité du bec, sont ainsi mieux à même de détecter les odeurs. L’ouïe est également bien développée, mais les yeux sont petits et la vue peu performante.

   La ponte a lieu dans un terrier bien dissimulé et c’est au mâle qu’incombe l’incubation de l’œuf unique ou des 2 œufs. En dehors de la saison de reproduction, les kiwis vivent plutôt isolément. On en connaît 4 espèces. Toutes sont protégées.

KIWI AUSTRAL  

Longueur : 55 cm, dont un bec de 110 à 206 mm.

Poids : de 2 kg (mâles) à 3 kg (femelles).

Répartition : Nouvelle-Zélande.

Habitat : forêts, jusqu’en altitude.

Statut : vulnérable.

KIWI (OU APTÉRYX) DE MANTELL (APTERYX MANTELLI)

Proche du kiwi austral, dont il était autrefois considéré comme une sous-espèce.

Répartition : Nouvelle-Zélande, en quelques zones fragmentées de l’île du Nord et sur quelques petites îles proches (jadis répandus dans l’île du Nord comme dans l’île du Sud).

Statut : menacé.

APTÉRYX (OU KIWI) D’OWEN (APTERYX OWENII)

Longueur : de 35 à 55 cm, dont un bec de 75 à 100 mm.

Poids : de 1 à 2 kg.

Répartition : Nouvelle-Zélande, uniquement l’île du Sud.

Habitat : forêts, jusqu’en altitude.

Statut : vulnérable.

KIWI ROA (APTERYX HAASTII)

Appelé aussi grand aptéryx tacheté.

   Proche du kiwi d’Owen, dont il était autrefois considéré comme une sous-espèce.

Répartition : Nouvelle-Zélande, uniquement île du Sud.

Statut : vulnérable.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello