• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 11 janvier 2013

Les fourmis de la Sourate 27

Posté par othoharmonie le 11 janvier 2013

 

Les fourmis de la Sourate 27 dans FOURMI fourmis-sourateLes Fourmis (al-Naml) est le titre de la 27ème sourate (chapitre) du Coran, car ces animaux en constituent les acteurs principaux. Cet insecte, assimilé à la terre et à la poussière, est loué par de nombreuses religions et croyances pour sa persévérance, son ardeur au travail [chez les bouddhiste tibétains] ou encore pour son honnêteté [dans le Talmud, ouvrage principal du judaïsme], autant de qualités dont devraient se souvenir les paresseux et les imprévoyants. Car si Dieu a choisi les figures éminentes du judaïsme que furent Moïse, David et Salomon, il peut aveugler l’incrédule ou celui qui doute pour brouiller sa lucidité et le rendre insensible à ses signes. Nous trouvons aussi dans cette sourate un développement sur la reine de Saba et sa relation avec le roi Salomon, ainsi qu’une évocation de Lot, neveu d’Abraham, sauvé par Dieu de la ruine de Sodome et Gomorrhe.

Source : le Dictionnaire de Dieu par Pierre Chavot aux Editions France Loisirs.

Publié dans FOURMI | Pas de Commentaire »

La Fourmi : animal totem

Posté par othoharmonie le 11 janvier 2013

Le mot-clef de la médecine de la fourmi, c’est la patience. La fourmi peut parcourir des distances considérables afin d’amener un peu de nourriture à sa fourmilière. Elle a un pouvoir de travail ahurissant. Elle ne s’arrête jamais dans ses tâches et elle a une force incroyable: elle peut porter plusieurs fois son propre poids.

La Fourmi : animal totem dans FOURMI fourmiElle combine le pouvoir de plusieurs animaux: elle est une bâtisseuse comme le castor, elle a l’agressivité du blaireau et l’endurance de l’élan, elle sait regarder les détails comme la souris, et donner comme la dinde sauvage.

Les fourmis travaillent dans un esprit de groupe, une communauté où chacune a sa place, où chacune sait ce qu’elle a à faire. Tous les individus sont au service de l’ensemble, le don de soi fait partie de la médecine de la fourmi. Mais la plus grande de toutes ses médecines est la patience.

Les gens qui ont cette médecine sont très actifs, ils ont un esprit très communautaire et savent prévoir pour l’avenir, planifier, comme l’écureuil. Ils sont contents de faire un peu à la fois tous les jours. Dans la société d’aujourd’hui et avec cette tendance selon laquelle tout le monde veut toujours tout, tout de suite, c’est une grande qualité.

Un autre élément de sa médecine qui est très utile aujourd’hui est la capacité d’aller lentement et délibérément et de connaître ce qui lui appartient. La fourmi a une connaissance de ce qui est dans son univers et une confiance en cette abondance qui est très importante. Grâce à cette confiance, elle agit toujours avec une grande conviction ce qui lui donne une puissance de travail exceptionnelle.

Ceux qui possèdent cette médecine savent avoir confiance et faire preuve de patience dans toutes les situations de vie. Lorsque l’on a besoin de ces qualités-ci, il est bon de faire appel à la médecine de la fourmi.

La confiance en l’abondance que renferme l’univers est parfois oubliée dans un contexte social et civilisé où conditionnements et programmations ont été axées sur le sentiment de pénurie, afin d’enlever aux gens la confiance que la nature et l’univers nous fournissent ce qui nous est nécessaire. De cette manière les hommes sont devenus assujettis à un système plutôt que souverains de la nature.

La fourmi peut nous ramener vers notre condition de dieux et de déesses, nous ramener à la confiance dans l’abondance de la nature et du merveilleux univers qui nous donne tout ce dont nous avons besoin.

 

Issu du site de AIGLE BLEU http://www.aiglebleu.net/28-index.html

Publié dans FOURMI | Pas de Commentaire »

La Fourmi et les autres

Posté par othoharmonie le 11 janvier 2013

De la Fourmi et de la Mouche.

 La Fourmi eut un jour querelle avec la Mouche, qui se vantait de voler comme les oiseaux, d’habiter dans les Palais des Princes, de faire toujours grande chère, sans qu’il lui en coûtât aucune peine. Elle reprochait à la Fourmi la bassesse de sa naissance, et qu’elle rampait toujours à terre pour chercher de quoi vivre avec beaucoup de travail et d’assiduité ; qu’elle était réduite à ronger quelques grains, à boire de l’eau, à habiter les cavernes. La Fourmi répondait à tous ces reproches qu’elle était contente de son sort ; qu’une demeure sûre et arrêtée lui plaisait mieux qu’une vie errante et vagabonde ; que l’eau des La Fourmi et les autres dans FOURMI 250px-the_ant_and_the_grasshopper_-_project_gutenberg_etext_199941fontaines et les grains de blé lui paraissaient d’un goût exquis, parce que c’étaient des fruits de son travail : au lieu que la Mouche se rendait incommode à tout le monde, et méprisable par sa fainéantise.

Analyse d’Esope

De la Fourmi et de la Cigale.

 La Fourmi faisait sécher son froment qui avait contracté quelque humidité pendant l’hiver. La Cigale mourant de faim, lui demanda quelques grains pour subvenir à sa nécessité dans la disette où elle se trouvait. La Fourmi lui répondit durement qu’elle devait songer à amasser pendant l’été pour avoir de quoi vivre pendant l’hiver.  » Je ne suis point oisive durant l’été, répliqua la Cigale, je passe tout ce temps-là à chanter. – Oh bien, repartit la Fourmi, puisque cela est ainsi, je vous conseille de danser maintenant ; vous méritez bien de mourir de faim. « 

Analyse des Fables d’Esope

Publié dans FOURMI | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello