• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 9 juin 2013

Origine et évolution de l’autruche

Posté par othoharmonie le 9 juin 2013

Origine et évolution de l'autruche dans AUTRUCHE - EMEU somali_ostrichTous les oiseaux ne volent pas… Certains d’entre eux, comme le manchot, les brassemers ou « canards-vapeur », le cormoran aptère, sont tout à fait à leur aise sur l’eau, mais incapables de se déplacer dans les airs. D’autres préfèrent la terre ferme et sont champions à la course, comme les struthioniformes. Ce sont l’autruche d’Afrique, les nandous d’Amérique du Sud, l’émeu d’Australie, les casoars du nord de l’Australie et de Nouvelle-Guinée et les kiwis de Nouvelle-Zélande. Leur histoire évolutive n’est pas élucidée, mais on suppose que tous dérivent d’un même ancêtre commun. Ayant évolué à partir d’oiseaux capables de voler, ils  auraient progressivement perdu l’usage de leurs ailes et acquis de remarquables capacités de coureurs leur permettant d’échapper à leurs prédateurs et de parcourir d’importantes distances pour trouver leur nourriture.

   L’observation de fossiles retrouvés laisse penser que l’autruche est issue d’oiseaux coureurs de taille moyenne, des struthionidés, qui parcouraient les steppes de l’Asie dès l’éocène, il y a entre 40 et 55 millions d’années. La lente évolution de ces formes primitives aboutit, au cours du pliocène, voici 12 millions d’années, à l’apparition d’oiseaux géants. Ces espèces démesurées, de quelque 4 m de haut, étendent leur aire de dispersion vers le nord, jusqu’en Mongolie, à l’ouest, en Europe, et vers le sud, jusqu’aux confins de l’Afrique, partout où se trouvent des habitats herbeux ouverts. À mesure que leur taille diminue, elles gagnent en vélocité. Il y a 2 millions d’années, elles ressemblent fort aux autruches d’aujourd’hui.

   Après avoir disparu d’Asie et d’Europe, pour des raisons mal connues, les autruches ont longtemps été répandues dans toutes les plaines herbeuses et semi-désertiques d’Afrique et du Proche-Orient. Puis leur aire de répartition a commencé de régresser. Elles ont été victimes des modifications climatiques qui ont transformé en désert le Sahara, vert et boisé il y a 6 000 ans. Soumises à une chasse intensive, elles se sont éteintes en Asie occidentale et dans la péninsule arabique (régions où l’on en rencontrait encore au milieu du XXesiècle) et dans de nombreuses régions du nord de l’Afrique. Aujourd’hui, la quasi-totalité des autruches se rencontre au sud de l’équateur.

L’autruche fait aussi partie de notre univers familier à travers ds expressions telles « pratiquer la politique de l’autruche » et « avoir un estomac d’autruche ». L’oiseau géant a, de tout temps, impressionné l’homme, qui s’est auréolé de ses superbes plumes et lui a parfois pris ses œufs, sa peau et sa viande.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

Politique et estomac d’autruche

Posté par othoharmonie le 9 juin 2013

Personne n’a jamais vu une autruche se cacher la tête dans le sable pour échapper à un péril. Pourtant, la légende a valu au grand oiseau coureur de symboliser le refus de voir le danger dans l’expression « pratiquer la politique de l’autruche ». En réalité, la tactique de l’animal est beaucoup plus subtile. Si elle est menacée, l’autruche peut s’aplatir à terre et, pour dissimuler son long cou, l’allonger devant elle : par un effet de mirage dans les régions désertiques, elle peut ainsi donner l’impression d’avoir disparu du paysage avant même d’avoir atteint l’horizon.

   Pour ce qui est de la capacité à ingurgiter des choses surprenantes, l’expression « avoir un estomac d’autruche » ne ment pas. Autopsiant une autruche élevée en captivité, le chercheur P. Dekeyser a retrouvé des clous, des pièces de monnaie, des morceaux de fil de fer, des boucles de ceinture et même… la clé de l’enclos ! D’autres exemples d’ingurgitations improbables ont été répertoriés dans des zoos. Tous les objets brillants, métalliques ou en verre, attirent l’autruche comme la pie. Pourvue d’une plus large cavité buccale, elle est simplement mieux à même de les avaler. Mais les autruches, insatiables, risquent de mourir de perforations intestinales. 

Politique et estomac d'autruche  dans AUTRUCHE - EMEU politique

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

Autruches Élevées dans des fermes

Posté par othoharmonie le 9 juin 2013

 surtout pour leurs plumes

Autruches Élevées dans des fermes dans AUTRUCHE - EMEU elevageImmenses et bouffantes, les plumes d’autruche, pour les Égyptiens, symbolisaient la justice et l’équité, car elles sont de largeur égale de part et d’autre de leur axe central (ce qui n’est pas le cas chez les autres oiseaux). Une plume d’autruche surmontait ainsi la tête de la déesse égyptienne Maat, qui présidait à la pesée des âmes. Les chasse-mouches des pharaons et des hauts dignitaires étaient en plumes d’autruche pour rappeler que leur devoir essentiel était la justice.

   Les plumes d’autruche ont aussi été utilisées pour la décoration des attributs guerriers. Les Égyptiens en ornaient le frontal des chevaux qui tiraient leurs chars de combat ou de parade, et, au Moyen Âge, elles surmontaient souvent le heaume des chevaliers. Plus tard, elles ont servi, notamment, à empanacher le large feutre des mousquetaires.

   À partir du XVIIe siècle en Occident, elles paraient les coiffures des dames de la noblesse et les chapeaux extravagants des premiers artistes lyriques. Mais c’est au cours du XIXe siècle que les plumes d’autruche connaissent leur plus grand succès en suscitant un véritable engouement. Les modistes en font une énorme consommation et les revues à grand spectacle, des deux côtés de l’Atlantique, ne peuvent être conçues sans une profusion de plumes froufroutantes. Pour satisfaire une telle demande, la chasse ne suffit plus, sous peine de voir se tarir définitivement la source. Aussi voit-on apparaître des fermes spécialisées dans l’élevage des autruches. La première est créée en 1838, en Afrique du Sud, dans la vallée du Petit Carro, au sud de la province du Cap. La région, fertile et facile à irriguer, permet de planter des champs de luzerne, où les autruches sont lâchées en semi-liberté. Les fermes se multiplient ; en 1875, 2 159 autruches sont élevées dans cette région, et 110 000 en 1914. On voit apparaître des élevages en Algérie, en Sicile et en Floride. Une ferme est même créée en France, à Nice, et une autre en Allemagne, à Hambourg. Dans les années 1910, l’Afrique du Sud exporte 370 000 kg de plumes d’autruche par an, ce qui représente un nombre de plumes considérable. Puis, avec la guerre, tout bascule. La mode changee, les chapeaux se portent moins. Seuls les music-halls ont encore des besoins importants, et aujourd’hui encore, les plumes sont surtout utilisées par l’industrie du spectacle. Les plus recherchées sont celles des mâles, les noires, mais plus encore les blanches, qui se prêtent bien à la teinture. La collecte des plumes se fait tous les neuf mois, peu après la mue, afin qu’elles ne soient pas encore usées. Les plumes ne sont pas arrachées, mais coupées au ras de la peau (ce qui est indolore pour l’animal) et prélevées uniquement sur des autruches de 3 à 12 ans.

   Les fermes d’autruches produisent aujourd’hui également du cuir, de la viande (consommée sous forme de steaks, de terrines, etc.) et des œufs. Ces élevages, que l’on peut tous visiter, ont aussi une fonction touristique, en Afrique (où sont organisées des courses d’autruches montées par des jockeys) comme en Europe.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

L’homme responsable du déclin des autruches

Posté par othoharmonie le 9 juin 2013

L'homme responsable du déclin des autruches dans AUTRUCHE - EMEU autruceDu fait de l’élevage, l’autruche n’est pas menacée en tant qu’espèce, mais, sous la pression de l’homme, elle n’a cessé de voir son aire de répartition reculer. Depuis l’introduction des armes à feu, la chasse en a été un grand responsable. La sous-espèce d’Afrique du Nord (Struthio camelus camelus), autrefois largement répandue, a ainsi vu son déclin s’amorcer au cours de la seconde moitié du XIXesiècle. Après avoir disparu d’Égypte et de Libye, elle s’est éteinte en Algérie et au Maroc aux alentours de 1900. Sa situation dans la partie occidentale du Sahara, où elle subsiste aujourd’hui, est extrêmement précaire. Il est à craindre que l’autruche d’Afrique du Nord ne disparaisse totalement, connaissant le même sort fatal que l’autruche d’Arabie (Struthio camelus syriacus). Celle-ci habitait la moitié nord de l’Arabie Saoudite, la Jordanie, la Syrie, l’Iraq et l’ouest de l’Iran. Soumise à une chasse intensive, cette sous-espèce a été exterminée d’Arabie vers 1900. Elle est parvenue à se maintenir ailleurs jusque vers 1914. Par la suite, son déclin s’est accentué très rapidement, et la dernière autruche d’Arabie a été abattue en 1941…

   Les autres sous-espèces (Struthio camelus massaicus en Afrique de l’Est, Struthio camelus australisdans le sud du continent et Struthio camelus molybdophanes dans le nord-est) sont surtout confrontées à la réduction de leur habitat où la présence de grands troupeaux domestiques perturbe les oiseaux nicheurs. Toutefois, son aire de répartition reste étendue, et elle demeure commune dans les régions où elle vit, raison pour laquelle elle est inscrite dans la catégorie « préoccupation mineure » sur la Liste rouge des espèces menacées.

Traditions africaines

Les Bochimans, qui habitent le désert du Kalahari, au sud-ouest de l’Afrique, chassent l’autruche à l’arc, pour les quelque 100 kilos de viande que fournit l’oiseau. Les Bochimans recherchent aussi les œufs, dont ils font des omelettes et conservent les coquilles. Coupées en deux, elles servent de bol pour puiser l’eau ; percées d’un simple trou, elles font un récipient ; fragmentées, elles deviennent des bijoux. Les œufs sont aussi des cadeaux funéraires appréciés.

   Pour les Massais, l’autruche a, plus encore, une valeur symbolique. Après avoir chassé eux-mêmes l’oiseau mâle, les jeunes guerriers se confectionnent avec ses plumes noires une coiffure auréolant la tête, qu’ils portent lors de l’Eunoto, grande cérémonie initiatique de l’époque guerrière.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

Histoire d’emeu

Posté par othoharmonie le 9 juin 2013

 

L’émeu a été retrouvé en Charente

Alors qu’André faisait son footing dominical ce matin, quelle ne fut pas sa surprise de tomber nez à nez avec un émeu. Peu craintif, l’animal se baladait tranquillement entre les rangs de vignes. Le Cognaçais en a profité pour immortaliser ce drôle de moment.

« Selon le voisinage, elle erre depuis quelques jours dans le paysage Chéracais », nous écrit André, « Avis au propriétaire avant qu’ elle rencontre un chasseur ou une personne mal attentionné…..  à quelques jours des fêtes de Noel ! »

«Aucun animal ne s’est échappé», assure-t-on du côté de «l’Autruche accueillante», l’élevage de Salles-d’Angles. 

Le mystère reste entier. Mais……….

Histoire d’emeu dans AUTRUCHE - EMEU histoire

Depuis plusieurs semaines, que cet émeu vadrouillait entre les vignes. Il a été capturé vendredi et remis à son propriétaire en Charente-Maritime

Il était presque devenu populaire, cet émeu, à force de se balader en toute liberté dans les champs de vignes. Vendredi, les gendarmes de Cognac ont fini par mettre fin à sa cavale. Tout a commencé le 9 décembre dernier lorsqu’un lecteur de « Sud Ouest » a fait cette étrange rencontre lors de son footing matinal sur la commune de Chérac (17). Depuis, plusieurs personnes avaient aperçu l’émeu mais personne ne se manifestait pour le reprendre.

Jeudi dernier, un automobiliste a alerté les gendarmes de Cognac. L’animal se rapprochait dangereusement de la RN 141 et pouvait provoquer un accident. Ce n’est pourtant que le lendemain, sur la commune de Saint-Laurent-de-Cognac et au terme d’une recherche d’une heure, que les gendarmes ont enfin mis la main sur l’émeu. Non sans mal. Il a fallu l’intervention sportive d’un gendarme marathonien, figurant en tête de nombreux palmarès du Poitou-Charentes et de la Gironde, pour rattraper l’émeu, connu pour sa rapidité, comme sa cousine l’autruche. Ceinturé, il a été capturé et ramené à son propriétaire, un habitant de Charente-Maritime.

Si ce dernier s’est vraisemblablement réjoui de retrouver son animal exotique, il a tout de même été verbalisé par les gendarmes pour divagation d’animal. Animal qui, depuis peu, est considéré comme dangereux par la législation à cause de ses griffes et de son bec. Heureusement qu’il n’a mangé personne.

Publié dans AUTRUCHE - EMEU | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello