• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 29 avril 2013

Le chameau en Inde

Posté par othoharmonie le 29 avril 2013

 

 

Le chameau en Inde dans CHAMEAU - DROMADAIRE inde-300x199Rajasthan inde: Pushkar et un superbe petit village du Rajasthan, bâti autour d’un lac sacré, connu mondialement pour sa foire annuelle aux chameaux (qui sont en fait des dromadaires). Situé en bordure du désert du Thar, ce village est entièrement dédié au Dieu Brama. Le seul temple de Brama de toute l’Inde y est bâti et donne lieu toute l’année a des pèlerinages. De superbes maisons bleues et petits palais se reflètent dans le lac sacré, ou se trouvent quantité de très gros poissons et tortues qu’il est interdit de pécher.

Hors du festival, le village est très tranquille et très reposant. C’est un lieu incontournable pour les « routards » du Monde entier qui y passent plusieurs semaines, surtout en hiver. c’est un peu le « St Tropez » du Rajasthan.

 Au fil des ans, la rue principale qui mène au temple de Brama, s’est transformée en un rue entièrement commerçante ou chaque maison est devenue un magasin. Le village vit lentement au rythme des prières, conques et clochettes de ses 430 temples !  

 Peu de monde y habite toute l’année, et sa population atteint plus de 100 000 personnes en 4 jours en octobre -Novembre, à la pleine lune de « Kartik » pour le « Festival des chameaux« . Une grande fête religieuse pendant 4 jours, un des plus important marché aux chameaux du Rajasthan et un très gros marché de l’artisanat local.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaire »

Le marché aux chameaux

Posté par othoharmonie le 29 avril 2013

 Le marché aux chameaux dans CHAMEAU - DROMADAIRE 334px-Becque_Nouvelles_asiatiques_hors-texte_7

      La grande fête de la pleine lune de Pushkar, en Inde, commence en fait un mois avant par un des plus grands marchés aux chameaux (dromadaires) du Rajasthan. Des caravanes de 100 à 200 chameaux y viennent de l’Inde entière, et certaine mettent plus d’un mois pour arriver à Pushkar…

 Il y a souvent plus de chameaux avant la fête elle même, que pendant. Il y a chaque année de 10000 à 40000 chameaux et plus de 100 000 personnes pendant les 4 jours de fête religieuse, dont 5000 touriste occidentaux….Certain chameliers repartent dés qu’ils ont vendu ou acheté , avant le grand flux d’arrivée des touristes, car ils ont une taxe supplémentaire à payer pendant les 4 jours officiels de fête. En fait ce marché aux chameaux est plus intéressant avant la fête, car uniquement des chameliers et leurs femmes, très peu de touristes et plus de contacts, et l’on ne risque pas de rencontrer un japonais derrière chaque chameau pour photographier le coucher de soleil sur les dunes… Ce n’est pas uniquement un marché aux chameaux, mais une immense foire ou l’on trouve des bovins, des chevaux superbes, et tout le matériel de base, du couteau aux clochettes, habillement, couvertures, tout l’équipement pour les chameaux et autres animaux, et une très grande fête foraine avec plusieurs grandes roues, cirques, cinémas ambulants, etc.

 Les caravanes commencent à arriver par le désert, plusieurs semaines avant l’ouverture de la fête religieuse qui marque le fin du marché.

Plus de 10000 chameaux y viennent de toute l’Inde et les petits matins dans le sable des dunes, est empli des fumées des feux de bouses du thé matinal. Il fait assez froid pendant la nuit et chacun se réchauffe comme il le peut dans les premiers rayons du soleil

  

Naissance d’un Chamelon

 

site à voir sur la naissance d’un chamelon : http://camelides.cirad.fr/fr/curieux/naiss_cham.html

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaire »

Le chameau de Béziers

Posté par othoharmonie le 29 avril 2013

 Le chameau de Béziers dans CHAMEAU - DROMADAIRE beziers

L’origine du chameau de Béziers est directement liée à la légende de saint Aphrodise. Aphrodise, venu à Béziers au IIIe siècle de notre ère, est considéré comme étant le premier évêque de la cité. Originaire d’Égypte, il était parvenu jusqu’à Béziers à dos de chameau. À la suite du martyre d’Aphrodise, le chameau fut confié à un pieux seigneur de la ville afin qu’il en prît soin. Quand Aphrodise fut reconnu comme saint, les responsables municipaux considérèrent comme un honneur de prendre à la charge de la commune tous les frais de l’entretien de l’animal. On lui offrit même un toit pour se loger dans une rue nommée aujourd’hui « rue du Chameau », dans le centre historique de Béziers. Les habitants de la ville firent construire, après la mort de l’animal, une machine en bois qui le représentait et qui devait être conduite chaque année, le 28 avril, en triomphe, vers l’église de son saint patron, l’église Saint-Aphrodise. Il semblerait que cette pratique, sans doute jugée trop païenne, ait disparu au Moyen Âge, l’Église n’appréciant pas ces réjouissances trop allégoriques.

En 1632, l’existence du chameau est mentionnée dans les archives de la ville. En 1793, il est brûlé sur la place de la Citadelle, en même temps que tous les titres féodaux. Le fief alloué au chameau pour son entretien, d’un revenu de 1500 livres, est mis sous séquestre. Le chameau fut porté sur la liste des émigrés et ainsi, les révolutionnaires purent s’emparer de ses revenus. En 1803, les Biterrois reconstruisent un nouveau chameau, en bois, recouvert d’une toile colorée portant le blason de la ville. En1830, le chameau, considéré comme un symbole de la féodalité, fut à nouveau détruit, ses flancs lacérés de coups de sabre. La foule dispersa ses lambeaux de toile. Un antiquaire pensa à sauver la tête de bois du pauvre animal. Un nouveau chameau fut à nouveau brûlé lors des événements de 1848. Enfin, en 1895, il renaît de ses cendres lors de la cavalcade historique qui parcourt les rues de la ville.

Le chameau de Béziers est constitué d’une énorme machine de bois, revêtue d’une toile peinte, sur laquelle sont ajoutées les armoiries de la ville ainsi que deux inscriptions sur ses flancs : l’une en latin Ex Antiquitate Renascor (signifiant « Je renais de l’Antiquité »), l’autre en occitan : Sèm fòrça (c’est-à-dire « Nous sommes nombreux »). L’allure actuelle du totem remonterait au XIVe siècle. Cette machine, qui ne ressemble guère à un chameau au sens actuel mais plutôt à un dromadaire, est actionnée dans ses flancs par quatre hommes qui la font bouger et impriment, par intervalles, un jeu saccadé à un long cou et sa mâchoire aux dents de fer. Ces grosses mâchoires, censées faire peur aux plus petits, furent appelées Nhica-Nhaca [au XIXe siècle (Nhica-Nhaca onomatopée qui peut signifier « mordre »). Le nom du chameau en occitan est lo camel. Dans la tradition, le chameau est conduit par un curieux personnage: le Papari (on peut y voir une altération de « papalin » ou « papalino » : soldat du pape). Le Papari est escorté par un groupe de jeunes gens déguisés en sauvages, rappelant les origines exotiques du totem biterrois.

Au cours des années 1970, la municipalité décida d’entreprendre des travaux de réhabilitation du chameau. On lui ajouta même une seconde bosse pour qu’il ait, enfin, l’air d’un vrai chameau. Mais devant les protestations des Biterrois, le chameau conserva sa forme originale de chameau à bosse unique. Il existe aujourd’hui à Béziers une peña baptisée los Camelous. Pendant les soirées festives de la ville, cette peña accompagne lo camel de Béziers.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaire »

Le Chameau de Bactriane

Posté par othoharmonie le 29 avril 2013

Le Chameau de Bactriane dans CHAMEAU - DROMADAIRE bactrianeLe chameau de Bactriane ou chameau bactrien ou chameau domestique  est une espèce d’artiodactyle natif des steppes de l’Asie centrale. Le chameau de Bactriane a deux bosses, alors que le dromadaire (appelé aussi chameau d’Arabie) n’en a qu’une.

Le chameau, appartient au genre Camelus. C’est un mammifère ruminant à bosses dorsales graisseuses de la famille des camélidés. Sa femelle est dénommée la chamelle.

La population de 1,4 million de chameaux de Bactriane est presque entièrement domestiquée, mais en octobre 2002, les 950 individus encore à l’état sauvage au nord ouest de la Chine et en Mongolie ont été placés sur la liste des espèces en danger critique d’extinction.

Les chameaux de Bactriane mesurent environ 2 mètres à la bosse et pèsent plus de 725 kg. Ils sont phytophages, ils mangent de l’herbe, des feuilles et des graines, ils sont capables d’ingurgiter 120 litres d’eau en une seule fois. Leur bouche est extrêmement dure, ce qui leur permet de manger les plantes épineuses du désert.

Ils sont particulièrement adaptés pour se protéger de la chaleur du désert et du sable ; des pattes larges et « capitonnées » adaptées à la marche dans le désert, une peau épaisse et dure au niveau des genoux et du torse qui les protège de la chaleur du désert une fois allongés, des naseaux qui peuvent s’ouvrir et se refermer. Les oreilles sont garnies de longs poils protecteurs, les paupières possèdent deux rangées de cils qui, lorsque l’œil est fermé, forment une barrière hermétique à la poussière et au sable. Leur fourrure épaisse et laineuse les protège du froid nocturne et de la chaleur du jour.

Publié dans CHAMEAU - DROMADAIRE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello