Héron, pas toujours bien compris

Posté par othoharmonie le 13 janvier 2013

 

Héron, pas toujours bien compris dans HERON heronMontés sur des échasses, les longs doigts plantés dans la vase, emmanchés d’un long cou, armés d’un bec faisant office de poignard, l’allure silencieuse et l’œil chafouin, les hérons possèdent tout l’attirail du parfait chasseur amphibie. Mais un héron peut en cacher un autre…

Ces oiseaux gracieux et élégants n’ont pas toujours bonne presse, notamment auprès des pêcheurs, qui voient d’un mauvais œil cette concurrence venue du ciel. Ce n’est pas le cas partout. Ainsi en Chine, le héron est symbole de force et d’une longue vie. Les Egyptiens l’honorent en tant que créateur de la lumière, et les Amérindiens font de lui le symbole de la sagesse. Chez nous, ce n’est donc souvent qu’un redoutable mangeur de poissons, ce qui est bien réducteur. A leur menu, on trouve aussi des amphibiens, des reptiles, des petits rongeurs, des insectes, des crustacés et des mollusques.

Du géant au minus La famille des ardéidés est représentée par neuf espèces dans notre région. Tous ont plus ou moins en commun les caractéristiques citées plus haut. Chacun connaît le héron cendré, auguste échassier commun dans nos contrées, du littoral au plus petit des étangs en passant par les prairies où il mulote volontiers. C’est lui qui est montré du doigt quand il s’agit de désigner un vilain piscivore.

Le héron pourpré, majestueux visiteur d’été aux couleurs plus chaudes, est plus svelte et beaucoup plus rare que son cousin sédentaire. Peu de roselières l’accueillent dans notre région. La grande aigrette est une nouvelle venue depuis quelques années. Très grande et immaculée, on peut l’observer avec un peu de chance, ici dans un champ, là au bord d’un étang. On prendra garde à ne pas la confondre avec l’aigrette garzette, bien plus petite, au bec noir et aux curieux pieds jaunes. La huppe au vent, il est fréquent de voir ce petit héron pêcher dans les flaques du littoral. Peut-être avez-vous déjà eu aussi la chance d’apercevoir au crépuscule ce curieux volatile qu’est le butor étoilé ? Trapu, arborant un plumage de hibou, cet oiseau discret se remarque davantage par son chant guttural dont Buffon disait : « Pourrait-on imaginer que cette voix épouvantable, fut l’accent du tendre amour ? Le Bihoreau gris, au plumage tricolore et à l’œil rouge sang, possède également des mœurs nocturnes. On l’observe essentiellement en Loire-Atlantique, tout comme le rare blongios nain, plus petit héron européen et le crabier chevelu, qui porte bien son nom.

Princes des marais Le meilleur moyen d’observer ces drôles d’oiseaux est de fréquenter leurs milieux de prédilection. Pour la majorité d’entre eux, ce sont les marais et particulièrement les roselières. La grande Brière, le lac de Grand lieu et la baie d’Audierne sont les endroits recommandés, mais ici et là, d’autres sites peuvent offrir des surprises. Même les plus improbables ! Comme cette observation du blongios nain au printemps au bord d’une mare dans un parc de loisirs de la région Rennaise ! Peut-être vous aussi, vous trouverez-vous face-à-face cet hiver ou plus tard, avec le regard de l’un de ces élégants échassiers ? Peut- être surprendrez-vous un de ces hérons engloutissant des grenouilles ? Et en levant la tête, vous admirerez aussi peut-être ce vol lourd, cou replié et pattes pendantes du héron cendré ? Et si c’était le signe d’une longue vie à venir… ?

article de Michel Riou

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello