• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 28 février 2013

Histoire de lézard

Posté par othoharmonie le 28 février 2013

 

Histoire d’un lézard – Souvenirs de Naples

Année de publication 1867

Histoire de lézard dans LEZARD mountain_dragon_on_hand

RésuméAprès avoir aidé Garibaldi à chasser les Bourbons de Naples, Alexandre Dumas réside dans cette ville au palais Chiatamone avec Adolphe Goujon, son collaborateur au journal «L’Independente».

Un lézard qui vient les observer régulièrement se laisse apprivoiser par Goujon et devient leur familier. Sa disparition soudaine est occultée par les menaces de mort que Dumas reçoit de la part de royalistes et de la camorra, ainsi que par l’arrestation de son facchino (domestique des domestiques) qui s’avère être à la solde de brigands.

Le lézard apparemment honteux réapparaît quelques temps plus tard avec… deux petits lézards. Celui qu’ils avaient baptisé Joseph était en fait une lézarde… Durant trois ans, la lézarde recherche et partage le quotidien de nos deux amis. Obligés de déménager, ils quittent donc le palais et cette étrange amie.

Six mois plus tard, lorsqu’ils reviennent pour assister de la terrasse à la revue navale donnée en l’honneur du roi Victor Emmanuel, la lézarde répond au premier appel. Mais sa joie de revoir Goujon est telle qu’elle lui est fatale. En effet, effrayée par le bruit des canons, elle manque l’ultime saut qui la séparait de la main aimée et s’écrase sur les rochers.

Description de cette image, également commentée ci-aprèsAnalyse Histoire d’un lézard – Souvenirs de Naples a été imprimé dans La gazette du grand monde, journal auquel Dumas a collaboré pour les numéros de novembre et décembre 1867 et janvier 1868.

Ce texte d’une vingtaine de pages est paru pour la première fois en volume en 1996 aux éditions Mercure grâce à Claude Schopp qui l’a retrouvé à la Bibliothèque Nationale. Ce petit volume contient en plus une causerie portant sur Naples et la suspicion de la police à l’égard de l’auteur (parue dans Le Monte-Cristo en 1862).

Cette histoire est écrite par Dumas quatre ans après son retour de Naples, dans une période où il essaye de reconquérir Paris. Sa situation n’est pas des meilleures: ses entreprises journalistiques tournent mal, son amoindrissement physique et sa vieillesse le font douter, mais il arrive néanmoins à sortir de tout cela quelques bonheurs d’écriture dont ce texte est un exemple.

Il est singulier qu’après tout ce qu’il a vécu durant son épopée garibaldienne, il se souvienne avec émotion de cet étrange amour d’une humble et faible créature pour un homme. Peut-être est-ce l’approche de la mort qui lui fait mettre en avant les choses essentielles de la vie comme l’amour, l’amitié et la fidélité.

article de Nicole Vougny

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Lézard de l’histoire

Posté par othoharmonie le 28 février 2013

 

Parmi nos nombreux sauriens, il en est un facilement reconnaissable. Il séjourne dans le mur et je l’ai croisé à plusieurs reprises dans la prairie. Je ne sais s’il y un ou plusieurs couples. Je n’ai vu qu’un seul et unique individu à chaque fois. Sa couleur lui permet de se dissimuler aisément dans les grandes herbes. Nous ne sommes pas encore assez familiers pour qu’il me permette d’approcher à moins d’un mètre. Le lézard vert est répandu, mais souffre d’une mauvaise réputation qui lui vaut d’être souvent victime de cruauté fatale. Sa taille imposante et sa hargne au combat ont fait dire qu’il est dangereux. FAUX. Tout comme de nombreux animaux, lorsqu’il est acculé et sans possibilité de fuite, il lui arrive de « mordre », mais il n’inocule aucun venin.

  »Symbole de vivacité chez les Aztèques qui lui donnaient le nom de « cuetzpalin », il représentait l’habileté à la chasse, la résistance physique et l’aisance à franchir les obstacles. Tous les natifs de ce signe étaient sensés détenir ces qualités. »

 

Lézard de l'histoire dans LEZARD psammophilusblanfordanus       Description de cette image, également commentée ci-après         Description de cette image, également commentée ci-après

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Dragon barbu ou lézard

Posté par othoharmonie le 28 février 2013

 

Dragon barbu ou lézard dans LEZARD leiolepisLes Agamidés n’ont pas de spécificité particulière notable. Ce sont des lézards en général plutôt massifs, avec une tête en général bien marquée, et ils présentent des membres bien développés, pourvus de griffes. Ils ont cinq doigts à chaque membre (à part Sitana ponticeriana) et sont pour une grande majorité muets.
Cette famille comprend des lézards de taille variée : les plus petites atteignent en général 20 cm avec la queue, et les plus grandes espèces dépassent rarement 1 mètre.

Ils sont assez proches des iguanidés, et diffèrent surtout par leur répartition géographique ainsi que par la structure de leur dentition : leurs dents sont de type acrodonte, c’est-à-dire qu’elles sont fixées au sommet des maxillaires (alors que chez les iguanidés, elles sont fixées sur la face interne de celles-ci).

Chez certaines espèces, il existe un dimorphisme sexuel marqué. Les mâles présentent en général des spécificités par rapport aux femelles : crêtes (Hydrosaurus par exemple), coloration plus vive, épines plus développées, corps ou tête plus massifs, …

On rencontre ces reptiles dans de nombreux pays et dans des conditions climatiques différentes.

On rencontre de nombreuses espèces dans des milieux arides ou semi-arides, mais aussi en plein désert comme Moloch horridus ou Pogona vitticeps, dont certaines populations vivent dans le grand désert australien.
D’autres vivent dans les bushs et savanes africaines, comme Agama agama, aussi appelé agame des colons.
De nombreuses espèces vivent également dans des milieux humides (forêts pluviales), ou tropicaux humides. Certaines espèces sont même semi-aquatiques comme certaines espèces de Physignathus ou de Hydrosaurus.
Enfin quelques espèces sont adaptées à des climats plus froids, vivant à haute altitude, par exemple à près de 6 000 mètres dans les montagnes de l’Himalaya où la température peut descendre largement en dessous de 0°C.

Description de cette image, également commentée ci-aprèsCe sont dans l’ensemble des animaux diurnes et terrestres, mais ceux habitant les forêts sont fréquemment arboricoles ou semi-arboricoles.

Il faut également noter la spécificité du genre Draco, qui comprend les lézards « volants » : ce sont des reptiles pourvus d’une membrane entre les membres antérieurs et postérieurs qui leur permet de planer. Ils s’en servent pour s’élancer des arbres, par exemple pour échapper à des prédateurs.

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Lézard ou dragon

Posté par othoharmonie le 28 février 2013

 

Lézard ou dragon dans LEZARD chlamydosaurus_kingiiLe lézard à collerette ou dragon d’Australie (Chlamydosaurus kingii) est une espèce de lézards de la famille des Agamidés que l’on rencontre en Australie et en Nouvelle-Guinée.

Il est appelé ainsi à cause du large repli de peau qu’en temps normal il tient appliqué sur son cou. La collerette (ou chlamyde) est pourvue de « baleines » cartilagineuses et lorsque l’animal se sent en danger, il ouvre sa gueule en grand et déploie sa collerette, formant une vaste tache menaçante jaune et rosée. Il semblerait que cette collerette, richement vascularisée, intervienne aussi dans la thermorégulation de l’animal.

Le lézard à collerette se nourrit d’insectes trouvés dans les arbres : chenilles, cigales, scarabées ou sur le sol : fourmis, sauterelles, termites auxquels il faut ajouter des araignées et de petits lézards. Avec sa vue perçante, il peut repérer sa future proie sur le sol, attendre son passage et se laisser tomber sur elle pour s’en saisir et regrimper dans l’arbre pour la dévorer calmement.

Le lézard à collerette est un animal surtout arboricole que l’on trouve dans les régions chaudes du sud de la Nouvelle-Guinée et du nord et de l’est de l’Australie. Il vit surtout dans les arbres des savanes boisées, les forêts tropicales et tempérées chaudes.

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

Lézard et rêverie

Posté par othoharmonie le 28 février 2013

 

Il symbolise le monde des rêves, au-delà du temps et de l’espace.
Il voit en rêve le futur.

Lézard et rêverie dans LEZARD 230px-mperuvianus1Le lézard enseigne comment créer des réalités futures avec l’aide du rêve.
Dans la mesure où il peut voir dans le futur, il sait toujours d’avance ce qui va se passer. Cela englobe aussi les prophéties à la réalisation desquelles nous contribuons nous-mêmes.

Une fois qu’une situation a été imaginée en rêve, c’est de la responsabilité du « rêveur » de continuer à la nourrir en énergie et de la faire advenir réellement.

Le lézard vous exhorte à examiner soigneusement vos rêves et à vous confronter à votre part d’ombre.

Avez-vous déjà vu en rêve votre avenir, vos espoirs, vos peurs?
L’enseignement de cet animal dit que vous êtes responsables de tous les événements de votre vie, de manière consciente ou inconsciente, dans la mesure où ils proviennent précisément de vos désirs et de vos peurs…

Publié dans LEZARD | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello