• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 30 janvier 2013

Citations du mot « Héron »

Posté par othoharmonie le 30 janvier 2013

 

 DANS LA LITTÉRATURE FRANÇAISE :

 

Citations du mot XII e siècle, hairon, heiron. Issu du francique *haigro, de même sens. Oiseau migrateur échassier de la famille des Ardéidés, généralement de grande taille, au long bec droit et aux longues pattes. Le héron cendré, le héron pourpré. Le héron vit au bord des lacs, dans les marais, et se nourrit principalement de poissons. Masse de héron, bouquet de plumes garnissant la queue du héron. Expr. Être comme le héron de la fable, par allusion à la fable de La Fontaine « Le Héron », manquer une occasion en faisant le difficile. 

Source de cette définition (ptidico.com): héron

Citation n°1 de Jules MICHELET (L’Oiseau)

…par tant de témoins, formaient entre ce monde et nous des liens sympathiques que la légèreté humaine n’aurait pas dû briser barbarement. les héronnières d’Amérique. Wilson. la décadence du héron est moins sensible en Amérique. Il est moins poursuivi. Les solitudes sont plus vastes. Il trouve encore, sur ses marais chéris, des forêts sombres et presque impénétrables. Dans ces ténèbres il…

Citation n°2 de Jules MICHELET (L’Oiseau)

…partout dans son ancien empire. Elle a perdu pourtant deux royaumes : la France, qui ne la voit plus qu’au passage ; l’Angleterre, où maintenant elle hasarde rarement de déposer ses oeufs. Le héron, au temps d’Aristote, était plein d’industrie et de sagacité. L’antiquité le consultait sur le beau temps, l’orage, comme un des plus graves augures. Déchu au moyen âge, mais gardant sa beauté, son…

Citation n°3 de Jules MICHELET (L’Oiseau)

…vol, le pauvre hère ne montre que deux ailes ; pour peu qu’il s’éloigne en hauteur, du corps il n’est plus question ; il devient invisible. Animal vraiment aérien, pour porter ce corps si léger, le héron a assez, il a trop d’une patte ; il replie l’autre ; presque toujours sa silhouette boiteuse se dessine ainsi sur le ciel dans un bizarre hiéroglyphe. Quiconque a vécu dans l’histoire, dans l’étude…

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

Une héronnière

Posté par othoharmonie le 30 janvier 2013


La gravière de Sograp, située dans la plaine d’Aiguilly, prouve que l’activité industrielle et le respect de l’environnement peuvent cohabiter.

Une héronnière dans HERON heron-cendre3Une héronnière est une zone boisée qui regroupe tous les critères indispensables de l’habitat du héron. Afin de ne pas solutionner un problème en en créant un autre, l’entreprise a décidé de tout faire pour cohabiter avec le milieu dans lequel elle s’est installée. C’est grâce à une collaboration étroite avec la FRAPNA ainsi que de nombreuses concessions de la part de l’entreprise, que résultent aujourd’hui un épanouissement économique et écologique flagrant. Cette harmonie entre deux domaines que tout semble opposer, est un message d’espoir pour les changements nécessaires de demain.

Le contexte économique et social d’aujourd’hui, pousse à croire que la cohabitation en toute harmonie de l’industrie avec la nature est impossible. L’incompatibilité récurrente des mondes industriel et environnemental est un problème à résoudre aujourd’hui, pour des raisons écologiques. La gravière de Sograp, prouve que chaque problème a sa solution. En effet, auparavant, les gravières du Roannais puisaient leurs matériaux sur les berges de la Loire. Ceci modifiait la profondeur et la forme de son lit, ce qui occasionnait un bouleversement écologique considérable pour les espèces inféodées à ce milieu. Ainsi, une loi a été votée, imposant un éloignement significatif des gravières par rapport aux fleuves. Résultant de ce déplacement, la gravière de Sograp s’est installée sur la plaine d’Aiguilly, où se situe depuis de nombreuses années, une importante héronnière qui regroupe plus de 80 individus de 3 espèces différentes.

 

Lire la suite de l’article ici …

Publié dans HERON | 1 Commentaire »

Héron garde-boeufs

Posté par othoharmonie le 30 janvier 2013

 

Héron garde-boeufs dans HERON heron_garde-boeufsLe Héron garde-bœufs est une espèce d’échassier, de la famille des ardéidés, qui compte les hérons, les aigrettes, les butors et apparentés. On le trouve dans les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes. Il est monotypique du genre Bubulcus bien que certaines autorités considèrent ses deux sous-espèces comme des espèces à part entière, le Héron garde-boeufs d’Asie et le Héron garde-boeufs d’Afrique. Malgré des similitudes au niveau du plumage avec les aigrettes du genre Egretta, il est plus étroitement apparenté aux hérons du genre Ardea. Originaire d’Asie, d’Afrique et d’Europe, il a connu une expansion rapide dans sa répartition et a colonisé avec succès une grande partie du reste du monde.

C’est un oiseau trapu blanc, orné de plumes de couleur chamois pendant la saison de reproduction, qui niche en colonies, habituellement à proximité des plans d’eau et souvent avec d’autres échassiers. Le nid est une plate-forme de branches placée dans les arbres ou les arbustes. Contrairement à la plupart des autres hérons, il se nourrit dans les habitats herbeux relativement secs, accompagnant souvent le bétail ou d’autres grands mammifères, se nourrissant des insectes et des petits vertébrés perturbés par ces animaux. Certaines populations sont migratrices et d’autres se dispersent aussitôt après la période de reproduction.

Le Héron garde-bœufs a peu de prédateurs, mais des oiseaux ou des mammifères peuvent piller son nid, les poussins peuvent mourir de faim, de carence en calcium ou de perturbation par d’autres grands oiseaux. Cette espèce supprime les tiques et les mouches provenant de bovins, mais elle peut être un danger pour la sécurité des aérodromes et a été impliquée dans la propagation de maladies animales transmises par les tiques.

Le Héron garde-bœufs est un oiseau trapu de 88 à 96 cm d’envergure, de 46 à 56 cm de longueur et pesant entre 270 et 512 g. Il a un cou relativement court et épais, un bec robuste et une posture voûtée car il rentre son cou dans les épaules. L’adulte, hors période de reproduction, a un plumage principalement blanc, le bec jaune et les pattes d’un gris-jaunâtre. Au cours de la saison de reproduction, les adultes de la sous-espèce nominale développement un plumage orange chamois sur le dos, la poitrine et la couronne, alors que le bec, les pattes et les iris deviennent rouge vif pour une brève période avant l’accouplement2. Les deux sexes sont semblables mais le mâle est légèrement plus grand et a un plumage nuptial un peu plus étendu que la femelle. Les juvéniles n’ont pas plumes colorées et ont un bec noir1,3. Il a une espérance de vie d’une quinzaine d’années.

L’adulte en plumage internuptial et le juvénile se distinguent aisément de l’Aigrette garzette par le bec jaune (toutefois certains juvéniles peuvent présenter un bec foncé), l’absence de contraste existant chez cette espèce entre les doigts jaune pâle et les pattes noirâtres, et l’allure nettement plus massive.

B. i. coromandus (parfois élevé au rang d’espèce sous le nom de Garde bœuf d’Asie) diffère de la sous-espèce nominale par le plumage nuptial, lorsque la couleur chamois s’étend de la tête sur les joues et la gorge et que les plumes sont plus de couleur dorée. Le bec et le tarse de cette sous-espèce sont en moyenne plus longs que chez B. i. ibisB. i. seychellarum est plus petit et a les ailes plus courtes que les autres sous-espèces. Il a les joues et la gorge blanches, comme B. i. ibis, mais les plumes nuptiales sont dorées, comme chez B. i. coromandus.

Le positionnement des yeux lui permet d’avoir une vision binoculaire pendant qu’il mange et des études physiologiques suggèrent que cette espèce peut être en mesure d’avoir une activité crépusculaire ou nocturne. Adaptée à la recherche de nourriture sur le sol, elle a perdu la capacité possédée par ses parents des zones humides de corriger avec précision la réfraction de la lumière sur l’eau.

Cette espèce lance un calme, rauque « rick-rack » en période de reproduction, mais sinon est le plus souvent silencieuse.

heron1 dans HERONCertaines populations de hérons garde-bœufs sont migratrices, tandis que d’autres sont dispersives et la distinction entre les deux peut être difficile pour cette espèce. Les populations de nombreuses régions, peuvent contenir des individus sédentaires et migrateurs. Dan l’hémisphère nord, la migration se fait des régions les plus froides vers les zones les plus chaudes, alors que les Hérons garde-bœufs qui nichent en Australie en zone chaude migrent vers la Tasmanie et la Nouvelle-Zélande plus froides en hiver et reviennent au printemps. La migration en Afrique de l’Ouest est adaptée à la pluie et certains oiseaux migrateurs d’Amérique du Sud se rendent au sud de leur aire de reproduction en dehors de la saison de reproduction. Les populations du sud de l’Inde semblent effectuer les migrations locales en fonction de la mousson. Elles se déplacent au nord de Kerala après septembre. Pendant l’hiver, de nombreux oiseaux ont été vus volant la nuit avec des troupeaux de Crabiers de Gray (Ardeola grayii) sur la côte sud-est de l’Inde et on a noté également un afflux hivernal de cet oiseau au Sri Lanka.

Les jeunes oiseaux sont connus pour pouvoir s’éloigner de 5 000 km de leur zone de reproduction. Les groupes peuvent voler sur de grandes distances et on en a vu sur les mers et les océans, y compris au milieu de l’océan Atlantique.

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

Le héron et l’homme

Posté par othoharmonie le 30 janvier 2013

 Le héron et l'homme dans HERON 220px-Bubulcus_ibis_Victoria_2

Le Héron garde-bœufs est un oiseau populaire chez les éleveurs de bétail pour son rôle bénéfique sur les gros animaux. Il est perçu comme un agent de lutte biologique contre les parasites du bétail tels que les tiques et les mouches. Une étude menée en Australie a constaté que le Héron garde-bœufs réduit le nombre de mouches qui gêne les bovins en les picorant directement sur la peau. C’est ce bénéfice qui a incité les éleveurs et le Ministère hawaïen de l’Agriculture et des Forêts à libérer l’espèce à Hawaii.

Toutes les interactions entre humains et hérons garde-bœufs ne sont pas bénéfiques. Ce dernier peut être un danger pour les avions à cause de son habitude à se nourrir en grands groupes sur les accotements herbeux des aéroports et il a été impliqué dans la propagation de maladies infectieuses d’origine animale tels que la cowdriose, la bursite infectieuse et éventuellement la maladie de Newcastle

Publié dans HERON | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello